Hollande promet des baisses d'impôts si...

 |   |  347  mots
 En fonction des marges et seulement en fonction des marges dont nous pourrons disposer, il conviendra de poursuivre cette politique de réforme, de justice et de baisse des prélèvements pour les Français les plus modestes , a déclaré ce mardi 3 mai  François Hollande lors d'un colloque de la Fondation Jean Jaurès à Paris.
" En fonction des marges et seulement en fonction des marges dont nous pourrons disposer, il conviendra de poursuivre cette politique de réforme, de justice et de baisse des prélèvements pour les Français les plus modestes ", a déclaré ce mardi 3 mai François Hollande lors d'un colloque de la Fondation Jean Jaurès à Paris. (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
Lors d'un colloque organisé par la Fondation Jean Jaurès, le chef de l'Etat a entrouvert la porte à de nouvelles baisses d'impôts. Mais il faut que certaines conditions soient réunies.

Oui, mais... Si la France va mieux, une nouvelle baisse d'impôts pour les ménages n'est pas à exclure.

Ce ne serait pas la première fois que la fiscalité des ménages est allégée. Selon le chef de l'Etat, depuis 2014, les baisses d'impôts ont concerné 12 millions de contribuables et la prime d'activité touche trois millions de Français.

" Je sais que beaucoup de ceux-là avaient pu être concernés par des dispositions fiscales de la majorité précédente ou même de la nôtre. Il était donc de notre devoir de leur redonner ce qu'ils avaient acquitté pour le redressement de notre pays ", a expliqué François Hollande.

Une annonce, des questions

Deux questions se posent : quels sont les ménages qui seront concernés, sachant que moins d'un ménage sur deux acquitte actuellement l'impôt sur le revenu ? Comment seront financées ces éventuelles baisses d'impôts ? Sur ce point, François Hollande a expliqué qu'elles n'entreront en vigueur que si des marges de manœuvre sont possibles.

Concrètement, ce nouvel allégement de la fiscalité ne devra pas compromettre l'objectif de faire passer le déficit public sous la barre des 3% du PIB en 2017. Sur ce point, Michel Sapin est très vigilant. Interrogé par Le Monde, le ministre des Finances explique que la priorité du gouvernement est " de respecter nos engagements en matière de réduction des déficits ", rappelant que si la France échouait, elle pourrait se voir infliger une amende de 4 milliards d'euros par Bruxelles pour non-respect du Pacte de Stabilité.

Une prise de risque minimale

Ce mardi matin, la Commission européenne a remis en cause l'objectif fixé par Paris. Bruxelles a annoncé qu'elle tablait sur un déficit public de 3,2% l'année prochaine.

Avec cette stratégie, François Hollande prend-il des risques ? Pas vraiment. Certes, si les marges de manœuvre ne sont pas au rendez-vous, il peut faire des mécontents. Mais comme sa cote de popularité est au plus bas, les dommages collatéraux semblent peu élevés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2016 à 18:26 :
Comment baisser les impôts des plus modestes alors ceux qui ne paient pas d'impôts sont logiquement les plus pauvres. Comment améliorer leur pouvoir d'achat, il n'y a pas d'autre solutions que d'augmenter les salaires ou les retraites pour relancer la consommation........
Réponse de le 08/05/2016 à 15:33 :
"il n'y a pas d'autre solutions que d'augmenter les salaires ou les retraites pour relancer la consommation........ " : Non. On peut aussi laisser baisser les prix de l'immobilier, donc du logement. 30 à 50% des dépenses des ménages qui ne peuvent pas partir consommer au Portugal.
a écrit le 06/05/2016 à 14:03 :
C'est étrange je ne suis qu'employé avec un salaire relativement bas, pourtant mes impôts eux ne réduisent pas... Serte tous les ans on me certifie que pour avoir droit à la prime pour l'emploi je touche seulement 100 euros de trop mais par contre pour avoir moins d'impôts à donner, c'est jamais pour les célibataire sans enfants (pourtant c'est bien nous qui faisons le plus pour réduire les chômeurs dans 20 ans...)
a écrit le 03/05/2016 à 23:13 :
Casses toi ennemi des sans dents !
a écrit le 03/05/2016 à 23:03 :
Hollande est grillé
Il peux promettre ce qu'il veut mais il a trop menti trop bricole

Impossible de remonter sa crédibilité ,son image de tout mou
sans vision
sans conviction et sans stratégie

Ça restera un petit politicien
a écrit le 03/05/2016 à 21:05 :
Hollande a massacré les classes moyennes et les familles, il va encore réduire le nombre
de personnes imposables. On ne sera plus un jour qu'une petite minorité pour payer
les largesses socialistes. Hollande parle de cagnotte mais, dans la réalité , la dette explose
et il fait des chèques en bois.
Réponse de le 06/05/2016 à 14:06 :
Hollande ne réduit pas nos impôts, il le fait juste croire. Regardez vos locaux avant de dire que les impôts ont été réduit... Vous risquez de vite déchanter en vous apercevant que la réduction (si vous y avez droit) de vos impôts sur le revenus ne compense en rien l'augmentation des impôts locaux (et fonciers si vous les payez.)
a écrit le 03/05/2016 à 16:32 :
Toujours les plus modestes en Socialie... les socialistes sont dans le clientèlisme le plus abjecte qui consiste à favoriser les plus riches (3% du haut) et les plus pauvres (10% du bas) du tableau et le reste au milieu raquez messieurs dames et merci de votez pour nous car nous vous considérons pas comme notre clientèle priviliégiée ...
a écrit le 03/05/2016 à 15:33 :
En bon politique, Hollande qui n'a jamais mis les pieds en entreprise sinon pour la visiter veut une nouvelle fois raser gratis avec la "cagnotte". Il faudrait lui faire consulter un manuel de bonne gestion pour les nuls parce que vis à vis de l'Europe on a les clous à respecter.
a écrit le 03/05/2016 à 15:16 :
Hollande promet des baisses d'impôts si.......il n'est pas candidat et qu'un autre prenne le manche pour réussir là où il a lamentablement échoué par absence de décisions?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :