Impôt sur le revenu pour tous ? "La piste n'est pas à l'étude", selon Matignon

 |   |  330  mots
Chacun pourrait contribuer à la hauteur de ses moyens, y compris les plus modestes, même de manière très symbolique, pour recréer le lien entre citoyen et impôt. Chacun pourrait payer l'impôt sur le revenu. Y compris les plus modestes, même un euro, avait lancé la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault.
"Chacun pourrait contribuer à la hauteur de ses moyens, y compris les plus modestes, même de manière très symbolique, pour recréer le lien entre citoyen et impôt. Chacun pourrait payer l'impôt sur le revenu. Y compris les plus modestes, même un euro", avait lancé la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault. (Crédits : Charles Platiau)
La piste menant à ce que chaque Français paye l'impôt sur le revenu, évoquée par la ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault, n'est "pas à l'étude", selon l'entourage du Premier ministre, Edouard Philippe.

La piste menant à ce que chaque Français paye l'impôt sur le revenu, évoquée par la ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault, n'est "pas à l'étude", a précisé dimanche l'entourage du Premier ministre, Edouard Philippe. "C'est une idée qui revient souvent dans les débats et Jacqueline Gourault peut légitimement la restituer et la soutenir dans un moment où chacun est invité à faire des propositions. Mais la piste d'un impôt sur le revenu universel n'est pas à l'étude", a indiqué Matignon à l'AFP. Jacqueline Gourault avait suggéré dans le "Journal du dimanche" qu'une telle mesure pourrait être une piste de sortie du grand débat national, censé répondre à la crise des "gilets jaunes".

"Chacun pourrait contribuer à la hauteur de ses moyens, y compris les plus modestes, même de manière très symbolique, pour recréer le lien entre citoyen et impôt. Chacun pourrait payer l'impôt sur le revenu. Y compris les plus modestes, même un euro", avait indiqué la ministre, alors que l'impôt sur le revenu est aujourd'hui payé par moins d'un ménage français sur deux (43%).

Plusieurs élus de l'opposition et même de la majorité ont critiqué dimanche cette idée, évoquant une pensée économique "limitée" ou un concours d'"inventivité fiscale". Selon Matignon, "les Français payent déjà l'impôt dès le premier euro avec la CSG. Tous payent la TVA". "Le Premier ministre a déjà dit qu'il fallait entendre le message des Français qui payent trop d'impôts. Notre engagement, c'est bien de les baisser et nous avons déjà engagé un grand nombre de décisions en ce sens", a-t-on ajouté dans l'entourage d'Edouard Philippe. Le sujet de la fiscalité est l'un des quatre thèmes du grand débat lancé par l'exécutif et la demande de plus de "justice fiscale" figure au cœur des revendications de nombreux "gilets jaunes".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2019 à 11:18 :
Soyons fous, instaurons une poll tax, il n'y a rien de plus egalitaire puisque tout le monde paye la même chose. Et ça mettrait de l'ambiance dans le pays
a écrit le 26/02/2019 à 10:32 :
Il y en a une que je mettrais bien au régime ...
a écrit le 26/02/2019 à 9:31 :
Cette ministre n'est pas d'accord avec le reste du gouvernement:elle doit démissioner si elle est honnete!
a écrit le 25/02/2019 à 20:52 :
C est.le monde a l envers....
La csg tout le monde la paye. En plus le taux de tva est identique pour les milliardaires et pour les assistés......ainsi que toutes les taxes essences + 80% taxes, électricité 75% sont des taxes et tva. Par contre avec les niches fiscales et l optimisation fiscale les riches et ultras
Riches ne paient plus du tout d impôts....
Et cette fois disante ministre n est pas au courant?? On se moque vraiment du peuple. Qu'elle retourne a ses tricots.
a écrit le 25/02/2019 à 20:14 :
Pour un impôt à taux plat pour tous.
a écrit le 25/02/2019 à 17:53 :
L'impôt pour tous est une hérésie. Déjà le coût d'une mise en recouvrement du moindre euro doit en coûter au moins une dizaine sinon plus. Ensuite parce qu'un seul euro pour les plus pauvres exonérés représente une somme bien plus importante que mille euros pour les plus riches. Les pauvres doivent manger trois fois par jour, autant que les riches et même s'ils dépensent moitié moins leur budget se trouve amputé d'un bien plus fort % que celui de ceux qui gagnent dix mille euros par mois. Ils paient déjà les carburants au même prix que les riches ainsi que d'innombrables choses. Prélever 100.000 euros à celui qui en gagne 400.000 le gènera bien moins que 10 euros prélevés à celui qui n'en gagne que 1200 et qui se demande chaque mois s'il arrivera à le boucler sans être dans le rouge tout en se privant de tout.
Réponse de le 25/02/2019 à 19:51 :
démagogie de maternelle : un pauvre n'a pas de voiture et se contente de 2 repas par jour avec de la margarine et sans beurre . .
a écrit le 25/02/2019 à 17:12 :
L'idée semble logique mais inapplicable en pratique.
On peut faire plus simple : demander a ceux qui ne paient rien et ne font que recevoir de donner quelques heures de bénévolats. Si la démagogie ne s'en mêle pas cela me parait facile à réaliser si les citoyens sont d'accord pour donner l'exemple de la solidarité. Les opportunités ne manquent pas : aide aux personnes âgées, aide aux jeunes écoles,diverses, actions écologiques, etc...
Réponse de le 25/02/2019 à 19:15 :
En France vous êtes imposé dès le 1er centime gagné mais aussi dès le premier centime dépensé.

Même SDF, même ne survivant que grâce à la mendicité, vous payez des taxes sur le moindre achat.

Et pire, les calculs montrent que plus vos revenus sont modestes, plus votre taux de taxation effective par la TVA est élevée.
Il y a bien mieux que le bénévolat obligatoire (qui ressemble à une espèce de STO pour les vaincus de la vie), le retour des emplois aidés, et la généralisation des territoires zéro chômeurs.
a écrit le 25/02/2019 à 16:12 :
alors les ptits jeunes 2 choses :

1/ si vous n'avez jamais fait l'effort de lire la brochure fiscale qui vient avec l'IR au moment de déclarer, inutile de commenter

2/ certain parle d'égalité, et blablabla, on va mettre les points sur les u comme les allemands, l’impôt doit être payer à mesure des moyens, si certain n'en paye pas c'est qu'ils n'ont pas les moyens et à la limite, peuvent être taxés de manière indirecte comme la tva, csg,... C'est ainsi depuis le code des impôts celte, gallo-romain, franc, burgond, français post clovis, ... ça évolue avec le temps mais ce principe est une tradition.
A moins que vous ne soyez tous des trolls russes ?? Les rares fois ou cette règle a été contrevenue (taille, gabelle,...) ça a été très mal vu car pas dans la mentalité (en dehors de celle des colons allemands du 5e siècle mais c'est autre chose), il y'a eu des émeutes, des révoltes, des révolutions, ce qui a fait que le législateur à fini par inscrire en droit que de se voir payer des impôts quand on est pauvre fait que ça entre dans la théorie de l'abus de pouvoir (sauf dans des cas très précis du genre défense nationale en temps de guerre où tout est taxer au max possible). Je sais je sais, pour savoir ça il faut ouvrir plus d'1 livre, remarquez que moi je les ais ouverts.
Réponse de le 25/02/2019 à 17:01 :
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Contributions_directes

Apparemment vous racontez n’importe quoi.
Il existait des contributions directes sur le nombre de portes et de fenetres du logement occupé, donc indépendantes du niveau de revenu.
Réponse de le 25/02/2019 à 17:44 :
Mon cher renne votre exemple est très mal choisi. D'une part parce que cet impôt a été pratiqué en un temps très court et d'autre part parce que les logis des pauvres avaient très peu d'ouvertures au contraire des chateaux et grandes demeures bourgeoises.
Réponse de le 25/02/2019 à 19:57 :
Bien au contraire, à ce qu’il semble dans l’article donné en lien, c’est l’impot fixé à la suite de la Revolution Française, l’impôt republicain.
Ceci apres l’abolition de nombreux impôts indirects tels que la Dîme !
a écrit le 25/02/2019 à 15:22 :
"La question n'est pas à l'étude" ... pour l'instant ! Après les européennes nous verrons cette "mauvaise bonne idée" être remise sur le tapis. Pour l'heure "la bête" doit faire croire qu'elle s'est profondément assoupie et "aime le peuple Français" comme elle ne l'a jamais aimé !
a écrit le 25/02/2019 à 15:22 :
"La question n'est pas à l'étude" ... pour l'instant ! Après les européennes nous verrons cette "mauvaise bonne idée" être remise sur le tapis. Pour l'heure "la bête" doit faire croire qu'elle s'est profondément assoupie et "aime le peuple Français" comme elle ne l'a jamais aimé !
a écrit le 25/02/2019 à 13:58 :
Je crois que je préfère Jacline Mouraud a tous points de vue.
Réponse de le 25/02/2019 à 14:27 :
Moi j'aime surtout la rouquine !
a écrit le 25/02/2019 à 11:50 :
La TVA est un impôt sur le revenu .Simplement il est perçu au moment où l'on dépense ledit revenu .Les ministres devraient s'exprimer sur leurs sujets de compétence...
Réponse de le 25/02/2019 à 13:49 :
Ce n’est pas l’impot sur le revenu qui existe déjà.
C’est une taxe.

Vous pouvez cependant proposer de mettre en place la progressivité des taxes si vous voulez , et tant qu’on y est, de la progressivité des prix, comme cela je pourrais m’acheter un Yacht pour 1 ou 2 euros au lieu de 300 millions.
Réponse de le 25/02/2019 à 14:28 :
@ filou: totalement d'accord. Que chaque ministre s'occupe de sa gamelle. Et c'est au PM d'y veiller strictement, sinon sanction.
a écrit le 25/02/2019 à 11:24 :
N'a t-elle rien compris ou est-ce volontaire?
Ce qui est important dans son ministère, c'est que chaque euro dépensé le soit à bon escient ,pas de sortir des c.....ies.
Je précise que je paye l'impôt sur le revenu.
a écrit le 25/02/2019 à 9:51 :
C'est vrai que l'IR ne rapporte que 73 Mds d'euros, à comparer aux 150 Mds de la TVA payée par tous.
Mais le problème est que pas mal d'impôts indirects (IR, taxe foncière et d'habitation) ne sont payés que par une minorité de contribuables, qui en plus n'ont souvent pas droit à grand chose en termes de service public (forte majoration pour la cantine des enfants, la crèche, pas d'allocations familiales...).
Ils ont donc l'impression d'être tout le temps solidaires sans avoir de retour sur investissement.
A l'inverse, certains citoyens reçoivent beaucoup, profitent de service public gratuits et oublient que cela n'est possible qu'au prix d'une forte solidarité fiscale. Mais pour eux c'est "normal", les "riches" doivent payer...alors que c'est une sacrée exception française.
a écrit le 25/02/2019 à 9:49 :
Cette idée est conforme aux valeurs de la republique.
Si l’impot est désormais ressenti comme punitif c’est a cause du sentiment qu’il n’est pas payé par chacun, à la mesure de chacun.
Or de nombreux revenus ne sont pas compabilisés que ce soient ceux du capital (certaines niches) mais aussi certains avantages en nature distribués aux bas revenus : aides au logement, cantine, frais medicaux, aides de toutes sortes...
Il ne fait pas les compter pour rien, ce sont des revenus.
Il est necessaire que ceux qui croient être délaissés prennent conscience de ce que la nation fait pour eux, le paiement par tous de l’impot renforcera par ailleurs la dignité de chacun, et rétablira l’égalité, et non l’égalitarisme.
a écrit le 25/02/2019 à 9:21 :
Les gens n'ont vraiment pas le sens de l'efficacité. Il est tout de même beaucoup plus efficace et bien moins coûteux en gestion de recouvrer des millions de petites sommes par la CSG et la TVA plutôt que par l'IRPP qui est complétement mité par les niches. En France on est toujours dans la poésie et le symbole, jamais dans le pragmatisme et les maths...
a écrit le 25/02/2019 à 9:17 :
En pleine jacquerie, parler d'un nouvel impôt quasi tout les jours, il faut oser.
Totalement inutile de récupérer 3 sous en en dépensant probablement 4 pour les recouvrer. Quand on a le record d'impôt de tout l'OCDE, les idées doivent être focus sur la baisse des dépenses. Pas sur la hausse des impôts.
Réponse de le 25/02/2019 à 10:25 :
Bonjour, c'est bien dans ce genre de discussion que nous voyons sous son grand jour l'utilité dugrand débat lance il y a peu... à méditer
On comprend mieux pourquoi Mme Jouanno a dû finalement refuse de cautioner cette initiative (via le CNDP et non à titre personnel).
a écrit le 25/02/2019 à 9:17 :
Il est profondément injuste de faire reposer l'IRPP sur 42% des contribuables cela crée des bataillons de "ya qu'à faire payer les autres ou des s'ils augmentent les impôts, je 'en fout moi je ne paie pas". Soit tout le monde paie avec un même % (donc pas de déclaration à faire soit lors d'une élection il faut une prise en compte du poids contributif à l'impôt lors de chaque élection.
Réponse de le 25/02/2019 à 10:19 :
L’impôt est une taxe proportionnelle « aux ressources « du foyer fiscal.
Si tout le monde paye un euro ça ne va pas baisser la charge des 42% qui paye déjà en %de leur ressource.

Il est normal que des gens dans la précarité ne peuvent même pas payer un euros car certain n’arrivent même pas à payer leur facture de première nécessité.

Après si ce n’est pas à l’étude , ce ministre peut envisager la création d’un nouveau parti politique...

a écrit le 25/02/2019 à 8:32 :
Elle a raison! C'est d'ailleurs une proposition que j'ai faite au grand débat!
Il ne faut pas "moins" d'impôt mais "mieux" d'impôt" en France avec en échange beaucoup plus de choses gratuites: les transports publics dans les villes (fini la fraude !) la cantine gratuite (tous les enfants auront un repas gratuit par jour!), fini les suppressions de classes dans les petites communes ETC...Etc...
Après une période d'adaptation nul doute que chacun y trouve mieux son compte...dans une société plus équitable et donc plus apaisée!
a écrit le 25/02/2019 à 8:12 :
pur être juste l'impôt sur el revenu doit porter sur l'ensemble des revenus des ménages. En d'autres terme tous les revenus y compris aides sociales et il ne doit être fait aucune exception, aucun abattement spécifiques (journaliste-élus etc..)
On ne doit également pas imputer les déficits catégoriels sur le revenu global comme les lmnp ou les moins valus mobilière, les déficits ne doivent plus en matière de bic--bnc-ba-revenus fonciers venir en déduction de la masse imposable mais venir en déduction de la seule catégorie d'où ils proviennent (mais ne plus limiter dans le temps leur imputation).
Certains peuvent penser que cela est choquant, mais pour avoir étudier le sujet seul 14.5 % de la population (en fait les personnes au niveau du seuil de pauvreté) ne sont réellement pas imposable du fait de leur revenu y compris des aides sociales.
Les autre 30/32 % non imposables de la population le sont grâces aux niches fiscales !

Force est de constater que MACRON n'a quasiment pas réformer l'impôt sur le revenu et ses niches fiscales dont bon nombre sont des aubaines. L'état pourrait au moins récupérer 40 milliards d'euros sans toucher aux crédits garde enfants et emploi à domicile dont on pourrait baisser le plafond ou le taux pour ce dernier.

prochain rendez-vous en 2020 lors de la régularisation de l'impôt sur le revenu 2019, où l'on constatera que le pas n'est pas véritablement une simplification de l'impôt pour ceux qui le croirait encore aujourd'hui !
a écrit le 25/02/2019 à 8:10 :
J'aimerais savoir quel est l’intérêt d'une telle réflexion de la part d'une ministre. Recréer du lien entre citoyen et impôt ! Mais chaque fois qu'on fait de l'essence, chaque fois qu'on passe en caisse, chaque fois qu'on passe au péage, on renoue, imposable ou pas, avec ce lien, rassurez-vous madame la ministre. Les citoyens attendent de vous des analyses un peu moins rase motte s'il vous plait.
a écrit le 25/02/2019 à 5:10 :
Ah!Enfin le retour des petites taxes!
a écrit le 25/02/2019 à 4:14 :
Fiscalisation de tous les revenus y compris des revenus de la solidarité Allocations familiales, RSA, APL, prime de rentrée, bourses, prime d'équipement et j'en passe !
Famille de 6 enfants en cumulant les primes de rentrées 4200 euros !
Pas d'impôts école cantine colonie de vacances gratuites !
Argent investi dans le pays d'origine pour garder le lien et cumuler des revenus de location !!!!!
a écrit le 24/02/2019 à 22:51 :
ministre ! vivre grassement au frais du contribuable
Réponse de le 25/02/2019 à 4:20 :
A Lulu.
Le terme est finement choisi.
Reponse nulle aux pb actuels. A debrancher d'urgence, en psychiatrie service ferme.
a écrit le 24/02/2019 à 22:39 :
la fraude fiscales des nom - imposables tout le monde paye déjà des impôts TVA ministre aux nos frais déjà !!!!! avec l' argent du peuple !!!!! cette ministre inutile
a écrit le 24/02/2019 à 22:18 :
D’après une étude : les Français sont des râleurs à 73 %
Râler = source de stress ...
a écrit le 24/02/2019 à 21:22 :
Où elle était celle la depuis 3 mois ?
a écrit le 24/02/2019 à 21:08 :
Il est surtout urgent de réfléchir sur la diminution de la dépense publique en priorité
a écrit le 24/02/2019 à 20:24 :
Les conséquences de l'impôt à la source permettent au bout de deux mois d'exercice de constater l'impact sur la consommation ( baisse des rentrées de TVA) donc recherche de nouvelles recettes .
a écrit le 24/02/2019 à 20:02 :
A quand les impôts sur les revenants ! les fantômes de l'asile fiscal !
a écrit le 24/02/2019 à 19:59 :
Une bonne idée, parfaitement anormal que seulement 42 % des français soient assujettis
à l'IR. Ceux qui ne sont pas concernés payent la TVA et la CSG dit Monsieur Philippe.
Pour info, les 42 % qui se tapent l'IR payent aussi cette CSG et la TVA. Nous avons besoin d'une grande réforme fiscale. Le mieux, serait de fusionner la CSG avec l'IR et de supprimer les 479 niches fiscales qui représentent un manque à gagner annuel pour l'état
de 100 milliards d'euros. Pour info, l'IR rapporte 79 milliards par an à l'état. Un impôt simple pas confiscatoire, progressif et payé par tous.
a écrit le 24/02/2019 à 19:13 :
Des que l’on laisse tranquille ,il y a un membre de ce gouvernement pour sortir des inepties.
Nous payons déjà trop de TVA 20% Csg crds et j’en passe
a écrit le 24/02/2019 à 18:28 :
Avant de proposer l'impôt sur le revenu pour tous, elle ferait mieux de se bouger pour éradiquer l'extrême pauvreté de France et de nationaliser les logements sociaux pour en finir avec la hausse des loyers.
L'argent des loyers des logements sociaux et des APL doivent revenir entièrement a l'État et non a certains hommes d'affaires qui profitent de ce système pour se faire de l'argent sur le dos des pauvres.
a écrit le 24/02/2019 à 17:26 :
mais comme ce gouvernement est intolerant!
il veut stigmatiser sur son dos laborieux la minorite blanche qui paye des impots!
Réponse de le 24/02/2019 à 17:43 :
@ Churchill

Chiche... je vous donne mon salaire et vous le vôtre , comme ça je paye des impôts... et vous vous testerez à votre tour l’autre côté de la barrière...
Je préfère percevoir 3000 euros de salaire médian et payer des impôts .
Que vivre avec «  des plans secours bizarres pour combler le détournement de fonds votés après 2000... » pour xyz raisons...
Si vous payez des «  impôts «  arrêtez de râler : il y a pire...que vous...
Réponse de le 24/02/2019 à 18:59 :
@citoyen ordinaire : non camarade, nous ne continuerons à payer des impôts que si le même niveau de vie (ou un niveau comparable) n'est plus garanti par des "plans secours bizarre"... Oui, je sais, ça vous défrise, il va falloir vous mettre à faire des efforts... Parce qu'un "citoyen ordinaire" digne de ce nom paie des impôts !
Réponse de le 24/02/2019 à 22:12 :
@Britannus

Désolé je comprends pas votre langue...
Vous pouvez reformuler ? Merci d’avance :-)
Réponse de le 25/02/2019 à 22:03 :
@citoyen ordinaire : en termes plus directs donc, puisque vous en avez besoin : 55% des foyers fiscaux français ne paient pas l'impôt sur le revenu, mais il n'y a tout de même pas 55% de pauvres en France... Et ça commence à se voir...
a écrit le 24/02/2019 à 17:12 :
Le consentement à l'impôt, c'est la volonté de vivre ensemble, dans une communauté de justice, d'égalité, de fraternité.
Ces principes fondamentaux ne font plus recette. Le chacun pour soi est désormais la règle.
Le résultat est là, une société française écartelée, morcelée aigrie, déçue, pessimiste.
La faute ÉVIDEMMENT aux politiques qui ont fait de la politique politicienne en s'écartant des valeurs pour lesquelles ils furent élus. La palme revenant au PS et feu le RPR et LR.
Tant qu'on ne s'aimera pas un peu plus, qu'on stigmatisera le voisin, ses éventuels pseudos avantages, bref qu'on aura toujours quelqu'un à jalouser. Ce sera la chienlit chère au Général de Gaulle.
Réponse de le 24/02/2019 à 17:27 :
euh, vous n'avez pas eu de cours de fiscalite, on vous explique autre chose a ce sujet.........le consentement a l'impot, c'est une notion fiscale assez particuliere
a écrit le 24/02/2019 à 16:35 :
Ce Quoi cette ministre des Paris arrive dans le loiret cher payé le gouvernement dès bobo
a écrit le 24/02/2019 à 16:24 :
Pourquoi ne pas prendre le problème à l'envers et se débrouiller pour que les gens se forment pendant leur vie, progressent, occupent des postes de plus en plus qualifiés et gagnent tellement qu'ils contribuent à l'IR ayant dépassé le seuil "fatidique" ?
CSG + TICPE + les 4 TVA ça fait 6-7 fois plus que l'IR mais discrètement, intégré aux prix ou prélevé à la source, c'est plutôt "symbolique" mais ça compte aussi.
1€/mois par non imposable = 0,48 milliard par an, ensuite ça ne sera plus "y a que 45% qui en paient" mais "y en a quantité qui n'en paient pas assez". (genre jamais contents). IR 69 milliards en 2016, 0,1% de très riches paient 10% de la somme collectée, 10% en paient 70%.
200 000 foyers étaient à l'ISF, pour l'IFI sais pas, mais c'est assez "inquiétant" qu'il n'y ait que 200 000 foyers avec 1,3 million ou plus de patrimoine, tout compris (hors œuvres d'art). Pays pauvre ? 37 millions de foyers fiscaux.
Les GJ demandent que les riches paient encore plus, étant "riches", c'est presque illimité, mais là on propose de faire payer d'abord les pauvres, pour garder une "dignité". :-)
a écrit le 24/02/2019 à 15:38 :
Ce à quoi le gouvernement est en train de se livrer a un nom: ce sont les ballons d’essais. On lance des idées de réforme tout azimuth, et puis on voit comment réagit l'opinion.

On a eu en son temps un spécialiste en la matière avec Sarkozy, qui deux fois par semaine, faisait une annonce tonitruante qui saturait les media, mais dont les 3/4 n'ont jamais abouti, voire même jamais commencé (et fort heureusement)..

L'inconvénient de la méthode est qu'à la fin, ce qu'on retient est que le président est prêt à tous les mauvais coups, qu'il n'a pas de ligne directrice et qu'il parle beaucoup et fait peu.

Déjà que Macron nous saoule de sa logorrhée , si en plus il apparaît sans boussole et inefficace.
Réponse de le 24/02/2019 à 16:22 :
La stratégie était d’occuper les gens avec les médias pendant ce temps les décrets passaient en douce , ni vu ni connu jusqu’au prochaine élection

Vous ne pouvez pas comparer celui que vous citez avec «  un homme » qui propose « un débat général. »

Dans la vie malheureusement nous balayons toujours ... la crasse ... laissé par d’autres...
la vie est un sacrifice ? Oui pour certains... et pour les autres... c’est à venir... autour de moi je ne connais aucune personne qui s’en tire comme un poisson dans des eaux douces...
a écrit le 24/02/2019 à 14:57 :
" pas a l'étude" !!! .....Ben voyons on n'est pas a une injustice près dans c e pays !
a écrit le 24/02/2019 à 14:56 :
Depuis le début du grand débat, on n'entend parler que de fiscalité, de création et d'alourdissement des impôts: Rétablissement de l'ISF, plafonnement ou suppression des niches fiscales, création d'une nouvelle tranche supérieure de l'impôt sur le revenu, imposition des plus values sur la vente de la résidence principale, imposition en France des expatriés et des retraités installés à l'étranger, création d'un taux de TVA alourdi pour les produits dits de luxe, augmentation des droits de succession...Naïvement, je pensais que la crise des gilets jaunes déclenchée par un soi disant ras le bol fiscal conduirait les pays à se pencher sur le niveau exorbitant de sa dépense publique afin justement de restituer du pouvoir d'achat à chacun et plus particulièrement aux revenus les plus faibles et non pas à une Star Ac de la taxe.
a écrit le 24/02/2019 à 14:21 :
Bonjour,

Les impôts directs et indirects tout le monde le paye déjà : dans les factures d’eau ( 60 euros de consommation et 200 euros de taxes )électricité..,gaz...
Ensuite via la tva : sur tous les produits...
Je m’excuse d’être honnête :
Mais la suppression de l’ISF a bousculé la charge vers les familles moyennes , la précarité se creuse car il y a des blocages par des lois sociales qui datent bien avant 2007.
La solution est :
Baisser la précarité , permettre les embauches , ce n’est pas le 1 euros symbolique qui va payer la dette de la nation
Pour les retraités supprimer toutes les taxes et faire une «  réforme «  pour permettre une cohésion juste
Du travail effectué = une pension de retraite ( c’est du bon sens)
Cordialement
Réponse de le 24/02/2019 à 16:36 :
Sais pas comment c'est par chez vous mais sur la facture d'eau j'ai deux abonnements et deux consommations, on paie l'eau propre à TVA 5,5%, et l'eau salie à nettoyer avec TVA à 10% [pour ça que ceux récupérant l'eau de pluie pour mettre dans les égouts doivent avoir un compteur, pour ne payer que l'eau à laver, pour l'arrosage ne sont pas concernés].
10m3 avec les deux consommations ça fait 30€, facture 76€, 2 abonnements (propre, sale) 41€, fin 2017 (6 semaines en Suède donc moins consommé, 12-13m3/an, j'économise au maximum), depuis ça a changé GrandLac a repris tout ça à Saur, j'éplucherais à l'occasion.
Hors abonnement, TVA, conso, sur électricité on a 20% de surplus (CSPE, etc), le gaz faut que je recalcule, la TICGN (taxe carbone) augmente et ça change année après année.
Abonnement 5,5% sur énergies, 20% sur la conso, eau 5,5% sauf eau usée à laver 10% (abonnement 10% aussi)
Réponse de le 24/02/2019 à 22:26 :
Dans ma ville , c’est comme ça , plus de taxes que de consommation ( 4 factures par an)
a écrit le 24/02/2019 à 13:46 :
Des impôts supplémentaires pour les pauvres pour créer du lien ! Mais qui est cette dame? Elle mérite le prix de l'humour politique.
a écrit le 24/02/2019 à 13:33 :
Egalité , dit on ! Donc tout le monde doit payer un IR .
Hélas avec les démagos populistes de droite comme de gauche qui sont au pouvoir ou en revent : no chance .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :