Finances publiques : l'Etat fait un effort mesuré

 |   |  442  mots
Pour 2016, la prévision de déficit public de l'Etat, estimée à 3,3 %, du PIB est atteignable, en dépit de fortes tensions sur les dépenses de l’État. Cette réduction modeste ne permettra toujours pas de faire diminuer le poids de la dette dans le PIB.
Pour 2016, la prévision de déficit public de l'Etat, estimée à 3,3 %, du PIB est atteignable, en dépit de fortes tensions sur les dépenses de l’État. Cette réduction modeste ne permettra toujours pas de faire diminuer le poids de la dette dans le PIB. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Selon la Cour des comptes, la prévision de déficit public en 2016 est atteignable, malgré de fortes tensions sur les dépenses de l’État. Les comptes publics de la France sont toujours plus dégradés que la moyenne européenne.

L'Etat pourrait-il mieux faire ? Alors que le gouvernement martèle qu'il respectera ses engagements vis-à-vis de Bruxelles en matière de réduction de déficit public et d'endettement public, le rapport annuel de la Cour des comptes dévoilé ce mercredi semble indiquer que la France pourrait mieux faire. Compte tenu des trois reports successifs que Paris a réclamé et obtenu de la part de Bruxelles, on aurait pu s'attendre à ce que la France soit particulièrement vigilante.

Après avoir réduit de 0,4 point le déficit public à 3,6 % du PIB en 2015, le gouvernement entend poursuivre son effort. Mais à un rythme mesuré.

L'Etat est trop dépensier

" Pour 2016, la prévision de déficit public (3,3 %) est atteignable, en dépit de fortes tensions sur les dépenses de l'État ", estiment les Sages de la rue Cambon. En clair, à un an des prochaines élections présidentielles, le gouvernement semble moins soucieux de maîtriser les dépenses publiques.

" Si les prévisions de recettes des administrations publiques ne sont pas affectées de risques significatifs, des tensions particulièrement fortes existent sur les dépenses de l'État et compromettent le respect de la norme ", insiste le rapport.

La Cour des comptes réclame une gestion très stricte

Précisément, les risques de dépassement sont estimés entre 3,2 et 6,4 milliard d'euros. " Ils sont nettement plus élevés que les années précédentes sous l'effet en particulier de la progression de la masse salariale, cependant que les mesures de gel puis d'annulation de crédits atteignent leurs limites ", détaille la Cour des comptes qui exige le respect de l'objectif de déficit, via une gestion très stricte de crédits ouverts qui " ne laisse aucune place à des décisions nouvelles en dépenses ".

Ce serait la condition sine qua non pour faire reculer le niveau de la dette car pour l'instant, cette réduction que la Cour juge modeste de la dépense ne le permet toujours pas.

La France ne montre pas l'exemple

Autre conséquence, la France présente toujours une situation de ses finances publiques dégradée, avec un déficit effectif et structurel supérieur à ceux de la quasi-totalité des pays européens. En effet, seuls la Grèce, l'Espagne, le Portugal et le Royaume-Uni conservent des déficits supérieurs à celui affiché par Paris.

" Entre 2010 et 2015, la dépense publique en volume a continué d'augmenter davantage que dans la plupart des autres pays européens. L'endettement a poursuivi sa progression contrairement non seulement à l'Allemagne mais aussi désormais à la majorité des pays européens ", explique le rapport.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/06/2016 à 17:33 :
vous etes un journal dit économique... les efforts de notre gouvernement de sapin de macron sont des leures et des mensonges... oui il y a une forte réduction des interets de la dette et d'apres le canard enchaine on magouille sur la dette ....mais tout le monde le voit les dépenses cadeaux et autres sont dans les journaux...le nombre de fonctionnaire s'accroit surtout dans les collectivités locales les attentats vont conduire a des dépenses primes et autres aux militaires policiers ..; gendarmes;..on augmente les gens de l'éducation nationale... et on nous joue le pipeau de la sagesse...c'est un énorme mensonge les dépense baissent grace aux intérets négatfis...on nous dit en sus que l'argent rentre a flot avec les repentis...arretons c'est pinuss... 2 sur 700 milliards....ca va mieux oui ca va mieux....
a écrit le 29/06/2016 à 14:21 :
Les pauvres contribuables français qui sont obligés de payer pour les extravagances
des socialistes. Hollande flatte son électorat et après moi le déluge. Hollande fait des chèques en bois et son successeur sera condamné à augmenter (encore les impôts)
sans évidemment imaginer réformer le pays.
a écrit le 29/06/2016 à 12:50 :
L'Etat n'a fait aucun effort de réduction du déficit.
La seul raison pourquoi les dépenses ont baissé, c'est que la charge d'intérêts de la dette, qui continue de monter d'ailleurs, a baissé à cause des intérêts historiquement bas.
a écrit le 29/06/2016 à 11:59 :
97% de la dette sont les intérêts de la dette, à une époque on punissait les spéculateurs bien avant que la situation deviennent autant insupportable, dorénavant les politiciens les écoute comme de bons toutous bien obéissants quand ils ne les récompensent pas.

La santé et le social souffrent un peu plus chaque jour de la baisse des budgets, des millions de gens sont sacrifiés pour que les multinationales et leurs actionnaires majoritaires continuent de se goinfrer sur le dos de tous.

Et si on arrêtait de penser l'économie dans le seul intérêt de ceux qui n'en ont pas besoin ? Si on pensait tout court d'ailleurs...

A quoi sert un état, à quoi servent des élections si au final c'est toujours la majorité des citoyens qui trinquent ?
Réponse de le 29/06/2016 à 19:36 :
Exactement, il faut le martelé, le répété et ne pas en démordre;
Ce système biaisé par cette simple ligne de calcule que notre état paye a titre privé des intérêts de dette! Et cela n' existe que depuis à peine 50 ans.

Tout ces débats et articles sont donc complètement inutile, voir orientés à moins que l' on accoutume les citoyens avec cet unique fait .(le travail est en grande parti fait).
Réponse de le 30/06/2016 à 11:17 :
Cela fait parti du "spectacle", le but étant de créer l'illusion que leur monde serait la vérité et le notre, le vrai, le fruit de notre imagination.

C'est bien fait la World Company mais depuis qu'elle dirige elle est sacrément expérimentée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :