François Fillon, un conservateur du 19e siècle

Le candidat de la droite et du centre promet aux classes moyennes le retour à l'âge d'or de la bourgeoisie française, celui d'avant 1914. Un positionnement qui répond au malaise de la société française.
François Fillon, candidat conservateur pour 2017.
François Fillon, candidat conservateur pour 2017. (Crédits : CHRISTIAN HARTMANN)

Conservateur ? Ultralibéral ? Réactionnaire ? Modéré ? Gaulliste ? Thatchérien ? François Fillon, désormais candidat de la droite et du centre à l'élection présidentielle de 2017, a été cuisiné à toutes les sauces. Laquelle est la plus juste ? Au-delà des étiquettes, il peut être utile de revenir aux inspirations du nouveau chef de file de la droite et à sa tradition historique. Et pour cela, il convient évidemment de revenir au programme qui lui a permis, à la surprise générale, d'emporter deux tiers des voix lors de la primaire.

La réaction est désordre

Pour comprendre d'où vient François Fillon, il faut examiner ses positions sur la société française. Sur ce plan, on l'a souvent décrit comme un « réactionnaire ». C'est, en réalité, inexact. Certes, le nouveau candidat propose un retour sur quelques points de la loi Taubira, mais ce retour est partiel et ne porte que sur une loi récente. Pour le reste, il n'y a pas de remise en cause des évolutions de la société depuis la fin des années 1960. « S'il est bien entendu indispensable de défendre les valeurs familiales qui fondent notre société, il est aussi nécessaire de prendre en comptes ses évolutions », explique le projet de François Fillon qui, par ailleurs, consacre un chapitre aux droits des femmes et au renforcement de la lutte contre le « sexisme ». Un authentique réactionnaire chercherait non seulement à revenir sur la loi Taubira, mais également sur tout l'héritage de « mai 68 » en favorisant le retrait des femmes de la vie active ou en revenant sur le droit à l'avortement, par exemple. Rien ne dit que ce ne soit pas les convictions profondes de François Fillon, mais ce n'est pas son programme.

Pourquoi ? Parce que le Conservateur ne désire rien tant que l'ordre. Et la réaction est un désordre, c'est une révolution qui veut un retour vers le passé, qui trouble la société. Aussi est-elle rejetée par les Conservateurs qui, eux, sont obsédés par la stabilité. Un Conservateur veut stopper les évolutions pour conserver les acquis actuels. La réaction lui fait en réalité autant peur que le socialisme. Dans les deux cas, la société est malmenée et l'ordre social troublé. François Fillon s'inscrit dans la lignée de la pensée conservatrice française du 19e siècle incarné par un François Guizot. Ce dernier a ainsi lutté ouvertement contre la réaction aristocratique de Charles X, puis, il s'est efforcé de maintenir la société dans l'état qui était celle de la révolution de 1830 : celle qui assurait le triomphe d'une bourgeoisie possédante à la fois contre les masses et contre les Nobles. Le Conservateur entend donc maintenir l'état de fait social pour assurer la stabilité. C'est ce qui avait conduit, par exemple, Adolphe Thiers, longtemps monarchiste, à se rallier après 1871 à la République. Non par conviction, mais parce que c'était le seul état politique qui assurait la stabilité sociale. D'où son mot célèbre d'alors : « La République sera conservatrice ou ne sera pas ». Il s'agit bien, comme le précise le projet de François Fillon, « de prendre en compte les évolutions » de la société tout en les contenant dans ses limites actuelles.

Eviter la faillite

Cet héritage de la pensée conservatrice du 19e siècle semble l'inspiration première de François Fillon, y compris en matière économique. Là aussi, la stabilité est la priorité : c'est le sens de l'emploi de ce mot de « faillite de l'Etat » prononcée par celui qui était premier ministre en 2007 et qui est repris tel quel dans le projet présidentiel dix ans plus tard. La « faillite de l'Etat » est la grande peur de la classe moyenne française. Ce mode de gestion de l'Etat, utilisé régulièrement par l'Ancien régime, a ruiné des milliers de Bourgeois français, et la Révolution française est d'abord une révolte contre cette gestion. Ce sont les rumeurs de faillite qui décidèrent le Tiers Etat à soulever le peuple les 13 et 14 juillet 1789. On l'oublie souvent à notre époque, où la France est caricaturée en « enfer socialiste à l'Etat démesuré », mais notre pays a longtemps été gouverné sur deux principes simples : le refus de la faillite de l'Etat et la stabilité monétaire. Jusqu'en 1914, la France était un pays à la croissance assez médiocre, mais où les classes moyennes étaient formidablement enrichies par leurs investissements dans les fonds publics et par la monnaie forte. C'était l'âge d'or de la bourgeoisie française, celui où elle pouvait utiliser ses capitaux dans le monde entier pour « la grandeur » du pays. Et, après le choc de la première guerre mondiale, c'est sur un retour à cet âge d'or que Raymond Poincaré en 1926 est revenu au pouvoir. Par l'équilibre des finances publiques et par la monnaie forte, la France devait retrouver sa place dans le concert des Nations après l'humiliation des attaques contre le Franc des années 1920-24.

On retrouve parfaitement cette idée dans le programme de François Fillon. La seule véritable politique publique que propose le nouveau candidat de la droite et du centre, c'est la réduction des déficits. Une fois cette politique réalisée, la France, à son sens, retrouvera sa puissance passée. L'idée que la « gabegie » de l'Etat est la source de l'effondrement de l'influence française est celle qui a présidé au sein de la bourgeoisie française pendant plus de 150 ans. Il en est de même de la monnaie forte, et c'est ce qui explique la conversion de François Fillon, ancien "séguiniste" opposé à Maastricht, à l'euro. La monnaie unique assure, selon l'ancien premier ministre, bien mieux que le franc, la stabilité et la puissance. On est frappé de constater cette obsession qui traverse le projet de François Fillon de faire de l'euro une « monnaie de réserve » à l'égal du dollar. Il y a là le rêve d'un retour à une forme d'étalon-or, une monnaie si stable et si puissante qu'elle assure à l'épargne une valeur permanente. Or, la classe moyenne n'a qu'un désir : disposer d'une épargne sûre et forte. Le programme de François Fillon reprend donc là encore le vieux rêve conservateur du 19e siècle.

Un Etat réduit sur le plan économique

Sur le plan économique, on est frappé par les critiques qui viennent tant de la gauche (ceci n'est guère étonnant) qui voit dans le programme de François Fillon un « ultralibéral » que des rangs libéraux qui, à l'image de l'économiste Jean-Marc Daniel, y voit un programme non pas « libéral, mais patronal ». On peut comprendre cet apparent paradoxe en revenant encore à cet « âge d'or » bourgeois que constitue le 19e siècle français. Jusqu'en 1914, la France dispose d'un Etat peu présent dans l'économie. Lorsqu'il s'y implique, c'est pour réduire les abus les plus apparents qui gênent les sentiments chrétiens comme le travail des enfants, interdit en 1841 en dessous de 8 ans, ou pour distribuer des avantages aux grands capitalistes, comme dans le cas de la gestion des chemins de fer par la loi de 1842, où l'Etat ne ménage pas les cadeaux aux sociétés privées. Le projet de François Fillon entend réduire le rôle de l'Etat dans l'économie, à la fois en tant qu'acteur direct, mais aussi en tant qu'ordonnateur. Sur le plan social, il le limite à un « filet de sécurité » pour les cas les plus graves : longues maladies ou extrême pauvreté. Pour le reste, l'Etat s'efface.

Ce recul de l'Etat s'inspire évidemment d'une pensée libérale, ce qui ne manquera pas de séduire les Libéraux d'aujourd'hui. Compte tenu du poids de l'Etat dans l'économie française, François Fillon défend, sur le plan économique, une vraie « rupture » qu'il revendique « radicale ». Ce « choc libéral » doit en finir avec le droit du travail, les syndicats, « l'Etat hypertrophié » et, dans ces domaines, le candidat de la droite abandonne, du moins en apparence, sa prudence conservatrice. Il souhaite ici un vrai changement qui soit à la fois « libéral », puisqu'il donne plus de place au marché, mais aussi « réactionnaire », puisqu'il vise à revenir à un Etat moins présent.

Mais, au fond, il est surtout conservateur : car réduire le rôle de l'Etat, c'est assurer moins d'impôt, donc des revenus supplémentaires pour les classes moyennes en garantissant et valorisant au mieux leur épargne tout en réduisant les transferts sociaux. C'est donc renforcer leur position sociale. La « TVA sociale » va dans ce sens. En faisant porter l'effort fiscal davantage sur la consommation que sur les revenus et le capital, on favorise l'état social existant. Et ce n'est pas un hasard si, jusqu'en 1914, les impôts indirects constituaient l'essentiel des ressources de l'Etat français.

Un vrai « libéral » ?

François Fillon est-il donc réellement « libéral » parce qu'il entend réduire la réglementation du marché du travail ? Dans son projet, on chercherait en vain une vision de libéralisation globale de la société, de stimulation de la concurrence, de lutte contre les rentes existantes, de combat même contre les oligopoles ou l'économie financiarisée. François Fillon ne cherche pas à briser le cadre de l'économie française, seulement à accroître les pouvoirs des chefs d'entreprise. La réduction du cadre législatif et la défiance envers tous les syndicats - étrangère, par exemple, au Gaullisme - dénote moins une volonté de « liberté » qu'une volonté d'ordre. En assurant la hiérarchie dans l'entreprise, on renforce la hiérarchie dans la société et, partant, l'ordre social. Là encore, la référence est bien ce 19e siècle français où les « classes laborieuses » étaient aussi des « classes dangereuses ».

François Fillon veut « libéraliser » pour renforcer la stabilité sociale. Et pour cela, il doit malmener une partie de la société. Mais cette dernière est présentée comme étrangère à la classe moyenne : ce sont les fonctionnaires, les « assistés », les « syndiqués ». Pour les autres, le retour à la « liberté » est l'assurance d'un retour à la prospérité. Une prospérité qui sera ensuite protégée par un Etat fort recentré sur la défense de la propriété et de l'ordre. « Conserver pour acquérir, acquérir pour conserver. » Ce mot du Prince de Metternich pourrait être le résumé du projet de François Fillon. Le libéralisme du nouveau candidat de la droite et du centre est un libéralisme d'ordre, où la libéralisation du marché renforce les pouvoirs sociaux existants. L'idée libérale d'un marché ordonnateur, capable de renverser les hiérarchies sociales semble plutôt étrangère au projet de François Fillon. La valorisation du travail indépendant et de l'entrepreneur ne s'accompagne pas, ainsi, de garanties contre la puissance des grandes entreprises et des donneurs d'ordre. Il ne s'agit que d'assurer leur existence, non le bon fonctionnement des marchés.

Répondre au désespoir des classes moyennes

François Fillon l'a emporté en promettant le retour à l'âge d'or de la classe moyenne française, celle de l'Etat du 19e siècle, celle où son désir de stabilité sociale et économique était comblé. Il y a certes dans son conservatisme, des éléments réactionnaires et libéraux, mais ces éléments sont toujours mis au service de la stabilité sociale et économique. Le positionnement du candidat de la droite est, il faut en convenir, parfaitement en accord avec les aspirations des classes moyennes françaises. Comme toujours lors de crises profondes, on recherche un retour à un âge d'or. François Fillon oppose sa « radicalité libérale » à la modération jugée stérile du centre et du centre-gauche que les classes moyennes françaises, après le quinquennat de François Hollande, identifient à la hausse des impôts et au déclin. Mais il oppose aussi son conservatisme à la réaction sociale et monétaire du Front national, jugée trop risquée par une grande partie de ces mêmes classes moyennes. François Fillon revendique une « radicalité » qui porte en germe des lendemains qui chantent : ceux de l'enrichissement économique et de la stabilité sociale qui trancheront avec le déclin et les troubles sociaux actuels.

Mais il ne faut pas s'y tromper : la victoire de François Fillon sur un tel programme est avant tout le signe d'une classe moyenne qui a perdu ses repères et ses espérances. En cela, sa démarche n'est pas entièrement étrangère à celle des mouvements dits « populistes » de droite ailleurs en Europe. Comme eux, il devra se confronter à la mise en œuvre de son programme.

Commentaires 120
à écrit le 09/04/2017 à 15:53
Signaler
Soutiens total et absolu à F.FILLON et à toute sa FAMILLE. Arrétons tous ces bla, s bla s. à son sujet, et gardons en mémoire que F.FILLON dans son programme pour la FRANCE, à voulu supprimer 500000 emplois de fonctionnaires territoriaux, et la, cel...

à écrit le 01/12/2016 à 18:11
Signaler
Merci à Romaric Godin de cette analyse hors des sentiers battus. On est saisi devant ce torrent nauséabond de réactions haineuses qu'il suscite. Cela promet. On ne sait pas encore très bien ce que fera Fillon mais on sent déjà l'odeur de ses groupies...

à écrit le 01/12/2016 à 11:15
Signaler
Logorhée sans intérêt. M. Fillon n'a qu'un seul objectif très simple, dicté par la nécessité la plus absolue: - remettre les gens au travail par tous les moyens civilisés - réduire la dette du pays qui nous soumet et nous lie, - supprimer le défi...

à écrit le 30/11/2016 à 19:17
Signaler
Curieux manque d'imagination du journaliste qui ne voit que le retour aux valeurs bourgeoises des années folles pour tourner la page du programme commun de la gauche qui a totalement bureaucratisé l'Etat, les institutions et les corps intermédiaires....

à écrit le 30/11/2016 à 10:44
Signaler
Rien que voir la signature de l'article et l'on sait dans quel sens l'argumentaire tournera. Le néo-keynésianisme "à la française" fait encore des ravages. Si le fait d'accumuler les déficits et d'augmenter la dette conduisait à cette fameuse croissa...

le 30/11/2016 à 14:39
Signaler
La dette est moins le fait d'une gabegie Etat que d'avoir interdit depuis 1973 à l'Etat de s'emprunter à lui-même (cad à sa banque centrale contre intérêts ou non) comme il l'avait toujours fait jusque là. Sous prétexte de lutter contre l'inflation, ...

le 30/11/2016 à 16:44
Signaler
Ce n'est pas si simple que ça. D'abord les politiques français : les présidents de la république et leurs gouvernements, à partir de 1973 , ont décidé d'augmenter les dépenses de l'état en embauchant des milliers de fonctionnaires de plus. Et les Fra...

à écrit le 29/11/2016 à 20:10
Signaler
Depuis 30 ans toutes les politiques vont plus ou moins dans le même sens avec des résultats qui vont de médiocres à désastreux. Fillon qui dit avoir écouté les gens, semble vouloir rompre avec ce paradigme du tout Etat dont le socialisme est le paran...

à écrit le 29/11/2016 à 19:20
Signaler
...meme pas lu :...je regarde desormais la signature avant ; Et , une foisn de plus , on va assister à un plantage ...peut etre aussi magistral que pour Tsipras et Iglesias ...! et si , mr Godin , c'etait Fillon qui soit un homme du 21 eme siecle ......

à écrit le 29/11/2016 à 19:06
Signaler
Si je ne me trompe pas, Francois FILLON est bien l'incompétent qui a laissé : - Un déficit public de 5.2 % en 2011 contre 1% en ALLEMAGNE - Une FRANCE dont les coûts salariaux dépassant ceux de l'ALLEMAGNE à partir de 2010 - Qui a tapé dans le fon...

le 01/12/2016 à 17:15
Signaler
Il suffit de réaliser que FF a été premier ministre de NS pendant 5 ans. L'échec de NS est celui de FF. Pour le Fonds de réserve des retraites (FRR)? c'est plus grave que ça. FF a liquidé le FRR avec la réforme de la retraite de 2010, en profitant d...

à écrit le 29/11/2016 à 16:34
Signaler
Je ne veux faire aucun procès, ni à Mr Fillon ni à Mr Romaric Godin auquel je reconnais une fois de plus une finesse d'analyse qui colle à la réalité comme son analyse sur la maladie de la mondialisation et du libre échange. Toutefois je vais extrap...

à écrit le 29/11/2016 à 15:58
Signaler
Excellent article. Je partage cette analyse de M. Godin.. juste je trouve dommage le titre qui laisse à penser que M. Fillon est un conservateur du 19 ème siècle..un point d'interrogation aurait suffit et aurait peut-être d'avantage donner envie de l...

le 29/11/2016 à 19:23
Signaler
un point d' ? ...vous voulez rire ! quand on est sur de ses convictions ( ou de sa ligne redactionnelle ) , il faut ...taper très fort ? non ?

à écrit le 29/11/2016 à 9:43
Signaler
Guizot et Thiers, voilà des comparaisons flatteuses !

à écrit le 29/11/2016 à 9:33
Signaler
Cet article péremptoire et biaisé ne prouve rien sauf que la bien-pensance gauchiste qui noyaute le milieu journalistique depuis des décennies étend son emprise y compris dans un journal économique où on s'attendrait à lire des choses plus nuancées e...

le 29/11/2016 à 16:25
Signaler
Mon pauvre. L'OCDE, le FMI, la Banque Mondiale et l'OFCE conchie le programme economique de Fillon alors que ce sont d'habitude les bras armes du neoliberalisme. Le programme de Fillon est economiquement une misere intellectuelle qui n'est que la con...

à écrit le 29/11/2016 à 8:41
Signaler
Je viens de lire sur lemonde.fr le programme de Fillon pour le numerique. Ce type n a vraiment rien compris (alors qu il se vantait d etre un geek). Il n a meme pas analyse son echec comme premier ministre. On va donc : - continuer avec l hadopi (...

à écrit le 29/11/2016 à 8:21
Signaler
Sacré compatriotes ils ont trouvé un nouveau messie. Lors de la campagne combien de fois n’ai-je entendu il a un programme aboutit puis au fur et à mesure de ses apparitions médiatiques il nous dit pour les fonctionnaires rien n’est défini il a cité ...

à écrit le 29/11/2016 à 7:25
Signaler
C'est étonnant cette propension des critiques "progressistes" à vouloir nous rendre si sympathique le 19ème siècle...

à écrit le 29/11/2016 à 0:42
Signaler
Depuis que M.Godin a arrêté de parler de la Grèce, je trouve qu'il fait des excellents articles. Celui-là est très juste. Fillon qui se dit souverainiste,appliquerait la même politique économique favorable aux rentiers,qu'applique Schauble en Allema...

à écrit le 28/11/2016 à 23:07
Signaler
M Godin ne serait il pas aussi un laudateur du régime de M Castro et de ses merveilleux résultats économiques. Désolé, mais ceux sont les régimes bourgeois de la fin du 19iéme et début de vingtième qui ont apporté en France, Angleterre, Allemagne le...

le 29/11/2016 à 19:26
Signaler
je ne sais pas ,mais ses " copains " , Tsipras et Melenchon entre autres ( je n'ai rien entendu pour Iglesis ) sont quand meme des fans de Castro...

à écrit le 28/11/2016 à 21:39
Signaler
Désolé le paradis socialo communiste du 19ème siècle n'existait n'existe n'existera pas

à écrit le 28/11/2016 à 21:27
Signaler
Du calme, Fillon veut simplement arrêter le souk socialiste qui sévit en France depuis 1981 dont les résultats sont apocalyptiques, et revenir au principe de réalité i.e. calquer notre système sur le modèle allemand, celui-là même qui fut réformé par...

le 29/11/2016 à 16:29
Signaler
Ce que vous appelez du socialisme n'en est pas. Tout au plus s'agira-t-il d'une vision sociale du liberalisme, par ailleurs la vision initiale des Revolutionnaires francais. Social-democrate et ultra-liberaux de droites ne sont que les deux faces d'u...

le 01/12/2016 à 15:26
Signaler
"Souk socialiste depuis 1981"....et la droite qui a été aux affaires 17 ans sur ces 35 ans (1986-88, 1993-98, 2002-2012)???

à écrit le 28/11/2016 à 21:25
Signaler
R. Godin déjà aux ordres de Mélenchon et cie.Pas le bon logiciel, le socialisme est dans les têtes et les écrits même inconsciemment...et même chez beaucoup de LR.

à écrit le 28/11/2016 à 21:25
Signaler
R. Godin déjà aux ordres de Mélenchon et cie.Pas le bon logiciel, le socialisme est dans les têtes et les écrits même inconsciemment...et même chez beaucoup de LR.

à écrit le 28/11/2016 à 20:47
Signaler
NICOLAS Fillon vient d'être élu ; les casseroles de Sarko vont faire moins de bruit.

à écrit le 28/11/2016 à 20:01
Signaler
Sous le titre : " Primaire de la droite et du centre : la messe est dite !" Patrick Gorgeon, directeur de la rédaction de la webradio webtv indépendante AWI s'arrête entre autre sur l'intérêt que présente le coup de jeune porté à la politique franç...

à écrit le 28/11/2016 à 19:55
Signaler
Le TOUT SAUF FILLON a déjà pris le relais du TSS ! Avec la mauvaise foi coutumière des adeptes d'un socialisme complètement dépassé, un tel article déconsidère un organe de presse comme La Tribune. Ce que propose Fillon, ce n'est pas un retour au p...

le 29/11/2016 à 12:09
Signaler
TOUT sauf FIllon !!!!!!!!!!!!!!!!!!

à écrit le 28/11/2016 à 18:39
Signaler
c'est vrai que les classes moyennes ont tout à attendre de fillon ! on lui doit une réforme des retraites sanglante et le passage de 15 à 30 ans sur les plus values immobilières ne nous trompons surtout pas en 2017 rappelons nous ses faits d'armes pa...

à écrit le 28/11/2016 à 18:39
Signaler
Pour moi, Fillon est une énigme. N'est-il pas comptable des 5 ans de Sarkozisme ? Peut-il raisonnablement se présenter comme le chevalier blanc de la droite ? S'il fut cet exécutant docile au doigt collé à la couture du pantalon, alors c'en est que p...

à écrit le 28/11/2016 à 18:15
Signaler
Bravo l'Artiste 2 bémols cependant : - une escorte de policiers aux frais des contribuables - une chute de la bourse de paris...

à écrit le 28/11/2016 à 18:07
Signaler
L'état ayant pris de plus en plus d'importance et étant devenu en France omnipotent tout au long du 20ème siècle. Tous ceux qui veulent le faire reculer sont inspirés d'une idéologie du 19 ème siècle: CQFD Pas nécessaire de faire un ticket aussi long...

le 28/11/2016 à 21:26
Signaler
il est payé pour ça N'importe quoi Comme quoi il faut tout pour faire un monde dixit ma méme de Guérét

à écrit le 28/11/2016 à 18:07
Signaler
Analyse purement à charge, avec les arguments "progressistes" habituels,mille fois répétés, éculés, saupoudrée de références historiques sonnant bien, mais tirées par les cheveux. Guizot ? Et pourquoi pas Henri IV ou Vercengétorix ? Monsieur Gaudin c...

à écrit le 28/11/2016 à 17:53
Signaler
Ce type d'article nous confirme qu'il y a aussi des conservateurs du 21ème siècle. Ils sont en France bien plus nombreux que ceux du 19 ème siècle malgré les progrès de la médecine.

le 28/11/2016 à 21:27
Signaler
+1 000 000 clap clap

à écrit le 28/11/2016 à 17:46
Signaler
En effet, Fillon est un homme régressif, Fillon est LE fonctionnaire par excellence qui a été aux affaires, ministre de Raffarin et 1er ministre de Sarkozy, entre 2002 et 2012, années sombres durant lesquelles il a activement contribué pour cassé ...

le 28/11/2016 à 18:40
Signaler
C'est là où une confrontation Fillon-Macron serait intéressante : l'un a tout gobé pendant 5 ans, l'autre s'est désolidarisé de son président...

le 28/11/2016 à 21:31
Signaler
Calmez vous calmez Vous êtes démasqué

à écrit le 28/11/2016 à 17:43
Signaler
Le point de vue est fort intéressant. Il se rapproche aussi de celui de Macron qui reproche à Fillon de ne pas être libéral. Il est vrai que stimuler la concurrence n'est pas vraiment dans le programme de Fillon! Il me semble que Fillon veut fa...

à écrit le 28/11/2016 à 17:43
Signaler
La France est un pays en pleine santé économique et sociale avec 6 millions de chômeurs et 10 millions de pauvres, le déficit budgétaire est parfaitement maîtrisé ce qui permet à tout un chacun de constater années après années que sa situation au quo...

à écrit le 28/11/2016 à 17:35
Signaler
Article et surtout titre proprement bobo parisien bien pensant post soixante-huitard Pour une fois que les français veulent après 40 ans de laxisme dans tous les domaines et surtout en matière sociatale : éducation politesse, savoir vivre, bien séan...

à écrit le 28/11/2016 à 17:09
Signaler
La tribune étant un média du 21° siècle particulièrement ouvert et pluraliste, on image qu'un journaliste un peu moins connoté pourra exercer un droit de réponse?

à écrit le 28/11/2016 à 17:00
Signaler
Analyse intéressante, merci Mr Godin. Au delà de l'économique, la volonté de refondre les programmes d'histoire est également un argument allant dans votre sens, c'est retour à la IIIeme République et son "roman national". La France rêvait de mr Fill...

à écrit le 28/11/2016 à 16:52
Signaler
ils ne l'ont pas vu venir et déjà prédisent son avenir ! Mélenchon va succéder à Castro à Cuba voilà un scoop pour nos bobos scribouillards ...

à écrit le 28/11/2016 à 16:48
Signaler
Pourquoi vouloir mettre un tel dans telle ou telle case? Il a un programme et pourquoi voulour le qualifier par rapport à un historique. C'est la vision très manichéenne de la gauche: L'opposition entre le bien et le mal, sachant dans quel camp se si...

le 28/11/2016 à 17:45
Signaler
Mussolini ? Venu du socialisme, forcément le camp du bien. Adolf Hitler ? Ne se disait sûrement pas national socialiste pour rien.

à écrit le 28/11/2016 à 16:48
Signaler
Votre titre est celui d' un journal caricatural !!! La gauche de Hollande est bien plus conservatrice puisqu' il ne change rien à rien : résultat 6 millions de chômeurs, une dette record, des impôts très élevés pour les classes moyennes et les petits...

le 28/11/2016 à 21:06
Signaler
La France tente une aventure inédite sur terre : maintenir un régime politique avec le plus grand nombre de chômeurs possibles. Les Allemands ont sombré dans le nazisme à 3. En France, à 6 millions, tiens, ça tient encore... Rappelons-nous, la Fr...

à écrit le 28/11/2016 à 16:48
Signaler
j écoutai la radio il parlai de fillon a oui comme c est un gars qui aime la voiture et autre alors c est le meilleur? en quoi mettre la retraite a 65 ans combien l espérance de vie ensuite , pensez vous que les patrons vont embaucher du personnel sa...

à écrit le 28/11/2016 à 16:44
Signaler
Le programme de Fillon n'est pas "de droite" mais est la simple transposition des GOPE du 18 mai 2016 de la Commission européenne pour la France pour la période 2016-2017 http://ec.europa.eu/europe2020/pdf/csr2016/csr2016_france_fr.pdf Tous les ca...

le 28/11/2016 à 17:53
Signaler
Bien peu l' auront compris et un jeu politique obscène continuera de nous vendre des solutions magiques, austérité en tête ... Heureusement nous avons un excellent décodeur du bobard politique de tout bord en la personne d...

à écrit le 28/11/2016 à 16:41
Signaler
Ah ces journalistes, politologues, sociologues qui savent et qui décryptent pour le "petit peuple" et les informent pour leur "bien". Oui, mais voilà, le petit peuple lui, a bien les pieds sur terre et pas la tête dans les nuages. La réalité du quoti...

à écrit le 28/11/2016 à 16:32
Signaler
Conservateur, pas vraiment mais un peu quand mème. Ultralibéral, pas vraiment, mais beaucoup quand mème. Réactionnaire, pas vraiment mais énormément quand mème. Thatchérien, c'est sur. ça serait presque drôle, si ça n'était pas aussi caricatura...

à écrit le 28/11/2016 à 16:12
Signaler
tres bonne analyse. Il est clair que F Fillon n est pas un liberal mais un conservateur. Par contre, l auteur oublie de se demander comment un homme qui represente les interets d une minorite (meme parmi l electoral LR) est arrive a se faire plebicit...

le 28/11/2016 à 17:53
Signaler
Il est certain que les années Hollande, crépusculaires à tous égards ont sûrement incité les nombreux électeurs de la primaire de la droite à se tourner vers son exact contraire. Tous les gens horrifiés par les perspectives, par la PMA et la GPA, de ...

à écrit le 28/11/2016 à 16:08
Signaler
Bien vu. François Fillon développe un projet vraiment conservateur, anti progressiste, soutenu notamment par des rentiers qui veulent conserver leurs avantages acquis, des bourgeois traditionnels de tendance catholique (le sabre et le goupillon) qui...

à écrit le 28/11/2016 à 16:02
Signaler
Godin raconte encore une fois n'importe quoi. Vivement que ces journalistes gauchistes dégagent de la Tribune, comme à Itélé !

le 28/11/2016 à 16:55
Signaler
Romaric Godin est un des seuls à faire ce genre d'analyse dans toute la presse et encore c'est trop pour vous voudriez le virer... Vous vous rendez compte de l’énormité de ce que vous dites ?

le 28/11/2016 à 17:22
Signaler
Absolument : Il faut réserver la liberté à ceux qui pensent bien !

le 28/11/2016 à 17:49
Signaler
Des journalistes de gauche il n'en reste plus beaucoup dans les médias, mais le totalitarisme ne supporte pas la liberté de la presse et la liberté d'opinion. Vous n'êtes pas le premier à vouloir faire taire toute opinion contraire, de Castro à Pi...

le 28/11/2016 à 18:32
Signaler
Oui, il nous faut un Ministère de la Vérité!

à écrit le 28/11/2016 à 15:45
Signaler
Comme toujours venant de Romaric Godin, un très intéressant article. Il y a quand même des précisions à apporter sur ces "classes moyennes" qui seraient au désespoir. En effet, la mondialisation et les bouleversements de ces dernières décennies ont a...

le 29/11/2016 à 8:47
Signaler
quelle partie des classes moyenne a vu ses revenus progresser ? on peut eventuellement citer les gens travaillant dans la finance mais c est ultra minoritaire (les traders et associes ca doit representer meme pas 50 000 personnes) Apres vous avez en...

à écrit le 28/11/2016 à 15:45
Signaler
Votre analyse historique M. Godin me laisse indifférent. Vous cherchez à catégoriser F. Fillon, manie bien française, au travers de son programme. Il serait plus intéressant de mon point de vue d'analyser ce que les diverses propositions du candidat...

le 28/11/2016 à 17:30
Signaler
Je suis entièrement d'accord avec vous, cet article de la tribune n'a aucun sens. Ayant la même experience que vous, je soutiens les efforts de FF. Comment depuis 35 ans on peut penser qu'en travaillant moins (35h, retraite à 60 ans) on peut créer p...

le 28/11/2016 à 20:55
Signaler
@JLB Tout à fait d'accord avec vous et surtout avec votre phrase, je cite: "Et comme partout lorsque l'on veut changer les choses, tous les médias et politiques de tous bords vont maintenant nous expliquer que c'est impossible, que la France est di...

à écrit le 28/11/2016 à 15:36
Signaler
Analyse historiquement informée, et pertinente d'un point de vus psycho-sociologique. Ce que j'ai lu de plus intelligent depuis 8 jours !

le 29/11/2016 à 0:03
Signaler
Brillant article!

à écrit le 28/11/2016 à 15:32
Signaler
Excellente analyse de Romaric Godin comme à son habitude. Je ne suis pas certain que Fillon luttera efficacement contre les déficits. Son programme contient tous les ingrédients d'uen augmentation des déficits et alors il préférera emprunter aux plus...

à écrit le 28/11/2016 à 15:16
Signaler
Excellente analyse (comme toujours) de Romaric Godin. Il n'y a d'ailleurs pas besoin d'une analyse aussi poussée pour se rendre compte que Fillon est le gendre idéal petit bourgeois que ne renierai nulle famille de notaire, de pharmacien, d'expert-c...

le 28/11/2016 à 15:56
Signaler
C'est juste un programme de droite assumé... la petite France c'est celle de gauche qui veut conserver cet Etat sclérosé car son électorat y est omniprésent. Une vraie gauche "casserait" les codes en s'emparant de l'écologie, du travail collaboratif...

le 28/11/2016 à 17:58
Signaler
@Kermao1800 : l'écologie n'est pas la propriété privée de la gauche, et même si Sarkozy a partiellement renié son bilan en la matière, il est bien moins inconsistant que celui de l'actuel quinquennat, où le seul haut fait d'arme a été d'annuler l'éco...

le 28/11/2016 à 18:33
Signaler
"que ne renierait nulle famille de notaire", son papa par exemple?

à écrit le 28/11/2016 à 15:10
Signaler
Les conservateurs ne sont pas toujours ceux qu'on croit.

à écrit le 28/11/2016 à 15:08
Signaler
On peut s interroger sur le fait qu'un tel programme aurait deux inconvenients majeurs: - renforcer le vote FN defendant la protection sociale contre le programme de coupe dans les depenses sociales, et d une participation plus active du role de l...

à écrit le 28/11/2016 à 15:03
Signaler
Les articles de Mr Romaric GODIN sont régulièrement repris par le blog actioncommuniste et on comprend pourquoi. Sa place est à l'humanité (version dictature pour tous). Au long de cet article des données historiques savamment choisies pour donner u...

le 28/11/2016 à 15:44
Signaler
Ceux qui décidaient quel article a, ou n'a pas, sa place dans une publication étaient parfois les rédacteurs de "La Pravda". Je croyais que le libéralisme étaient le contraire de la censure... On trouve des articles critiques du capitalisme (par exem...

le 28/11/2016 à 16:02
Signaler
Vous c'est plutôt cuba libre. Combien en avez-vous bu pour ne pas voir dans cet article une analyse de certaines mesures de François Fillon et une évocation des autres ?

le 28/11/2016 à 16:27
Signaler
Absolument, voir par exemple lorsqu'il dit "Sur le plan social, il le limite à un « filet de sécurité » pour les cas les plus graves : longues maladies ou extrême pauvreté. Pour le reste, l'Etat s'efface." C'est completement faux, Francois Fillon ne ...

à écrit le 28/11/2016 à 14:47
Signaler
Dommage qu'un journaliste de La Tribune n'ait pas vu l'essentiel du programme de F.Fillon qui est centré pendant les premiers 100 jours non sur la société mais sur l'économie. Dire que l'on est conservateur parce que l'on pense qu' un système qui acc...

le 28/11/2016 à 17:53
Signaler
Mais c'est Fillon et son idéologie qui ont créé ces millions de chômeurs et cette dette! Enrichir les plus riche en prétendant vouloir aider les plus pauvre c'est le programme de Fillon. Vous y voyez du neuf?

à écrit le 28/11/2016 à 14:37
Signaler
La classe moyenne qui a perdu ses repères les retrouvera rapidement si le Père Fillon est élu. L'effacement de l'état, donc la privatisation des services assurés par le secteur public, santé, éducation, transports, etc. deviendront payants. Les impô...

le 28/11/2016 à 16:03
Signaler
Merci pour cette analyse très fine que je partage 1000 fois. Ne jouons pas les Madame Irma, et espérons que nous nous trompions mais j'ai bien peur que dans 10 ans nous en soyons là où vous annoncez que nous serons. L'Histoire est un éternel reco...

le 28/11/2016 à 16:06
Signaler
Le socialisme a échoué. Donc on ne pourra pas faire pire que Hollande. Fillon répond à hollande comme Thatcher répondait à des travaillistes incompétents et ringards comme les nôtres !

le 29/11/2016 à 14:04
Signaler
D'accord avec ce commentaire, mais FF n'est pas encore élu. On le saura en Mai 2017

à écrit le 28/11/2016 à 14:35
Signaler
Le ou les deux commentateurs trolls de ce forum sont tellement habitués à lire de vous des articles progressistes qu'ils vous critiquent sans vous avoir lu puisque vous dites du bien de fillon et eux vous agressent persuadés que vous dites du mal. ...

le 28/11/2016 à 18:55
Signaler
C'est un bon article. Mais il y a une sorte de mensonge par omission: Romarin ne dit pas pourquoi il faudrait réduire ou pas le rôle de l'etat.

à écrit le 28/11/2016 à 14:25
Signaler
la classe moyenne s'en sort pas trop mal en France, apparemment. 66% de la population française contre 50% au US ou 60% en Germanie (France Stratégie, Financial Times, DIW Berlin). Fillon admire Thatcher, qu'il a ardemment défendue sur Europe 1. Le...

le 28/11/2016 à 16:11
Signaler
Impressionant! Vous avez fait toutes ces recherches vous-mêmes? Ca serait quand même bien que nos médias fassent ce genre de comparaison avec tous les pays développés à la taille et à l'économie comparables à celle de la France... Un bon moyen de sou...

le 28/11/2016 à 16:19
Signaler
meme si vous avez pas tort, cous etes un peut trop a charge sur la GB: - les anglais ont une tradition d emigration (australie, canada sont des destinations classiques pur un anglais) contrairmeemnt au frncais casanier - mettre sur le meme plan un ...

le 28/11/2016 à 18:59
Signaler
"Les diplômés des écoles françaises sont les mieux payés à Londres " cette ligne suffit pour demolir toute votre argumentation sinon c'est une blague?!>> La France est le "new best friend" des US sur les opérations militaires (Financial Times)...

le 28/11/2016 à 21:36
Signaler
sassy2, - France "new best friend" cf. article FT du 21/01/2016 : https://www.ft.com/content/e7ae9aa6-c035-11e5-9fdb-87b8d15baec2 - meilleurs salaires cf. articles du Figaro ou des Echos d'août 2015 sur l'étude d'Emolument concernant les meilleur...

à écrit le 28/11/2016 à 14:21
Signaler
il y a plus de pauvres et d'assistés que de bourgeois en France. Les pauvres et les assistés ne se reconnaissent pas dans un programme de ce type. La moitié de la population active est fonctionnaire, elle aussi ne se reconnait pas dans ce programme....

à écrit le 28/11/2016 à 14:17
Signaler
Ah oui les fonctionnaires ne font pas partie des classes moyennes! Mais il la situe où la classe moyenne! C'est l'ancienne bourgeoisie du XIXème! Il a tout à fait raison ce monsieur, la politique de fillon promet des lendemains qui chantent aux bou...

à écrit le 28/11/2016 à 14:16
Signaler
Nous avons eu la Sécurité Sociale en 1945 grâce au Général De Gaulle et celui qui se veut le dernier gaulliste veut la supprimer, une honte !

à écrit le 28/11/2016 à 14:10
Signaler
Face à une gauche du 19 eme fêtant encore la " réussite " du socialisme à Cuba, la France est bien partie pour élire son nouveau roi ..................

à écrit le 28/11/2016 à 14:07
Signaler
Ah Godin, toujours impayable!

à écrit le 28/11/2016 à 14:05
Signaler
Merci pour cette mise en perspective historique. Il suffit maintenant de convaincre les classes pauvres de ne pas voter et le retour à l'ordre de Thiers sera complet.

à écrit le 28/11/2016 à 14:04
Signaler
R.GODIN n' a pas apprécié le week end visiblement. A la mort de CASTRO, libérateur enchanté à partie unique (pourquoi en créer un autre puisque tout est parfait avec le communisme, hein ?), le retour à 1914, rien que ça... Mais que voulez-vous, c...

le 28/11/2016 à 15:15
Signaler
C'est drôle. J'avais compris ce texte comme un éloge. Guizot, Thiers, c'est pas rien dans l'histoire de France.

le 28/11/2016 à 18:33
Signaler
quel chenapan!

à écrit le 28/11/2016 à 14:04
Signaler
François Fillon veut désendetter le pays. Nous avons 5 millions de fonctionnaires et l'état doit emprunter 100 milliards d'euros par an pour boucler le budget. Les salaires des fonctionnaires sont de 300 milliards d'euros par an et leur retraite ne ...

le 28/11/2016 à 14:31
Signaler
A noter que VGE coûte 2,5 millions d'euros par an à l'état et que M. Fillon utilise les avions de la République pour rentrer sur ses terres. A chaque fois qu'il s'y rend, l'état débourse 27000 €.

à écrit le 28/11/2016 à 14:01
Signaler
La suffisance de M.Godin insulte au travers de M.Fillon les millions de Françaises et de français qui ont voté pour lui. On voit ce que sera la campagne électorale: procès en sorcellerie, en ringardisation, en FN etc etc. Pour M.Godin, les valeurs ...

le 28/11/2016 à 14:48
Signaler
"les millions de Français" euh 2.6 millions soit une grosse paire de millions...et encore les vieux et les plus riches sont hyper représentés dans le lot. On est plus de 40 millions d'électeurs ne l'oubliez pas. On n'en n'est pas très loin par certai...

le 28/11/2016 à 15:28
Signaler
"Les français sont des veaux" dixit le Général de Gaulle. "La France à la droite la plus bête du Monde"... Conséquence de la première proposition qui induit que les députés sont des "godillots". Fillon est le produit de cette France de droite.

le 28/11/2016 à 16:00
Signaler
Cher retoc32, plongez vous, si vous le voulez, dans l'histoire de France du XIX° et vous comprendrez que comparer François Fillon à Guizot et à Thiers est loin d'être une insulte. Et M. Godin fait preuve, à mes yeux, de beaucoup de finesse et de conn...

le 28/11/2016 à 18:04
Signaler
@du calme : les premiers sondages d'après primaire sont largement favorables à Fillon qui arriverait même à ravir la pole position à Marine Le Pen (et l'emporterait largement au second). Ce qui veut dire que son positionnement était ce qui manquait d...

à écrit le 28/11/2016 à 13:51
Signaler
Quoi de mieux ...qu'un réformateur pur et dur du 19ème siècle , pour réformer un pays fossilisé , sous l'emprise de la dernière nomenklatura socialiste au pouvoir en Europe au 21ème siècle ...?

à écrit le 28/11/2016 à 13:50
Signaler
je sais pas qui vous êtes mais le conservateur c'est vous mr romaric. Tout va bien dans ce pays ravagé par les finances publiques entre autres, ne changeons rien ...

le 28/11/2016 à 18:03
Signaler
Heureusement que la gauche de temps en temps revient au pouvoir pour réduire un peu les déficits. Hollande à réduit massivement le déficit public que Fillon avait fait exploser! Peut on mettre les irresponsables de droite au pouvoir? La Franc...

à écrit le 28/11/2016 à 13:41
Signaler
Houla houla vous ai connu bien plus inspiré M. Godin, mais c'est normal l'objet politique non identifié fillon, que tout le monde méprisait il y a encore quelques mois n'est pas facilement lisible, et je pense que vous vous embêtez bien pour rien. ...

à écrit le 28/11/2016 à 13:40
Signaler
Voir aussi le papier de Charles Gave "L'espoir du désespoir" qui complète assez bien celui ci. Sauf qu'il est plus explicite sur le danger qui plane sur le pays et le réel espoir d'un programme qui serait exécuté par Fillon Président. institutdesl...

le 28/11/2016 à 16:40
Signaler
Je partage beaucoup des analyses de C Gave mais visiblement il n' a pas compris qu' on ne peut faire flotter une monnaie comme l' euro s' agissant de la France .. L' euro ne peut être bricolé sur mesure pour tel ou tel ce ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.