Finances publiques : la confiance de Michel Sapin est intacte

 |   |  430  mots
Croissance, déficit public, Michel Sapin, le ministre de l'Economie et des Finances  est optimiste
Croissance, déficit public, Michel Sapin, le ministre de l'Economie et des Finances est optimiste (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
Lors de la présentation du projet de loi de finances 2017, Michel Sapin, le ministre de l'Economie et des Finances a réaffirmé sa confiance. La feuille de route en matière de croissance et de réduction des dépenses publiques sera tenue.

Michel Sapin, le ministre de l'Economie et des Finances est un homme optimiste. Quand il était ministre du Travail, dans la première partie du quinquennat, il affirmait à chaque conférence de presse que le retournement de l'emploi prévu pour la fin 2013 se produirait. Vaille que vaille. A la lecture des dernières statistiques de Pôle emploi, force est de constater que cet objectif n'a pas été atteint. Malheureusement, pour les demandeurs d'emplois.

Depuis qu'il est revenu à Bercy, en 2014 - il a été ministre de l'Economie et des Finances de 1992 à 1993 -, Michel Sapin continue d'afficher une certaine confiance en l'économie. En dépit de la dégradation de certains indicateurs macroéconomiques et de la menace que laissent planer certains événements tels que le Brexit dont l'impact sur l'économie française est inconnu, il maintient son objectif de croissance pour 2016 et 2017. Il conserve également l'objectif de réduction du déficit public à 2,7 % du PIB en dépit d'une amélioration du solde général du budget de 600 millions d'euros seulement, celui devant passé d'un déficit de 69,9 à 69,3 milliards d'euros entre 2016 et 2017 .

Un budget optimiste

Mardi, le Haut conseil des finances publiques (HCFP) a jugé "improbable" la réduction du déficit public à 2,7 % du PIB. Dans un avis que l'AFP s'est procuré mardi et que le HCFP a remis au gouvernement, celui-ci qualifie précisément d'"incertain" le retour du déficit sous la barre des 3 % promis à Bruxelles, en raison de "risques" pesant sur les dépenses mais aussi du caractère "optimiste" de la prévision de croissance retenue par Bercy (1,5 %). Précisons que le HCFP n'est pas le seul à douter. Selon le consensus des économistes, le PIB ne progresserait que de 1,2 % l'année prochaine, marqué par le trou d'air de l'activité observé au deuxième trimestre.

Michel Sapin veut relever le débat

Qui a raison, qui a tort ? Michel Sapin, qui ne reste pas insensible aux critiques, se montre offensif. "En 2014 et en 2015, nous avons essuyé les mêmes critiques de la part des mêmes experts. Ils se sont trompés coup sur coup. En 2015, personne ne pensait que nous parviendrions à réduire le déficit public à 3,8 % du PIB. Pourtant, nous avons fait mieux que prévu, celui-ci ayant été finalement abaissé à 3,5 % du PIB !  A quelques mois des prochaines échéances électorales, je réclame un peu de sérieux, et un peu de prudence également, pour que le débat soit le plus constructif possible", a déclaré Michel Sapin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2016 à 8:30 :
en MM.SAPIN et ECKERT qui ont procédé à la plus importante hausse des prélèvements obligatoires depuis des décennies avec un cynisme et une auto-satisfaction jamais vue mais il est vrai que eux ne se serrent pas la serrure comme leurs concitoyens apparemment !!!
a écrit le 28/09/2016 à 17:53 :
Ce petit personnage est le roi du baratin

Il reste quelques mois à supporter son image et à surtout ne rien écouter
Réponse de le 28/09/2016 à 19:55 :
Vous parlez de Sarkozy?
Réponse de le 28/09/2016 à 19:55 :
Vous parlez de Sarkozy?
a écrit le 28/09/2016 à 17:17 :
Bof, un mensonge de plus ou de moins quelle importance !
a écrit le 28/09/2016 à 16:23 :
toujours vivre a decouvert , apres avoir bien tout donner au fisc
chaque individu devrait avoir une épargne de 3000 euros en cas de décès !!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 28/09/2016 à 14:56 :
La droite ni les entreprises ne veulent de l'IR prélevé à la source, un système complexe
qui va pénaliser les entreprises. La mensualisation marche très bien et ce que dit le gouvernement est inexacte . On peut moduler ses échéances en fonction de ses revenus
système simple. Les politiques feraient mieux de s'attaquer aux 140 (ou plus) niches
fiscales et réformer cet impôt qui n'est plus payé que par 47 % des français.
Pour le budget, la patate chaude est refilée aux successeurs.
a écrit le 28/09/2016 à 14:15 :
Normal vue leurs prestations grassement rémunérées, ça serait balot d'assumer des échecs à réplétion.
a écrit le 28/09/2016 à 13:36 :
Extrait d'un article de mai 2014 d'une revue sérieuse en économie (bref il y a plus de 2 ans).
"Début mai, François Hollande n'assurait-il pas avec le plus grand sérieux voir arriver « le retournement » ? Avec la même certitude qu'en juillet 2013, lorsqu'il avait certifié que « la reprise [était] là ". Avec cette même lucidité qui lui avait fait dire, à l'été 2012, que la crise était derrière nous. Le problème, avec cette équipe au pouvoir, ce n'est pas juste que la magie du verbe politique a totalement cessé d'opérer, c'est que son verbiage est intrinsèquement incohérent"

Pour Sapin faites un peu fonctionner les moteurs de recherches et votre mémoire et vous comprendrez qu'au pays des Sapins de Noel et de l'hypocrisie il est un cador. Ca a été le spécialiste de la prévision du retournement de la courbe du chômage depuis 4 ans. La méthode Coué est surement bon pour gagner les élections quant à son succès sur le terrain économique ....
Février 2013 :
"http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/02/17/vers-une-reprise-de-la-croissance-en-france-fin-2013-selon-michel-sapin_1833964_3234.html"
a écrit le 28/09/2016 à 12:11 :
M.Sapin est tout seul.. nul ne partage son optimisme et sa satisfaction..
Réponse de le 28/09/2016 à 15:27 :
"la confiance de Michel Sapin est intacte"
--> Le sapin a la particularité de rester vert même quand les voyants sont rouges.
"
Mon beau sapin,
Roi des forêts
Que j'aime ta verdure.
Quand par l'hiver
Bois et guérêts
Sont dépouillés
De leurs attraits
Mon beau sapin,
Roi des forêts
Tu gardes ta parure.

Toi que Noël
Planta chez nous
Au saint anniversaire
Joli sapin,

Comme ils sont doux
Et tes bonbons
Et tes joujoux
Toi que Noël
Planta chez nous
Par les mains de ma mère

Mon beau sapin,
Tes verts sommets
Et leur fidèle ombrage
De la foi qui ne ment jamais
De la constance et de la paix

Mon beau sapin,
Tes verts sommets
M'offrent la douce image.

"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :