Entreprises : des investissements pas toujours efficaces

 |   |  602  mots
Selon l'étude, les investissements dans les machines et équipements est un peu plus faible que dans les pays voisins et pourrait ainsi expliquer en partie certaines performances économiques décevantes de l'industrie française.
Selon l'étude, les investissements dans les machines et équipements est "un peu plus faible" que dans les pays voisins et pourrait ainsi expliquer "en partie certaines performances économiques décevantes de l'industrie française". (Crédits : Reuters/Philippe Wojazer)
Les entreprises françaises ont des investissements d'un niveau relativement élevé et n’ont rien à envier sur ce point à leurs concurrentes étrangères. Pourtant, rien ne montre que cela ait un impact significatif sur leur compétitivité.

Les entreprises françaises investissent depuis une dizaine d'années plus d'argent que celles des autres pays européens, mais sans produire les bénéfices économiques attendus, estime une étude rendue publique ce vendredi 26 octobre. Ce document, publié vendredi par la Fabrique de l'Industrie en collaboration avec France Stratégie, laisse ouverte la question de l'efficacité de ces investissements et appelle surtout à des travaux supplémentaires pour la mesurer.

Des investissements plus élevés en France

Les auteurs soulignent que sur la période 2009-2016, l'investissement des entreprises a été plus élevé en France que dans la plupart des autres pays européens à l'exception de la Suède et l'Espagne et ce, dans tous les secteurs à l'exception de l'agriculture et la construction. Il représentait ainsi 23,3% de la valeur ajoutée des sociétés non financières en 2016 en France contre 20% en Allemagne.

L'écart est plus marquant dans le secteur manufacturier - 25,7% en France contre 19,0% en Allemagne - même si, en valeur absolue, la République fédérale devance largement l'Hexagone (114,5 milliards contre 56,4 milliards d'euros) -, au vu du poids bien plus important de son industrie.

Mais cet effort globalement supérieur des entreprises françaises ne trouve pas de traduction dans les données macroéconomiques. D'un côté, la productivité du travail par heure travaillée dans le secteur manufacturier est comparable en France et en Allemagne, et les gains de productivité stagnent ces dernières années dans les deux pays.

De l'autre, s'agissant de la compétitivité, la part de marché de la France dans les exportations mondiales s'est réduite depuis le début des années 2000, a connu un plateau à partir de 2012 avant de recommencer à chuter en 2017 ; un rapport du Comité d'analyse économique (organisme rattaché à l'hôtel Matignon) voyant dans cette évolution l'insuffisance du rapport qualité-prix des produits français.

Investissement immatériel élevé

Dans le détail, les investissements des entreprises françaises souffrent de la comparaison avec les autres pays européens pour ce qui est de leur composante machines et équipements, avec un taux de 6,2% en 2015, soit moins qu'avant la crise (7,9% en 2007). Seule la Grande-Bretagne, l'unique pays où la désindustrialisation est plus prononcée qu'en France, fait moins bien.

Mais le taux d'investissement français dans les TIC (équipements informatiques et de communication) est dans la moyenne et, surtout, celui de l'investissement "immatériel" est très élevé, tout proche de celui de la Suède, supérieur à celui des Etats-Unis et loin devant les autres pays européens.

Selon les auteurs de l'étude, les entreprises françaises sont au premier rang européen par leur taux d'investissement en logiciels et bases de données, et au deuxième s'agissant des dépenses de recherche & développement (R&D), un secteur dynamique en France depuis la réforme du crédit impôt recherche en 2008.

Paradoxe français

Ils n'hésitent pas à parler d'un « paradoxe » de l'investissement français, venant en partie du fait que leur investissement est concentré sur les actifs immatériels, au cœur de la compétitivité hors prix, "sans entraîner jusqu'à présent d'effets visibles sur la compétitivité au regard des indicateurs disponibles."

"À l'heure où le contenu immatériel des biens produits prend une importance croissante, l'investissement important des entreprises françaises dans ce type d'actifs peut être encourageant pour le futur, si on considère que leurs effets peuvent être plus longs à se matérialiser", concluent-ils, ajoutant : "Il nous reste maintenant à comprendre à quoi tient cet effort particulier et comment en mesurer les effets".

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/10/2018 à 12:25 :
La fameuse politique de l'investissement liée à l'organisation du dumping fiscal européen.

Au lieu que l'état donne l'argent aux consommateurs afin de relancer la croissance et réduire le chômage, l’État donne aux marchés financiers via leurs entreprises, qui repus de toutes ces subventions ne savent pas quoi faire du fric.

Lé déclin européen n'est du qu'à ses décideurs économiques et politiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :