Est-ce la fin de la rémunération des collaborateurs parlementaires par les lobbies ?

 |   |  342  mots
Par 273 voix contre 14, les députés ont adopté cet amendement porté par des socialistes.
Par 273 voix contre 14, les députés ont adopté cet amendement porté par des socialistes. (Crédits : Photo AFP)
Dans le cadre des projets de loi de moralisation de la vie publique, l'Assemblée nationale s'est largement exprimée en faveur de la fin des rémunérations des collaborateurs parlementaires par les lobbies.

L'Assemblée nationale a voté mardi soir l'interdiction pour les lobbies de rémunérer des collaborateurs parlementaires, dans le cadre des projets de loi de moralisation de la vie publique.

Par 273 voix contre 14, les députés ont adopté cet amendement porté par les socialistes, et qui a été soutenu par la gauche de la gauche et par la droite, puis par les élus La République en marche (LREM) après une suspension de séance.

Bien qu'affirmant "parfaitement entendre et comprendre que l'on soit choqué" que de telles rémunérations puissent exister, la ministre de la Justice Nicole Belloubet s'était dite défavorable à cet amendement, préférant renvoyer la question aux bureaux des assemblées. La rapporteure Yaël Braun-Pivet (REM) avait, elle aussi, suggéré de plutôt prévoir un dispositif de déclaration et une "transparence".

"C'est tellement évident"

Hors micro, un député avait alors lancé : "Elle est où la moralisation ?"

"Je m'inquiète de ce que nous sommes en train de transmettre en dehors de ces murs", a aussi plaidé le président du groupe Nouvelle Gauche (ex-PS) Olivier Faure.

L'interdiction de telles rémunérations, "je pensais que c'était la règle, c'est tellement évident", s'est indigné Eric Coquerel (LFI). Selon Olivier Marleix des Républicains, cela devait être un "oubli".

"Il peut arriver qu'un collaborateur exerce, à côté de son contrat collaborateur, une fonction rémunérée par des représentants d'intérêts", soulignait un rapport, en 2013 de l'ancien vice-président de l'Assemblée Christophe Sirugue (PS), appelant déjà à un code de déontologie.

Les députés ont rejeté divers amendements communistes qui visaient à étendre la transparence sur les rencontres des lobbyistes au président de la République, aux membres du Conseil constitutionnel et du Conseil d'Etat.

De même, ont été repoussés des amendements de plusieurs bords qui avaient pour objectif d'améliorer le prochain registre des représentants d'intérêts commun à l'exécutif et au législatif.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/07/2017 à 15:07 :
Merci de sous tenir informé de l'évolution de cette Loi qui si elle avait été connue du public aurait pu déclencher un réel soulèvement.

C'est honteux je n'en reviens toujours pas...
a écrit le 28/07/2017 à 14:41 :
Demandez juste pour voir, où travaille le mari ou la femme d'un élu ainsi que ses enfants. Cela vaudra pour les: députés, sénateurs, président d'un conseil régional / départemental / une intercommunalité, maires d'une assez grosse commune.

Ne pas poser la question au-delà du dirigeant de la collectivité: aux vice-présidents ou aux adjoints au maire.

Voyez ainsi où les membres de la proche famille travaillent: dans une collectivité locale ? dans une entreprise sous-traitante d'une collectivité locale ? Dans une agence d'Etat ?

Merci de publier les résultats.
a écrit le 28/07/2017 à 9:17 :
Travail - Famille - Lobby
a écrit le 27/07/2017 à 16:14 :
Le membre de la famille de l'élu ira travailler dans une collectivité locale dirigée par un autre élu de la même couleur politique ( région, département, intercommunalité, commune) ou bien ira travailler dans une entreprise soustraitante d'une de ces collectivités. Cela se fera dans l'attente d'un "retour ascenseur".

Il s'agira d'un poste de cadre ou cadre sup payé 3 ou 4000 € voire davantage. Le recrutement passera par un cabinet de recrutement pour faire vrai. Le profil de la personne recherchée sera celui du membre de la famille de l'élu.
Réponse de le 28/07/2017 à 9:21 :
Faites ce que l'on dit mais ne dites pas ce que l'on fait
a écrit le 26/07/2017 à 13:56 :
Donc certains parlementaires font payer leurs collaborateurs par des lobbys? cà concerne aussi les épouses et enfants ? Y en a un qui s'est pris comme un manche ,il aurait du se renseigner chez ses collègues pour faire comme eux
a écrit le 26/07/2017 à 10:46 :
des qu il sagie d argent il y a corruption ou tentatives de corruption pars les lobbyings, l abrocation de cette loies vas dans le bon sens,? UN DEPUTE RECONNAISSAIS QUE DE MIEUX PAYE LES ELUES SERAIS MIEUX POUR EVITE CETTE CORRUPTION? CONNAISSANT LA NATURE HUMAINE JE N EN SUIS PAS SURE? IL VAUT MIEUX AVOIR DES ELUES PRES A SE BATTRE POUR DEFENDRE LEURS IDEES QUE DES GENS ATTIREZ PAR L APPAT DU GAINS A TOUS PRIS? LES DERNIERES ELECTION ON AVUE CRACE AUX JOURNALITES HONNETES ET COURAGEUX QUE BEAUCOUP DE NOS ELU E S EN ONT CROQUES???//IL NE FAUT JAMAIS ATTENDRE UNE MINUTE POUR COMMENCE A CHANGER LE MONDE///ANNE FRANCK///
Réponse de le 26/07/2017 à 14:09 :
Un député/sénateur c'est environs 5000/6000 euros mensuel et je n'aborde pas les à côtés légal ou non légal donc "grassement bien payé" largement au-dessus des 27 millions de salariés dont la majorité sont bien en dessous des 2800 € ... Bien payés pour dire des âneries...
a écrit le 26/07/2017 à 10:18 :
"la fin des rémunérations des collaborateurs parlementaires par les lobbies"
parce que ça existait ? Arggg. Avec parcimonie ?
Réponse de le 26/07/2017 à 11:09 :
Eh oui nous apprenons que la corruption politico-financière est institutionnalisée.
Réponse de le 26/07/2017 à 20:41 :
A priori les lobbies pourront toujours rémunérer conjoint et enfants de parlementaire.
Faut quand même pas rêver .
Que les députés LREM aient eu besoin de réfléchir à une chose aussi évidante devrait interpeller.
a écrit le 26/07/2017 à 9:52 :
"Les députés ont rejeté divers amendements communistes qui visaient à étendre la transparence sur les rencontres des lobbyistes au président de la République, aux membres du Conseil constitutionnel et du Conseil d'Etat."

Et pourtant, alors oui on ne va pas chipoter c'est une bonne initiative, enfin devrait on dire, maintenant quid des centaines de lobbys représentés à l'assemblée nationale ? Quid des milliers de lobbys représentées à l'assemblée européenne ? POurquoi le président peut négocier avec des lobbys dont l'intérêt est toujours systématiquement opposé à ceux des citoyens ?

Bref un tout petit pas en avant et je pense que s'ils votent pour sa suppression c'est parce que l'empire des faibles a du tellement se gaver que les comptes publics sont rouges écarlates.

"À Bruxelles, plongez dans la discrète mais intense bataille que les lobbies livrent à l’intérêt général" https://www.bastamag.net/A-Bruxelles-quand-les-lobbyistes-tentent-d-imposer-leurs-points-de-vues-au

"La tyrannie des lobbies" https://www.monde-diplomatique.fr/2009/09/HALIMI/18097

"Lobby. La reconversion douteuse des commissaires européens" http://www.courrierinternational.com/article/lobby-la-reconversion-douteuse-des-commissaires-europeens

Des preuves supplémentaires que nous évoluons bel et bien en oligarchie.
Réponse de le 26/07/2017 à 11:04 :
vous avez une opinion...J'ai une autre opinion....Je vais essayer de vous convaincre que mon opinion est meilleure que la vôtre et vice-versa.....Ne faisons nous pas tous les deux du "lobbying" ? C'est le versement d'une rétribution qu'il faut réprimander, pas le fait de s'exprimer ! Mais c'est très utopique, n'est-ce pas ?
Réponse de le 26/07/2017 à 20:05 :
"vous avez une opinion...J'ai une autre opinion....Je vais essayer de vous convaincre que mon opinion est meilleure que la vôtre et vice-versa.....Ne faisons nous pas tous les deux du "lobbying" ?"

En fait vous préparez un spectacle comique et venez me demander mon avis, c'est pas mal mais cela s'adresse quand même à des initiés. Parce que quand vous me comparez moi, simple quidam, et une multinationale comme totale par exemple qui a sa place dans à peu près tous les pouvoirs du monde, qui peut vous prendre au sérieux ?

"C'est le versement d'une rétribution qu'il faut réprimander, pas le fait de s'exprimer !"

Lesp ots de vin sont versés sous de multiples formes, il est impossible de les distinguer donc c'est bel et bien la filiation entre politiciens et hommes d'affaires qu'il faut supprimer directement et par ailleurs cela nous ferait peut être récupérer la moitié de notre PIB.

"C'est le versement d'une rétribution qu'il faut réprimander, pas le fait de s'exprimer !"

Non c'est naïf puisque le but d'un lobby est de forcer à accepter les uns et les autres les décisions de celui qu'il incarne, sa volonté n'est pas de discuter pour discuter sinon les gars ils vont vite arrêter. A partir du moment ou un investissement est consacré à un domaine il faut le rentabiliser.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :