Entre la relance et le variant Delta, Macron à nouveau sur une ligne de crête

Emmanuel Macron doit s'adresser aux Français à 20 heures pour annoncer des nouvelles mesures contre le variant Delta. Ces nouvelles annonces, à l'heure où une quatrième vague du Covid-19 est redoutée, risquent une nouvelle fois de compromettre la relance économique et l'agenda des réformes de la majorité.
Grégoire Normand
L'objectif initial de son intervention était de définir le cap des dix derniers mois du quinquennat, en évoquant les réformes comme celle des retraites.

Mais il devrait surtout détailler les mesures validées en Conseil de défense, qui a débuté à 10H00 à l'Elysée, sur une éventuelle obligation vaccinale pour les soignants ou une extension du pass sanitaire.
L'objectif initial de son intervention était de définir le cap des dix derniers mois du quinquennat, en évoquant les réformes comme celle des retraites. Mais il devrait surtout détailler les mesures validées en Conseil de défense, qui a débuté à 10H00 à l'Elysée, sur une éventuelle obligation vaccinale pour les soignants ou une extension du pass sanitaire. (Crédits : Reuters)

C'est presque devenu un rituel pour les Français. Alors qu'Emmanuel Macron doit s'exprimer à 20 heures pour annoncer de nouvelles mesures, beaucoup de dirigeants dans les milieux économiques et financiers retiennent leur souffle. Entre la nécessité de ralentir la propagation de l'épidémie et la préservation du tissu productif, le chef de l'Etat joue un numéro périlleux d'équilibriste depuis le printemps 2020.

L'accélération des contaminations dues au variant Delta inquiète particulièrement la communauté scientifique. Ce week-end, le ministre de la Santé Olivier Véran a tiré la sonnette d'alarme en annonçant que la France se trouvait "au départ d'une nouvelle vague" épidémique de Covid-19, redoutant une répercussion prochaine sur les hôpitaux, faute d'une vaccination suffisante. Pour l'exécutif, la baisse du rythme de la vaccination dans la population et la virulence de ce variant assombrissent l'agenda économique et social de la fin du quinquennat, déterminante pour la prochaine élection présidentielle.

Un scénario semblable à l'été 2020 ?

Il est encore difficile d'avoir une vision solide à ce stade du déroulement de la saison estivale. Au ministère de la Santé, on redoute un scénario semblable à l'été 2020. "La charge hospitalière pour l'instant n'augmente pas, mais il va se passer la même chose que l'été dernier, c'est-à-dire que les jeunes vont contaminer les moins jeunes, et, parce que tout le monde n'est pas vacciné, vous allez avoir une augmentation de la pression sanitaire, une augmentation des cas graves et des hospitalisations", a développé le ministre en charge de la Santé.

Sur le plan économique, la plupart des indicateurs sont au vert. La Commission européenne a révisé ses prévisions de croissance à 6% pour l'année 2021. Quant à l'Insee, les conjoncturistes tablent sur la même hausse du produit intérieur brut (PIB) cette année malgré un premier semestre sous contraintes sanitaires. Pour cet été, certains économistes sont même plus optimistes que lors de l'été 2020 marqué par un pic d'activité après un creux historique au second trimestre de la même année. C'est par exemple le cas de l'économiste en chef de Oddoe Securities Bruno Cavalier. Il estime dans une récente note que "la reprise sera plus diffuse et solide qu'à l'été 2020".

"Certes, il y a des variants contagieux qui circulent, mais à ce jour, il ne semble pas qu'ils soient plus mortels que le virus de départ, ni que les vaccins soient moins efficaces à en empêcher les formes graves. Le risque sanitaire demeure, mais ce n'est plus un risque économique si l'on n'a pas à redouter l'embouteillage des hôpitaux."

La grande différence avec l'année dernière est que la campagne de vaccination n'avait pas encore commencé. En outre, des économistes ont rappelé "l'effet d'apprentissage" d'un grand nombre de secteurs depuis le début de la pandémie.

Il reste que beaucoup de segments de l'économie tournent encore en sous régime. Les récentes enquêtes de conjoncture de la Banque de France ont montré que le niveau d'activité était encore inférieur à celui d'avant crise.

Lire aussi 4 mnLa pénurie de main-d'oeuvre pèse sur la reprise des entreprises

"Selon la Banque de France, cet écart serait de 2% en juillet, vs 4% au T2 et 5% au T1. Il devrait se combler durant les mois d'été, sans toutefois que la normalisation soit achevée dans tous les secteurs. Même si les restrictions ont presque toutes été levées, certaines branches continuent en effet d'opérer sous la normale. C'est le cas de l'hôtellerie-restauration, car une partie de la demande (touristes internationaux, voyages d'affaires) reste déprimée" a ajouté Bruno Cavalier. Le marasme provoqué par les différentes vagues dans certains secteurs risquent de peser à moyen terme sur les capacités de rebond comme dans l'hôtellerie-restauration ou l'événementiel par exemple.

Un plan de relance chamboulé par la pandémie

Le calendrier du plan de relance de 100 milliards d'euros annoncé à l'été 2020 ne cesse d'être chamboulé par les vagues épidémiques à répétition. Si le gouvernement affirme que le rythme de décaissement de cette enveloppe est assuré, l'exécution des crédits est sans cesse repoussée par les longues périodes de confinement. Au début de l'été, le gouvernement a dû présenter un nouveau budget rectificatif de l'ordre de 20 milliards d'euros supplémentaires, dont 15,5 milliards d'euros de mesures d'urgence.

Lire aussi 4 mnEntre urgence et relance, un budget de 20 milliards d'euros supplémentaires à l'Assemblée

A la rentrée, le budget 2022  "doit poursuivre la mise en œuvre du plan de relance avec des mesures spécifiques pour soutenir massivement l'économie. Le budget 2022 finance la transition : il s'agit de retrouver le chemin de la soutenabilité tout en déployant le plan de relance, sans prendre des mesures de redressement des finances publiques qui seraient brutales ou excessives" a indiqué dans un récent entretien à La Tribune le ministre en charge des comptes publics Olivier Dussopt. Face aux craintes d'une réduction trop rapide des aides, il a répondu "ce n'est évidemment pas un projet de loi de finances d'austérité, bien au contraire."

Lire aussi 18 mn"Nous avons fait des choses que la gauche n'avait jamais réussi à faire", Olivier Dussopt

Un agenda des réformes très serré

Lors d'un déplacement au début du mois de juin dans le département du Lot, le Président de la République a relancé les débats sur la réforme explosive des retraites. Mise sur pause par la pandémie, ce grand chantier fait l'objet d'âpres débats au sein de la majorité. Entre des ministres comme Bruno Le Maire qui poussent pour accélérer le calendrier et d'autres personnalités qui freinent à l'instar de François Bayrou, la décision d'Emmanuel Macron demeure très attendue.

Sauf que l'agenda des réformes s'est considérablement rétréci avec la multiplication des variants. Même si le calendrier de l'élection présidentielle n'est pas encore arrêté, il ne reste plus que quelques mois à l'exécutif pour mener "cette mère des réformes" qualifiée ainsi par Macron. En outre, la plupart des partenaires sociaux ont exprimé leurs réticences à lancer un tel programme à quelques mois de la campagne pour le scrutin présidentiel. A l'issue d'une réunion à l'Elysée la semaine dernière, les syndicats et les représentants du patronat ont clairement fait savoir qu'ils n'étaient pas prêts à rouvrir ce dossier politiquement inflammable.

Lire aussi 5 mnMacron reçoit les partenaires sociaux : les syndicats l'arme au pied sur les retraites

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 12/07/2021 à 23:22
Signaler
Quelqu'un connait il la couleur de l'étoile à agrafer à ses vêtements ?

le 13/07/2021 à 0:19
Signaler
Jaune ! Comme pendant la Seconde Guerre. A arborer avec Courage et Détermination ! Comme contre le Régime nazi !

à écrit le 12/07/2021 à 21:08
Signaler
Pendant qu'on y est (second degré pour ceux qui sont trop c*n), je propose qu'on ajoute au passe sanitaire la sérologie de tout le monde. Que tous ceux qui sont porteurs du sida soient interdits de boîte de nuit, de site de rencontre, ... La Dictatur...

le 12/07/2021 à 21:24
Signaler
Si au pif le professeur zemour découvre le vaccin du SIDA : y aurai t'il des récalcitrants ?

à écrit le 12/07/2021 à 21:02
Signaler
Toute l'allocution de Macron 20h est une provocation. Elle confirme mon analyse sur ses propos mystérieux des 4 décembre et 3 juin. L'oligarchie qui «tient» Macron lui a donné son ultime feuille de route avant qu'il ne soit exfiltré de l'Élysée en 20...

à écrit le 12/07/2021 à 20:56
Signaler
Licenciement pour le personnel de santé rétif a la vaccination. Paiement d'une quote-part de frais d'hospitalisation pour patient non vacciné.

à écrit le 12/07/2021 à 19:52
Signaler
Le graphique ci-dessous retrace - année après année - le nombre de morts recensés par les CD us suite à une vaccination. De 1991 à 2020, ce nombre s'est inscrit dans une fourchette assez stable allant de 108 à 203 morts/an. Le 1er semestre 2021 révèl...

à écrit le 12/07/2021 à 19:48
Signaler
Covid-19: "40% du personnel infirmier a donné sa démission et les lits continuent d'être supprimé dans les hôpitaux du nord de Paris y compris des lits de réanimation ,les logiques comptables reprennent comme avant le Covid ,c'est la fin de l’hôpital...

à écrit le 12/07/2021 à 18:00
Signaler
Macron n'est sur aucune crête. Tout se déroule à peu près comme prévu, a minima jusqu'au printemps 2022.

le 12/07/2021 à 21:10
Signaler
Film d'anticipation: Soleil Vert

le 12/07/2021 à 23:19
Signaler
Si au moins Macron avait le courage et la coherence de ses opinions : oui, un décret Soleil Vert .

à écrit le 12/07/2021 à 17:36
Signaler
Je le vois bien nous chanter le nouveau tube de l'été: l'été delta, une saison qui n'existe qu'en macronie...

à écrit le 12/07/2021 à 17:33
Signaler
Macron n'est sur aucune crête. Tout se dérouleront lui à peu près comme prévu, a minima jusqu'au printemps 2022

à écrit le 12/07/2021 à 13:21
Signaler
Comment se fait il qu’une minorité refusant de se faire vacciner tient en otage une majorité à qui on va encore imposer un confinement - on ne peut faire autrement- dont on légifère par la loi contraindre les minoritaires à l isolement social complet...

le 12/07/2021 à 14:14
Signaler
comment se fait-il que des médecins qui ont fait les mêmes études que les autres déconseillent à leurs patients de se faire vacciner ????? comment les règles qui ont valu durant des années disparaissent maintenant que les bandits de l'hopital n(ont ...

le 12/07/2021 à 15:21
Signaler
Si le vaccin était juste a 50% d'efficacité de ce qu'ils annoncent croyez vous que les quelques non vaccinés serait un problème? Les vacciné pourraient plus chopper ce virus donc pour qu'elle vraie raison ces politiciens et ensemble de moutons sociét...

à écrit le 12/07/2021 à 13:20
Signaler
En fait on comprend pourquoi il a prit une femme plus âgée notre président il n'a fait qu'anticiper son quinquennat dans lequel il a prit 20 ans d'un coup (photo) Bien vu !

le 12/07/2021 à 17:57
Signaler
"En fait on comprend pourquoi il a prit une femme plus âgée notre président " En viager.

le 13/07/2021 à 8:26
Signaler
Je pense que la monarchie n'était pas allée aussi loin dans la décadence... -_-

à écrit le 12/07/2021 à 13:20
Signaler
Vous avez vu les yeux qu'il a. Tu croises ça a 2h du mat en forêt, tu dois flipper grave.

le 12/07/2021 à 13:56
Signaler
Il ne vous faut pas grand chose pour avoir peur.

le 12/07/2021 à 15:22
Signaler
Mais le port du masque adoucie la peur, au moins on voit plus ca dentition si inquiétante... ni ces crots de "raptout" (voir sketch des inconnus)

le 12/07/2021 à 18:02
Signaler
On peut aussi retrouver sur le net son discours de campagne de 2017 ou il hurlait comme un dément sur l'estrade.

à écrit le 12/07/2021 à 12:37
Signaler
A force de stigmatiser les jeunes, de les rendre responsables de la diffusion du virus, l'histoire va mal finir pour Macron. Je vois bien les jeunes lui faire payer dans les urnes la gestion de la pandémie.

le 12/07/2021 à 13:56
Signaler
Les jeunes ne votent que très peu

le 12/07/2021 à 18:09
Signaler
@ réponse de Marc 469 C'est vrai qu'ils votent peu...mais ils peuvent aussi se réveiller si par hasard quelqu'un trouve la bonne sonnerie pour les secouer.😃

à écrit le 12/07/2021 à 12:37
Signaler
A force de stigmatiser les jeunes, de les rendre responsables de la diffusion du virus, l'histoire va mal finir pour Macron. Je vous bien les jeunes lui faire payer dans les urnes la gestion de la pandémie.

le 12/07/2021 à 16:48
Signaler
D'autant plus que le gouvernement a sacrifié 2% de la vie de toute la population française pour sauver seulement 0.1% de la population qui était condamné à plus ou moins brève échéance. Et il pense aussi reconduire les privations de liberté alors que...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.