France : pourquoi le déficit commercial s'amplifie à nouveau

 |   |  763  mots
En cumulé depuis janvier, le solde entre exportations et importations de marchandises est déficitaire de 59,7 milliards d'euros, soit déjà près de 25% de plus que sur l'ensemble de l'année précédente. S'agissant de la dégradation des parts de marché, la compétitivité-coût, seule, ne peut pas expliquer le différentiel entre la France et l'Allemagne, assure Vincent Vicard, économiste au CEPII.
En cumulé depuis janvier, le solde entre exportations et importations de marchandises est déficitaire de 59,7 milliards d'euros, soit déjà près de 25% de plus que sur l'ensemble de l'année précédente. S'agissant de la dégradation des parts de marché, "la compétitivité-coût, seule, ne peut pas expliquer le différentiel entre la France et l'Allemagne", assure Vincent Vicard, économiste au CEPII. (Crédits : Reuters)
Après l'embellie des années 2012-2015, le déficit du commerce des marchandises s'est à nouveau aggravé en 2016 et va s'amplifier en 2017. Au-delà des éléments conjoncturels, comme la météo ou la facture énergétique, la France fait face à un problème de compétitivité qui prendra du temps à se résoudre.

Pour la deuxième année consécutive, la France verra son déficit commercial des biens s'aggraver en 2017. L'écart entre ses exportations et ses importations de marchandises a atteint 5,7 milliards d'euros en novembre dernier, selon les chiffres publiés par les Douanes mardi. En cumulé depuis janvier, le solde est déficitaire de 59,7 milliards d'euros, soit déjà près de 25% de plus que sur l'ensemble de l'année précédente.

Sur l'ensemble de 2017 (mois de décembre inclus), la situation pourrait retrouver son niveau d'il y a cinq ans. Sauf qu'à l'époque, la France enregistrait de nettes améliorations de son solde commercial. Après un déficit record 74,5 milliards d'euros en 2011, celui-ci s'est réduit progressivement jusqu'en 2015 pour atteindre 45 milliards d'euros, soit son plus bas niveau depuis la crise financière de 2008.

Coûteuse facture énergétique

Cette dégradation s'explique en partie par l'alourdissement de la facture énergétique, qui "compte pour une part importante de notre solde commercial", souligne à La Tribune l'économiste Vincent Vicard, spécialiste en commerce international au Centre d'études prospectives et d'informations internationales (CEPII). D'environ 30 dollars le baril en janvier 2016, le cours du pétrole n'a cessé de monter et dépasse aujourd'hui les 65 dollars. De quoi peser sur les importations, même si on est loin des 114 dollars le baril comme en 2014.

En outre, la France n'a pas pu compter sur l'un de ses atouts, l'agroalimentaire, pour redresser la barre. "Les exportations du secteur agricole ont pâti de la météo, alors que le solde est habituellement excédentaire", pointe l'économiste du CEPII. La très mauvaise récolte de blé de l'été 2016 a fortement pénalisé le secteur qui a enregistré, pour la première fois de son histoire, un solde déficitaire pour la campagne 2016-2017.

La balance des services à surveiller

Les mauvaises performances du commerce de marchandises français ne sont pas une nouveauté. En revanche, ces pertes sont habituellement compensées, en partie, par un excédent du côté des échanges de services. "C'est une spécificité française", note d'ailleurs Vincent Vicard. En 2012, par exemple, alors que le solde commercial des biens était déficitaire de 67,6 milliards d'euros, celui des services était excédentaire de 24,9 milliards d'euros.

Problème : là-aussi, la France perd du terrain. Après le pic de 2012, la balance des services voit son excédent se réduire comme peau de chagrin. La première rupture est apparue en 2015, quand l'excédent avait plongé de plus de moitié. La chute s'est encore aggravée l'année suivante avec un excédent de seulement 400 millions d'euros, soit 22 moins fois qu'en 2015 et 62 fois moins que le pic de 2012.

Cette dégradation observée résulte principalement de la détérioration de l'excédent du tourisme, divisé par 3,5 entre 2014 et 2016. La succession d'attentats en France a fortement impacté le secteur. Toute aussi inquiétante, la baisse de l'excédent des services aux entreprises devrait se poursuivre cette année.

Les chiffres des services sont publiés par la Banque de France et seront disponibles plus tard dans l'année. "Il faudra surveiller leur évolution", insiste le chercheur du CEPII.

"Investir aujourd'hui pour exporter demain"

En dehors des aspects conjoncturels (conditions météo, volatilité des cours des matières premières), la France fait face à des "difficultés structurelles plus difficiles à expliquer", concède Vincent Vicard.

Le déficit commercial continue de se creuser alors que "la dégradation des parts de marché de la France s'était stabilisée depuis 2012", rappelle-t-il, après une longue dégringolade entamée en 2003. A l'inverse, nos voisins allemands continuent de produire un excédent commercial. Certes, outre-Rhin, le coût de la main-d'œuvre est moins élevé qu'en France, mais l'Hexagone a entamé un rattrapage qui, même s'il n'est pas terminé, n'en est pas moins significatif.

"La compétitivité-coût, seule, ne peut pas expliquer le différentiel entre la France et l'Allemagne", assure Vincent Vicard. "Il faut regarder du côté de la compétitivité hors-prix." Crédibilité des produits, image de marque... ces éléments abstraits sont plus à même de répondre à cette problématique. Les entreprises françaises sont en train de s'ajuster et la route est longue.

"Avant, elles investissaient dans des éléments moins tangibles ; aujourd'hui, elles investissent davantage dans les biens d'équipement, les machines-outils qui, avant de porter leurs fruits, font d'abord augmenter les importations", décrit l'économiste. "C'est un processus à long terme : investir aujourd'hui pour exporter demain."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/01/2018 à 11:37 :
Si la balance des services voit son excédent se réduire comme peau de chagrin,
la faute revient aussi aux sentiments nationalo-communaux de certains élus qui ne comprennent pas grand chose à l'économie de marché et qui surtout ne sont pas élus par les non résidents.
Ceux-ci doivent maintenant payer une Taxe d'habitation sans abattement et majoré de 40%, ou 60% sur leur résidences secondaires. Pourtant un "résident secondaire" ne coûte que très peu à la commune, alors qu'il donne du travail à pas mal de personnes dans cette même. A l
avenir leur résidence secondaire ils iront l'acheter en Croatie, au bord de l'adriatique, à environs le cinquième du prix.
Preuve est que, selon l'article, cette dégradation observée résulte principalement de la détérioration de l'excédent du tourisme.
a écrit le 12/01/2018 à 22:27 :
C'est tellement plus simple.
Et arrêter d'écouter les économistes cireurs de pompes comme les Jacquouille Atali
a écrit le 11/01/2018 à 19:59 :
La relance industrielle va etre foudoyante avec l echange de tous les panneauc de limitstion de vitesse. Cette relance sera supportee par les investissements en radars.
Vive la relance !!
a écrit le 11/01/2018 à 12:58 :
Facture énergétique....Principale cause du déficit ! pourtant le Brent en 2017 n' était pas a des sommets....Le problème serait il ailleurs , le nombre de robots en France est inférieur à celui de l' Italie peut être un problème d' investissement ?
a écrit le 11/01/2018 à 12:14 :
C'est étonnant que l'on s'en étonne encore alors que nous n'avons plus de politique intérieure sans intervention extérieure qui nous permette de nous "adapter" et nous impose de nous "reformer"!
a écrit le 11/01/2018 à 11:25 :
France le déficit commercial s'amplifie à nouveau ...

en effet l'économie de la France va trop vite, il faut la faire passer de 90 Kms/h à 80 kms/h

une baisse de 12 % de la productivité nationale ;

le gouvernement 2017/2018, c'est fun un gouvernement d'école maternelle ...
a écrit le 11/01/2018 à 10:39 :
Comme l'explique @bernard jomard expert de l'international les entreprises parlent souvent export mais ne regarde jamais la vérité en face , et surtout elles n"entreprennent jamais le minimum d’ actions nécessaires pour réussir à l’exportation.de surcroit, elles ne font jamais preuve d’un minimum d’opiniâtreté, L’export, est une source de croissance & de profit, peu exploitée par les PME & ETI en France, ce qui explique notre déficit chronique de 40 à 60 milliards d’euros! lire la suite sur son site http://bernard-jomard.com/2016/10/08/reussir-en-regardant-la-verite-en-face/
a écrit le 11/01/2018 à 9:33 :
nous avons beaucoup d'enfumage mediatique mais en realite pour 2018 nous avons une ponction fiscale de plus 4,5M
AU NIVEAU DES TRANSPORTs NOUS ALLONS ENCORE AVOIR UNE GROSSE AUGMENTATION + 7CT gasoil 2,5% autoroute perte de temps avec les 80 kmh
donc pas d'augmentation de pouvoir d'achat meme TRES forte baisse ex pour les retraites
a écrit le 10/01/2018 à 22:06 :
La production industrielle au Royaume-Uni a progressé de 0,4% en novembre sur un mois, grâce à la hausse de l'activité des fournisseurs d'énergie en raison d'une météo peu clémente, a annoncé mercredi l'Office des statistiques nationales (ONS). Cette augmentation est conforme aux attentes des analystes interrogés par Bloomberg et montre une amélioration par rapport au chiffre du mois d'octobre, qui a été révisé à +0,2% (contre une première estimation témoignant d'une stabilité). Il s'agit du huitième mois de hausse consécutif, une série inédite depuis mai 1994.

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/01/10/97002-20180110FILWWW00102-gb-la-production-industrielle-accelere.php

Merci qui ? Merci la dépréciation de la livre en raison du Brexit, c’est la principale cause.

France: La production industrielle en baisse en novembre :

https://www.capital.fr/entreprises-marches/france-la-production-industrielle-en-baisse-en-novembre-1264577

Sur les 11 premiers mois de 2017, le déficit commercial de la France avec l'Allemagne s'est creusé de 3 milliards. d'euros, l'excédent que l’on a avec le Royaume-Uni s'est réduit de 7 milliards d’euros. Et nous sommes dans une situation ou tout va bien, où le Président de la République et le premier ministre sont en pointe dans les sondages,etc. Qu’est-ce que ça va être dans deux ou trois ans quand ça va aller moins bien, voir mal.
Réponse de le 10/01/2018 à 23:23 :
Présentation tronquée, partiale et peu objective.
La production industrielle a certes baissée en novembre mais elle a fait un bond de 2,4% sur les 11 derniers mois, ce qui ne s'était jamais vu depuis 14 ans.
D'ailleurs, le moral des industriels ( et des français) est au beau fixe , a un niveau rarement atteint depuis deux décennies.
En résumé, vous ne prenez que les critères qui vous arrangent maon a l'habitude.
Réponse de le 11/01/2018 à 7:46 :
"Merci la dépréciation de la livre en raison du Brexit". Non, merci la météo plutôt. Se chauffer c'est une dépense contrainte dont les ménages se passeraient sans doute volontiers... Et le Brexit, toujours loin d'être finalisé dans son contour, fait planer de noirs nuages sur la production notamment automobile du Royaume-Uni (entièrement aux mains de groupes non britanniques).
Réponse de le 11/01/2018 à 8:08 :
La production industrielle monte au RU parce-que la livre a baissé ce qui fait que les courses sont plus chères . Et à mon avis c'est tout ce que les anglais retiennent.
Réponse de le 11/01/2018 à 8:40 :
Dans la mesure du possible j’évite d’être un auteur de « Fake News », ne serait-ce que pour ne pas m’attirer les foudres de la nouvelle loi ! Article du 21 novembre 2017, je cite son début :

« LONDRES (Reuters) - L‘industrie britannique a enregistré en novembre ses plus fortes commandes depuis près de 30 ans, semblant montrer à son tour que la chute du sterling qui a suivi le vote en faveur du Brexit a été bénéfique aux usines ».

https://fr.reuters.com/article/businessNews/idFRKBN1DL1DC-OFRBS
Réponse de le 13/01/2018 à 12:54 :
Avec des taux d'intérêts au plus bas, si l'économie ne repart pas maintenant elle ne repartira jamais.
Nos amis d'Outre Rhin commencent déjà à faire la grosse voix. Les taux d'intérêts ayant toujours été bas chez eux, ils perdent un des avantages dont ils profitaient.
a écrit le 10/01/2018 à 17:56 :
Il faut un plan pour rétablir la confiance.....dans la France forte et ...pour la justice sociale, pour l'emploi, pour la solidarité...contre la malbouffe, le nucléaire, la salade en sachet...
To win, the yes needs the no to win against the no " dixit un premier ministre français en 2005.

Courage aux entreprises, car demain, encore une nouvelle taxe, une nouvelle cotisation, un nouveau droit, une nouvelle contribution ...
a écrit le 10/01/2018 à 17:49 :
Vous avez tort de vous inquiéter : l'augmentation de la facilité de supprimer des emplois, la réintroduction du latin au collège et de la semaine de 4 jours en primaire (contre 5 quasiment partout ailleurs dans me monde ) vont entraîner une augmentation de la motivation et de la formation des salariés, et leur goût du travail. Et grâce à la suppression de la taxe d'habitation et de l'impôts sur la fortune, notre compétitivité va exploser.
C'est MACRON qui le dit et c'est répété à longueur de journée par la presse, c'est donc vrai
a écrit le 10/01/2018 à 17:12 :
En suivant naïvement les américains qui ont fabriqué la crise en Ukraine, nous nous sommes privés des exportations dans l'agro alimentaire vers la Russie. il ne faut donc pas s’étonner des résultats !!!
Réponse de le 11/01/2018 à 14:59 :
N importe quoi. vous croyez vraiment que c est l export vers la russie qui tire l economie francaise ? en plus, etes vous sur que l avenir de la france ets dans l agro alimentaire ("labourage et paturage sont les 2 mammelles de la france" c est vrai, mais ca date d il y a 400 ans).


PS: sur le fond, devait on signer a blanc seing a Vladimir quand il envahi ses voisins ? On a essaye avec Adolf et ca n a pas ete une reussite (2 ans apres l Anschluss on etait en guerre)
a écrit le 10/01/2018 à 16:48 :
Macron se donne de 18 à 24 mois pour inverser les courbes 😂😂, franchement vous êtes pessimistes...
a écrit le 10/01/2018 à 16:32 :
Nous avons une richesse que nous refusons d'utiliser, c'est notre énergie nucléaire. Il faut mettre une taxe sur l'énergie pour participer au financement des charges sociales, comme le propose la note n°6 du CAE.
a écrit le 10/01/2018 à 15:35 :
Macron et sa GOPEodépendance, inutile de chercher plus loin, les emplois sont à l' est et à 400 euros mensuels pour faire plaisir au papa américian d e l' Ue qui divise pour régner ..
Merci qui..?
A l' aliénation d 'une presse mondialiste ultra libérale consentante et qui ne fait pas le job et réfute la pluralité ..?
Heureux anglais ..

Entre 1993 et 2010, en France, la proportion des emplois à moyen salaire s'est effondrée de 8,6 % !

Autrement dit :

En France, les classes moyennes se sont beaucoup appauvries. Les classes moyennes rejoignent de plus en plus les classes sociales les plus pauvres.

En Allemagne, la proportion des emplois à moyen salaire a baissé de 6,7 %. (Rappel : en septembre 2017, l'extrême-droite a obtenu 94 députés au parlement en Allemagne. Je dis bien : 94 députés.)

Cet appauvrissement des classes moyennes est encore pire dans d'autres pays de l'Union européenne :

En Suède, la proportion des emplois à moyen salaire s'est effondrée de 9,6 % !
Au Danemark, la proportion des emplois à moyen salaire s'est effondrée de 10,3 % !
En Autriche, effondrement de 10,4 % !
En Italie, effondrement de 10,6 % !
En Finlande, effondrement de 10,6 % !
En Grèce, effondrement de 10,7 % !
Au Luxembourg, effondrement de 10,8 % !
Au Royaume-Uni, effondrement de 10,9 % !
En Espagne, effondrement de 12 % !
En Belgique, effondrement de 12,1 % !
En Irlande, effondrement de 14,9 % !

L'appauvrissement des classes moyennes va avoir des conséquences politiques partout en Europe.

Comme les classes moyennes deviennent de plus en plus pauvres, elles vont voter pour les partis extrémistes.

Cet échec total de la construction européenne est visible dans le graphique page 15 :


Source « Change in Occupational Employment Shares in Low, Middle, and High-Wage »
Réponse de le 10/01/2018 à 17:32 :
Si les allemands ont envoye un paquet de deputés AfD, c est surtout grace a la politique d immigration de Merkel. les 1.2 millons de migrants lui ont fait perdre des plumes quand ceux ci ont commence a causer des problemes comme a cologne

Pour le reste, avec l arrivee sur le marche de 1 milliards de chinois et d indiens, c est sur que ca allait faire des degats dans nos pays. Ca a commence par les usines et ca continue par les services.
Réponse de le 10/01/2018 à 21:48 :
@@frexit Le problème de votre 1 milliards d e chinois et d' indiens qui arrivent à juste titre sur le marché est que l' Ue qui permet l' évasion fiscale de par la libre circulation des capitaux ne permet pas de protéger les intrants ni les rachats y compris de la part des us par effets de LBO depuis 20 ans ni par prise de participations du capitalisme sauvage ....

On peut participer au développement d' un pays sans le ruiner ni le piller...

Alors qu' aucun pays n' est protégé par la passoire Ue ce qui justifie d' un nécéssaire FREXIT rapide est d' une révision rapide des alliances et du choix délibéré de participations demain librement consenties ...

Et qu' on enfin gaufre les coquins apatrides qui nous ruinent avec constance et application.
https://www.upr.fr/
Réponse de le 12/01/2018 à 17:53 :
@frexit: désolé mais je ne peux pas trouver le lien à "Change in Occupational Employment Shares in Low,.....", on ne m'offre que des chiffres des Etats-unis. Auriez-vous la gentillesse de nous le redonner, tout en précisant la source ? Merci beaucoup
a écrit le 10/01/2018 à 14:16 :
SIMPLE :pour le moment 2017 , la consommation des ménages marche bien . MAIS comme le made in FRANCE n'est pas concurrentiel pour des raisons bien connues , on achète étranger : moins cher si made in Italie ou Chine ou ... ou moins cher et de meilleure qualité comme le made in Allemagne .
Réponse de le 11/01/2018 à 9:18 :
MDR vortre made in Germany .les français achètent peu de Classe S made in Germany mais enormement de Polo, Q3,A3,Q2 made in Spain ,Q5,Beetle Made in Mexico , Classe A Serie 1,2 made in Hongrie , moteur VW-Groupe made inTchéquie .
Idem electro ménager .
Les français adorent le made in GOGO ...
Réponse de le 11/01/2018 à 10:56 :
Une audi est concue a Ingolsadt (baviere), une VW a Volksburg (RFA aussi). apres c est sur que la production est faite en partie ailleurs (il n y a aucune voiture 100 % made in germany ou made in france d ailleurs).

La difference en les constructeurs auto allemands et francais, c est que les francais ont quand meme nettement plus delocalises que les allemands. Vrai aussi pour les sous traitants
a écrit le 10/01/2018 à 14:13 :
quand on nous parle de déficit de compétitivité, ce que l'on nous dit en fait c'est quel France est plus développée/équilibrée que ses partenaires.
beaucoup de nos partenaires tirent la demande vers le bas et privilégient l'offre. alors que la France, elle, a : démographie relativement dynamique, classe moyenne qui reste solide, beaucoup moins de travailleurs bas salaires, retraites correctes, bon niveau d'investissement public et des entreprises, bon niveau de dépense de Défense, etc...
l'Allemagne est au contraire un énorme boulet pour l'Europe et le monde (déclin démographique avancé, dumping social, faibles retraites, part importante de travailleurs bas salaires, faible investissement public, investissement des entreprises ralenti, faible dépense de Défense, etc...).
on est entourés de pays "dépressifs" à l'Est et au Sud de nos frontières. idem pour les pays "développés" d'Asie (cf. article Financial Times de ce jour sur les faillites de boîtes japonaises du fait du déclin démo./de manque de ressource humaine).
et en France, on est aussi handicapés du fait du faible intérêt des Français pour l'international/les langues.
Réponse de le 10/01/2018 à 16:19 :
l'"équilibre" de la France, c'est l'orchestre qui joue sur le pont du titanic !
Réponse de le 10/01/2018 à 21:39 :
Votre présentation de la situation en Allemagne est franchement risible . Vous n'êtes donc jamais allé en Allemagne ? Vous n'avez pas vu la prospérité éclatante de ce pays, la richesse des habitations, la qualité des infrastructures, le plein emploi, le pouvoir d'achat de ses habitants etc. etc. ? l'Allemagne un pays dépressif, avec un excédent commercial de plus de 20 milliards d'euros !! un pays qui a un budget national excédentaire, alors que la France est obligée d'emprunter pour régler ses dépenses publiques !!!
a écrit le 10/01/2018 à 14:11 :
La France n'est pas un pays à vocation industrielle ou commerciale mais un pays à vocation administrative.
Elle devrait se proposer à administrer l’Europe entière, vue le nombre d'administratifs exagéré en rapport à la population et les salaires faramineux dévoilés des haut-fonctionnaire de Bercy.
Réponse de le 10/01/2018 à 22:07 :
+1000
a écrit le 10/01/2018 à 14:06 :
Combien pour le seul poste des énergies "vertes" (éoliennes et panneaux photovoltaïques) ?
Réponse de le 10/01/2018 à 16:20 :
tous matériels importés de Chine d'ailleurs...
Réponse de le 10/01/2018 à 21:21 :
Vous avez raison. Et les méthaniseurs et les centrales à biomasse, toutes importées également depuis l'Allemagne... Le nerf de la guerre, c'est l'énergie ... après avoir rendu le nucl sale et honteux, alors qu'il a fait beaucoup pour la puissance économique, le travail de sappe est terminé...la France est foutue ...
Réponse de le 10/01/2018 à 21:22 :
Vous avez raison. Et les méthaniseurs et les centrales à biomasse, toutes importées également depuis l'Allemagne... Le nerf de la guerre, c'est l'énergie ... après avoir rendu le nucl sale et honteux, alors qu'il a fait beaucoup pour la puissance économique, le travail de sappe est terminé...la France est foutue ...
Réponse de le 10/01/2018 à 21:23 :
Vous avez raison. Et les méthaniseurs et les centrales à biomasse, toutes importées également depuis l'Allemagne... Le nerf de la guerre, c'est l'énergie ... après avoir rendu le nucl sale et honteux, alors qu'il a fait beaucoup pour la puissance économique, le travail de sappe est terminé...la France est foutue ...
a écrit le 10/01/2018 à 13:41 :
La guerre économique fait rage, et nous la perdons ...
Réponse de le 10/01/2018 à 16:23 :
Bah
pas grave le tout c'est de gagner la paix!!
Réponse de le 10/01/2018 à 19:08 :
Oui mais nous on sauve la planète et cela n'a pas de prix! Et avec Jupiter en brassage d'air on est champion du monde sans compter les éclairs!
a écrit le 10/01/2018 à 13:31 :
En 2010, le prix du baril etait tres élevé 110 dollars et la balance commerciale se portait mieux. Les investissements en machine outil pour exporter cela fait 20 ans que l'argument est servi . Regardons les faits: desindustrialisation massive en France . Divisé par 2 l'industrie. Les services devaient compenser mais bien sur que non. Voir les centres d'appel en tunisie, la compta en inde etc... La compétitivité ? nous sommes plus compétitif que nos voisins. Mais les acheteurs des grands groupes préférent acheter en low cost meme si le prix est plus cher (cout complet). Les regions utlisent les banques suisses pour gerer la formation HSBC par exemple. Alors, que faire? Attendre 2022 a dit Macron, et puis il y aura une autre excuse pour expliquer que nous sommes à 80 M de déficit. Heureusement qu'il y a l'Euro, notre déficit est compenser par l'excedent allemand ce qui protege la monnaie. Vive les services aux personnes agées . cela relance l'economie
Réponse de le 10/01/2018 à 17:36 :
On est meme pas plus competitifs que nos voisins :-(
Car la competitivite c est pas uniquement payer ses employes le moins possible (ou alors la bulgarie a 400 €/mois serait le pays phare de l UE).
Helas, la france est mauvaise partout. Le francais est cher par rapport a un espagnol. Et il n est pas aussi performant qu un allemand (qui est pourtant paye nettement plus que lui) vu qu on investi pas en france (enfin on investi pas dans l industrie mais dans le parpaing, ca oui !)
a écrit le 10/01/2018 à 13:22 :
investir pour l'avenir a la francaise, ca fait sourire!
c'est les memes qui apres avoir decourage tout le monde, mis l'industrie au tas et fait fuir les talents, qui exigent des autres ' un sursaut patriotique'!!!!!
y en a qui ne manquent pas d'air mais risuent d'tre decus des resultats de la propagande a deux balles
a écrit le 10/01/2018 à 13:19 :
L'énergie pèse très lourd et nos lâches politiques ont le nucléaire honteux ...

La France fait le choix du bas de gamme en favorisant l'immigration ...

La non sélection à l'Université est un véritable scandale mais chut ...

L'euro qui est un euro-mark est trop fort mais on s'accroche ...
Réponse de le 10/01/2018 à 18:53 :
Mais on exporte des bac+5, remplacés par des bac-5...on a aussi 2 fois de politiciens par habitant que le reste de l’Europe
a écrit le 10/01/2018 à 13:01 :
Comme d'habitude, cet article sur le déficit commercial ne prend le problème que sur le plan des exportations...pas un mot sur les importations, ou alors seulement sur le baril de pétrole qui s'est renchéri.
La France importe bcp plus que ses voisins exportateurs (Espagne, Ialie, Allemagne) car elle a une classe moyenne qui consomme, et en période de reprise la consommation augmente fortement. C'est finalement pas si mauvais signe...pensez vous que la situation d'un Espagnol payé 600 euros/mois (aaah, elle est belle la "compétitivité"...) qui ne peut rien consommer de plus que le strict nécessaire soit si enviable ? Pourtant c'est bien ça qu'on nous vend comme la panacée !
Réponse de le 10/01/2018 à 13:37 :
Oui mais ce serait mieux d'acheter français. Comme la TVA sociale est un sujet tabou, rien n'a été fait pour le favoriser.
a écrit le 10/01/2018 à 12:48 :
Avant qu'un Français ait tergiversé pour investir 1 euro afin d'en gagner 2, un Allemand en a déjà investi 2 pour en gagner 4.
Réponse de le 10/01/2018 à 13:07 :
Donc moralité:
Cela ne sert à rien d'investir 1 euro pour attendre de gagner 2, mieux vaut de dépense 1 euro pour avoir quelque chose tout de suite ou d'emprunter 1 euro, comme cela on peut dépenser 2 euros tout de suite.
Réponse de le 10/01/2018 à 13:25 :
oui mais en france quand vous avez gagne deux, un politicard verreux va venir vous les confisquer en vous expliquant que c'est injuste, que vous devez faire des investissements pas rentables, et qu'il faut financer des societes d'avenir comme heuliez ou la sncm........
et qu'en plus vous etes un patron negrier voyou intolerant et sarkozyen......
en allemagne, je n'ai jamais vu un syndicaliste traiter son Betriebsführer de patron negrier, sous les applaudissements des nostalgiques d'ideologies nauseabondes

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :