Entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, les organisations patronales et syndicales hésitent

Entre les deux tours, les partenaires sociaux se positionnent... ou pas. Certains donnent des consignes de vote claires, d'autres préfèrent s'abstenir, pour éviter de froisser leurs adhérents. Revue de détails.
(Crédits : Reuters)

Le patronat français est loin d'être homogène et unanime sur de nombreux sujets. Cette élection présidentielle vient une fois encore le démontrer. Si, les organisations patronales et grandes fédérations professionnelles ont pris soin d'auditionner les candidats ou leurs représentants pendant la campagne, elles n'observent pas le même positionnement dans cette dernière ligne droite.

Le Medef se range derrière Emmanuel Macron

Le Medef a ainsi, dès le lendemain du premier tour, apporté son soutien à Emmanuel Macron pour le scrutin final. Dans un communiqué très explicite, l'organisation patronale présidée par Geoffroy Roux de Bézieux juge que le président sortant est "le plus favorable pour assurer la croissance de l'économie et de l'emploi".

Pour le Medef, une arrivée de Madame Le Pen à l'Elysée générerait, "une dégradation de la confiance", "une baisse des investissements et des créations d'emplois". Et le Medef de s'inquiéter : "Le programme économique conduirait le pays à décrocher par rapport à ses voisins et à le mettre en marge de l'Union européenne."

Le syndicat  reste fidèle à la ligne adoptée il y a cinq ans. Dirigée par Pierre Gattaz, l'avenue Bosquet s'était en 2017 déjà prononcé en faveur du candidat Emmanuel Macron. Mais non sans avoir, cependant, laissé percevoir auparavant un soutien amical à François Fillon.

La CPME et U2P ne donnent pas de consigne de vote

Représentant les petites entreprises, François Asselin, lui, préfère rester silencieux et ne pas donner de consignes de vote pour le second tour de l'élection présidentielle. "Nous sommes des pragmatiques, à chacun de se faire son opinion." Et d'estimer que, dans chacun des programmes, "il n'y a pas de mesures anti-entreprises mais plutôt un regard bienveillant sur les entreprises et les PME". Par exemple, les deux finalistes promettent des baisses importantes d'impôts de production.

Prudent, François Asselin face à une candidate qui se présente comme défenseur des petits patrons ? Soucieux de ne pas froisser ses adhérents lepenistes ? Le chef de file de la CPME estime simplement "que Marine Le Pen, évidemment, c'est un peu l'aventure".

Même neutralité du côté des artisans. À l'U2P, la tradition est de ne pas donner de consignes de vote.

Reste que la situation n'est pas tout à fait la même qu'il y a cinq ans, même si l'affiche des finalistes se retrouve. En 2017, les milieux d'affaires faisaient montre d'une vive inquiétude face à la fille de Jean-Marie Le Pen, dont le programme économique consistait à sortir de l'euro. Cette mesure avait été un repoussoir puissant pour nombre de chefs entreprise. Ce n'est plus le cas.

Par ailleurs, durant le quinquennat qui vient de s'écouler, Emmanuel Macron a souvent apporté son soutien aux entrepreneurs, notamment pendant la pandémie, avec le fameux "quoi qu'il en coûte". En décembre dernier, le chef de l'Etat a aussi pris des mesures très attendues - en terme de protection du patrimoine, d'allocation chômage, etc. - en faveur des indépendants.

Des syndicats divisés

Mais, la dispersion des points de vue est encore plus marquée chez les représentants et les élus des salariés que chez les patrons.

Fidèle à ses convictions, Laurent Berger, à la CFDT, n'a pas mis longtemps à appeler ses adhérents à faire rempart contre l'extrême droite. Comme il l'avait fait en 2017, le chef de file du premier syndicat de salariés de France s'est exprimé, là aussi, sans ambages :

"L'heure n'est plus au choix d'un programme, mais à la défense de la démocratie. La CFDT appelle à battre Marine Le Pen en votant Emmanuel Macron."

Laurent Berger, qui n'a guère de proximité personnelle avec le président sortant, a toutefois pris soin de préciser dans un communiqué que "cet appel ne vaut ni approbation du bilan sortant ni adhésion à son programme".

Du côté de la CGT, pour l'heure, pas de consigne de vote en faveur d'Emmanuel Macron. En 2017, la centrale de Philippe Martinez avait demandé à ses adhérents de voter contre le Front national mais sans appeler explicitement à glisser un bulletin en faveur d'Emmanuel Macron. Ce mardi, la centrale de Montreuil s'est réunie et a adopté la même position : "La situation est grave, l'extrême droite est aux porte de l'Elysée... ( ...), la CGT n'est pas propriétaire des voix de ses syndiqué.e.s, mais pas une voix du monde du travail doit aller à l'extrême droite". Et d'imputer au "gouvernement et au président sortant une lourde responsabilité sur la perte de sens du débat politique et la banalisation des idées d'extrême droite".

De son côté, Force Ouvrière reste fidèle à sa tradition de ne pas faire de politique. Elle ne se prononce jamais.

Pour les organisations syndicales, il peut être douloureux de soutenir le candidat d'En Marche qui, pendant le dernier quinquennat, les a négligés, et dont ils ont combattu de nombreuses réformes. Au premier rang desquelles la réforme de l'assurance chômage ou même celle des retraites avant le Covid.

Par ailleurs, selon un sondage publié lundi par Harris Interactive pour Liaisons Sociales Quotidien, les personnes se disant proches d'un syndicat de salariés ont été 21% à voter pour Marine Le Pen dimanche dernier. Soit 8 points de plus qu'en 2017. C'est chez Force ouvrière que la proportion est la plus forte avec 31% des adhérents et sympathisants favorables à la candidate du Rassemblement National, et 22% pour les proches de la CGT. À la CFDT, ils ne sont que15 %, les adhérents préférant Emmanuel Macron.

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 33
à écrit le 13/04/2022 à 19:11
Signaler
Je ne voterai pas pour elle, mais force est de constater que tous les journaux a grand coup d'articles anti Le Pen oublient de faire le bilan des 5 années Macron. On voit pour qui roulent les échos, le figaro, le monde, etc etc et surtout leurs richi...

le 13/04/2022 à 20:30
Signaler
La presse aussi globalisée que subventionnée par nous roule pour la caste !.. Eric Verhaeghe du Courrier des Stratèges "Je connais très peu de macronistes qui m’expliquent aujourd’hui qu’ils votent Macron par conviction, ou qui jugent ...

le 14/04/2022 à 9:04
Signaler
Ce que permet le double quinquénat du président et des députés fait qu'il y a une 3ième tour a ces présidentielles. Ce qui permet de pouvoir accepter l'un ou l'autre finaliste sans risque majeur car le président n'aura pas forcément la majorité au pa...

à écrit le 13/04/2022 à 18:45
Signaler
Avec Lui le pire est à venir, les pénuries alimentaires arrivent, Pfizer prépare les contrats pour le retour du pass vaccinal en octobre, l’université deviendra payante, il touchera en premier à nos retraites. ToutsaufMacron. Le Canard Enchaîné lui,...

à écrit le 13/04/2022 à 17:51
Signaler
Quand on voit le salaire du patron de Stellantis, on se rapproche de plus en plus des oligarques Russes. Si nos dirigeants ressemble aussi de plus en plus à Poutine, il risque d'y avoir des morts Suisses ou Belges !

à écrit le 13/04/2022 à 17:33
Signaler
Il y a apparemment par ici beaucoup de gens qui ignorent complètement l'histoire récente d'un pays qui a appliqué assez largement les préceptes de LFI: le Venezuela. Aujourd'hui, environ 5 millions de vénézuéliens (sur environ 40 millions) ont dû qui...

le 13/04/2022 à 20:49
Signaler
Le Venezuela possède en plus les plus grandes réserves de pétrole au monde. C'est d'autant plus exceptionnel de la part du pouvoir vénézuélien que de réussir a mettre sa population dans une telle misère économique lorsque la nature vous a pourvu d'au...

à écrit le 13/04/2022 à 17:26
Signaler
M.Macron s’est mis dans une position très risquée, en venant avec comme programme de faire ce qu’il n’a pas pu faire pendant cinq ans.. Au surplus, dès le premier tour passé, il commence à revenir sur ce qui était finalement promis! Je ne sais pas co...

à écrit le 13/04/2022 à 16:39
Signaler
Le PDC tout la haut le choix ce sera marine

à écrit le 13/04/2022 à 14:06
Signaler
Donc les él6cteurs de Mél6nchon vont v0ter pour le banqu1er dont la première action de son qu1nquennat a été la suppression de l'1SF. C'est b1en celà ? Ah, ah, aaAHHH !!!

le 14/04/2022 à 9:34
Signaler
Pas que ,le courrier du Député LR du Vaucluse, Julien Aubert «Les 100 raisons de ne pas voter Macron» énumère très clairement le chaos de Macron pendant ces cinq ans.Même si je ne suis pas LR ,je trouve qu'il fait fort ce député.Chaque électeur de la...

à écrit le 13/04/2022 à 13:34
Signaler
Si ces représentants ne comprennent pas que tant que l'oligarchie UE/US qui verrouille les médias parviendra à imposer le «barrage contre l'extrême-droite» au 2e tour de la présidentielle, la France va s'enfoncer dans l'impasse d'un pays dirigé...

à écrit le 13/04/2022 à 13:31
Signaler
Les syndicats représentent très peu les travailleurs et sont à l'origine de casse sociale par leur jusqu'au boutiste qui a fermé beaucoup d'entreprises Françaises. Le dogme avant le bon sens comme en Allemagne . Avec 2 milliards à se partager le gâte...

le 13/04/2022 à 13:57
Signaler
Bien sûr parce qu élire une fille à papa qui n a jamais vraiment travaillé et issue une dynastie partisane et politique dans une république est un bon exemple d une démocratie française au 21 eme siècle … si ce n était pas tragi- comique ça doit bi...

le 13/04/2022 à 21:24
Signaler
Certains jugent Macron irrecevable puisqu'ancien banquier, d'autres jugent LePen irrecevable car fille à papa, et d'autres encore jugent Mélenchon irrecevable car ayant fait une carrière entière dans la politique, en être sorti en étant aux grandes f...

à écrit le 13/04/2022 à 13:26
Signaler
Moi, je pense que maintenant l'on peut faire cette élection en tirant à la courte paille.

à écrit le 13/04/2022 à 13:24
Signaler
Il ne faut surtout pas.. Dans sa contre-campagne F Asselineau l' interdit de présidentielle tweete, LE PROGRAMME DE MÉLENCHON BEAUCOUP PLUS PROCHE DE CELUI DE LE PEN QUE DE MACRON ! Ce tableau compare 25 points des programmes Macron,Le ...

à écrit le 13/04/2022 à 13:19
Signaler
le medef, les syndicats, ceux du cinema, les juifs, les sportifs (richichimes), les socialistes, les verts, tous derriere macron .....et derriere marine ? bah, tous les autres.

le 14/04/2022 à 0:03
Signaler
Pas vraiment tous les autres .. le pen n est pas aussi anti système qu elle le prêtend elle vit dans un château dans une riche commune de la ouest parisien , est n la fille de .. créant une dynastie politique dans une démocratie … s est fait financée...

à écrit le 13/04/2022 à 11:23
Signaler
Les syndicats qui représentent 7% des salariés appellent à voter macron donc. Encore un point de plus pour marine le pen. Ah ils vont y arriver ! ^^

le 13/04/2022 à 12:47
Signaler
C'est un petit monde dont il me semble auquel vos vos yeux ne se sont jamais ouverts . Qui vie de quoi sur le dos de tout le monde .

à écrit le 13/04/2022 à 10:39
Signaler
Si nous sommes encore a hésiter, c'est que rien n'a été fait pendant 5 ans!

le 13/04/2022 à 23:37
Signaler
Parce que vous croyez qu avec Marine Le Pen ça passera mieux?aucune majorité au sénat ou à nl assemblée , le conseil constitutionnel qui ne lui facilitera pas la tâche, les maires qui feront barrage , la bce , les pays européens qui boycotteront no...

le 13/04/2022 à 23:37
Signaler
Parce que vous croyez qu avec Marine Le Pen ça passera mieux?aucune majorité au sénat ou à nl assemblée , le conseil constitutionnel qui ne lui facilitera pas la tâche, les maires qui feront barrage , la bce , les pays européens qui boycotteront no...

à écrit le 13/04/2022 à 9:39
Signaler
Et la CFDT et la CGT appellent comme en 2017 à voter Macron.Il doit bien se frotter les mains Emmanuel surtout quand il fera sa la reforme des retraites.Dur d'appeler ensuite les salariés à manifester dans la rue contre ,non ? .Bref ,jackpot assurer...

à écrit le 13/04/2022 à 9:12
Signaler
Ben oui la colère est là. #nousnesommespasdesbangladais

le 13/04/2022 à 20:53
Signaler
Vous avez quelque chose contre les bangladais ?

à écrit le 13/04/2022 à 7:51
Signaler
les consignes sont ridicules, sauf a se donner bonne conscience et ne pas se faire traiter de nazi facho ultraneomedef par la gauche ultratolerante......les consignes n'ont jamais servi a rien, et hormis la cgt on ne voit pas en quoi un syndicat a a...

à écrit le 12/04/2022 à 19:52
Signaler
Bonjour, Pour les ouvriers le choix est simple Mr Macron s'est toujours plus de travailleurs détachés européenne qui prennent le travail des français. S'est toujours plus de migrants qui pas leur acceptation au travail ( forcer par leur situation...

le 13/04/2022 à 10:55
Signaler
Heureusement que les émigrés sont là pour travailler dans le bâtiment et dans tous les travaux pénibles que les français ne veulent pas faire.

le 13/04/2022 à 21:06
Signaler
Il n'y a pas de métiers que les français ne veulent pas faire, il n'y a que des métiers avec des conditions non adaptées. Au Canada, il faut être résident en situation régulière, et membre en règle de la commission de la construction pour pouvoir êtr...

à écrit le 12/04/2022 à 19:45
Signaler
Mais pourquoi j'ai l'impression de revenir 5 ans en arrière. un peu comme un quinquennat sans fin. Dans deux trois mois on aura une affaire Benalla bis, une affaire Kholer bis, l'affaire Solére bis, une affaire Buzin bis, etc... Qui va se faire prend...

le 13/04/2022 à 15:48
Signaler
C'est pas fini, puisque Macron va sûrement obtenir aux législatives un front républicain en sa faveur , je pense qu’il aura même plus de députés qu'en 2017 (308) avec une "opposition" qui continuera à être divisée et aura un temps de parole ridicule ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.