Retraites : le choix cornélien d'Emmanuel Macron

Les opposants à l'adoption d'une réforme avant la présidentielle de 2022 sont nombreux, des syndicats, unanimes, au patronat, en passant par quelques ténors de la majorité tels François Bayrou et le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand (LREM). Mais l'Elysée veut installer son calendrier des négociations d'ici à la rentrée.

3 mn

Emmanuel Macron, ainsi que le Premier ministre Jean Castex et les ministres Bruno Le Maire (Economie) et Elisabeth Borne (Travail) reçoivent à 11 heures les huit chefs de file des centrales syndicales.
Emmanuel Macron, ainsi que le Premier ministre Jean Castex et les ministres Bruno Le Maire (Economie) et Elisabeth Borne (Travail) reçoivent à 11 heures les huit chefs de file des centrales syndicales. (Crédits : FRANCESCO AMMENDOLA)

La réunion de ce mardi ne devrait pas donner lieu à des annonces mais elle donnera sans aucun doute la température de la rentrée sociale en France. Emmanuel Macron, ainsi que le Premier ministre Jean Castex et les ministres Bruno Le Maire (Economie) et Elisabeth Borne (Travail) reçoivent à 11 heures les huit chefs de file des centrales syndicales (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC) et patronales (Medef, CPME, U2P). Objectif : préparer le terrain des annonces attendues en juillet sur l'épineux dossier des retraites.

Si l'Elysée la décrit comme une "réunion d'écoute" avec la volonté de ne pas "dramatiser", les antagonismes sont pourtant déjà connus au sujet de l'âge de départ à la retraite. Le chef de l'Etat a prévenu qu'il n'hésiterait pas à prendre des décisions "difficiles" d'ici à l'élection présidentielle du printemps 2022. Face à lui, des syndicats déterminés : "s'il remet sur la table la réforme des retraites, il nous trouvera sur son chemin", a déclaré au Parisien Yves Veyriet, le secrétaire général de Force Ouvrière. "Le passage de 62 à 64 ans est injuste et illogique : alors que la crise sanitaire a aggravé les difficultés d'accès à l'emploi", ajoutait-il.

Système de calcul des indemnités de départ à points ? Age de départ ? Suppression des régimes spéciaux ? Pour rappel, le système français des retraites est déficitaire, avec un besoin de financement de 7 à 10 milliards d'euros par an.

La réforme sous condition de la relance économique ?

"Quelle que soit l'option retenue, ça paraîtrait totalement inflammable", a également prévenu Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, organisation pourtant initialement favorable à une refonte du système.

Malgré l'urgence, même le Medef, partisan d'un relèvement de l'âge de départ à 64 ans, estime qu'il faut repousser son application après la présidentielle, de peur de déclencher des mouvements sociaux à la rentrée qui entraveraient la relance.

Mais le gouvernement ne l'entend pas ainsi : "si le redécollage économique se confirme cet été et à la rentrée, et que la situation épidémique est maîtrisée, il est possible d'agir et d'enclencher un mouvement", a-t-il insisté.

Aussi, un sommet social pourrait être annoncé afin de poursuivre l'opération déminage.

A la suite du rapport Blanchard-Tirole qui juge la réforme "inévitable", d'autres sujets devraient être abordés lors de la réunion telle "la croissance durable et la transition écologique, la lutte contre les inégalités économiques ou encore le défi démographique".

"C'est vraiment une réunion d'écoute sur plusieurs sujets", souligne-t-on de source gouvernementale.

Lire aussi Climat, retraites, successions : les propositions choc du rapport Blanchard-Tirole

Une négociation en deux temps

Une prise de parole du président de la République est attendue d'ici à la mi-juillet, qui doit permettre de définir le cap de la fin du quinquennat, en particulier sur les réformes qu'il souhaite lancer et éventuellement sur un remaniement "technique".

Emmanuel Macron "s'exprimera prochainement", "probablement" avant le 14 juillet, a confirmé dimanche sur Radio J le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

Parmi les sujets d'actualité les plus brûlants, la question de la vaccination obligatoire ou non des soignants, sur laquelle le Premier ministre Jean Castex consultera les élus locaux jeudi, à l'heure où plane la menace du variant delta.

Les Français se disent quant à eux majoritairement opposés (57%) à une réforme avant la fin du quinquennat, selon un sondage publié vendredi.

Lire aussi Retraites: camouflet du patron du Medef à Macron qu'il n'estime plus légitime pour mener la réforme

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 26
à écrit le 07/07/2021 à 8:51
Signaler
En parlant de retraite : Le gouvernement de gauche espagnol a présenté mardi 6 juillet un avant-projet de loi de réforme du système de retraites visant, entre autres, à indexer la revalorisation des pensions sur l'inflation, ainsi qu'à pénaliser l...

à écrit le 07/07/2021 à 8:21
Signaler
Décidément, le cynisme de cet individu est hors norme.

à écrit le 07/07/2021 à 3:10
Signaler
Ce qui va mettre tout le monde d'accord ca va etre les taux qui vont remonter. La bce n'a plus de marge pour continuer a fabriquer de la fausse monnaie. Tout ce que vous allez acheter va etre encheri. Les cigales, c'est bientot la fin. Vous restera ...

à écrit le 06/07/2021 à 20:47
Signaler
Réduire les retraites ? et si nous commencions par les retraites actuelles ? C'est nous qui les payons ?

à écrit le 06/07/2021 à 17:46
Signaler
Tout le monde sait qu’il faut faire une réforme des retraites, mais personne ne veut assumer ses conséquences, heureusement que dans l’entreprise les responsables sont plus courageux

le 06/07/2021 à 18:55
Signaler
En France, tout le monde est pour les réformes, mais à condition qu'elle s'applique aux autres, comme les réformes du marché du travail essentiellement soutenues par.. les retraités!

à écrit le 06/07/2021 à 14:44
Signaler
Fin de tous les régimes spéciaux, des privilèges de la haute fonction publique et alignement public-privé .Pas en 6 mois bien sur! Quelle est l'urgence de commencer maintenant et pas au début de la prochaine législature?

le 06/07/2021 à 17:27
Signaler
"et alignement public-privé " Sur le public bien sûr puisque beaucoup de monde l'envie.

à écrit le 06/07/2021 à 13:58
Signaler
Le choix sera simple, prélever beaucoup les salariés, payer les retraités avec de la monnaie de singe . Seul possibilité aux futurs retraités aller vivre dans des pays à bas cout, Maroc, Portugal, Thailande ... déja même un peu trop cher, plutôt Camb...

le 06/07/2021 à 15:27
Signaler
La fable de la cigale et la fourmi, vous connaissez? Comment les retraités ont ils pu croire un seul instant qu'un système conçu comme une pyramide de Ponzi pouvait rester stable au moment du passage à la retraite des boomers? Comme pour le changemen...

le 06/07/2021 à 16:02
Signaler
"on croise les doigts en espérant mourir avant que les vraies difficultés ne soient là et on laisse à nos descendants la patate chaude?" C'est en effet la mentalité du possédant même si tout en haut ils ne croisent même plus les doigts c'est just...

le 06/07/2021 à 18:00
Signaler
Non le choix est de travailler plus longtemps puisque l'on vit plus vieux en meilleure santé grâce aux progrès de la médecine ! ce n'est pas sorcier à comprendre !

le 06/07/2021 à 19:06
Signaler
@Mariah Le problème c'est qu'en France, l'espérance de vie en bonne santé est plus basse que dans les pays que la droite se plait à montrer en exemple, car dans ces pays là, les employeurs ne vont pas trop crier à la "paresse" pour chercher à fuir...

le 06/07/2021 à 20:20
Signaler
@Mariah "Non le choix est de travailler plus longtemps puisque l'on vit plus vieux en meilleure santé " Il te reste plus qu'a montrer l'exemple Mariah Sinon,un cadre a une espérance de vie à 35 ans de 49 ans, contre 42,6 ans pour un ouvrier, autr...

à écrit le 06/07/2021 à 12:49
Signaler
De toute évidence, Emmanuel Macron cherche à rassurer son électorat potentiel, le socle électoral de LR et de LREM étant essentiellement constitué de retraités aisés nés dans les années 40... Car on remarquera que le projet de réforme ne concerne ...

le 06/07/2021 à 14:36
Signaler
On ne va pas comparer la France avec la Grèce. Le sport national en Grèce était la fraude à l'impôt et le travail au noir.Il y a toujours une limite et après ça fait mal.

le 06/07/2021 à 17:06
Signaler
Il semble totalement injuste de jeter l’opprobre sur l’ensemble de la population grecque. Car environ deux tiers des salariés grecs, notamment les fonctionnaires, et les retraités, ne peuvent échapper à l’impôt car ils sont prélevés à la source.Mais ...

le 06/07/2021 à 18:51
Signaler
@fg Outre la fraude fiscale, la Grèce est un pays rongé par le même mal que les pays dits du "Club Med", à savoir une dérive gérontocratique avec son corollaire de népotisme, de corruption... Et la France est rattrapée par le même phénomène, le...

à écrit le 06/07/2021 à 10:53
Signaler
Tout ce qui l’intéresse c'est d'occuper l'espace temps par la communication sur des sujets inutiles afin d'en rendre "d'autres" responsable de l'échec! Digne du comportement de l’adolescent!!

le 06/07/2021 à 11:37
Signaler
S'il arrêtait tout décision pendant 10 mois vous auriez critiqué de la même manière.

le 06/07/2021 à 17:05
Signaler
C'est ce qu'il fait ou j'ai louper quelque chose?

à écrit le 06/07/2021 à 10:34
Signaler
la réforme des retraites ne se fera pas face aux retraites spécifiques des fonctionnaires et entreprises publiques aux avantages injustifiés très inégalitaires avec le secteur privé le gouvernement ni macron n'aura le courage de se frotter aux syndic...

le 06/07/2021 à 13:30
Signaler
Un alignement du public sur le privé supposerait d'intégrer les primes dans le calcul et ça fait un bon quart de siècle que ça bloque là dessus (à salaire net égal, la masse salariale de l'Etat augmenterait de 20 à 30% d'un coup).

à écrit le 06/07/2021 à 9:21
Signaler
Le patronat et les syndicats font penser aux privilégiés de l'Ancien Régime, qui ont bloqué toutes les réformes pendant des années, et ont fini par tout perdre à la fin dans la Révolution. En plus, pour qui se prennent-ils ? : ils ne sont pas l'Etat...

le 06/07/2021 à 13:38
Signaler
Vous n'y pensez pas, à supposer qu'on raboter les grosses pensions, les élus LR et LREM devraient traverser la rue pour aller faire la plonge!

à écrit le 06/07/2021 à 9:13
Signaler
Disons que c'est étrange, tandis qu'ils vont nous imposer un nouvel enfermement car la menace du Delta plane, les médias sont catégoriques et en général ce sont les médias qui annoncent l'enfermement de la population et ensuite le gouvernement nous e...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.