Au QG de Fillon, une victoire attendue

 |   |  746  mots
François Fillon souhaite rassembler le plus largement possible à droite et au centre.
François Fillon souhaite rassembler le plus largement possible à droite et au centre. (Crédits : PHILIPPE WOJAZER)
La victoire de François Fillon était attendue ce dimanche soir au QG de l'ancien Premier ministre à la Maison de la Chimie. Les "fillonistes" se tournent désormais vers la lutte pour la présidentielle de 2017.

Explosion de joie dimanche soir à 20h20 à la Maison de la Chimie, un lieu de congrès réputé du très chic 7ème arrondissement parisien. Rassemblés à quelques mètres de la scène où s'exprimera plus tard François Fillon, les supporters du député de Paris ont scandé leur satisfaction à l'annonce officielle des premiers résultats de la primaire de la droite et du centre par Anne Levade, la présidente de la Haute autorité de la primaire. Après les dépouillements des 2.124 premiers bureaux de vote, François Fillon obtenait 69,5% des voix (il en obtiendra finalement 66,5 %). « 69,5 % ! C'est fou ! » s'exclamaient alors des militants fillonistes visiblement très surpris par l'ampleur de l'écart entre leur champion et son concurrent Alain Juppé, avant d'entonner la Marseillaise et de crier des « Fillon ! Fillon ! » à tue-tête.

>> Lire aussi : Le traitement de choc du Dr Fillon pour soigner l'économie française

« Un nouveau combat commence »

L'enthousiasme au moment de la première annonce des résultats contrastait avec la relative sérénité qui régnait depuis le début de la soirée à la Maison de la Chimie. Il n y'a guère que la présence dans le hall de Frigide Barjot, ancienne égérie de la Manif pour tous, qui a créé un certain émoi.

Il faut dire que la victoire de François Fillon était attendue par beaucoup au regard du score très important qu'il avait réalisé au premier tour de la primaire une semaine auparavant. Il avait obtenu 44% des suffrages, distançant de 15 points Alain Juppé. Plutôt que de célébrer ouvertement une victoire pourtant inespérée il y a peu, la consigne a donc été donnée de se tourner vers l'avenir, car pour Fillon le plus dur reste à faire. « Lundi matin, c'est un nouveau combat qui commence », indiquait déjà dès 19h une proche de l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy.

Des débats télévisés décisifs

C'est surtout la fierté qui dominait lors de cette soirée chez les militants fillonistes. La fierté d'avoir vécu l'improbable victoire d'un candidat qui était crédité d'entre 10 et 15% des intentions de vote par les instituts de sondage pendant toute la campagne, et jusqu'à quelques jours du premier tour. « Nous venons de vivre un cas d'école pour les instituts d'études politiques », s'émerveille l'ancien président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer, un soutien de François Fillon. « Il faut souligner le rôle extraordinaire des trois débats télévisés qui ont permis à François Fillon d'expliquer son programme et de convaincre », ajoute-t-il.

Fillon salue Sarkozy

Peu après 21h, François Fillon est arrivé très discrètement sur scène pour remercier ses électeurs. Il a commencé par indiquer qu'il avait « une pensée particulière pour Nicolas Sarkozy » troisième du premier tour avec un peu plus de 20% des voix, et qui s'est rallié dès le soir de son élimination à son ancien Premier ministre. Une déclaration qui a été saluée vigoureusement par ses supporters, beaucoup plus que lorsqu'il a adressé « un message d'amitié, d'estime et de respect » à son adversaire Alain Juppé. François Fillon a aussi eu un mot pour tous les autres candidats de la primaire estimant que « personne ne doit se sentir exclu ». Il s'est tout de suite posé en rassembleur en assurant qu'il tendrait « la main à tout le monde ». C'était là le principal message donné par François Fillon et ses équipes ce dimanche soir.

La nécessité de convaincre au centre

« Nous ouvrons la porte au rassemblement le plus large possible », commentait même l'un de ses proches. Un appel du pied à peine voilé à François Bayrou qui s'était clairement positionné en faveur d'Alain Juppé depuis le début de la campagne. Car vu le positionnement très conservateur d'un point de vue sociétal, et très libéral d'un point de vue économique de François Fillon, sa candidature ouvre désormais un espace béant pour un bon score centriste au premier tour de l'élection présidentielle de 2017. Au regard de l'état des forces actuel, la candidature centriste pourrait donc jouer un rôle décisif dans l'issue de la prochaine élection présidentielle. On en est bien conscient du côté de l'entourage de François Fillon. Reste à savoir quelle sera la position du maire de Pau.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2016 à 10:10 :
"La nécessité de convaincre au centre"
Et pourquoi donc ? La présidentielle va se jouer entre le FN et LR. Il n'y a aucune raison de faire la moindre concession au centre. Il est temps que la France se libéralise, et se libéralise profondément, sans faire la moindre concession à l'ancien régime socialiste. Les gauchistes qui ont voulu évincer Sarkozy vont se prendre un retour de baton d'anthologie.
a écrit le 28/11/2016 à 9:48 :
Fillon c'est l'espoir d'une europe qui devrait s'éteindre totalement sous trop d'austérité et c'est la chance d'une révolte du peuple français à cause du démantèlement de la sécurité sociale.

Je crois beaucoup en lui.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :