En Corse, Cazeneuve promet l'état de catastrophe naturelle "dans les plus brefs délais"

 |   |  284  mots
Le ministre de l'Intérieur a également assuré que la commission interministérielle d'évaluation des dégâts se réunirait dès le 13 décembre, et se déplacerait en Haute-Corse dans les meilleurs délais et au plus tard en janvier 2017.
Le ministre de l'Intérieur a également assuré que la commission interministérielle d'évaluation des dégâts se réunirait dès le 13 décembre, et se déplacerait en Haute-Corse "dans les meilleurs délais et au plus tard en janvier 2017". (Crédits : DR)
Le ministre de l'Intérieur, en visite en Corse huit jours après des intempéries qui ont causé de gros dégâts sans faire de victime, a assuré que l'état de catastrophe naturelle serait déclaré "dans les plus brefs délais".

"L'état de catastrophe naturelle sera reconnu dans les plus brefs délais afin que les collectivités et les particuliers puissent bénéficier des garanties d'assurance spécifiques prévues dans leur contrat", a déclaré Bernard Cazeneuve, en visite en Corse huit jours après des intempéries qui ont causé de gros dégâts sans faire de victime.

Le ministre a également assisté à une réunion de travail avec les élus et les acteurs économiques sur les conséquences des exceptionnelles intempéries qui ont touchées la région bastiaise le 24 novembre.

Préjudice important pour l'activité économique

"Les dégâts sont considérables, le préjudice pour l'activité économique d'ores et déjà très important", a-t-il constaté au cours de la matinée, affirmant qu'il allait "mobiliser tous les outils de la solidarité nationale pour que la nation toute entière se tienne aux côtés de ses compatriotes corses dans cette épreuve".

Le ministre de l'Intérieur a également assuré que la commission interministérielle d'évaluation des dégâts se réunirait dès le 13 décembre, et se déplacerait en Haute-Corse "dans les meilleurs délais et au plus tard en janvier 2017".

Dans la matinée, le ministre s'est rendu dans de la caserne rurale de Petreto-Bicchisano (Corse-du-Sud), à la veille de fête de la Sainte Barbe, patronne des sapeurs-pompiers et des démineurs de la sécurité civile. Il y a rendu hommage à "leur courage, leur abnégation, et leur dévouement (qui) forcent chaque jour (s)on admiration", rappelant qu'en 2016, quatre d'entre eux "ont payé de leur vie leur engagement au service de nos concitoyens".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/12/2016 à 15:38 :
C'est bien pour les gens qui ont souffert, cela débloquera le remboursement des assurances. Mais il faut rappeler que ce n'est pas une catastrophe naturelle. En Corse, comme ailleurs, les bâtiments sont construits n'importe où et n'importe comment en zones inondables. Les caniveaux ne sont pas construits et quand il y en a, il s ne sont pas entretenus. Les fleuves et rivières ne sont pas nettoyés.Après une forte pluie, les barrages de détritus qui obstruent les cours d'eaux explosent et déclenchant de graves inondations. On a pas fini de lire que des gouvernements déclarent telle ou telle région en "état de catastrophe naturelle". Ils feraient mieux de déclarer la guerre à l'urbanisme sauvage et d'entretenir la nature.
a écrit le 04/12/2016 à 10:34 :
En vrai démocrate.

Je suis pour qu'on leur accorde leur satanée indépendance et qu'on les laisse se démerder avec leurs catastrophes naturelles, leurs liaisons maritimes, leurs incendies de forêts, leurs scrutins pipés, leurs autonomistes, leurs subventions pour vaches fantômes, leur parlement et leur classe politique.

Et puis on garde nos subventions, nos fonctionnaires et notre aide pour ceux qui l'apprécient.
a écrit le 04/12/2016 à 9:57 :
Tiens ils n'avait pas réclamé leur indépendance dans le domaine des dégats naturels ?
Etrange cet oubli ..........
a écrit le 03/12/2016 à 18:43 :
Il a raison Bernard, parce que nous coté continent la catastrophe naturelle on l'a depuis mai 2012. Mais, il paraît que pour l'année 2017, le danger serait écarté !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :