Hollande contre CGT : la guerre des petites phrases

 |   |  415  mots
François Hollande accuse la CGT d'une posture commode en ne s'engageant à ne jamais signer le moindre accord.
François Hollande accuse la CGT d'une posture "commode" en ne "s'engageant à ne jamais signer le moindre accord". (Crédits : POOL)
La crise à Air France a déclenché l’ire de la centrale syndicale, ulcérée que le gouvernement ne soutienne pas davantage les salariés. Les relations entre le pouvoir socialiste et la CGT n'ont jamais été aussi tendues, émaillées de petites phrases dans les médias...

Rien ne va plus entre François Hollande et la CGT ! La crispation des relations entre le président de la République et l'organisation syndicale s'est cristallisée avec l'affaire Air France où plusieurs salariés ont molesté des dirigeants de la compagnie aérienne.

La CGT s'était émue du soutien du gouvernement à la direction d'Air France alors que celle-ci venait d'annoncer 2.900 suppressions d'emplois. Pour le syndicat, le gouvernement n'a pas joué son rôle de premier actionnaire du groupe avec 17,6% du capital. La CGT avait ensuite fermement condamné les conditions dans lesquelles s'étaient déroulées les interpellations des salariés suspectés d'avoir participé à l'agression des cadres d'Air France.

Ce climat délétère s'est accentué avec le refus du syndicat dirigé par Philippe Martinez de signer l'accord sur les retraites complémentaires.

Valls et Hollande montent au créneau

Cette défiance s'est traduite par l'annonce de la CGT de ne pas participer à la conférence sociale du lundi 19 octobre. Le gouvernement n'a pas compris cette prise de position. Manuel Valls a ainsi déclaré, jeudi :

"Ceux qui refusent le dialogue (...) sont aujourd'hui en train de préparer la mise en œuvre des discours de ceux qui ne veulent plus de dialogue social, de ceux qui ne veulent plus de syndicats."

De son côté, François Hollande a inauguré la conférence sociale en envoyant une flèche acerbe à l'endroit de la centrale syndicale :

"Il est commode de ne jamais s'engager à signer le moindre accord en espérant que d'autres le feront à leur place, tout en dénonçant les insuffisances du dialogue social".

Le président a poursuivi en plaidant pour une "société apaisée":

"Ce que j'attends des organisations syndicales, ce n'est pas de la politesse, c'est de l'engagement pour le dialogue."

Piques et mises en garde de Philippe Martinez

Vendredi, alors que la signature d'un accord sur les retraites complémentaires était imminente, Philippe Martinez avait répliqué aux attaques du gouvernement :

"Essayer de faire porter le chapeau à la CGT sur l'échec d'une politique qui conduit les Français et les salariés à être mécontents et à quitter les urnes, c'est proprement scandaleux."

Dans un entretien au "Journal du Dimanche" (JDD), Philippe Martinez est allé encore plus loin en accusant le gouvernement d'inscrire sa politique sociale dans "la continuité de son prédécesseur", comprendre... Nicolas Sarkozy!

Et de conclure par une sentence se voulant prophétique: "Faites attention, ça va exploser."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/10/2015 à 10:02 :
@ BONJOUR : est ce qu'un intervenant pourrait répondre à ma question : M. HOLLANDE est il toujours Président de la République Française ou est il devenu le Gouverneur d'n nouvel état américains. En effet M. HOLLANDE protège très bien les intérêts des U.S.A au détriment des intérêts français ! D'avance merci.
a écrit le 19/10/2015 à 22:42 :
Tête à claques ?
a écrit le 19/10/2015 à 20:53 :
Aucune des avancées sociales acquises par les salariés n'était possible d'après le patronat. En tout cas jusqu'au jour ou les accords ont été signés. Certes, un accord est toujours le résultat d'un compromis, encore faut-il qu'il comporte des éléments de progrès. Hors il faut bien constater que depuis l'arrivée des socialistes au pouvoir tous les accords sont régressifs pour les salariés, donc inacceptable pour un syndicat qui respecte son mandat de défense de ses mandants. C'est simple à comprendre. Visiblement pas pour nos gouvernants qui rêvant de cogestion mélangent tout.
a écrit le 19/10/2015 à 19:09 :
@ BONSOIR vilains syndicalistes de la C.G.T comment pouvez vous faire souffrir le petit toutou à son maîmaître vous n'êtes vraiment pas gentils mais pas gentils du tout......honte vous et à vos vilains petits camarades du syndicat F.O. Regardez vos petits camardes de la C.F.D.T de braves petit soldats le doigt sur la couture du pantalon par contre que penser du syndicat CFTC. représentant des zombis ils deviennent de plus en plus rare ......
a écrit le 19/10/2015 à 18:45 :
Ou sinon acheter chez Carrefour un nouveau Président où chercher un sosie de l'actuel.
Pour les fêtes, il devrait y avoir plein de modèles de Président dans les rayonnages des supermarchés.
Parce que là, le dialogue social est parti en tirant la chasse sur le bilan de François Hollande. Trop mauvais notre François. A combien il y en est dans les sondages svp ?
a écrit le 19/10/2015 à 18:34 :
Ouf, le vice-chancelier a enfin trouvé quelqu'un de son niveau pour échanger des "idées" :-)
a écrit le 19/10/2015 à 17:38 :
mais qui va alors payer les permanents des differents CE, les chateaux, les petites fetes syndicales, et tt le reste, hein?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :