Immobilier d’entreprise : grande forme du marché français au premier semestre

 |   |  557  mots
12,5 milliards d'euros ont été investis dans le marché français d'actifs immobiliers d'entreprise au premier semestre 2018.
12,5 milliards d'euros ont été investis dans le marché français d'actifs immobiliers d'entreprise au premier semestre 2018. (Crédits : Charles Platiau)
Entre le 1er janvier et le 30 juin dernier, le marché français de l’immobilier d’entreprise a bondi de 27% par rapport au premier semestre 2017, atteignant un montant total de 12,5 milliards d’euros investis. L’Île-de-France, marquée par de grands deals, est destinataire de 73% des fonds français et étrangers.

Quelque 12,5 milliards d'euros ont été investis dans le marché français d'actifs immobiliers d'entreprise au premier semestre 2018. C'est un bond de 27% par rapport à la même période de 2017. D'après cette étude publiée le 27 août par l'entreprise de conseil en immobilier d'entreprise Savills, c'est même 2,6 milliards de plus que la moyenne des cinq dernières années à la fin juin, qui s'établit à 9,9 milliards d'euros.

Près de deux ans et demi après le vote sur le Brexit et l'arrivée, depuis, de nouveaux sièges européens de multinationales financières et immobilières, en comparaison de ses voisins européens, la France tire donc son épingle du jeu. Le marché du Royaume-Uni accuse, en effet, une baisse de 9%. C'est plus que l'Allemagne (- 8%), mais moins que l'Italie (- 29%) ou l'Espagne (- 45%).

Signe supplémentaire, la part des Britanniques investissant en France est celle qui a le plus augmenté entre les deux périodes : de + 3% à 10%. Parallèlement, la part des fonds allemands et américains croit, respectivement, de 8% à 14% et de 2% à 8% des totaux investis. Les fonds étrangers passent ainsi de 36% à 42% des sommes investies. La part des fonds français reste donc majoritaire (58%) mais l'instauration de l'impôt sur la fortune immobilière (IFI), en lieu et place de l'ISF, semble avoir impacté l'épargne disponible.

3/4 des investissements pour l'Île-de-France

Dans le détail, l'Île-de-France a attiré près des trois-quarts de ces investissements hexagonaux. Ces 73% des actifs immobiliers d'entreprise représentent un montant de 9,162 milliards d'euros. C'est 3,475 milliards de plus qu'au premier semestre 2017 (5,687 milliards d'euros), soit une augmentation de 61%.

Si les commerces (+ 74%) et les services (+ 136%) ont tiré la région francilienne vers les sommets, il faut néanmoins rester prudent. La vente, par le groupe EPI, du 114, avenue des Champs-Élysées au fonds de pension allemand BVK pour un prix de 600 millions d'euros, en est un exemple emblématique, mais cette transaction est comme l'arbre qui cache la forêt.

« Le segment du commerce a bénéficié de [cette] session en début d'année [mais] comme les marchés régionaux, il reste donc tributaire de la concrétisation d'un nombre limité de grands deals et est susceptible de connaître de brusques fluctuations de son activité », écrit Savills.

- 20% en-dehors de l'Île-de-France

En revanche, d'une année sur l'autre, le total semestriel des actifs investis dans les autres régions a décru de 20%, passant de 4,202 à 3,353 milliards d'euros. L'Auvergne-Rhône-Alpes fait la course en tête avec 519 millions d'euros, suivie par la région Paca (434 millions), les Hauts-de-France (225 millions) puis la Nouvelle-Aquitaine (203 millions). Les autres régions se partagent le 1,972 million d'euros restant.

« En trois mois, ce sont ainsi neuf transactions d'un montant unitaire supérieur à 200 millions d'euros qui ont été réalisées en Île-de-France, analysent les auteurs de l'étude. Alors que dans le même temps, il n'y en a eu qu'une en province. »

Le profil des acheteurs n'est d'ailleurs pas le même à Paris que dans le reste du pays. Si les fonds d'investissement sont majoritaires en Île-de-France (35%), ils ne représentent que 8% en région.

Dans les deux cas, en revanche, les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) et les organismes de placement collectif en immobilier (OPCI) trustent plus d'un quart du marché : 25% du francilien, 26% du régional.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/08/2018 à 9:01 :
"Dans les deux cas, en revanche, les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) et les organismes de placement collectif en immobilier (OPCI) trustent plus d'un quart du marché : 25% du francilien, 26% du régional."

ET du coup on peut se poser la question de connaitre la crédibilité de tels chiffres puisque les fameuses SCI servent bien souvent à procurer un logement individuel à tel ou tel proche, on se retrouve ainsi plus dans une stratégie comptable qu'un réel élan économique lié aux activités d'entreprises.

A comparer avec les flottes automobiles d'entreprises qui faussent les données de la consommation des voitures neuves puisque quand EDF achète des bagnoles c'est par millier faussant d'autant les vrais chiffres de la consommation des particuliers or ceux-ci nous donnent l'état de santé économique d'un pays puisque comme nous le démontre macron qui s'acharne à prendre à ceux qui consomment pour donner à ceux qui s'évadent fiscalement, ce principe ne peut que faire plonger la croissance.
Réponse de le 29/08/2018 à 0:19 :
Vous ne comprenez pas l'énoncer....

vous dites... "Les fameuses SCI servent bien souvent à procurer un logement individuel à tel ou tel proche," ...

on parle dans cet article d'immobilier d'entreprise. Des bureaux, des commerces, des entrepôts, de la logistique.

Allez donc écouter Mr Melenchon et fustiger contre la globalité du système économique.

Ce que je vois, c'est que la France suscite l’intérêt des investisseurs étrangers. Le model Macron porte ses fruits.
Réponse de le 29/08/2018 à 8:49 :
Tout à fait d'accord ces chiffres sont bidons
Réponse de le 29/08/2018 à 9:31 :
@ multipseudos:

"La SCI (Société Civile Immobilière) - Définition et avantages " https://droit-finances.commentcamarche.com/contents/711-la-sci-societe-civile-immobiliere-definition-et-avantages

Vous trollez

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :