"Gilets jaunes" : "si on ne trouve pas de solution, on renoncera" à la hausse des taxe (Griveaux)

 |   |  290  mots
(Crédits : POOL)
Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a réaffirmé mercredi que si l'exécutif "ne trouve pas de solution" à l'issue de la concertation menée jusqu'au 1er mars, il "renoncera" à la hausse des taxes fustigées par les "gilets jaunes".

"On a entendu, on suspend, on va chercher des solutions ensemble. Et si à l'issue de cette phase de discussions, il n'y a pas de bonnes solutions qui ont été trouvées, on en tirera les conséquences", a déclaré Benjamin Griveaux sur RTL.

"On ne fait pas de la politique pour avoir raison. On fait de la politique pour que ça marche. (...) Si on ne trouve pas de solution, on y renoncera", a insisté le porte-parole du gouvernement.

Interrogé sur un possible rétablissement de l'Impôt sur la fortune (ISF), transformé l'an dernier en Impôt sur le fortune immobilière (IFI), Benjamin Griveaux a assuré que "ce sujet-là n'est pas sur la table", demandant "18 à 24 mois pour que la mesure fasse son plein effet".

Rétropédalage

Mais il a ajouté que "si quelque chose ne marche pas, on n'est pas idiot, on va le changer". Et a rappelé que ce dispositif serait évalué par le Parlement, vraisemblablement à partir de "l'automne 2019".

Édouard Philippe a annoncé mardi un moratoire de six mois sur la hausse de la taxe carbone, un gel des tarifs du gaz et de l'électricité cet hiver et aucun durcissement du contrôle technique automobile avant l'été. Dans le même temps, une vaste concertation conduite au niveau local du 15 décembre au 1er mars doit permettre de dégager des "mesures d'accompagnement justes et efficaces".

Cette décision marque un recul de l'exécutif face au mouvement des "gilets jaunes".

"Je n'ai aucun état d'âme à dire qu'on a pu se tromper, qu'on a écouté et donc qu'on a changé. C'est le rôle du politique de ne pas être sourd, de ne pas être aveugle", a estimé le porte-parole mercredi.

(avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2018 à 17:02 :
C'est une déclaration aberrante de bêtises, attendre 6 mois pour revenir au début, c'est irresponsable vis a vis de la France mais pas de son portefeuille!
a écrit le 05/12/2018 à 12:37 :
GJ ou pas, il y a des invariants de la politique. Le libre échange n’a pas profité à de très larges parts de la population française qui s’est appauvrie. Les industriels qui ne voulaient pas ou ne pouvaient pas délocaliser ont fermé. Les autres ont délocalisé. Certains survivent. Ceux qui survivent demandent qu’on leur laisse leur argent. Ceux qui ont délocalisé ne voient dans la France qu’un marché parmi d’autres et se foutent des taxes supplémentaires, sauf celles qui concernent les importations. Des gouvernant sages n’auraient accepté le libre échange que dans la mesure où celui-ci ne contreviendrait pas au plein emplois et à une relative prospérité de ses concitoyens. Ils sont en train de tout perdre, à cause de politiques à courte vue. Quant à accroître le nombre de migrants, c’est complètement dingue quand on a 10% de chômeurs et une population active qui ne gagne pas sa vie. On voudrait une économie qui fonctionne réellement, avec des loyautés qui ont un sens, des engagements que les deux parties tiennent. Contre le chômage, on est loin d’avoir tout essayé. Mais bon, le préalable est que le personnel politique soit changé, que le personnel médiatique soit remercié, que la justice soit licenciée et que les universités soit réformées. Tant que ces éléments ne seront pas traités, ce sera dur. Enfin, il faudra voir ce que l’on veut et ne veut plus faire avec nos voisins et alliés. Réussir une telle entreprise ne sera pas sans peine.
a écrit le 05/12/2018 à 12:20 :
- on n'a rien promis mais on le fera, dit le récitant LREM
- fais de l'huile , répond le gilet jaune .
a écrit le 05/12/2018 à 12:16 :
les bavardages de Griveaux et de Castaner sont du niveau commentateurs bas de gamme et inutiles, tan de salive pour des poncifs et des phrases creuses, propos stupides,

ils devraient partir du gouvernement, et laisser Philippe LeMaire Darmanain dans leur lisier
a écrit le 05/12/2018 à 12:09 :
Il faut le leur dire en quelle langue ? Ras le bol de taxes. C'est clair ?
a écrit le 05/12/2018 à 11:40 :
La solution est simple il suffit de recruter des milliers de psychiatres.
Ils veulent une baisse de leurs impôts ( ils en payent peu) et demande qu'on taxe davantage ceux qui payent le plus d'impôts. ils appellent cela la justice.
Les gilets jaunes se débrouilleront entre eux , ceux qui payent pour les autres préparent leurs valises.
Réponse de le 05/12/2018 à 12:40 :
N’exagerons rien. Ceux qui ne paient pas d’impots, ce sont les grands groupes. Ils ne sont pas détenus par un individus, mais par des milliers, français ou non. Le patron du coin ne crains pas grand chose.
a écrit le 05/12/2018 à 10:39 :
pour trouver des solutions pour taxer les français on ne se fait d'illusion Mr Griveaux de ce coté le gouvernement est expert an la matiere ,les français ont fini de rever ,on va vous sortir de la!!!!!
a écrit le 05/12/2018 à 10:33 :
Les caisses d état sonts vides macron fait les poches des pauvres pour remplir les caisses qu îles leS prennent chez LeS plus riches griveaux fait de la politique pour gagné plus d argent demissionner griveaux LeS gilets jaunes doivent continue à feres plier macron macron demissionner
a écrit le 05/12/2018 à 9:47 :
Pétition Foulards Rouges : Les Foulards Rouges demandent le rétablissement de l'ordre public et des libertés individuelles :

https://www.change.org/p/emmanuel-macron-d%C3%A9fendons-la-r%C3%A9publique-et-exigeons-le-retour-de-l-%C3%A9tat-de-droit
a écrit le 05/12/2018 à 9:13 :
des politiciens méprisants et incompétants qui ne pensent qu a leur apanage
a écrit le 05/12/2018 à 9:02 :
Pour nous sucrer la sécurité sociale, la pension de réversion et-c... Bref vous êtes des nigauds c'est désespérant. Vous ne comprenez rien mais par contre vous communiquez, jusqu'à la nausée.

lrem démission.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :