France : la grippe hivernale fait grimper le marché de l'automédication

 |   |  505  mots
Pour l'ensemble des produits de santé achetés en pharmacie sans ordonnance, qui inclue des dispositifs médicaux et des compléments alimentaires, les ventes ont atteint 3,7 milliards d'euros en 2015 (+6,4% sur un an).
Pour l'ensemble des produits de santé achetés en pharmacie sans ordonnance, qui inclue des dispositifs médicaux et des compléments alimentaires, les ventes ont atteint 3,7 milliards d'euros en 2015 (+6,4% sur un an). (Crédits : REUTERS/Regis Duvignau)
En valeur, il a crû de 5,2% en 2015. Les ventes de traitements pour les voies respiratoires et d'antalgiques ont notamment augmenté de 8,4% et 9,3% respectivement, en raison d'un hiver difficile.

Après deux années de recul, le marché français de l'automédication a nettement progressé en France en 2015. Alors qu'en 2014 il a avait reculé de 0,3% et qu'en 2013 il avait chuté de 3%, l'année dernière il a crû de 5,2% en valeur. Ce dynamisme est toutefois surtout dû à la grippe hivernale de début d'année, relève le bilan annuel de l'association des fabricants de médicaments sans ordonnance (Afipa) publié vendredi 22 janvier.

Près de 2,26 milliards d'euros de ventes annuelles

Le rebond de 2015 "n'occulte en rien le manque de stabilité du marché français de l'automédication, dont la croissance est essentiellement liée à des éléments conjoncturels tels qu'un hiver difficile", a ainsi estimé Pascal Brossard, le président de l'Afipa, cité dans un communiqué. Les traitements pour les voies respiratoires et les antalgiques (anti-douleurs) ont ainsi été les principaux contributeurs de la croissance de l'automédication, avec des ventes en progression de 8,4% et 9,3% respectivement.

Au total, les ventes annuelles de médicaments sans ordonnance ont atteint près de 2,26 milliards d'euros. Le recours à l'automédication pour la pathologie hivernale de début 2015 a permis au système de santé de dégager environ 75 millions d'euros d'économies sur les coûts des consultations médicales évitées, a évalué l'Afipa.

10,4% du chiffre d'affaires annuel des officines

Pour l'ensemble des produits de santé achetés en pharmacie sans ordonnance, que l'Afipa regroupe sous l'appellation "selfcare" et qui, outre des médicaments, inclue des dispositifs médicaux et des compléments alimentaires, les ventes ont atteint 3,7 milliards d'euros en 2015 (+6,4% sur un an). Ces ventes globales sans ordonnance ont représenté 10,4% du chiffre d'affaires annuel des officines, et ont contribué à hauteur de 37,2% à la croissance de leur activité, selon l'Afipa, dont l'enquête est basée sur un panel représentatif de 3.004 pharmacies, en collaboration avec le cabinet d'études OpenHealth.

Les ventes en ligne de médicaments sans ordonnance, qui restent très faibles en France, n'ont pas été étudiées dans le périmètre de l'étude cette année. En 2014 elles représentaient 0,1% du marché du selfcare.

Un "manque cruel de stratégie"

Du côté des fabricants, le laboratoire de produits homéopathiques Boiron a ravi à Sanofi la première place du classement des ventes sans ordonnance, en valeur. Mais au niveau des marques, l'antalgique Doliprane de Sanofi est resté le numéro un des ventes, comme en 2014.

Lire: Sanofi en bonne voie pour devenir "un leader mondial du médicament sans ordonnance"

Malgré le sursaut de l'automédication l'an dernier, l'Afipa a déploré un "manque cruel de stratégie et d'impulsion politique" pour le secteur. L'association a l'intention de publier en mars un "manifeste" destiné "à l'ensemble des décideurs politiques". Ce document public aura pour but de "contribuer à la pérennité du système de soin en proposant une autre stratégie de santé qui place le selfcare comme première étape du parcours de soin pour les maladies bénignes", a fait savoir l'association.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2016 à 11:56 :
L'un des plus mauvais secteurs pour les finances perso. Les prix sont extraordinairement élevés, quasi du banditisme comme toute cette industrie. Comment expliquer les absences d'emballages de 90 pour beaucoup de produits qui sont à utiliser chaque jour et pendant des années ?. Comment ces emballages de 90 ne décrochent pas plus en prix ?
Des centaines de produits sont peu voir totalement nuls et chers, pourquoi les maintenir ?
a écrit le 22/01/2016 à 11:23 :
@BONJOUR : mille excuses je me suis trompé d'intervention j'ai confondu cet article avec la responsabilité du gouvernement dans les derniers attentats............................ L'automédication est extrêmement dangereuse . Prendre un médicament même bénin peut représenter un risque pour notre santé tout cela au nom du profit et des économies de la santé publique le gouvernement s'en moque.... Certains soi disant médicaments ne sont que de la poudre à perlimpinpin , j'en ai fait l'expérience ce soi disant médicament que du miel et les gouttes pour le nez j'ai vidé la bouteille rien de rien. Un bon conseil allez voir votre médecin je précise que je en suis pas médecin ni un adepte de la médication !
a écrit le 22/01/2016 à 8:11 :
@ BONJOUR ; Heureusement grâce à la limace cela ne peut pas se produire en FRANCE sinon zou censuré ! Et cette commission d'enquête où en est elle je suppose que le gouvernement freine des quatre fers pour l'empêcher d'être crée il ferait beau de savoir que depuis les attentats de CHARLY jusqu' a ceux du mois de janvier rien n'a été fait ! ni même envisagé !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :