Grand débat national : « Rien ne sera comme avant » (Sibeth Ndiaye)

 |   |  389  mots
La secrétaire d’État Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement.
La secrétaire d’État Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement. (Crédits : POOL)
La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a promis ce dimanche 7 avril que « rien ne serait comme avant », à l'issue du grand débat que le gouvernement doit conclure demain, avant des annonces par Emmanuel Macron à la mi-avril.

« Après ce grand débat, rien ne sera comme avant. Les gens ont besoin d'être beaucoup plus associés aux décisions. Il y a aussi un sentiment d'injustice, en matière fiscale, notamment, et il faudra aussi qu'on y réponde », a déclaré au Parisien la nouvelle représentante du gouvernement, nommée porte-parole le 31 mars.

Interrogée sur un éventuel rétablissement de la taxe carbone, un des éléments déclencheurs de la crise des ''gilets jaunes'', Sibeth Ndiaye estime qu'il faut plutôt « trouver d'autres solutions pour créer un consensus et lutter contre le réchauffement climatique ».

Pour réduire la dépense, elle réaffirme en outre l'objectif de 120.000 suppressions de postes dans la fonction publique, mais en faisant en sorte que les fonctionnaires « soient utiles au plus près des gens ».

« Toutes les options sont sur la table »

Sur les sujets du grand âge et de la dépendance, qui ont émergé dans le grand débat, Sibeth Ndiaye affirme que plusieurs « options sont sur la table » en matière de financement.

« Doit-on mettre en place un impôt nouveau alors que nous souhaitons les baisser ou faut-il plutôt travailler plus, par exemple en renonçant à un jour de congé comme avec le lundi de Pentecôte ou en reculant l'âge de départ à la retraite ? Tant que le président ne s'est pas prononcé à l'issue du grand débat, toutes ces options sont sur la table », développe-t-elle.

« On travaille plus au gouvernement qu'à l'Élysée »

Par ailleurs, Sibeth Ndiaye, issue du PS, confie qu'elle n'envisage pas de carrière d'élue. « On m'a déjà proposé d'être élue, dans un autre parti, une autre vie. Je ne l'ai jamais souhaité. J'ai beaucoup d'admiration pour ceux qui s'engagent mais je ne sais pas si j'en serais capable », explique-t-elle.

« Le grand changement qu'a apporté ''En Marche !'', c'est de considérer qu'il fallait avoir des gens qui ne soient pas des professionnels de la politique, mais des professionnels en politique », fait-elle valoir.

L'ancienne conseillère en communication de l'Élysée ''découvre'' enfin en riant « qu'on travaille plus au gouvernement qu'à l'Élysée » : « vous mettez vraiment les mains dans le cambouis, vous êtes dans un contact très direct avec les Français ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2019 à 20:17 :
Sauf la prochaine présidentiel les trois dernières ont été des votes massif contre le président en place et la prochaine le sera aussi avec un président pareil !
a écrit le 09/04/2019 à 18:33 :
En France ils des ministres Blake chinois arabes espagnole italien juif polonais avec une doublée nationalité pas née en France mais les français ils sont out ?
a écrit le 08/04/2019 à 12:09 :
Une rude concurrence pour Schiappa... el vont être deux maintenant à l'ouvrir pour un oui ou pour un non !
a écrit le 08/04/2019 à 8:30 :
Ben oui elle est ministre ! Rien ne sera donc comme avant... pour elle.

LE Ridicule En Marche.
a écrit le 08/04/2019 à 8:30 :
Un parcours classique: famille de politiques, de pseudo études terminées à 28 ans, UNEF et PS, ..et une conviction forte de servir à quelque chose..
a écrit le 08/04/2019 à 8:14 :
elle n'a pas déja joué dans " la planète ......" ...ha je ne me rappelle plus le titre exact !
a écrit le 08/04/2019 à 7:58 :
" ...120.000 suppressions de postes dans la fonction publique, " .... essentiellement chez les élus et services de l'état , les autres étant UTILES , eux !
a écrit le 08/04/2019 à 7:55 :
Je me demande si on ne va pas rapidement regretter Griveaux pourtant parfaitement imbuvable !
a écrit le 08/04/2019 à 1:56 :
Je mais éclate au Sénégal avec une copines de cheval arrivée en France la république arc-en-ciel 🌈 salvàni vite remplacé Macron
a écrit le 08/04/2019 à 1:41 :
Je suis dans le désert et puis pour longtemps hehehe
a écrit le 07/04/2019 à 21:55 :
suppression de fonctionnaires de nouvelles taxes, travailler des jours pour rien... super....
a écrit le 07/04/2019 à 17:15 :
"Rien ne sera plus comme avant!":les prix !Avec ce gouvernement,tout augmente!
a écrit le 07/04/2019 à 16:39 :
C'est au peuple a fixer le salaire des ministres et il faut limiter le nombre de ministres a 20 car le copinage et les places spécialement créés pour eux et leurs familles, ça suffit.
Il faudrait normalement créer un concours comme dans la fonction publique pour être admis Ministre et il faudrait que le Premier Ministre soit un député nommé par l'assemblée nationale.
Non a la privatisation d'ADP et a la PMA pour toutes sans Référendum.
On ne vote pas pour 100% du programme, seul le référendum permet la validation ou non du projet de loi. On ne gouverne pas contre son peuple.
a écrit le 07/04/2019 à 16:30 :
....Des "couillonades", des éléments de langage, de la nov langue, de la masturbation de méninges pour éjaculer des banalités, des lieux communs. Des mots pour tenter d'exister, de faire vivre des "idées" qui n'en sont pas, pour justifier une politique qui brasse du vent. Le degré zéro du Macronisme. Le degré zéro de la politique en général. Déprimant.
a écrit le 07/04/2019 à 16:12 :
9000 euros/mois avec 0 responsabilité. Pourquoi devenir élu? Elle a tout compris
a écrit le 07/04/2019 à 14:19 :
Grand débat national : « Rien ne sera comme avant » Non... pire qu'avant! On va simplement nous le faire payer au sens propre comme au sens figuré!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :