Macron ou Le Pen ? Ce qui changera pour les retraités selon le vainqueur de la présidentielle

Chefs d’entreprise, salariés, demandeurs d'emploi, retraités, contribuables, propriétaires ou locataires, jeunes…, leur vie ne sera pas la même selon le vainqueur de l’élection présidentielle. Pendant l’entre-deux tours, La Tribune a décidé de confronter les programmes des deux finalistes non pas par thématique mais par population concernée. Premier volet, les retraités.

4 mn

Emmanuel Macron a terminé en tête au soir du premier tour avec 27,8% des voix, contre 23,1% pour Marine Le Pen.
Emmanuel Macron a terminé en tête au soir du premier tour avec 27,8% des voix, contre 23,1% pour Marine Le Pen. (Crédits : DR)

La France compte aujourd'hui 16,7 millions de retraités. Les propositions des deux finalistes constituent élément de distinction très fort de leurs programmes.

Les deux finalistes pour une réindexation des pensions sur l'inflation

Marine Le Pen et Emmanuel Macron veulent tous les deux rendre du pouvoir d'achat aux retraités. Leur première mesure sera donc d'indexer - pleinement- les retraites sur l'inflation, laquelle doit atteindre cette année 4,5% en mars, un niveau jamais observé depuis 1985. S'il est réélu, Emmanuel Macron s'est engagé à mettre en place cette mesure dès cet été, et non pas en janvier prochain, pour éviter que les retraités ne subissent un décalage de temps. Quant au niveau de cette réindexation, Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, soutien du président sortant, a précisé qu'il s'agira d'une réindexation exceptionnelle à hauteur de 4,5 % pour tenir compte de l'inflation actuelle. Le ministre a aussi mentionné la nécessité de ne pas se contenter de cette décision d'urgence, convaincu "qu'il faudra aussi ouvrir une réflexion plus globale".

L'âge de départ, point clivant entre les deux finalistes

Mais, pour les retraités, la question du maintien du niveau de leur pension est posée. C'est ainsi qu'Emmanuel Macron justifie sa réforme des retraites et le décalage progressif de l'âge légal de 62 à 64 ans au moins, selon les discussions, alors que dans son programme, il mettait le curseur à 65 ans. Dès le lendemain du premier tour, il s'est dit prêt à amender son projet initial : "65 ans n'est pas un dogme". Un assouplissement en direction des électeurs de gauche.

Emmanuel Macron veut également proposer un cumul emploi-retraite plus avantageux et plus simple.

Pour Marine le Pen, en revanche, pas question de repousser l'âge de départ. Au contraire. Elle envisage un départ à 60 ans pour les salariés qui ont démarré entre 17 et 20 ans, puis des départs progressifs en fonction de l'âge de l'entrée sur le marché du travail. Quant au financement des pensions (et pour combler les déficits), elle mise surtout sur la chasse à la fraude sociale pour faire entrer de l'argent dans les caisses.

Concernant le montant des pensions cette fois, Emmanuel Macron porte la retraite minimale à 1.100 euros, pour une carrière complète, quand Marine Le Pen envisage un minimum à 1.000 euros. Pour rappel, aujourd'hui, la pension moyenne brute s'élève à 1.500 euros brut mensuels.

Autre point de clivage, le minimum vieillesse

La candidate du Rassemblement national entend réserver - comme les autres aides sociales- un minimum vieillesse aux nationaux. Il fera l'objet d'une revalorisation annuelle au moins égale à celle de l'inflation.

Dans le secteur privé, Marine Le Pen relève aussi le plafond à partir duquel est accordée la pension de réversion au conjoint de la personne décédée. Aujourd'hui fixé à 18.720 euros par an, il sera rehaussé à 30.000 euros. Elle réinstaure par ailleurs la demi-part fiscale dans l'impôt sur le revenu pour les veuves et les veufs.

Pas de changement du côté d'Emmanuel Macron en la matière.

Un point de convergence : alléger les transmissions

Enfin, il est un sujet sur lequel Emmanuel Macron et Marine Le Pen se rejoignent : l'encouragement à la transmission de patrimoine, en allégeant les successions familiales.

Le président sortant souhaite augmenter l'abattement sur les successions en ligne directe en le passant de 100.000 à 150.000 euros. Selon lui, "il y a une impossibilité de transmettre le fruit de leur travail à un neveu ou une nièce, à l'enfant de leur conjoint , à leur petit enfant". Aussi, veut-il élargir le régime des héritiers en ligne directe aux enfants des conjoints.

Marine Le Pen suggère, elle, de défiscaliser les donations familiales jusqu'à 100.000 euros tous les 10 ans - contre 15 ans aujourd'hui. Et ce, selon elle, pour lutter contre "l'appauvrissement de certaines catégories d'âge ; les moyens se concentrent en réalité bien souvent chez les personnes âgées, qui n'ont pas la capacité de pouvoir aider leurs enfants et leurs petits enfants". Elle souhaite aussi supprimer les droits de succession sur les biens immobiliers inférieurs à 300 000 euros.

Lire aussi 4 mnPrésidentielle 2022 : Le Pen en tête dans 57,12% des communes, contre 33,81% pour Macron

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 23/04/2022 à 15:48
Signaler
Rien sur les polypensionnés dans les deux programmes !!!!!.....///. Si on doit travailler plus longtemps pour financer la prise en charge de la dépendance des personnes âgées, pourquoi avoir créée la cinquième branche de la sécurité sociale ? Ces de...

à écrit le 13/04/2022 à 20:04
Signaler
lamentable ce qu a dit revanchard. Ia retraite n est pas un sujet strategique et voter contre le president actuel denote un manque de vision globale .Il y a d autres problemes plus serieux comme la poursuite du redressement du pays et notre plac...

le 13/04/2022 à 22:37
Signaler
Vous aurez noté qu’à chaque élection, les protagonistes parlent de redresser le Pays ! Ça fait un moment qu’on attend ce redressement qu’on ne voit toujours pas venir ….. Ce qu’on peut dire c’est qu’avec Macron, les riches citadins s’en sortiront mie...

à écrit le 13/04/2022 à 13:41
Signaler
Ce n'est pas aux français de décider tant qu'ils auront besoins que la BCE achete leur dette pour payer leus déficits.

à écrit le 13/04/2022 à 12:45
Signaler
C'est un peu triste que le débat se centre sur les retraites : la France mérite plus de dynamisme. Et la retraite, c'est l'antichambre de la mort : c'est nul !

le 13/04/2022 à 15:34
Signaler
Je suis à 76 ans retraité du privé depuis Mai 2006 et n'ait pas l'intention de casser ma pipe pour faire plaisir à MACRON et rétablir les comptes déficitaires de la CNAV du privé qui éponge les déficits des régimes spéciaux du Public depuis SARKOZY.

le 13/04/2022 à 20:06
Signaler
entierement d accord

le 14/04/2022 à 9:53
Signaler
"Et la retraite, c'est l'antichambre de la mort : c'est nul ! " C'est plutôt l'Ehpad l'antichambre .Aujourd'hui la retraite peut durer près de 20 ans voir plus nos baby-boomers en savent quelque chose .Reste a savoir si on est en bonne santé ou pa...

à écrit le 13/04/2022 à 12:28
Signaler
Quelque Président que ce soit, ce qui sera décidé se fera sur la base de ce que préconisera le COR. Tous nos voisins proches sont à 64 ans en moyenne. l'Europe aura aussi son mot à dire. Aller à contre sens du vent est difficile. On s'épuise pour r...

le 13/04/2022 à 16:03
Signaler
"Tous nos voisins proches sont à 64 ans en moyenne". C'est donc cela ton Europe ,les autres le font pourquoi pas nous et ben ,heureusement que l'on ne met pas de coup de fouet encore aux salariés ailleurs ,tu demanderais à l'appliquer ici aussi. T...

à écrit le 13/04/2022 à 11:10
Signaler
MACRON n'aime pas les retraités et plus généralement les improductifs Nous allons lui rendre la monnaie de sa pièce en votant LE PEN le 24 avril. 10 ans sans pratiquemlent aucune évolution des pensions et même une baisse avec l'augmentation de la CSG...

le 13/04/2022 à 15:24
Signaler
je suis tout à fait d'accord avec vous, j'espère que tous les retraités, ne voteront pas pour Mr Macron .10 ans sans aucune augmentation, ça ne passe pas , surtout qu'en plus la CSG a augmenté. Nos retraites devraient être indexée sur l'inflation , c...

le 13/04/2022 à 21:39
Signaler
Macron n'aime personne, et personne n'aime Macron : on va aller loin avec ça. Et ça ne donne pas très envie de prendre sa retraite. Surtout quand on pense que l'Etat emprunte plus tous les ans pour servir les pensions, et que quand il aura fait fa...

à écrit le 13/04/2022 à 8:16
Signaler
Dans tous les cas, quel que soit le gagnant, après l'élection, les retraités seront les dindons de la farce, étant donné qu'ils n'ont plus la capacité de tout casser et de semer le désordre.

à écrit le 13/04/2022 à 7:55
Signaler
wow!!!!!!!!! qu'est ce qui va changer quoi? la france a 900 milliards de hors bilan concernant les retraites, les regimes speciaux des rentiers sont tous finances par les autres regimes, les PL ont vu leurs caisses syphonnees ' dans la justice tolera...

à écrit le 12/04/2022 à 19:56
Signaler
En France, ce ne sont pas les présidents de la République qui décident de quoi que ce soit dans les domaines qui ne relèvent pas de ses pouvoirs ! En matière de retraite comme à peu près dans tous les sujets dont les candidats traitent au cours de ce...

à écrit le 12/04/2022 à 19:09
Signaler
Je ne crois Emanuel Macron faire quelques choses pour les retraités , c'est du vent , sa politique s'était de faire reculer les pensions justement comme Hollande et Sarkosy . Alors qu'il ne souhaite pas augmenter les prélèvements des cotisations ret...

le 12/04/2022 à 20:53
Signaler
Macron recycle à son profit la dictature des GOPE de l' UE sur le sujet retraite, c' est l' UE qui demande de rallonger l ' âge de la retraite dans les pays d' Europe. Comme l’explique l’UPR depuis des années, tous les gouverne...

le 13/04/2022 à 9:47
Signaler
"sa politique s'était de faire reculer les pensions justement comme Hollande et Sarkosy ." Bien avant : La réforme des retraites de 1993 a modifié de nombreux paramètres concernant les modalités de calcul des pensions de retraite.Il a allongé la...

à écrit le 12/04/2022 à 19:06
Signaler
Ca commence (ou continue ) a être risible non?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.