Cahuzac affirme avoir ouvert un compte en Suisse au profit de Michel Rocard

 |   |  600  mots
Jérôme Cahuzac encourt jusqu'à sept ans de prison et 1 million d'euros d'amende, ainsi que la privation de ses droits civiques, civils et de famille.
Jérôme Cahuzac encourt jusqu'à sept ans de prison et 1 million d'euros d'amende, ainsi que la privation de ses droits civiques, civils et de famille. (Crédits : Reuters)
Alors qu'il comparaît devant le tribunal correctionnel de Paris pour fraude fiscale, l'ancien ministre du Budget a déclaré que "deux versements des laboratoires Pfizer" étaient destinés au financement d'activités politiques au profit de Michel Rocard.

Article publié le 2 septembre à 8 h 20, mis à jour le 5 septembre à 17 h 45

C'est une petite bombe qu'a lâché, en pleine audience, l'ancien ministre du Budget. Interrogé à son procès pour fraude fiscale sur des versements du laboratoire Pfizer sur un compte ouvert en Suisse en 1992, Jérôme Cahuzac a affirmé que le premier compte qu'il a ouvert en Suisse a servi, dans un premier temps, à financer l'activité politique de l'ancien Premier ministre Michel Rocard, après sa démission.

Jérôme Cahuzac, actuellement jugé pour fraude fiscale et blanchiment à Paris, est accusé d'avoir dissimulé des avoirs sur un compte bancaire ouvert dès 1992 en Suisse, puis transféré à Singapour en 2009, via des sociétés écrans établies au Panama et aux Seychelles.

"La vie politique coûte cher"

Les sommes virées entre novembre 1992 et mai 1993 sur le premier compte, ouvert en 1992 à la banque UBS en Suisse au nom d'un avocat, n'étaient pas le fruit de son travail, mais constituaient le financement des activités politiques de Michel Rocard, a-t-il annoncé lundi à la barre à la surprise générale."La vie politique coûte cher", a déclaré Jérôme Cahuzac, expliquant qu'à l'époque, le financement occulte était "la règle".

L'ouverture de ce compte, "c'était du financement politique pour un homme dont j'espérais qu'il aurait un destin national", a-t-il ajouté.

L'ancien ministre comparaît, à partir de lundi, et jusqu'au 15 septembre, devant le tribunal correctionnel de Paris pour fraude fiscale, blanchiment et pour avoir "minoré" sa déclaration de patrimoine en entrant au gouvernement en mai 2012

Ministre du Budget de mai 2012 à mars 2013, Jérôme Cahuzac aurait dissimulé pendant des années un compte à l'étranger. L'affaire, qui a éclaté fin 2012 et a abouti en mars 2013 à la chute du ministre, fût un coup de tonnerre, la première brèche dans la "République exemplaire" promise par François Hollande.

"Un électrochoc salutaire"

A l'ouverture du procès, l'ONG Transparency International France a estimé lundi que "l'affaire Cahuzac aura constitué pour notre pays un électrochoc salutaire". L'affaire a en effet eu pour conséquence la création en 2013 d'un parquet national financier et d'une Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.

Aussi, afin de "tenir compte de l'évolution de loi", le procureur Jean-Marc Toublanc a demandé la requalification des poursuites. Le procureur a souligné les "circonstances aggravantes de la fraude".

Un procès reporté

Le procès qui s'ouvre le 5 septembre devait initialement se tenir en février dernier, mais la défense de l'ancien ministre et de son ex-épouse avait soulevé, lors de son ouverture, plusieurs questions prioritaires de constitutionnalité (QPC). Les avocats de Jérôme Cahuzac et son ex-femme ont en effet pointé du doigt le cumul de la procédure pénale avec un contentieux fiscal et le principe du non bis in idem, selon lequel on ne peut être jugé deux fois pour de mêmes faits. Or, Jérôme Cahuzac s'est déjà vu infliger des sanctions fiscales.

Le report du procès avait donc été décidé, le 10 février dernier, afin de transmettre l'une de ces QPC à la Cour de cassation, qui l'a transmise à son tour au Conseil constitutionnel. Ce dernier a fini par rejeter la QPC le 24 juin dernier, ouvrant la voie au procès.

Jérôme Cahuzac, qui s'était fait le héraut de la lutte contre l'évasion fiscale, encourt jusqu'à sept ans de prison et 1 million d'euros d'amende, ainsi que la privation de ses droits civiques, civils et de famille.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/09/2016 à 8:10 :
ce type n'a aucun honneur toutes ces paroles sont fausses
qui peut entendre et comprendre qu'il est en train de manipuler
la justice et les medias
il couvre le pouvoir en affirmant sur le dos des disparus
les turpitudes des dirigeants
un exemple
pour quelle raison tout les dirigeants en europe des banques central
leur remuneration est publier sauf en France
que se cache t'il derriere
a écrit le 06/09/2016 à 21:13 :
Il a juré qu'il ne mentait pas? Alors ce doit être vrais du coup, c'est pas le genre à mentir celui là
a écrit le 06/09/2016 à 17:56 :
... ce qui pourrait amener des commentateurs impertinents - voire sans éducation - que non seulement Cahuzac est, les yeux dans les yeux, un menteur, mais de plus un couilles-molles......
a écrit le 06/09/2016 à 15:29 :
Bientôt ça sera pour aider le Général, ah non, il était trop jeune à l'époque.
Il l'a déclaré les yeux dans les yeux que c'était pour Rocard (sans être dans son "cercle" de l'époque) ? Si oui, méfiance. :-)
a écrit le 06/09/2016 à 12:37 :
Cahu sort l'atout massue de sa manche, bien joué...!! Rocard n'étant plus de ce monde, aucune contestation n'est donc possible, il sera l'alibi principal de ce procès qui va devenir un feuilleton pour enfumer les "sans dents". Décidément la monarchie a encore de beaux jours devant elle....!
a écrit le 06/09/2016 à 10:13 :
C'est une affaire .......tirée par les cheveux ...à moins que sa spécialité médicale ait été la psychiatrie , qu'il nous l'a cachée .... car il avait la tête trop prés du bonnet phrygien .....ce qui lui a permis d'être ministre
a écrit le 06/09/2016 à 9:04 :
Rocard est mort il y a quelques semaines, il ne peut plus se défendre. Décidément,
ce Cahuzac est un triste personnage. Tricheur, délateur , incapable d'assurer ses
responsabilités. Sarkosy a peut-être bidouillé les comptes de campagne de l'UMP, mais
contrairement à ce que disent les socialistes, ce n'est pas la même chose que pour Cahuzac. Ministre du budget , donneur de leçon de civisme et fraudeur. La prison serait
une sanction méritée.
a écrit le 06/09/2016 à 8:00 :
Le pire c'est que ca doit etre vrai !
a écrit le 06/09/2016 à 7:03 :
il finira bien par dire à qui profitait les comptes après Rocard , quoique ce n 'est pas difficile à comprendre !
a écrit le 06/09/2016 à 6:00 :
Que de voyous cravatés dans notre trop belle république bananière...! :((((
a écrit le 05/09/2016 à 20:19 :
Tant que Rocard était vivait, c'était la faute de ...

Maintenant, que Rocard est mort, s'est de sa faute.

Quelle honte d'utiliser les morts pour arriver à ses fins ! Quelle manque de responsabilité et de courage !
a écrit le 05/09/2016 à 19:36 :
Est Sarko il compare quant devant le tribunal
Réponse de le 06/09/2016 à 3:43 :
Ne me dite pas que parlez comme vous écrivez.. AVC peut etre?
a écrit le 05/09/2016 à 19:27 :
La veuve de MIche ROCARD et sa famille doivent déposer une plainte, pour préjudice moral à l'encontre de cet être vivant qui ne mérite même plus un qualificatif dans le langage à notre disposition!
A les socialistes que notre jeunesse en garde le mauvais souvenir!
a écrit le 05/09/2016 à 19:06 :
Rocard est mort c'est plus facile...
Réponse de le 05/09/2016 à 20:55 :
Les absents ont toujours tort
a écrit le 05/09/2016 à 18:23 :
Du pain bénit pour Marine Le Pen. Entre Sarkozy noyé dans le même type d'affaires et l'hypocrite Hollande j'entends déjà son discours venir sur l'état corrompu UMPS. Macron a déjà calculé cela pour pourvoir se présenter comme le sauveur qui sait ? Peut-être que le premier de la classe est vraiment très fort, on verra.
Réponse de le 05/09/2016 à 20:20 :
Alors que le Front National et marine le pen ont également plein de casseroles mais les médias de masse n'en parlent pas.

Et quand ils en parlent ils invitent à chaque fois quelqu'un du front national pour le commenter; c'est donc forcément un complot.
a écrit le 05/09/2016 à 8:49 :
Quelle idée aussi d'avoir choisi le parti socialiste, s'il avait été plus futé il serait entré chez les LR, là apriori ils ne risquent rien.
Réponse de le 05/09/2016 à 21:33 :
non au PS il rejoint les déjà condamnés au pénal comme Ayrault, Désir, cambadélis, guerini, Andrieux, et une foultitude de malhonnêtes socialisses, au LR il n'a pas sa place, de plus attendez que les socialisses soient virés dans quelques mois et une bonne chasse aux profiteurs socialisses ça va faire mal, je vous l'assure, trop de chose ont été bloqués par les parquets à la solde des taubira et urvoas. Vous verrez vos amis ceux qui profitent un max seront en correctionnel en permanence. chacun sait qu'un socialisse enfin les élus ne pensent qu'à profiter soit du coiffeur 10000 euro, de cireurs de chaussures ou de maladie comme thevenoud, vous l'électeur fana, euhhh vous n'êtes rien.
Réponse de le 06/09/2016 à 8:57 :
"il rejoint les déjà condamnés au pénal comme Ayrault, Désir, cambadélis, guerini, Andrieux, "

Vous ne faites que confirmer mon commentaire, merci bien je n'en demandais pas tant.
a écrit le 02/09/2016 à 16:58 :
Ne tremblez pas pour lui. Le politicien Cahuzac sera relaxé comme tous ses prédécesseurs quel que soit leur parti ! Mangent tous la même soupe et sont rarement condamnés des fois que cela fasse jurisprudence !
a écrit le 02/09/2016 à 16:02 :
qui s'était fait le "héraut" de la lutte contre l'évasion fiscale....vous confondez grosso modo les départements et ceux qui font acte de bravoure!
Réponse de le 02/09/2016 à 18:21 :
Non. le rédacteur de cet article ne confond rien. L'Hérault est un département du sud de la France. Sous l'ancien régime un héraut était un représentant du pouvoir royal qui avait pour charge d'annoncer les événements officiels en les proclamant en place publique. Bien amicalement.
a écrit le 02/09/2016 à 9:44 :
Ces gens finissent toujours par être relaxé ou au pire pour lui il aura une peine symbolique de quelques mois de prison avec sursis, assortie de quelques dizaines de milliers d'euros d'amende.
Réponse de le 02/09/2016 à 17:16 :
un procés pour quoi faire ?
Réponse de le 03/09/2016 à 8:29 :
pour ...comme d'hab : un procès pour " amuser " les sans-dents .
Réponse de le 04/09/2016 à 11:16 :
Dans tous les cas il fera appel de la décision car un ancien ministre ne peut être condamné en France. "C'est injuste".

Dans 5 ans, la cour d'appel confirmera plus ou moins la décison rendue en première instance.

Les avocats feront un pourvoi en cassation qui sera jugé dans 4 ou 5 ans.

Qui se souviendra de l'affaire Cahuzac dans 10 ans et de ses regrets ?
Réponse de le 05/09/2016 à 16:58 :
"Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir."

La Fontaine

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :