EPR de Flamanville : la filière nucléaire française "doit se ressaisir vite" (Le Maire)

 |   |  392  mots
Bruno Le Maire, qui doit recevoir un audit ce lundi de la part de l'ancien patron de PSA Jean-Martin Folz, est revenu sur les retards et les coûts considérables de la construction de l'EPR de Flamanville.
Bruno Le Maire, qui doit recevoir un audit ce lundi de la part de l'ancien patron de PSA Jean-Martin Folz, est revenu sur les retards et les coûts considérables de la construction de l'EPR de Flamanville. (Crédits : GONZALO FUENTES)
"Il n'est pas acceptable que l'une des filières les plus prestigieuses et les plus stratégiques pour notre pays connaisse autant de difficultés", a affirmé le ministre des Finances sur RTL.

Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, a appelé lundi la filière nucléaire française "à se ressaisir vite", juste avant de recevoir un audit sur les difficultés et les retards accumulés pour la construction de l'EPR de Flamanville (Manche).

"Il n'est pas acceptable que l'une des filières les plus prestigieuses et les plus stratégiques pour notre pays connaisse autant de difficultés", a affirmé le ministre sur RTL.

M. Le Maire, qui doit recevoir un audit ce lundi de la part de l'ancien patron de PSA Jean-Martin Folz, est revenu sur les retards et les coûts considérables de la construction de l'EPR de Flamanville.

Lire aussi : La facture de l'EPR de Flamanville s'alourdit encore pour EDF

"Ces retards ne sont pas acceptables et ces difficultés à répétition ne sont pas à l'honneur de la filière nucléaire qui doit se ressaisir et se ressaisir vite", a-t-il prévenu.

Un rapport pour répondre aux difficultés

"Le rapport que j'ai demandé à Jean-Martin Folz [...] doit nous permettre de nous ressaisir et doit permettre à la filière nucléaire d'apporter des réponses précises aux difficultés que Jean-Martin Folz va nous présenter", a souligné le ministre, qui a assuré que le PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy avait la confiance du gouvernement.

Le gouvernement, qui multiplie les signes d'impatience depuis quelques mois, avait demandé début juillet cet audit pour faire la lumière sur les déboires à répétition du chantier de Flamanville.

Lire aussi : Bruno Le Maire tacle la filière française du nucléaire et annonce un audit indépendant sur l'EPR

Début octobre, EDF a annoncé que la facture du chantier du réacteur nucléaire EPR de Flamanville devrait s'alourdir de 1,5 milliard d'euros pour atteindre 12,4 milliards d'euros, à la suite des problèmes de soudures.

Le coût prévu de cet EPR, lancé il y a quinze ans, était annoncé jusqu'à présent de 10,9 milliards, déjà trois fois plus que l'estimation initiale.

Le groupe connaît également des difficultés en Angleterre, où son énorme chantier de construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point C devrait coûter jusqu'à 3,3 milliards d'euros plus cher que prévu.

Lire aussi : Hinkley Point C: EDF annonce surcoût et retard "accentué"... et plonge en Bourse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/11/2019 à 18:18 :
les brevets sont américains....et doivent dater des années 50.......l EPR n en n est qu une forme améliorée mais initiée dans les années 80.....
l fusion n est pas pour demain....américaine ou pas.....pas contre les centrales au thorium étaient déjà a l etue dans les années 50 mais abandonnées par les americains..pour favoriser le nucléaire militaire.....
mais américains et chine ont relance sérieusement la recherche....
a écrit le 28/10/2019 à 17:47 :
Lisez "Nuclear Power in France - Beyond the Myth" par Mycle Schneider.
Lisez "VOODOO ECONOMICS AND THE DOOMED NUCLEAR RENAISSANCE" par Paul Brown.
Lisez "Nucléaire : la grande illusion N° 25 – septembre 2008 – ISSN 1270-377X- 15 euros
Promesses, déboires et menaces"
Lisez "Canadian Nuclear Subsidies Fifty Years of Futile Funding by David H. Martin

pour ne mentionner que quelques uns ou le fait qu'il faut 10 - 15 ans de l'energie produite par un CNPE pour compenser le beton et inox qui rentrent dans sa construction.
a écrit le 28/10/2019 à 14:28 :
S'il est bien un domaine où nous excellions en France, c'est le nucléaire. Et quel succès! Il nous permettait, à la fois d'être indépendant énergétiquement, de vendre des centrales, et de posséder la force nucléaire nous permettant une certaine influence en politique étrangère. . Seulement voilà, le politique d'avant les élections passe des accords politiques avec des gens qui font de l'antinucléaire leur fond de commerce lequel leur vient d'ailleurs des grunen Allemand. Jospin, Aubry, Hollande, et plus récemment Macron ont passé ces accords mortifères pour la filière.
Ces mêmes Grunen qui ont réussi à faire fermer les centrales allemandes et remettre en service des centrales à charbon aux conséquences catastrophiques pour le climat. Le pire dans ce constat, c'est que le nucléaire est le meilleur moyen de garantir une transition écologique réaliste et efficace et probablement si toutefois c'est possible de rester sous le seuil de 2°C de réchauffement. Il est à cet égard intéressant de constater que des pays comme les Etats-Unis, la Grande Bretagne, la Russie, investissent sur des mini réacteurs nucléaire capables d'être déployer facilement et rapidement un peu partout.
Nous allons sur ordre de Macron fermer Fessenheim, alors qu'elle a été jugée bonne pour le service avec toutes les garanties de sécurité pour encore 10 ou 15 ans. Cela aurait été 10 à 15 ans d'exploitation d'électricité 0,0 émission.
M Lemaire vous avez raison de demander un audit d' EDF, mais il aurait fallu en même temps faire un audit de la politique énergétique Française. Compte tenu de la gravité du sujet, il faudrait une instance comme la cours des comptes animée par des scientifiques puisque Greta Thunberg nous demande d'écouter les scientifiques. Eh bien chiche.
a écrit le 28/10/2019 à 13:31 :
"clairement un manque de rigueur en "contrôle qualité"…"
Plus que le contrôle proprement dit, j'y vois la montée d'une culture du "ça ira bien comme cela". Les non-conformités "embête le monde", donc on les ignore. Et pas que dans le nucléaire.
Un sous traitant s'est trompé dans la position de deux trous dans une pièce, alors qu'il avait reçu un fichier CAO ? "Ça ira bien comme ça" : on agrandit les trous de la pièce d'en face (bonjour la maintenabilité !). Après tout, cette pièce est livrée dans les temps, non ? Donc le gestionnaire va cocher la case sur son planning. Refuser la pièce aurait créé un retard. Et obligé à décocher la case…
Et personne ne va s'interroger sur la raison farfelue qui a conduit se sous-traitant à programmer son centre d'usinage à la main, alors qu'il disposait d'un fichier. Il n'y a pas de temps budgété pour cela, et celui qui l'aurait fait aurait eu des ennuis à la fin du mois…

C'est le même mécanisme qui est à l'œuvre : "priorités" dévoyées et mise sous curatelle informatique des compétences techniques pour les hélices de porte-avion et les cuves de réacteur. Plus bien d'autres choses. Ça ira bien comme ça…
a écrit le 28/10/2019 à 13:21 :
"Il n'est pas acceptable que l'une des filières les plus prestigieuses. et les plus stratégiques pour notre pays connaisse autant de difficultés", a affirmé le ministre sur RTL.
Avec ce commentaire, l'énarque Le Maire montre bien quil est hors sol et qu'il ne connaît pas les réalités .Areva est allé aider les ukrainiens à Tchernobyl et ils ont été tellement mauvais,qu'ils ont été virés par les ukrainiens et remplacés par les américains.Le nucléaire français a perdu une partie importante de ses compétences et il faut arrêter d'investir dans des nouvelles centrales,qui produiront une électricité beaucoup plus chère que celle provenant des énergies renouvelables.
Il faut maintenir une partie du nucléaire actuel pour assurer une transition,la plus decarbonée possible vers le renouvelable.En même temps,il faut que l'ancien areva développe la technologie pour le démantèlement des centrales actuelles.
On est en train de prendre un gros retard sur les Allemands,lá-dessus.
a écrit le 28/10/2019 à 13:03 :
Cette personne n'est pas Ministre de l'économie ?
C'est pas son job de faire qu'elle soit redressé ?
a écrit le 28/10/2019 à 13:00 :
Liberalisation du marché de l'électricité => réduction des coûts d'EDF à tous les niveaux notamment en R&D nucléaire ou en exploitation des centrales, non remplacement ou remplacement dans de mauvaise conditions du personnel quittant EDF (démission ou retraite) => perte de compétences, pertes de moyens => sous traitance au privé pas tellement prêt à investir pour dans 30 ans... Tout cela vient donc de décision politiques dont le parti de Monsieur Le Maire est le principal soutien...Alors, mettre en cause EDF c'est un peu gonflé ! Les politiques ont beaucoup tendance à ne pas assumer leur choix et leurs décisions...
a écrit le 28/10/2019 à 12:27 :
La réalité des retards de l'EPR de FLA3 n'est pas technique mais politique.
En effet, les EPR chinois ont été démarré dans les temps, ce qui montre clairement que quand il y a une réelle volonté politique, l'avancement des travaux se fait en respectant les plannings tout en traitant en temps réel les problèmes techniques
se posant sur le terrain...
Dans le cas de l'EPR français, le report à 2022 (soit après les élections de 2022), n'a pour but que de donner une marge de négociation politique entre le pouvoir et les écolos avec, le cas échéant, une nouvelle "victime sacrificielle" qui sera faite à l’autel de l'écologie (et accessoirement aux frais des contribuables) comme ce fut le cas pour Creys-Malville (F.Mitterrand) et pour Fessenheim (F.Hollande)...
Réponse de le 28/10/2019 à 13:58 :
EDF veut continuer son nucléaire pour garder son monopole, la gratuité de l énergie pour ses cadres et retraités pour pouvoir continuer de surchauffer maison, jusqu a 3 résidences secondaires, garage, piscine à 30° toute l année , Versailles dans les jardins et rouler maintenant gratuitement en chargeant leur voiture toutes les nuits gratos etc..... comme le dénonce la cour des comptes dans sons dernier rapport .
Ne vous inquiétez pas les pauvres, votre facture EDF ne va pas tarder à augmenter pour permettre à ce petit monde EDF de maintenir leur privilèges ....
a écrit le 28/10/2019 à 12:09 :
Entièrement d'accord, il va donc être temps de faire un sérieux nettoyage, déjà si le secret défense ne protégeait pas magouilles et corruption entre politiciens et hommes d'affaires cela irait bien mieux.

lE secteur du nucléaire est un peu l'avant garde du déclin oligarchique européen, c'est l'avantage, un véritable laboratoire de ce qu'il ne faut pas faire mais pas loin quand même.
a écrit le 28/10/2019 à 12:04 :
Le service privé en soutient à l'entreprise publique, beau modèle économique...
a écrit le 28/10/2019 à 11:39 :
le problème est de deux ordres.....d une part perte de compétences en terme de grands chantier......et clairement un manque de rigueur en "contrôle qualité"......le "coup" et le "coût induit"..... des soudures est un truc totalement ahurissant....... et d autre part la technologie EPR qui n 'est qu une évolution de la technologie des centrales françaises d origine, date malgré tout des années 80, c 'est à dire d il y a 40 ans.......et induit par nature, après l accident du japon, une "sur-sécurité légitime qui fait flamber le coût d une centrale.....pas de risque de fusion quoiqu il se passe, et 80% de déchets en moins.....
silence radio en la matière en france......

hors le nucléaire est essentiel pour la lutte contre le réchauffement climatique.....comme élément structurant de l approvisionnement de base...... les ENR prenant leur place au fur et à mesure mais tant qu on ne sait pas stocker l energie en masse...... on reste malgré tout dans le fantasme.......

USA et chine travaillent , de ce que l on dit,d arrache pied sur les centrales au thorium ou dite, à sel fondu..........
Réponse de le 28/10/2019 à 13:32 :
Les centrales francaises d'origine ne sont pas francaises... Le brevet à été acheté à Westing house...ou alors vous parlez des machins autour du réacteur qui est le coeur de la technologie, je sais pas, les types de béton, quelques consoles de controle commande basées sur les transistors et thyristors américains et d'autres "composants" de plus haut niveau, bref contrairement à ce qui "traine dans l'air", cette idée que nous serions à l'origine de la techno électro nucléaire civile est parfaitement fausse, nos solutions non jamais abouti et je fais le pari que la prochaine révolution en matière de production énergétique à base de fusion nucléaire nous l'acheterons aux US aussi.
Réponse de le 28/10/2019 à 14:20 :
Je pensais que les centrales françaises actuelles était de conception américaines (brevets westinghouse et GE), progressivement francisés. Mais il est clair qu'il y a eu une perte de compétence. La France a été capable de batir toutes les 'vieilles' centrales, en temps et en délais, dans une durée équivalente au fiasco EPR (qui n,a toujours que deux tranches en fonction, en chine). EDF et Areva ont perdus de la compétence en chemin.
a écrit le 28/10/2019 à 11:33 :
Le monde politique a certes bien aidé notre filière nucléaire dans l'ère post-Fukushima.. et donc M.LeMaire peut, orgueil oblige, estimer que les responsabilités des retards sont du seul fait des opérationnels... Je trouve lamentable ces discours non constructifs, démoralisants, mais ils n'impactent in fine que son auteur. Il serait souhaitable que les anti-nucléaires nous donnent enfin leurs martingales pour décarbonner et réduire nos émissions de CO2, car en l'abscence de solutions alternatives, nous sommes dans l'urgence pour relancer la construction de nouvelles tranches..
Réponse de le 28/10/2019 à 13:37 :
Ce qui va se passer c'est que nous allons investir massivement dans une techno du passé et dans l'intervalle les US vont réussir à créer des centrales de petite taille à base de fusion atomique.
a écrit le 28/10/2019 à 11:16 :
Le Maire ou le sinistre clown qui vient de flinguer Renault en abandonnant Goshn avec la complicité de Macron.)
Réponse de le 28/10/2019 à 12:51 :
c est pour faire avancer le sujet ce commentaire ?
Réponse de le 28/10/2019 à 13:32 :
@Aria Les macronnades et les lemairades de ce gouvernement d' incapables (sauf de tout fracasser) sont notoirement en tête de gondoles de toutes les rédactions, tant tout ce que touche ces deux là est contraire aux intérêts du pays et à la base de tous les lâchages et abandons qu' ils ont commis et commettront demain.

On peut aussi le résumer ainsi, ils n' ont rien créé et ne vont jamais rien créer dans l' intérêt de la France puisque chacun de leur tour de roue européo centré génère un chômage encore plus massif.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :