Croissance, consommation, dette publique : les chiffres de l'Insee

 |   |  471  mots
La consommation des ménages en volume progressant moins que le pouvoir d'achat, le taux d'épargne augmente: il passe de 15,6% à 15,8% (des revenus) au troisième trimestre, indique l'Insee.
"La consommation des ménages en volume progressant moins que le pouvoir d'achat, le taux d'épargne augmente: il passe de 15,6% à 15,8% (des revenus) au troisième trimestre", indique l'Insee. (Crédits : reuters.com)
Au troisième trimestre, le PIB français a crû de 0,3%, confirme l'Institut national de la statistique et des études économiques. Le pouvoir d'achat des ménages a progressé de 0,5%.

Mardi 23 décembre, l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a publié ses chiffres relatifs à la conjoncture. Passage en revue des points clés.

  • L'Insee confirme son estimation d'une croissance du produit intérieur brut (PIB) de 0,3% en France au troisième trimestre, faisant suite à un recul de 0,1% au deuxième trimestre. Les premiers résultats avaient été publiés le 14 novembre.
  • La dette publique de la France s'est établie à 2.031,5 milliards d'euros à la fin du troisième trimestre, en légère hausse par rapport au trimestre précédent. Rapportée à la richesse nationale, cette dette, mesurée selon les critères de Maastricht, atteint 95,2% du produit intérieur brut, contre 95,1% à la fin du deuxième trimestre. La hausse du troisième trimestre est imputable aux administrations de sécurité sociale.
    Cependant, au cours du troisième trimestre, la dette publique brute a augmenté de 7,8 milliards d'euros, soit nettement moins qu'au cours du trimestre précédent, où elle avait grimpé de 28,7 milliards d'euros, en franchissant pour la première fois la barre des 2.000 milliards d'euros.
  • L'investissement total en France a baissé de 0,6% au troisième trimestre après avoir reculé de 0,8% au deuxième trimestre.

  • L'investissement des entreprises non financières, notamment, a stagné au 3e trimestre par rapport au trimestre précédent, après une baisse de 0,5% au deuxième trimestre et de 0,6% au premier. Il avait augmenté de 0,7% au cours des trois derniers mois de 2013. Le taux de marge des entreprises non financières s'améliore de 0,1 point à 29,5%.

  • Les prix à la production de l'industrie française ont de nouveau diminué en novembre (-0,2%), après une baisse de 0,2% en octobre. Ce nouveau recul suit la chute continue des prix des produits pétroliers raffinés, qui se sont contractés de 5,1% en novembre, après un repli de 6,7% en octobre.
  • Les dépenses de consommation des ménages ont rebondi de 0,4% en volume au mois de novembre sur un mois après une baisse de 0,8% en octobre. Cette hausse est principalement imputable aux dépenses en habillement, qui augmentent de 2,4% (après +3% en octobre), ainsi qu'aux dépenses en énergie, qui ont légèrement rebondi (+0,8%) après une forte baisse en octobre (-6%). La reprise de la consommation des ménages en énergie résulte notamment d'une hausse des dépenses en gaz et en électricité. Les dépenses de consommation en produits manufacturés sont en revanche quasi stables, en hausse de 0,1% après +0,2% en octobre.
  • Le pouvoir d'achat des ménages a progressé de 0,5% au troisième trimestre, a par ailleurs indiqué l'Institut national de la statistique et des études économiques.
  • "La consommation des ménages en volume progressant moins que le pouvoir d'achat, le taux d'épargne augmente: il passe de 15,6% à 15,8% (des revenus) au troisième trimestre", ajoute l'Insee.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2014 à 13:32 :
Les actions menées par nos gouvernement successifs n'y sont pour rien du tout dans cette très légère "embellie" c'est surtout la baisse du pétrole et de l'euro qui en sont à l'origine.
Sans vraies réformes rien ne s'améliorera, au contraire une véritable reprise augmentera l'écart existant entre la France et les autres pays.
Chômage et régression sociale vont continuer à augmenter et la désindustrialisation va se poursuivre.
Réponse de le 23/12/2014 à 16:08 :
quelles sont ces fameuses réformes dont tout le monde parle et qui sauverait miraculeusement la France ? qu'on les detaille un peu enfin...
a écrit le 23/12/2014 à 13:17 :
Ils ont vus une progression de 0,5 % de consommation au 3 eme trimestre mais où ??????
Vous me direz ce sont les gars de l' INSEE !!!!!!
Réponse de le 23/12/2014 à 16:05 :
vous comprenez le concept de moyenne ?
a écrit le 23/12/2014 à 12:13 :
On demande au français de consommer toujours plus pour soutenir l'économie, à revenu constant voire dégradé. Pendant ce temps, ce qu'il apporte à cette économie se perd dans des dividendes qui ne sont pas réinvestis productivement, mais dans des produits financiers. Hormis par l'artifice d'une dette qui ne pourra pas s'accumuler éternellement, quelle personne saine d'esprit peut croire que cette situation peut durer?
Réponse de le 23/12/2014 à 13:06 :
EXAT???
a écrit le 23/12/2014 à 11:56 :
"L'investissement des ENTREPRISES NON-FINANCIERES, notamment, a stagné au 3e trimestre par rapport au trimestre précédent,".
Ce qui sous-entend que les l'investissements des ENTREPRISES FINANCIERES a progressé.
Ce qui signifie encore que les Banques préfèrent spéculer plutôt que d'aider les entreprises à investir.
a écrit le 23/12/2014 à 11:39 :
Voilà de bonnes nouvelles pour cette fin d'année. Merci M. Hollande ! Continuer de tenir bon car les ronchonneurs ne manqueront pas de râler comme d'habitude, mais on ne se laissera pas atteindre par leur éternelle morosité ! Ca va faire enrager M. Sarkozy... et lui gâcher ses vacances à Marrakech (aux frais du contribuables bien sûr !).
Réponse de le 23/12/2014 à 13:10 :
QU IL Y RESTE DEFINITIVEMENT C EST CE QUE SOUHAITE BEAUCOUP DE CES AMIS ET ENNEMIES? L ABAS IL N A PAS BESOIN DE SE RASEZ???
a écrit le 23/12/2014 à 11:25 :
Le pouvoir d'achat des retraités n'a pas augmenté de 0.5% , l'insee devrait le préciser.
Réponse de le 23/12/2014 à 11:41 :
Oublions un peu les retraités (dont je fais partie !) car leur pouvoir d'achat est désormais plus élevé que celui des actifs. Un comble !
Réponse de le 23/12/2014 à 13:12 :
LES RETRAITES PAYERONS MOINS D IMPOTS???
a écrit le 23/12/2014 à 10:18 :
La gauche française est une grande ruine et elle impose sa ruine. Grande manipulatrice, débordante d'espions (moscovici a bruxelles), elle ment à longueur de journée. L'INSEE est infectée par ce gauchisme, comme toutes les composantes de l'état. Tout ce cirque est donc bidon. Pour survivre, cette gauche infiltre tout dans la société, pour la détruire, elle se donne un bon genre d'aider les pauvres et elle exulte quand le FN monte. Diviser pour mieux régner. L'économie française est au fond du gouffre par la seule faute de la gauche.
Réponse de le 23/12/2014 à 10:29 :
Qui a été au pouvoir pendant 10 ans auparavant ? La gauche a toujours bond dos. Quand c'est la droite qui gouverne, il y a des soucis car la la gauche n'a pas fait ce qu'il fallait et quand c'est la gauche au pouvoir et bien c'est simple c'est aussi de sa faute. CQFD ;)
Attention, je ne dis pas que la gauche a tout fait comme il était nécessaire, certainement, loin s'en faut, mais je pense qu'il faut essayer d'être le plus objectif possible sans manichéisme.
Réponse de le 23/12/2014 à 10:50 :
C'est une conclusion bien simpliste. En 40 ans, personne n'a fait de réformes de fond. C'est d'ailleurs impossible car les Français n'en veulent pas.Ils s'arcboutent au moindre changement qu'elle soit proposée par la droite ou par la gauche.Quand on réussit à faire passer une réforme, tout le monde cherche le résultat le lendemain matin,ne voulant pas comprendre qu'une graine semée a besoin du temps pour germer et grandir. Par ailleurs personne n'accepte le risque. Les boîtes Françaises appartiennent aux capitaux étrangers, car les Français mettent leurs épargnes dans la pierre. L'économie Française est au bord du gouffre par la seule faute des Français.
Réponse de le 23/12/2014 à 11:36 :
ahah, comique de la journée, si ce n'était pas sérieux de votre part ce serait à étudier dans toutes les écoles de caricaturistes.
Et puis si cela vous plait d'assimiler Mosco à la gauche, grand bien vous en fasse, mais ça n'en fait pas une vérité. Le problème principal est les 10 ans de pouvoir ump qui nous ont fait plonger partout, par un attentisme et des politiques économiques désastreuses et contradictoires (perte de compétitivité massive entre 2002 et 2012 sans stratégie industrielle aucune).
Réponse de le 23/12/2014 à 11:40 :
Je suis désolé d'aller contre le déclinisme ambiant, mais d'un point de vue relatif et strictement économique, ce ne sont pas des chiffres désastreux, et même assez encourageant. Quand certains parlent ici de gouffre, j'ai du mal à adhérer à leur expertise en matière économique. Je dirais plus qu'aujourd'hui le problème qui touche la france est européen, et il faudrait de vraies politiques cohérentes et massives au niveau européen (qui est le vrai espace d'intégration économique, plus la nation) pour régler le déflationnisme ambiant.
Réponse de le 23/12/2014 à 11:45 :
@Antigauche : Mais dites-nous qui a été aux manettes toutes ces dernières années, la Gauche ou la Droite ? Epargnez-nous de votre discours partisan et peu objectif. En revanche, réjouissez-vous de ces bonnes nouvelles. Dites merci à Hollande car avec Sarkozy ça aurait été bien pire !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :