Fait religieux en entreprise : les managers de plus en plus sollicités

 |   |  498  mots
Sur l'ensemble des faits religieux observés, moins d'un sur dix donne lieu à un conflit.
Sur l'ensemble des faits religieux observés, moins d'un sur dix donne lieu à un conflit. (Crédits : Reuters/Toru Hanai)
Les manifestations du fait religieux continuent d'augmenter dans les entreprises, mais les managers semblent de mieux en mieux préparés à gérer ces questions.

Port visible d'un signe religieux comme une croix ou une kippa, demandes d'absence pour l'Aïd ou Hanoucca, ces événements se banalisent dans les entreprises. Près de deux tiers des salariés (65%) ont observé plusieurs manifestations du fait religieux au travail en 2016, selon une étude* de l'Institut Randstad et de l'Observatoire du fait religieux en entreprise (OFRE) publiée ce jeudi. L'année passée, un salarié sur deux était concerné.

Les questions de religions étant de plus en plus présentes dans le débat public, il n'est pas étonnant que le thème s'invite dans l'entreprise. À une époque où la frontière entre vie privée et vie professionnelle devient de plus en plus poreuse, certaines personnes considèrent comme légitime d'exprimer au travail des éléments personnels, notamment leur religion.

Les conflits représentent moins d'un cas sur dix

Cette banalisation des manifestations de faits religieux ne devient problématique pour les entreprises que lorsque les questions de religion se transforment en une source de conflits. Certes, les managers sont de plus en plus nombreux à être saisis sur ces questions (48% en 2016 contre 38% en 2015), mais ils les "appréhendent au demeurant avec davantage de facilité", souligne Laurent Morestain, président de l'Institut Randstad.

En effet, le phénomène semble plutôt bien géré par les entreprises. Sur l'ensemble des faits religieux observés, moins d'un sur dix (9%) donne lieu à un conflit. Une proportion très faible malgré son augmentation (6% en 2015). Pour Laurent Morestain, "c'est le signe que le fait religieux au travail, dans la majorité des cas, appartient désormais au registre des demandes managériales classiques". L'étude souligne d'ailleurs "une évolution notable" ces dernières années du soutien de la hiérarchie aux managers confrontés à des situations délicates.

60% sont contre une loi sur la religion en entreprise

Les salariés sont majoritairement favorables à des réponses pragmatiques aux questions religieuses. Seuls un tiers des personnes interrogées (35%) sont favorables à ce que l'entreprise impose la neutralité religieuse, via son règlement intérieur. De même, une majorité s'oppose à ce que la prise en compte du fait religieux se traduise par des dispositifs officiels, comme des menus confessionnels à la cantine.

Concernant une intervention législative, la réponse est similaire. Six salariés sur dix y sont opposés. Signe que les répondant estiment disposer des outils nécessaires et que les managers parviennent déjà à gérer correctement ces problématiques. L'étude a été réalisée avant un amendement de la loi Travail qui suggère aux entreprises d'inscrire dans leur règlement intérieur "le principe de neutralité" et de restreindre "la manifestation des convictions des salariés". Le ministère du travail devrait présenter fin octobre un guide du fait religieux.

*Étude réalisée entre avril et juin 2016 sur la base d'un questionnaire en ligne conduit auprès de 1.405 salariés exerçant pour la plupart (61%) des fonctions d'encadrement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/09/2016 à 9:10 :
evidement , " les managers " sont mieux preparés : ils ne pratiquent pas la chasse aux voix , eux ; donc pas besoin de se faire mousser par voie de presse !
a écrit le 23/09/2016 à 17:28 :
Il ne devrait pas y avoir de faits religieux dans les entreprises, les employés qui y sont doivent faire leur temps règlementaire soit 7 ou 8 heures, sans interférence de prières ou autres.
Ceux qui veulent ces pratiques religieuses devraient partir de France et rejoindre un pays musulman. Et surtout ne plus bénéficier des très fortes largesses de notre belle France, climat qui se dégrade de plus en plus, un jour, c'est la prière, le voile en ville, le burkini sur les plages. Ce n'est pas aux Français d'origine à se plier vis à vis des communautés étrangères, mais c'est à ces communautés de se plier aux coutumes françaises et de respecter nos lois. Vous avez des droits mais vous oubliez vos devoirs.
Réponse de le 24/09/2016 à 9:16 :
vous savez , cher mr , dans les entreprises , il y a , entre autres , des C.E. ( comite d'entreprise ) qui sont à meme de gerer celà sans interferences politiques ou autres cretineries ...; certaines coutumes religieuses ne sont pas forcement à critiquer : la France par exemple ne travaille pas le dimanche ( sauf exceptions ) ...vous savez surement que c'est pour que les travailleurs ...puissent assister à la messe .
a écrit le 23/09/2016 à 8:44 :
Je suis musulman, de fait, pratiquant, et la loi me permet de prendre des pauses, et lors de celles ci, au lieu "d'allumer une clope", je trouve un endroit discret pour remplir mes obligations religieuses. C'est un moment de méditation et de retour au calme. J'ai deux jours de l'année de demande d'absence pour fêtes religieuses. Aucun souci.
Communication, compréhension et respect.
Ne pas confondre les demandes "ostentatoires", qui imposent une vision, la leurs, de personnes qui confondent la bonne intelligence du savoir vivre inter-culturel et rapport de force. Heureusement, c'est une infime partie de la société.
Le fait religieux est en entreprise depuis toujours, car quand on arrive au boulot, il est impossible de laisser son "identité" à l'extérieur, pendant 8h ou plus.
Laissons chaque entreprise, chaque manager régler cela à leurs manière et tout ce passera (passe) bien, et laissons l'état s'occupé des fonctions régaliennes, où il a beaucoup de travail et bien du mal.
Réponse de le 23/09/2016 à 10:48 :
@Musulman: 1) fumer dans les locaux publics est interdit. 2) ne pas confondre travail et loisirs. On est embauché pour remplir une mission et la mener à bien. Les intérêts personnels entrent directement en conflit avec ceux de l'embauche. La lâcheté fait que depuis plusieurs décennies maintenant, on laisse faire, et c'est la raison pour laquelle on a de plus en plus de conflits.. Il faut imposer des règles claires qui différencient bien l'entreprise et l'individu. On est embauché pour un travail précis, pas pour faire de la propagande ou assouvir ses propres intérêts. Le Q et la religion notamment sont du domaine privé, merci de ne pas nous en parler :-)
Réponse de le 23/09/2016 à 11:44 :
Je suis non musulman et athée , je peux comprendre votre point de vue et à la limite cela ne me pose pas un gros problème .Mais de dire et laisser sous entendre que cela pourrait ne pas se passer bien est interloquant !!!
Pourriez vous développer ?
Au plaisir de vous lire .
Réponse de le 24/09/2016 à 9:20 :
Musulman : ne vous frappez pas de la reponse de Patrickb : ( d'une part il me semble qu'il est sur ce site coutumié du fait ) d'autre part, il ne doit pas connaitre les entreprises ( et les espaces fumeurs : lui , il ne doit fumer ...qu'à domicile , et ...la moquette .
a écrit le 22/09/2016 à 19:32 :
La religion, une véritable épidémie. Nietzsche pensait que la science l'avait tué définitivement mais la misère dans laquelle nous plonge le capitalisme nous fait nous raccrocher aux drogues que l'on peut.

Au secours.
a écrit le 22/09/2016 à 15:34 :
Sans oublier les sectes qui pullulent dans le domaine de la formation en particulier des cadres.
a écrit le 22/09/2016 à 15:02 :
"Port visible d'un signe religieux comme une croix ou une kippa"... quelque chose me dit que ce ne sont pas à des croix, des étoiles de David, des kippas, des mains de Fatma qui sont les signes religieux ostensibles auxquels les entreprises sont le plus confrontés... Si la manifestation religieuse se limitait à un petit pendentif ça ne poserait aucun problème...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :