Fiscalité : Sapin revient sur les promesses de Hollande

 |   |  342  mots
La marge n'est pas la même, cessons de parler de 2 milliards, nous sommes en train de regarder à l'intérieur des données actuelles quelles sont les marges , a expliqué Michel Sapin sur Radio Classique/Paris Première.
"La marge n'est pas la même, cessons de parler de 2 milliards, nous sommes en train de regarder à l'intérieur des données actuelles quelles sont les marges ", a expliqué Michel Sapin sur Radio Classique/Paris Première. (Crédits : Reuters Christian Hartmann)
En juin, François Hollande avait promis une nouvelle baisse d'impôts en 2017, dont le montant pouvait atteindre les deux milliards d'euros. Compte tenu des prévisions de croissance en 2017, son ministre de l'Economie et des Finances estime cette promesse difficilement tenable.

François Hollande a-t-il été imprudent ? Vraisemblablement. En juin, le chef de l'Etat annonçait une nouvelle baisse d'impôt pour les ménages en 2017.  "Si, malgré le Brexit, la croissance était de 1,7% en 2017, ce geste fiscal, qui ne pourrait être supérieur à 2 milliards d'euros, viendrait s'ajouter aux allègements accordés depuis 2014 et qui ont d'ores et déjà concerné 12 millions de contribuables ", expliquait-il aux Echos.

Tenir l'objectif de réduction du déficit public

Jeudi 1er septembre, lors de sa conférence de presse de rentrée, Michel Sapin, le ministre de l'Economie et des Finances, a estimé que le PIB progresserait de 1,5% en 2016 et en 2017. Donc, mathématiquement, les deux milliards d'euros de baisses d'impôts, dont on devrait connaître les modalités la semaine prochaine, ne sont pas tenables, sauf si le gouvernement renonce à ses objectifs de réduction de déficit public. Le pacte de stabilité transmis par la France à Bruxelles vise un déficit public à 2,7% du PIB l'année prochaine. Il pourrait néanmoins atteindre 2,8% a prévenu Michel Sapin jeudi.

"La marge n'est pas la même, cessons de parler de 2 milliards, nous sommes en train de regarder à l'intérieur des données actuelles quelles sont les marges", a expliqué Michel Sapin sur Radio Classique/Paris Première. "Le président l'a dit au printemps car c'était un moment où on pouvait prévoir plus de croissance. Tout le monde est d'accord pour dire aujourd'hui qu'il ne serait pas raisonnable de construire un budget sur une perspective de croissance supérieure à 1,5% ", a expliqué le ministre.

Les ménages consomment moins

En effet, les dernières statistiques douchent un peu les espoirs de reprise vigoureuse. Après avoir progressé de 0,6% au premier trimestre, le PIB a stagné au deuxième. Résultat, l'acquis de croissance s'élève à +1,1% à la fin juin. Si viser une croissance annuelle de 1,5% n'est pas irréaliste, anticiper une augmentation  plus forte du PIB est osée, la consommation des ménages, qui reste le principal moteur de l'activité, s'essoufflant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/09/2016 à 14:07 :
C'est comme Hollande qui veux soit disant baisser les impôts en 2017 pour des raisons électorales, disent certaines mauvaise langues,... Mr Hollande pour baisser les impôts il faut commencer par baisser les dépenses et quand on arrive à un déficit 0% on diminuera les impôts (je ne suis pas méchant en disant ça, car logiquement il faut aussi rembourser nos dettes avant de commencer à baisser les impôts, sauf si pour des raisons électorales. là on ne peut pas faire autrement c'est sure....
a écrit le 03/09/2016 à 18:59 :
baisse , mon œil ,une nouvelle taxe est prévue pour financer les régions qui doivent sois disant faire des économies suite à leur fusion ; vraiment tous des menteurs !
a écrit le 03/09/2016 à 11:31 :
Sapin, Hollande, Valls... rien que d'entendre ces noms me donne envie de bailler. Ce qu'ils racontent est sans intérêt...et ne mérite pas un article.
a écrit le 03/09/2016 à 10:58 :
Monsieur Sapin,..
Une bonne initiative que les élus du PS pourraient promouvoir pour se faire réélire : - Réduire le nombre de députés et de sénateurs ( regardez les bancs de présence lors des séances télévisées..un énorme scandale ),alors que ceux-ci - effrontément et pécuniairement se représentent éternellement,malgré les casseroles qui les bruitent,pour certains,heureusement l'honnêteté existe encore,...Epluchez les passés de grands nombres d'élus ...C'est pas enviable pour les électeurs...Heureusement votre survie ne tient qu'aux accords droite-gauche...Et les multiples non-lieus dans des affaires qui les concernent..Ici,il n'y a pas de place pour tous les citer,....Et ils font toujours campagne électorale..
a écrit le 03/09/2016 à 9:28 :
Quand la soupe est bonne, il ne faut surtout pas la jeter. C'est dans cet esprit que Sapin pense déjà à sa réélection politique en tant que cumulard. Et à quelques mois seulemet des élections, il ne peut pas mentir de façon éhontée :-) Voir http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2015/09/21/31007-20150921ARTFIG00189-hauts-fonctionnaires-un-sapin-a-19-millions.php
a écrit le 02/09/2016 à 18:14 :
Si ça augmente de zéro, c'est une baisse, ça devait augmenter de 0,1% ! Einstein a bien dit que tout est relatif.
L'annonce était déjà liée à un taux de croissance minimum. C'est donc conditionnel.
a écrit le 02/09/2016 à 17:27 :
Nous proposons une prise en charge soins santé à partir de 70 ans par une assurance privé à la charge du citoyen chiffre 379 euros mensuel avec mutuelle comprise
Réponse de le 02/09/2016 à 20:03 :
Certains retraités (régime agricole, carrières incomplètes dont des femmes ayant arrêté quelques années pour élever leurs gamins) ne pourront pas arriver à joindre les deux bouts avec vos idées lumineuses. Elles n'ont pas une retraite de député, fut ce de la majorité. Ouvrez les yeux ! Pourriez vous tester leur situation sur 6 mois ? Vous les condamnez aux Restos du cœur.
Réponse de le 03/09/2016 à 17:26 :
@député: et pour compenser, tu devrais proposer le remboursement intégral des soins de santé, de la sécurité, de l'enseignement, etc. dont ont bénéficié les jeunes avant de se prendre en charge. Et dans la même veine, tu peux aussi proposer la fin du RSA et d'autres aides :-)
a écrit le 02/09/2016 à 17:14 :
Caramba, des votes en moins pour le poussah bricoleur, il va devoir aller les chercher au cure dent, lui qui se moque des sans dent, un comble.
a écrit le 02/09/2016 à 15:55 :
ils ont mis 4 ans a arreter des claironner des conneries!
bravo
bon, entre temps ils ont envoye l'economie au tas, ca se passe bien
ca serait marrant d'avoir les chiffres eco retraites du batiment ( violemment reparti a la hausse a cause du pinel)
Réponse de le 02/09/2016 à 19:15 :
Et oui disons Merci Sarko pour l'état dans lequel se trouve le pays après seulement 5 ans... Il faudra probablement plus de 20 ans pour remonter...
a écrit le 02/09/2016 à 14:35 :
A quoi bon claironner, une baisse d’impôt qui sera compensée par une augmentation de taxe autre part. Je préférerai que l’on mette un peu plus d’ardeur à refonder les structures étatiques en limitant réellement : les doublons administratifs à chaque niveau du millefeuille, comités « Théodule », les subventions aux partis politiques, aux syndicats, et en supprimant une bonne partie des niches fiscales. Bref tous ces avantages et privilèges qui n’apportent rien à l’économie, et plombent le budget de l’état. A ce niveau il y a du grain à moudre… !
Réponse de le 02/09/2016 à 19:16 :
Faisant pas parti des riches, je pensais y avoir droit... Mais bon célibataire ne semble pas être touché par cette baisse... Ils claironnent toujours des baisses, mais elles ne nous concernent jamais...
a écrit le 02/09/2016 à 11:58 :
Retraité très moyen je n'ai vu qu'une forte hausse de mes impôts depuis l'élection de Hollande, alors ses promesses...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :