France : la dette publique bondit à 97,5% du PIB au premier trimestre 2015

 |   |  335  mots
A titre de comparaison, la dette publique brute dans les 19 pays de la zone euro atteignait fin 2014 une moyenne de 91,9% du PIB, selon l'institut européen Eurostat.
A titre de comparaison, la dette publique brute dans les 19 pays de la zone euro atteignait fin 2014 une moyenne de 91,9% du PIB, selon l'institut européen Eurostat. (Crédits : reuters.com)
L'objectif de 96,3% n'a donc pas été atteint: la faute principalement à la dette de l'Etat qui, à elle seule, a augmenté de 37,1 milliards sur la période. L'endettement de la France se monte désormais à 2.089,4 milliards fin mars. La dette publique de l'Allemagne, quant à elle, est passée sous la barre des 75% l'an dernier.

La dette publique de la France a augmenté de 51,6 milliards d'euros au premier trimestre pour atteindre 2.089,4 milliards fin mars, soit 97,5% du PIB, selon les statistiques publiées mardi par l'Insee.

Le ratio de dette sur PIB a ainsi augmenté de 1,9 point par rapport à la fin 2014 (95,6%), soit la plus forte hausse enregistrée depuis le premier trimestre 2012, et se situe nettement au-dessus de l'objectif de 96,3% fixé pour cette année dans la dernière trajectoire des finances publiques. Le gouvernement prévoyait, dans la dernière trajectoire des finances publiques publiée en avril, que la dette publique atteindrait 96,3% du PIB fin 2015 et culminerait à 97,0% en 2016 avant de revenir à 96,9% en 2017, sans atteindre le seuil politiquement très sensible de 100%.

Hausse de la dette de l'État et des administrations publiques

La seule dette de l'État a augmenté de 37,1 milliards d'euros sur le premier trimestre pour s'élever à 1.647,3 milliards, précise l'Insee dans un communiqué.

Outre la dette de l'Etat, la dette publique au sens de Maastricht inclut celles des administrations de sécurité sociale (232,6 milliards fin mars, soit +15,8 milliards), des administrations publiques locales (187,4 milliards, en retrait de 0,8 milliard) et des organismes divers d'administration centrale (22,1 milliards, soit -0,5 milliard).

La dette nette des administrations publiques s'élevait à 1.868,0 milliards d'euros fin mars, soit 87,1% du PIB contre 86,8% à la fin 2014 (1.610,2 milliards), en progression de 17,6 milliards sur trois mois, ajoute l'Insee.

Cette moindre hausse par rapport à celle de la dette brute "traduit principalement la très forte hausse de la trésorerie de l'État (+31,9 milliards) et des administrations de sécurité sociale (+5,0 milliards)", explique l'institut.

Une moyenne de 91,9% du PIB dans l'UE

A titre de comparaison, la dette publique brute dans les 19 pays de la zone euro atteignait fin 2014 une moyenne de 91,9% du PIB, selon l'institut européen Eurostat.

Certains pays comme l'Italie, le Portugal et bien sûr la Grèce affichent des taux très supérieurs à la France, au contraire de l'Allemagne qui est elle passée l'an dernier sous la barre des 75%.

(Avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/07/2015 à 8:54 :
Elu par 26% des français notre président a montré ses limites de chef d'état.
A droite ce n'est guère mieux et de toutes les façons même en changeant le capitaine du TITANIC , il coulera quand même, la musique changera, c'est tout
a écrit le 02/07/2015 à 0:28 :
Quant est-ce qu'on fait défaut ? :)
Il me semble que le moment est bien choisi. C'est François 1er qui va en perdre la tête et le caleçon (le caleçon, c'est parce qu'il va en maigrir).
a écrit le 01/07/2015 à 14:29 :
La France ne peut et ne pourra pas reduire sonj endettement. Ce n'est pas avec un '' pays centralise'' et mene par des '' elites ou hauts-fonctionnaires'' que l'on cree de '' vrais emplois''. Quand on regarde la France depuis 40ans au moins, c'est de l' etatisation avec un '' president-roi'' qui decide de tout. Le mal francais vient de nos '' enarques-fonctionnaires'' qui ont aucun interet a rendre une France '' industrielle'' comme en Allemagne par exemple. Une utopie bien entretenue qui dure depuis que les ''Enarques'' ont pris le pouvoir en France.
a écrit le 01/07/2015 à 12:34 :
Socialisme = chômage en hausse, endettement en hausse, immigration en hausse, impôts en hausse, criminalité en hausse. Bref, tout le contraire de ce qu'ils avaient promis. Un ramassis d'incapables.
Réponse de le 03/07/2015 à 15:11 :
Sarkosy en seulement 5 ans à augmenté notre dette de 700 milliards d'euros ma pouel ; pas mr HOLLANDE !
a écrit le 01/07/2015 à 11:35 :
Un pays vraiment bien géré. Bravo à "Normal 1er" !
a écrit le 01/07/2015 à 9:53 :
Il est exact que l'on n' arrivera pas à maîtriser la trajectoire d'endettement sans réduction des depenses de l'Etat. Mais (i) les Francais doivent savoir que le deficit leur est imputable !! Ils ne payent pas suffisamment pour leurs depenses sociales !!! Soit éducation, santé, retraite,chomage. Il faudra donc un jour ou l'autre couper dedans, et (ii) la forte augmentation récente a aussi une part d'explication technique : cela s'appelle du "front loading" i.e. La trésorerie s'endette pour profiter des taux bas, avant une remontée previsible dans la 2ieme partie de l'année. CQFD
a écrit le 01/07/2015 à 9:47 :
Les dettes (publiques) ne veulent plus rien dire, vu leur niveau...
Dette mondiale: 55 000 Milliards $ - 55 OOO OOO OOO OOO!!!
Soit 25 fois le PIB de la France
Le Japon: 250% du PIB... La dette japonaise est (heureusement) massivement détenue par les Japonais dans la monnaie nationale.
Les dettes sont la raison de vivre des banquiers. La création de monnaie ne leur coûte rien. Par contre ils empochent sans rien faire des montagnes d'intérêts.L'effacement d'une dette n'est que l'effacement d'un capital virtuel et la perte d'un intérêt potentiel.
Réponse de le 01/07/2015 à 17:28 :
@Valbel89
"Les dettes raison de vivre des banquiers"
Oui, et depuis toujours. Certains ont paye de leur tête, mais hélas, il y bien longtemps. Dommage on ne fait plus cela aujourd'hui!
a écrit le 01/07/2015 à 9:05 :
moi j'applique la même stratégie que notre gouvernement je suis surendetté et j'ai passé les vacances dans le Sud, ceux qui bossent en région parisienne sont victimes de la canicule. Je prends actuellement mon petit déjeuner au bord de la plage. Prudent j'ai monté un dossier de surendettement pour partir l'esprit libre, sans cette démarche je vivrai comme une cloche.
a écrit le 30/06/2015 à 23:50 :
Avec un taux négatif de 110% les créanciers deviennent des débiteurs !
" Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu'ils en chérissent les causes."
a écrit le 30/06/2015 à 23:17 :
La dette...on s en fout il parait qu on ne rembourse jamais ses dettes dixit Sapin Moscovici etc etc.... on voit bien la Grece ne rembourse pas et est en superforme... Nos politiques n ont qu une preocuppation le pouvoir, les femmes et le pognon distribué par les banques en contrepartie du droit de nous tondre...la vie est belle
a écrit le 30/06/2015 à 18:41 :
Quand aurons-nous un Président qui soit vraiment au service de la France et non au service de ses amis, de son parti, de sa réélection ?
La France mérite mieux !
Réponse de le 01/07/2015 à 11:51 :
+1. C'est le problème de la France depuis la fin de Pompidou... Vue à court terme et seulement pour sa clientèle (membres du parti, réseau de connaissances et socle électoral). Le reste, on ne fait rien pour eux
a écrit le 30/06/2015 à 18:16 :
Bon d'accord, c'est PRESQUE 100% ? Mais après tout comme le dit "finement" le Président de la République : C'EST PAS GRAVE, C'EST L'ÉTAT QUI PAYE ? OUFFFFF ! Merci monsieur le Président, ça me rassure beaucoup ce que vous dites là ? Mais au fait, L'ÉTAT ? C'EST QUI AU JUSTE ? Ne serait-ce point l'addition des ... impôts perçus ? AYOYE ! Ça c'est pas mal moins sympa savez vous ?
Réponse de le 30/06/2015 à 23:20 :
Et la on ne parle que la dette classique mais avec les engagements hors bilan (caution qui ne coute rien dixit Moscovici) garantie de la secu de la retraite des fonctionnaires etc etc...on peut multiplier par 2 ou 2.5....
Réponse de le 01/07/2015 à 11:12 :
austérité=récession=explosion du ratio dette/PIB.la politique actuelle est la seule possible,tous les économistes sont d'accord.mais le pays se rénove en profondeur grace aux réformes ,ce qui va inverser la tendance
Réponse de le 01/07/2015 à 11:56 :
@ élu ps (ça ne s'invente pas...) : le pays se rénove ? Ah bon ??? C'est ce qu'on raconte sûrement entre 2 verres au bureau politique du PS, mais dans la vraie vie, tout le monde enjoint la France à faire de vraies réformes (OCDE, Commission Européenne). Votre petit enchaînement (austérité = récession, etc.) digne d'un tract de Mélenchon ne vaut rien. Vous regardez la Grèce pour valider votre théorie, mais omettez de regarder l'Irlande, la GB et dans une moindre mesure l'Espagne ou le Portugal qui eux se relèvent. Je fais néanmoins une concession : les plans d'austérité seuls ne sont pas la panacée (il faudrait les coupler à des plans d'investissements productifs [ie pas pour embaucher des fonctionnaires, hein !] de réimplantation industrielle ou autre) mais restent un mal nécessaire.
Réponse de le 01/07/2015 à 13:35 :
@Elu PS: Deux absurdités dans votre commentaire. 1) La France se réforme en profondeur. HEIN? Exemples (et sources) ? 2) Austérité=récession. re-HEIN? L'Irlande, ça vous dit quelque chose ? Phase d'austérité, et aujourd'hui ça ba mieux. Décidement, la rue de Solférino doit être située sur une autre planète...
Réponse de le 01/07/2015 à 18:10 :
@jérome et grigou:rabacher les arguments des néo libéraux ne résout pas le problème.regardez l'évolution de la dette irlandaise ou espagnole et vous comprendrez leur miracle économique.forte hausse de la dette publique pour dégager un minimum de croissance,meme la corée(du nord) sait le faire
Réponse de le 01/07/2015 à 18:31 :
jeromeB vous avez mal analysé le cas irlandais.
L'irlande n'a jamais eu de problème de finance publique et de sous compétivité de son économie.
je dirai que l'irlande va bien malgré l'austérité et l'irlande n'a jamais eu besoin d'austérité. C'etait et ça reste un pays dont les finances publiques furent bien gérées.
Dans tous les pays ou la troika est passé y compris la Grèce, les mesures appliquées ont été 1 inefficaces vis à vis de l'objectif fixé qui était la réduction de la dette, vrai pour l'irlande vrai pour le portugal vrai pour l'espagne (pas sous troika parce que l'espagne a négocia de ne pas y être ... mais on a sauvé les cajas espagnoles de la même maniere) 2- a un cout social elevé, y compris en irlande 3- n'a pas reglé les problèmes structurels de chacun des pays : l'irlande avait eu un problème de bulle immobiliere mais n'a jamais eu de problème de balance des paiements.
quant à l'espagne un peu similaire : secteur public avant crise largement excédentaire, dettes des privées et banques mal gerées (y en a d'autres... outre rhin)... et hop solution de la troika : austérité fiscale. baisse des salaires. et la dette bondit à 80% du PIB.
alors si le succès de l'austérité c'est d'avoir plus de dette qu'avant , plus de chomage qu'avant , plus de déficit qu'avant, un PIB inférieur à avant , une pauvreté plus forte qu'avant... oui l'austérité marche.
a écrit le 30/06/2015 à 17:47 :
Encore une promesse de FH et son gouvernement de pacotille incompétent non tenue. Ils emmènent droits dans leurs bottes la France à la ruine, l'austérité et la mise au ban de l'Europe. Bientôt comme la Grèce.
a écrit le 30/06/2015 à 17:28 :
Les chiffres nous prouvent une fois de plus que la croissance du PIB Français ne peut se faire qu'avec une croissance de l'endettement. Pour une croissance du PIB à 1,2% en 2015, on a 1,9% d'endettement supplémentaire = rendement négatif. L'état Français ne sait faire de la croissance que sur le dos des créanciers. Nous sommes donc bel et bien au pied du mur, comme la Grèce.
a écrit le 30/06/2015 à 17:24 :
La vraie information c'est que l'Etat tient sa trajectoire de déficit et de dette, mais a fait le choix de faire gonfler sa trésorerie.

Pourquoi se constituer plus de 30 milliards de trésorerie?

La France anticipe t-elle une remontée des taux? Une terrible tempête sur les marchés? Une aide pour la Grèce?

Mais au delà de ces questions techniques, il faut savoir que la dette a une contrepartie, un actif.

D'ailleurs en empruntant à 1.2% à 10 ans l'Etat ferait bien de placer ces sommes dans des projets ou de entreprises à la rentabilité bien supérieure.
a écrit le 30/06/2015 à 17:12 :
Cette nouvelle absolument catastrophique va être allégrement dissmulée par " la canicule" waouh en été il fait chaud, le scoop. Ca en dit long sur l'état d'irresponsabilité, dans lequel tous ces politiques incompétents, tous bords confondus, nous entrainent...ça leur permet de s'auto-alimenter avec le système. En se moquant éperdument de nous, et encore plus de la façon dont l'histoire les jugera,...pas beaucoup de convictions , ni de courage tous ces gens là,et pas un seul homme ou une seule femme d'état qui pointe à l'horizon....
a écrit le 30/06/2015 à 17:11 :
IL faut abroger la prérogative inique de l'emploi à vie des fonctionnaires. La constitution n'oblige cependant pas l'état à leur garantir l'emploi dans la fonction publique, mais peut leur trouver un travail dans le privé, néanmoins qui voudrait d'un ancien fonctionnaire dans le privé, même s'il est compétent et travailleur ? Si ce privilège des fonctionnaires était abrogé, il y aurait possibilité de dégraisser le mammouth, mais quel politicien s'y risquerait, sachant que l'état est dirigé par près de 50% de fonctionnaires, notamment à gauche.
Réponse de le 30/06/2015 à 18:38 :
Arrêter de mettre tous les maux de la France sur le dos des fonctionnaires ! C est tellement facile de désigner un coupable. Une grande majorité d entre eux travaillent autant que des salariés du privé. Arrêtez de parler sans savoir !
Réponse de le 01/07/2015 à 0:29 :
il n'y a qu'a regarder leurs dépenses liées au travail (?), frais de taxi, rénovation de bureau....
Réponse de le 01/07/2015 à 11:48 :
@Tetra : regardez le nombre moyen de jour d'arrêt maladie par an dans la fonction publique.
Il est étonnant comment il remonte depuis la suppression du jour de carence.
Il est même accordé dans certaine région des primes de présence, si çà ce n'est pas du foutage de gueule.
a écrit le 30/06/2015 à 16:47 :
Les 37,1 milliards d'euros de dettes supplémentaires sont allés dans les poches des patrons suite au pacte de responsabilité.

En appliquant une politique de droite, l'État a fait un allégement fiscal aux entreprises pour qu'elles investissent et embauchent mais le fait est là : Le chômage augmente et la dette augmente. Ce qui fait supposer que ces entreprises n'ont pas investi dans l'économie réelle et n'ont pas embauché. Je doute que tous ces allègements sont allés dans la spéculation financière et dans les comptes des dirigeants.

Je pense que pour relancer l'activité, il faut augmenter les salaires des pauvres. L'argent qu'ils recevront sera injecté dans le circuit de l'économie réelle.
a écrit le 30/06/2015 à 16:35 :
Que va t il se passer quand les taux d'intérêt vont remonter ?
Réponse de le 01/07/2015 à 10:45 :
On pourra aller se faire voir chez les grecs.
a écrit le 30/06/2015 à 16:22 :
Vive la Gauche... Merci à la moitié des Français qui n'y connaissent rien en économie et en programme politique. Maintenant assumez et pleurnichez car vous n'allez plus rien avoir a bouffer. Merci a nos politiciens qui n'ont rien entre les jambes pour prendre une décision. Tout part en vrille... Un nouveau Napoléon a l'Assemblé National nous ferait le plus grand bien...
Réponse de le 30/06/2015 à 16:54 :
Et qui a créé les déficits et la szous-compétitivité que la Gauche essaye de résorber..
Déficit France en 2011= 5.2 % du PIB.
Déficit Allemagne 2011 = 1 % du PIB.
Il ne faut pas oublier qui sont les vrais responsables du déficit.
Effectivement, il faut mieux être nul en économie...
Réponse de le 30/06/2015 à 17:20 :
"Le changement, c'est maintenant" a-t-il dit, mais maintenant est un bref moment qui dure 5 ans.
Réponse de le 30/06/2015 à 17:26 :
On peut ajouter que Jospin à laissé un pays compétitif à la balance commerciale excédentaire, un chômage parmi les plus bas d'Europe.
Réponse de le 30/06/2015 à 17:32 :
En 2014: Deficit français 4.1, Allemagne EXCEDENT BUDGETAIRE.
dépenses publiques en France: 2010: 56.4%, 2011: 55.9%, puis arrive hollande et rechute en 2012 : 56.8% d'autres chiffres ????
Réponse de le 30/06/2015 à 18:52 :
On précise pour ceux qui ne savent pas lire un bilan. la dette brute a augmenté, mais beaucoup mois la dette nette. La trésorerie a donc augmenté. La France s'est donc endetté afin de profiter des bas taux, tout en augmentant sa trésorerie (+31.9 milliards).
Dans les mois prochains, la dette brute devrait baisser (un peu) , sans qu'il y ait d'excédents budgétaires.
a écrit le 30/06/2015 à 16:01 :
Le souci de la France c'est que ceux qui s'enrichissent se dé fiscalise en vivant à l'étranger. Il est facile de s'enrichir avec les aides de l'état et de vite négocier un exil fiscal, comment dans ce cas là contribuer aux remboursement la dette.
a écrit le 30/06/2015 à 15:57 :
avec de moins en moins de fonctionnaire de service publique plus de sécu social ou presque, la retraite a 72 ans ( he oui faite le calcul vous même) enfin j en passe et des meilleurs ou est passez l'argent? les sous ? la thune?suis je bête mais c est bien sur dans les 1% des personnes qui possèdent 90 pour cent des richesses. assez de détournement. avis a certain la grèce est en faillite mais porto rico aussi depuis 5 jours pourquoi n en parle t on pas?
a écrit le 30/06/2015 à 15:52 :
L'important est de toujours pouvoir bétonner le pays pour les 9 sœurs à Coulibany ... continuer le Grand Remplacement ...
a écrit le 30/06/2015 à 15:48 :
Voilà la seule vérité est celle des chiffres tout le reste n'est que communication.
La dette française ne cesse d'augmenter tout comme le chômage car ce gouvernement n'a fait aucun réforme structurelle (à part la diminution du nombre de régions mais cela n'apportera aucune économie car les départements restent alors qu'ils devaient au départ être supprimés) en 3ans.
a écrit le 30/06/2015 à 15:36 :
Pour contraindre les impétrants à la présidence de la République à ne faire qu'un mandat, il suffit de leur imposer de faire baisser la dette publique; ce qu'ils promettent tous mais ne font jamais.
a écrit le 30/06/2015 à 14:59 :
C'est pitoyable ! On gérerait comme ces "élus", on serait tous en faillite.
a écrit le 30/06/2015 à 14:36 :
Les solutions sont simples et évidentes.
La france est incapable de rembourser le moindre centime d'euro et ses banques ne survivent que parce que les Grecs les maintiennent à flots.
Les solutions : diminution d'au moins 35 à 40 % de toutes les retraites du privé et du public - suppression immédiate de toutes les conventions professionnelles, diminution des salaires des fonctionnaires d'au moins 25 à 30 %, hausse de tous les taux de tva de 3 à 5 points, augmentation des impôts sur les revenus de l'ordre de 5 % à 10 % en fonction des tranches (imposer plus fort les revenus faibles et moyens qui son les plus nombreux), licenciements massifs de fonctionnaires, restrictions drastiques des prestations sociales, suppression de toutes les primes pour les gendarmes, fonctionnaires de plice, militaires, ..., suppression totale de toutes les allocations familiales, suppression totale des indemnités de chômage. Les vrais patriotes, les vrais français, accepteront ces légers petits sacrifices pour le bien de la Nation. De la France. Du drapeau bleu-blanc-rouge. Piur que la France, exemplaire en tous points et incontournable sur la sène internationale comme chacun sait, ne soit plus le véritable chancre européen.
Réponse de le 30/06/2015 à 15:31 :
C'est une plaisanterie ? Souhaitez-vous réellement créer de la précarité à la pelle ?
Réponse de le 30/06/2015 à 15:44 :
Vieilles recettes qui ne fonctionneront pas car vous ne mettez pas de plafond. Certains fonctionnaires (territoriaux, notamment) étaient au SMIC toute leur vie... donc, je suis votre raisonnement simpliste: ils vont vivre avec 400 EUR ~= (1200 * 0.5 * 0.7)? Idem pour ceux qui ne sont pas encore en retraite! Sur les conventions collectives, vous enfoncez des portes ouvertes. Relisez la loi Macron qui est une porte ouverte aux licenciements des "vieux travailleurs" (ceux qui ont plus de 10 ans d'ancienneté). Pour les impôts, si vous voulez la Révolution; allez-y, les gens sont au taquet... pour la TVA aussi. Je serai plus pour une surTVA sur certains produits "de luxe" (chocolat non ménager, par exemple) comme en Grande Bretagne et une TVA à 0% sur les produits de première nécessité (eau, sucre, farine, beurre, viande non traitée en salaison, poisson non traité en salaison, fruits et légumes non transformés)... Licenciement de fonctionnaires: pareil, vous obtenez une paralysie de la machine. Non, il faut les déplacer vers d'autres fonctions publiques en les valorisant à l'aide de formations... sans forcément augmenter le point d'indice et le salaire.
Ensuite, sur le reste, je vous suis : fin de l'AME, fin des subventions aux associations cultuelles ou humanistes, poursuites et remboursement intégrale pour ceux qui - n'ayant pas de besoin réel ou n'ayant pas d'effort pour travailler légalement - ont fraudé aux aides sociales. On poursuit jusqu'au dernier centime, sans même laisser de RSA et on expulse si pas Français. Quant aux allocs, un système de crédit d'impôt pour éviter que des gens qui n'ont pas les moyens d'élever un enfant en fasse! Pour le chômage, un système d'assurance facultative et l'obligation sous astreinte pour Pôle Emploi de replacer les demandeurs dans l'emploi sous 15 jours (passer 15 jours, c'est 50 EUR par jour et par personne). Si refus de travail correspondant aux compétences et souhaits, l'astreinte est renversée!
Réponse de le 30/06/2015 à 16:27 :
Et les autres aussi non? baisse des bénéficiaires CMU, des chômeurs etc.
Tout le monde doit être solidaire et donc participer a l'effort de guerre...
Pourquoi toujours le Français moyen qui n'a aucun avantage et paie le + ? Parce que nous sommes les plus nombreux. Tout le monde doit payer un impot, même ceux qui ne gagnent pas grand chose, c'est symbolique même si ce n'est que 10, 20, 50 €.
Et sans croissance, faut pes rever, baisse de l'emploi et baisse des rentrés d'argent basé sur les taxes patronales et salariales... Baisser les taxes permettraient de relancer un peu d'emploi et in fine relancer du pouvoir d'achat et le moteur repart mais ça, faudrait que nos politiques le comprennent...
a écrit le 30/06/2015 à 14:31 :
Cette hausse de l'endettement a lieu alors que les taux d'emprunt n'ont jamais ete aussi bas.
a écrit le 30/06/2015 à 14:27 :
Avec une augmentation de la dette de 150 milliards par an ont va vite rattraper la Grèce. Heureusement notre Président normal vient de déclarer que notre économie et plus forte depuis qu'il est la.
a écrit le 30/06/2015 à 13:35 :
il faut raisonner en "tendances",pas en chiffres secs.sur 10 ans la courbe de l'augmentation de la dette a tendance a se tasser
a écrit le 30/06/2015 à 12:52 :
Eh oui on a eu nos 35 ans de papendreou avec Chirac Sarko Hollande

On fait les malins jusqu'à ce que tous s'écroule
Comme les grecs ont veux les jo et biensur on ne peux pas vivre avec un budget à l'équilibre

Les arbres n atteignent jamais le ciel
Réponse de le 30/06/2015 à 17:16 :
Vous oubliez Mitterand qui avec le "programme commun de la gauche" a bien entamé le plantage économique de la France.
a écrit le 30/06/2015 à 12:48 :
bienvenue en Grece
a écrit le 30/06/2015 à 12:48 :
L'économie française est solide. Le terrorisme, c'est pas gentil. Julie est jolie.
a écrit le 30/06/2015 à 12:48 :
Avant la fin de l'année le chômage va baisser, c'est promis. Bonne vacances!!! et santé.
a écrit le 30/06/2015 à 12:48 :
L'économie française est solide. Le terrorisme, c'est pas gentil. Julie est jolie.
a écrit le 30/06/2015 à 12:46 :
Comment les professeurs Sapin et Hollande nous explique ce surplus de dépense??
Je parie que c'est la faute à pas-de-chance. Que va dire Bruxelles???
Ils doivent tenir le déficit, donc les dépenses sont comptabilisé comme nouvelle dette.
Réponse de le 30/06/2015 à 17:30 :
Il n'y a pas eu de surplus de dépense.
a écrit le 30/06/2015 à 12:46 :
Car l'histoire grecque est pipeau. Les montant sont dérisoires en fait.
Non, le vrai défi, le vrai cataclysme, c'est la France. C'est elle qui est attendue au tournant. Car c'est elle qui emportera l'euro ou non. Je pense que l'Histoire bouclera l'épisode socialo-marxiste du 20ème siècle sur le continent pour des décennies, une fois la France "réformée". Les réformes déjà appliquées en Grèce s'aplliqueront également en France malgré leurs dirigeants et malgré la population. Le double discours du PS tenu sur la scène grecque sera également tenu en France. Qu'on le veuille ou non. J'en veux pour preuve, les réformettes actuelles vont toutes dans le même sens.
a écrit le 30/06/2015 à 12:44 :
a m. Je Sais Tout / Baba, êtes vous sûr et certain de ce que vous avancez ? Rendez vous dès 2016 et à fortiori 2017 ! Si vous osez !
a écrit le 30/06/2015 à 12:42 :
Hollande l'a dit hier :
La France d'aujourd'hui est plus forte que la France d'il y a 4 ans......" =
700.000 chomeurs de plus depuis mai 2012
400 milliards de dettes cumulées en plus depuis mai 2012
0% de croissance depuis mai 2012
+ 7,2% de prélèvements supplémentaires (Taxes, impots, csg/CRDS, taxes locales, TVA, etc.....) depuis mai 2012
Donc si je suis la logique Hollande lorsque la France aura 4.000 milliards d'euros de dettes, un deficit de 200% du PIB, 25% de chomeurs et en récession .....ca ira encore mieux !!!
Nous sommes sauvés !!! :-)
a écrit le 30/06/2015 à 12:40 :
Mr Hollande, vous aviez promi.....
a écrit le 30/06/2015 à 12:32 :
L'économie française est "robuste" a dit notre Président. Oui, l'endettement et les déficits, le chômage, le désespoir, les expatriations augmentent mais la reprise s'annonce. L'alignement des planètes est là ! Avançons dans la justice et l'égalité. Le jour de carence des fonctionnaires a été supprimé. Voilà une réforme ! Stop aux ultra-libéraux !
a écrit le 30/06/2015 à 12:26 :
Cela aurait été bien de savoir pourquoi. On parle du 1er trimestre et de trésorerie. Attendons la fin de l'année et le bilan des dépenses et des rentrées...et n'accablons pas trop les grecs. On ne sait pas ce qui nous attend.
a écrit le 30/06/2015 à 12:25 :
Rien d'étonnant puisque le gouvernement se refuse à prendre les mesures nécessaires pour sortir de cette spirale du surendettement (de la dette, il en faut mais pas pour payer les fonctionnaires et les retraites. On est pas si loin de la Grèce sur certains points). Une attaque sur nos taux d’intérêts est possible donc vigilance. La taille à la hache dans les dépenses publiques n'est qu'une question de temps.
Réponse de le 30/06/2015 à 22:11 :
Que d'idéologie ici ! dire que la dette sert à payer des fonctionnaires ! une ânerie !
en 2015 : déficit budgétaire à la louche 90 milliards d'euro. 46 milliards de ce déficité servent à payer le service de la dette cad les intérêts. Qui senrichit : les fonctionnaires ou les banques ? (chiffres vérifiables sur le dernier budget de l'Etat)
a écrit le 30/06/2015 à 12:19 :
Avec Hollande, tous les records sont en train d'être battus.

Dépenses publiques en 2014 : 57,5% du PIB, record de la 5ème République.
Prélèvements obligatoires en 2014 : 44,9% du PIB, record de la 5ème République.
Dette publique début 2015 : 97,5% du PIB, record de la 5ème République.
Nombre de chômeurs en catégorie A : 3,55 millions, record de la 5ème République.
a écrit le 30/06/2015 à 12:04 :
Tant que, comme les Grecs, hollande ne comprend pas qu'il faille supprimer des postes de fonctionnaires de l'Etat, d'arrêter des énarques à tour de bras pour 2017, la dette continuera d'augmenter.
a écrit le 30/06/2015 à 11:56 :
ah ben la voila l'inversion de la courbe vers le haut !!!!!!!!!!
bon, d'un autre cote, avec 0 reforme, hormis le mariage pour tous, c'est pas trop etonnant, si?
Réponse de le 01/07/2015 à 8:17 :
Mariage pour Tous = Divorce pour Tous !!! ..... les Tribunaux commencent à crouler sous les demandes de divorce des homos..... ca me fait marrer !!!! il faut se rappeler la position gay au début des années 90 : ils étaient pour le PACS mais contre le mariage car ils estimaient changer trop souvent de partenaire, le PACS était donc plus adapté à leur situation. Aujourd'hui ils ont le mariage qui va de toute facon déboucher sur un divorce aux frais du contribuable.... encore une mesure d'économie socialiste : plus de déficit = c'est mieux pour le pays !
a écrit le 30/06/2015 à 11:55 :
Forcémment, à force d'arroser tout le monde et de dilapider à tout va !
a écrit le 30/06/2015 à 11:49 :
Comment tourner un titre, pour attirer le chaland, pire que l'Express. Tout pays est endetté, c'est comme emprunter dans une banque, sinon pas de banques. Avec toutes les fuites de capitaux et non paiement des impots des fortunés (le modèle scandinave est trop intègre, trop égalitaire pour les latins que nous sommes, corruption et réseautage de masse (copinage) qui nuit au recrutement des bonnes personnes aux commandes) tout pourrait être remboursé rapidement alors les petits ricanements sont stupides !
a écrit le 30/06/2015 à 11:44 :
C'est un constat validé.., financer du marxo/socialisme au 21 siècle ...ce n'est plus possible depuis la chute du mur de Berlin ...! les démocrates (les vrais) ont ouvert la boîte de Pandore.... mais hélas , certains utopistes ont voulu niez les évidences ...donc, maintenant la question fondamentale est de savoir ...si l'ardoise des socialistes français..; sera aussi légère ou plus lourde...que l'ardoise de Papandréou en Grèce ou de Zapatero en Espagne...?
Réponse de le 30/06/2015 à 13:39 :
La malhonneteté ne doit pas payer: une étude historique de l'évolution de la dette et du déficit public a tendance à prouver le contraire de ce que vous dites. Sous la droite et notamment sarkozy , la dette a cru énormément. Si l'on regarde le bilan Jospin , on peut voir qui a une gestion rigoureuse du pays. Mais répéter toujours la même chanson depuis 2012 pour y croire , cela ressemble à la méthode COUET.
L'aveuglement de certains doit être d'ordre médical pour atteindre un tel niveau...
Réponse de le 30/06/2015 à 16:41 :
Mais n'importe quoi..!!!
Je sais pas par ou commencer...
a écrit le 30/06/2015 à 11:42 :
La situation des finances publiques est totalement hors de contrôle.
Les économies sont virtuelles, la dépenses publique et les effectifs de l’administration continuent leur inexorable hausse. Bienvenue a Athenes-sur-Seine! En Socialie
a écrit le 30/06/2015 à 11:40 :
quels sont les naifs qui pensaient que la dette allait se réduire, et en sus nous avons des taux les plus bas (meme parfois négatifs) Sapin Hollande sont des menteurs...mais aussi de vrais brigands,; ils savent pertinnement qu'ils dépensent qu'ils dépensent... et vont encore dépenser ...2016 2017 TOUT EST PROMIS on rasera gratis... c'est sur.... et personne ne dit pas grand chose....la reprise nous voila je ne la vois pas....par contre la relance par la dépense publique par les cadeaux électoraux génial
Réponse de le 30/06/2015 à 14:47 :
"en sus nous avons des taux les plus bas (meme parfois négatifs)": incroyable qu'avec des taux si pbas la dette augmente hein! Mais bon en meme tps qd on vote a gauche on sait tres bien que ca va arriver. La gauche ne peut reduire là où c'est necessaire, et le veut encore moins...
a écrit le 30/06/2015 à 11:39 :
Vive Hollande, décidément incapable de gérer correctement le pays. Nos enfants vont payer
pendant des années cette lâcheté , cette incapacité à faire des économies et à réduire
les dépenses publiques et sociales. En 2017, la dette sera supérieure à 100 % du PIB
et le chômage toujours au top quel bilan !
Réponse de le 30/06/2015 à 14:39 :
"ncapacité à faire des économies et à réduire les dépenses publiques " : arretez de rever, les seules vraies economies possibles et significatives seraient de couper dans le social. Et ca personne le veut
a écrit le 30/06/2015 à 11:34 :
Etonnant, non?......."L'objectif de 96,3% n'a donc pas été atteint: la faute principalement à la dette de l'Etat qui, à elle seule, a augmenté de 37,1 milliards sur la période.Et notre "cher"
président, grand professeur en "économie" veut faire la leçon à d'autres pays de la zone euro!
a écrit le 30/06/2015 à 11:28 :
La même question ! à quand le licenciement des fonctionnaires ?
a écrit le 30/06/2015 à 11:27 :
"La dette publique de l'Allemagne, quant à elle, est passée sous la barre des 75% l'an dernier. "... tiens, je croyais qu'une dette publique ne pouvait pas être remboursée et qu'elle était forcément illégitime, illégale, odieuse...
En tout cas une chose est sûre, à refuser les vraies réformes structurelles la France est sur la pente glissante qui a conduit la Grèce là où elle est par son incapacité depuis 35 ans à la maîtrise de ses comptes publics.
Réponse de le 30/06/2015 à 11:46 :
Oui c'est bien en attendant la France est l'un des pays européen qui détient le plus de patrimoine avec + de 12 000 milliards ;) OK ? Donc avant de parler pour rien dire et se baser uniquement sur votre maigre connaissance et lecture du sujet, merci de vous renseigner avant de vous offusquez pour rien...
Réponse de le 30/06/2015 à 12:03 :
Les reformes structurelles sont les conséquences de notre appartenance a l'UE et a l'euro! Changement d'environnement, changement d'habitude!
Réponse de le 30/06/2015 à 12:10 :
Le patrimoine francais est aussi surevalue.
Vous avez jamais entendu parler de la bulle immobiliere ? c est comme un espagnol qui avait une maison qui valait 100 (et un credit de 80) qui tout d un coup a vu sa maison valoir 50 (mais toujours 80 de credit !)
Réponse de le 30/06/2015 à 12:21 :
Donc on tape dans le patrimoine des citoyens pour payer les dettes d'un état qui fait n'importe quoi ?
Mon patrimoine c'est ce qui me reste après ce que j'ai payé à l"état
Réponse de le 30/06/2015 à 12:23 :
Les français sont-ils prêts à sacrifier 1/6 de leur patrimoine pour rembourser la dette ! Pas sur pour les " donneurs de leçon" que nous sommes. Faites ce que je dis mais pas ce que je fais ! Il faut bien payer cette dette publique qui fait qu'une multitude de personnes vit sur le dos des autres !!!!
Réponse de le 30/06/2015 à 12:36 :
@Baba Désoler mais il faudrait être a jour (chiffre de 2009). Depuis François Hollande Beaucoup de "riche" sont Aller voir ailleurs, c'est parfois vital ! (Taxe 75%, qui n'existe plus depuis car trop de "riche" sont aller voir ailleurs) et le patrimoine n'est plus en France et ne risque pas de revenir. Et avant de parler je me base sur mes connaissance oui car je ne suis plus sur le territoire français depuis 3 ans. Et il me reste plus un seul euro en France :D Les Plus grosse fortune sont en Belgique, Suisse(Lich.), Angleterre,... Now!! Les grosse entreprise ont délocaliser le siège social (Exemple : Lafarge 40 milliards d’euros juste l'entreprise, les cadres partiront aussi en suisse avec leurs euros) Alors les 12 000 milliards oui en 2009 mais n'y sont plus maintenant en 2015.
Réponse de le 30/06/2015 à 12:36 :
Hmm... En fait vous faites une erreur de raisonnement assez classique (et vous donnez de leçon en plus) en rapprochant dette et capital. Le revenu de la France reste ce qu’il est, capital ou pas, et la dette se compare à ce revenu surtout pas à ce capital : Sinon que préconisez-vous ? Vendre les aéroports et confisquer les comptes sur livret et PEA de la France et des Français ? Confisquer le capital des « riches » pour le vendre … et à qui ? Par ailleurs, en cas de défaut …. les milliards dont vous parlez risque de ne plus valoir grand-chose …
Vous ne pouvez pas rapprocher capital et dette… du moins pas avant la confiscation et ces conséquences terribles même pour les non détenteurs du dit capital.
Réponse de le 30/06/2015 à 12:41 :
@ baba
Je vous trouve un peu sévère avec votre commentaire sur l'écrit de bruno-bd.
Même si le patrimoine accumulé en France vaut 12.000 milliards d'euros, doit-on comprendre que vous réjouissiez que la valeur de votre patrimoine (assurances vie, livrets d'épargne, immobilier...) serve de garantie à la dette de votre Etat français ? et qu'en cas de besoin il pourrait ainsi réquisitionner une partie du patrimoine et / ou de l'épargne des Français ?
Réponse de le 30/06/2015 à 12:48 :
Le patrimoine possède une valeur déterminée à un instant T selon les considérations qui valent elles aussi à cet instant T. Pff.
Réponse de le 30/06/2015 à 12:54 :
Une partie de ce patrimoine se transformera en un tas de caillou s'il n'y a pas d'acheteurs (nationaux ou étrangers) - La loi de l'offre et de la demande.
Et à ce jeu-là, il ne restera plus grand chose de vos 12 000 Milliards - OK ? ;-)
En plus, les créanciers veulent des liquidités, pas du patrimoine invendable.
Réponse de le 30/06/2015 à 12:58 :
@Bruno: Justement l'Allemagne se pointe aux exercices militaires de l'OTAN avec des mitraillettes factices, et ne prend pas du tout ses responsabilités militaires et géo-stratégiques, laissant la France faire ce coûteux boulot...tout en critiquant son manque de sérieux budgétaire ! Ca va durer combien de temps cette gabegie ? La France de par son action militaire fait la police pour TOUTE L'EUROPE...et je suis persuadé que les dépenses militaires représentent une part non négligeable de cette fameuse dette d'Etat. L'Allemagne est le premier pays de l'UE en termes de population et d'économie. Quand va-t-elle enfin assumer son rôle ? Croit-elle que ses 75% de dette la sauveront quand l'EI entrera en Turquie ?
Réponse de le 30/06/2015 à 13:35 :
Je ne pense pas qu'il y ait vraiment une bulle immobilière, les prix baissent très lentement, ça ressemble plus à une situation d'offre qui ne correspond pas à la demande, avec en sus une stabilisation du prix de l'immobilier. Là où il y a des bulles les prix ont nettement plus baissé, parfois pour ré-augmenter dans la foulée (NY, Londres, etc).

Quant à l'Allemagne, on verra bien, je ne suis pas sûr que laisser ses infrastructures se détériorer et n'avoir plus d'enfants soit une politique intelligente sur le long terme. Dans 10 ans, quand il faudra de nouveau investir massivement pour remettre en état les routes et les ponts, ils se mordront les doigts de ne pas l'avoir fait quand les taux étaient bas. Avec des taux négatifs comme on les a actuellement, c'est même illogique de ne pas emprunter... Vous imaginez si votre banquier vous filait du blé pour vous prêter de l'argent ?!
Réponse de le 01/07/2015 à 14:46 :
pour l'allemagne c'est plutot 85%, ce qui est deja pas si mal.
a écrit le 30/06/2015 à 11:26 :
Et bientôt, ils vont puiser dans l'épargne des français pour rembourser ce que l'on nous a obliger a emprunter! Il faut revenir a la souveraineté monétaire, territoriale, et de la responsabilité de décision!
Réponse de le 30/06/2015 à 11:42 :
1800 projets en cours pour allez vivre au portugal , projets suivis par avocats de droit international ,
Réponse de le 30/06/2015 à 11:54 :
Ils le font déjà depuis quelques années : le taux du livret A ne cesse de baisser et on prend de la CSG sur les PEL entre autre...
Réponse de le 30/06/2015 à 14:49 :
"obliger a emprunter" : c'est une blague? on a obligé personne, c'est le peuple qui a voulu cela, personne n'a voulu mourir de fain dans la rue, tous veulent une protection sociale, etc.... Trop facile de se deresponsabiliser ainsi.
a écrit le 30/06/2015 à 11:22 :
Encore un effort et Mr Hollande pourra arriver au 100% pour sa campagne de 2017.
Réponse de le 30/06/2015 à 16:38 :
Ca va quand être dur de battre les 600 milliards de Sarkozy .
Réponse de le 01/07/2015 à 10:48 :
Je ne pense pas, il est bien parti.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :