Conférence sociale : la chaise de la CGT restera vide

 |   |  440  mots
Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, déplore également le fait que les organisations  syndicales n'auront pas les moyens de s'exprimer lundi.
Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, déplore également le fait que les organisations syndicales n'auront pas les moyens de s'exprimer lundi. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Le syndicat a annoncé qu'il boycottera la rencontre avec le patronat et le gouvernement prévue pour lundi. Parmi les raisons de cette absence figure le conflit à Air France.

La CGT ne sera pas présente. La direction du puissant syndicat a décidé mercredi 14 octobre de boycotter la conférence sociale du lundi 19, notamment en raison des récents événements à Air France.

Cette décision a été prise par la commission exécutive (qui représente direction élargie du syndicat), réunie à Limoges à l'occasion des 120 ans de la centrale. Le secrétaire général de la Confédération générale du travail, Philippe Martinez, ne participera donc pas à la rencontre des partenaires sociaux avec le président François Hollande.

Pas entendue sur ses revendications

La CGT a avancé deux raisons pour expliquer son boycott: le conflit à Air France et "le fait que les organisations  syndicales n'ont pas les moyens de s'exprimer dans la matinée". Au début du mois, elle avait acté sa venue, mais le conflit à Air France, avec les violences commises contre des cadres par quelques salariés le 5 octobre et l'interpellation de plusieurs d'entre eux, a compliqué les relations.

Virginie Gensel, membre de la commission et du bureau confédéral, a rappelé à Reuters que la CGT souhaitait la discussions de certains sujets lundi mais qu'elle n'a pas été entendue. Il s'agissait notamment de la question du temps de travail, des salaires, mais aussi du compte personnel d'activité et de la sécurité sociale professionnelle".

Solidaires sera aussi absent

La CGT avait déjà boycotté la dernière conférence sociale de juillet 2014, comme Force ouvrière, la FSU et Solidaires, arguant du report d'un décret sur la pénibilité. Son numéro un, Thierry Lepaon, avait toutefois pris part à la rencontre autour du chef de l'Etat en début de conférence.

Cette année, Solidaires a décidé aussi de boycotter la journée du 19 octobre. En revanche, les autres syndicats seront là.

El Khomri assure que "la porte reste ouverte"

En réagissant à cette annonce, La ministre du Travail, Myriam El Khomri, a dénoncé mercredi une "posture":

"Ne pas venir, pour moi, c'est une posture et c'est faire le jeu de ceux qui ne croient pas au dialogue social et au rôle des syndicats", a-t-elle déclaré, tout en assurant que sa "porte reste ouverte".

"On ne demande pas à une organisation syndicale ou patronale de venir à la conférence sociale pour soutenir le gouvernement, mais d'accepter le dialogue pour trouver ensemble des solutions", a plaidé la ministre, avant de conclure:

"Moi, ce qui m'intéresse, c'est de travailler et de construire avec ceux qui veulent dialoguer pour avancer et pour mieux répondre aux préoccupations des Français", a-t-elle conclu.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2015 à 11:39 :
La conférence sociale est une arnaque anti-démocratique. On met sur un pied d'égalité des syndicats patronaux (minoritaire) et sociaux (majoritaire) alors que le débat devrait se faire démocratiquement.
De plus, le caractère intrinsèque de la conférence sociale est la mise en compromis des acquis sociaux (notamment le code du travail) et du libertarianisme libérale (oui, je sais, c'est un pléonasme) ou la politique du "laissez faire".

Les syndicats sociaux n'ont absolument aucun intérêt à prendre part a ces débats car ils partent systématiquement perdant.
a écrit le 16/10/2015 à 9:14 :
La CGT n'arrive pas à se consoler d'être en train de perdre la première, petite, place des syndicats en qui les travailleurs ne croient plus
a écrit le 16/10/2015 à 9:14 :
La CGT n'arrive pas à se consoler d'être en train de perdre la première, petite, place des syndicats en qui les travailleurs ne croient plus
a écrit le 15/10/2015 à 21:20 :
La CGT , LE MEDEF Tous les deux avouent qu’ils ne savent pas faire du dialogue social. On le savait.On va s’en passer. P.Gattaz devrait partir lui aussi, on s’en passerait aussi !!
a écrit le 15/10/2015 à 18:20 :
Le communisme a pratiquement disparu mais la CGT résiste !
a écrit le 15/10/2015 à 18:08 :
C'est quoi la grande conférence sociale ? Un pince fesses de fossiles ? Ségolène dans les bras de Martinez le temps d'un tango ....
a écrit le 15/10/2015 à 16:05 :
Pas de problème sur leur absence. s'il pouvait disparaître du paysage Français les Français ne s'en porteraient pas plus mal.
a écrit le 15/10/2015 à 15:57 :
Il conviendrait de dissoudre une bonne fois pour toute ce syndicat au passé fasciste.
a écrit le 15/10/2015 à 12:39 :
"Ce puissant syndicat" qui ne représente quasiment personne? Il est puissant par son pouvoir de nuisances mais l'Etat peut couper ses vivres en mettant fin à leur financement. La CGT, ancrée dans le dogme communiste/lutte des classes n'en a plus pour longtemps (comme le PCF qui ne survit que grâce à a des accords électoraux). Fini l'URSS Camarade.
a écrit le 15/10/2015 à 12:31 :
Il est vraiment temps que le système de représentation des salariés soit changé.
Comment admettre que la représentation soit d'abord faite par des syndicats alors même que les salariés n'y adhère plus. Il faudrait que les salariés soient représentés par des gens qu'ils ont choisis en leur sein, peut importe qu'ils soient syndiqués ou pas !

La CGT s'occupe d'abord de protéger les gens en place sans se préoccuper de la fluidité du marché du travail et donc de la réduction du nombre des chômeurs (ces derniers ne sont sans doute pas syndiqués...) La richesse nationale serait plus importante si le chômage était réduit de moitié. Le pouvoir d'achat moyen des français y gagnerait. Mais pour cela il faut que la CGT accepte de ne plus considérer les emplois comme "a vie" et que le licenciement ne soit pas possible!. Il faut de la flexibilité ppur donner une chance aux chômeurs de retrouver du travail.
Avec un raisonnement comme celui de la CGT, on a coulé les ports français, La SNCM est en train de couler... que dire des journaux dont beaucoup ont bu le bouillon pour le mêmes raisons....

de qqun qui s'est retrouvé licencié à 55 ans et qui a retrouver du boulot 1 an après
a écrit le 15/10/2015 à 11:33 :
La photo de Martinez est assez géante et bien représentative de la rigidité stalinienne de ce syndicat. Mais quel homme politique osera leur rentrer dedans pour en finir une fois pour toutes avec ce fossile de la guerre froide?
a écrit le 15/10/2015 à 11:27 :
Les syndicats, notamment le SNPL, appliquaient la même politique chez Air France! Le statu quo (la compagnie perd de l'argent, mais on ne change rien!) leur convenant tout à fait...
Le plan B annoncé (des pertes d'emploi si rien est négocié d'ici 3mois) les a obligé à revenir autour de la table, le temps jouant maintenant CONTRE les salariés ! Avec l'annonce de ce plan B, je suis persuader que c'était l'obctif de la direction: obliger les syndicats a négocier raisonnablement ...
La CGT ne comprenant que ça, il faut agir de la même façon, pour que les absents aient toujours tort ... vous les verrez revenir la queue entre les jambes !
a écrit le 15/10/2015 à 11:22 :
destructeurs d'entreprises
Le meilleur conseil qu'on pourrait leur donner , c'est d'en crééer une et d'essayer de la faire survivre
sont complétement dépassés ces gens là , comme disait Coluche , syndicats ...
a écrit le 15/10/2015 à 10:48 :
Probablement l'organisation la plus violente de l'échiquier syndical qui est restée stalinienne, peu démocratique dans son fonctionnement, qui en fait oeuvre pour le front national ce dont elle n'a cure, quitte à en découdre violemment avec elle quand elle aura trop de pouvoir en passant par la case guerre civile.
Stratégie de conquête de pouvoir.
a écrit le 15/10/2015 à 10:22 :
Les syndicats sont aussi important dans l'économie que le service réclamations de l'entreprise étatique EDF.... N'oublions pas, les syndicats des salariés représentent 2% des salariés...
a écrit le 15/10/2015 à 10:14 :
avec la cgt le dialogue est impossible ils representent maintenant une minorite de travailleurs ils sont encore dans les annees 1950 leur jusquau'boutisme entraine plustot des fermetures d'usines et donc des chomeurs de plus que l'amelioration du travail supprimons la subvention de l'etat envers l organisations syndical et on verra comment l'ensemble reagit ils seront peut etre un peu plus pres des ouvriers
a écrit le 15/10/2015 à 9:51 :
"La direction du puissant syndicat " commentaire du journaliste qui entretien cette idée alors que ce syndicats ne représente qu'une minorité d'extrémiste de gauche qui cherchent par tous les moyens à détruire ce qui reste du système économique. ( ils sont sur le chemin de la réussite par leur pouvoir de nuisance relayé par les médias)
a écrit le 15/10/2015 à 9:50 :
"La direction du puissant syndicat " commentaire du journaliste qui entretien cette idée alors que ce syndicats ne représente qu'une minorité d'extrémiste de gauche qui cherchent par tous les moyens à détruire ce qui reste du système économique. ( ils sont sur le chemin de la réussite par leur pouvoir de nuisance relayé par les médias)
a écrit le 15/10/2015 à 9:27 :
Combien d'entreprises ont été démolies par le jusqu'au boutisme de la CGT ces dernières années ? SNCM, ports, Sealink, Air France bientôt, ... Il faut supprimer la subvention de l'état à ce syndicat destructeur, qui est resté calé sur le 19ème siècle.
a écrit le 15/10/2015 à 9:18 :
Pourquoi s'acharner à dialoguer avec des personnes sectaires, têtues et bornés qui défendent leurs intérêts, leurs privilèges au détriment de l'intérêt général? Il faut penser aux personnes qui ne sont pas représentées.
a écrit le 15/10/2015 à 8:59 :
Bravo pourquoi aller à une conférence destinée à de la communication gouvernementale et à prendre la pause pour la photographie...
a écrit le 15/10/2015 à 8:59 :
Bravo pourquoi aller à une conférence destinée à de la communication gouvernementale et à prendre la pause pour la photographie...
a écrit le 15/10/2015 à 8:36 :
Que les vieilles lunes du conservatisme restent chez elles : on n'en a plus besoin.
a écrit le 15/10/2015 à 8:33 :
La CGT est égale à elle même incapable de dialoguer seul ses idées sont bonnes

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :