Impôts : Bruno Le Maire "ouvert" à une réduction de la TVA

 |   |  456  mots
Je suis tout à fait prêt à ce que nous allions beaucoup plus loin dans la baisse des impôts, mais dans ce cas-là, il faut aller beaucoup plus loin dans la baisse de la dépense publique, a déclaré Bruno Le Maire.
"Je suis tout à fait prêt à ce que nous allions beaucoup plus loin dans la baisse des impôts, mais dans ce cas-là, il faut aller beaucoup plus loin dans la baisse de la dépense publique", a déclaré Bruno Le Maire. (Crédits : Gonzalo Fuentes)
Le rétablissement de l'impôt sur la fortune (ISF) ne résoudra pas les difficultés des Français, a estimé dimanche sur France Inter le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, tout en se disant "ouvert" à des propositions de réduction de la TVA.

La grande remise à plat fiscale continue. Interrogé sur France Inter, le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, s'est déclaré "ouvert" à une réduction de la TVA et a estimé que le rétablissement de l'impôt sur la fortune (ISF) ne résoudra pas les difficultés des Français. "Si l'on pense que c'est en rétablissant l'impôt sur la fortune (ISF) qu'on va régler toutes les difficultés" des Français, "je pense qu'on (leur) ment", a estimé Bruno Le Maire dans l'émission "Questions Politiques" organisée avec Le Monde et France Télévisions.

"L'ISF existe depuis des années, il n'a pas permis d'endiguer la pauvreté dans notre pays, il n'a pas permis de réduire le chômage", a souligné le ministre, ajoutant que la crise politique et sociale actuelle "se résoudrait par l'amélioration de la situation quotidienne de chaque Français".

En la matière, "je crois bien davantage aux mesures qui ont déjà été prises", a poursuivi le ministre, citant l'augmentation de la prime d'activité, la baisse des cotisations sociales, la fin de la taxation de l'intéressement des salariés ou encore les heures supplémentaires défiscalisées.

Une baisse de la TVA conditionnée à une baisse de la dépense publique ?

Concernant la possibilité de mettre en place une TVA à 0% sur certains produits de première nécessité, il s'est dit "ouvert à toutes les propositions" qui sortiraient du grand débat, reconnaissant un "manque de cohérence sur les taux de TVA".

"Je suis tout à fait prêt à ce que nous allions beaucoup plus loin dans la baisse des impôts, mais dans ce cas-là, il faut aller beaucoup plus loin dans la baisse de la dépense publique", a ajouté Bruno Le Maire.

"A chaque fois qu'on bouge un taux de TVA, cela coûte des centaines de millions ou des milliards d'euros au contribuable et au Trésor public; il faut qu'en regard de cela, les Français puissent se dire que cela améliore vraiment leur vie quotidienne", a argué le ministre. "Nous verrons ce que les Français nous demandent à la fin du grand débat national comme priorité absolue et nous en tiendrons évidemment le plus grand compte", a-t-il poursuivi.

Aspirant à davantage de justice fiscale, de nombreux "gilets jaunes" réclament le rétablissement de l'impôt sur la fortune (ISF), une hypothèse d'avance exclu par Emmanuel Macron, qui l'avait supprimé dès le début de son quinquennat. Mais une autre idée très plébiscitée du grand débat national est celle de la suppression de la TVA sur les produits de première nécessité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2019 à 12:05 :
Je me fiche de l’argent car ce n’est pas mon rôle de penser à cela par contre pour la sécurité de tous les enfants il faudrait modifier le système :

1) interdire les gardes professionnelles dans les habitations privatives ou à domicile ( sauf famille)
2) implanter plus de crèches à proximité des entreprises
3 ) imposer des mesures de sécurité à toutes les crèches ( caméra ...)

Professionnaliser et responsabiliser ce service publique et revoir la fiscalité entre réel du service et le coût aux ménages et réduction à partir de plusieurs enfants pour équilibrer l’ensemble.
a écrit le 29/01/2019 à 17:27 :
Réduire l'impact TVA: oui, mais seulement au profit des bas revenus. comment faire pour affecter cette réduction uniquement aux bas revenus.
je vais essayer de synthétiser:
l'acheteur( s'il le souhaite) communique son N° de contribuable au commerçant (supermarché, artisan,...), en émettant une facture ou un ticket de caisse la TVA débitée est affectée a l'identifiant du contribuable. en fin d'année Bercy fait le décompte par contribuable & rembourse à ce dernier un % de la tva acquittée de manière inversement proportionnel à ses revenus déclarés, au delà d'un certain seuil, plus de possibilité de bénéficier du dispositif.
A exclure du dispositif: le tabac, les voitures polluantes,....
Cela permettrait de réduire la contribution des faibles revenus à la taxe sur la consommation
Réponse de le 19/03/2019 à 2:48 :
sa baguette de pain en fonction de sa fiche de paie, ou de sa declaration de revenus, vous vous trompez de regime et d'epoque, peut etre encore en Coréee du Nord ou a Cuba, le meolleur est dans "sil le souhaite", délirant, malgré tout bon courage.
a écrit le 28/01/2019 à 22:39 :
Comme a dit Bruno le maire leS tetraitees sont pas perdants geles de retraites !!2013 a 2018 et pour 2019 0.3% 3€ pour 1000€ 35 pour une année une inflation de 1.7% el 2018 /2019 plus csg Jupiter et sonts gouvernement des arnaqueur s fêtes confiance E macron
a écrit le 28/01/2019 à 19:08 :
"Le rétablissement de l'impôt sur la fortune (ISF) ne résoudra pas les difficultés des Français"

Ces dernières années, l’ISF a rapporté chaque année plus de 5 milliards d’euros à L’État. Et le budget 2017 prévoyait initialement près de 5,4 milliards d’euros de recettes. Mais, comme on a plus ce pognon,on emprunte, comme le 7 janvier.La France a emprunté 5,341 milliards d'euros à court terme sur les marchés à des taux en baisse, a annoncé l'AFT, chargée de placer la dette française auprès des investisseurs. Le pays comptait lever entre 3,8 et 5,4 milliards d'euros.
a écrit le 28/01/2019 à 18:26 :
En tous cas sa proposition d'obliger les présidents ou directeurs généraux de groupes français (qu'est-ce qu'un groupe français d'ailleurs ?) est gravissime. La liberté de circulation et de choix de pays de résidence des personnes physiques est inscrite dans la déclaration universelle des droits de l'homme. On ne pourra pas invoquer un "contrat" rétroactif sur les aides d'état, les droits de l'homme sur les personnes physiques étant supérieurs à la constitution. A quand les barbelés et la mitraille ?
a écrit le 28/01/2019 à 17:02 :
C'est beau de voir tous ces Yaka Fokon, tous ces beaux commentaires de gens pensant connaitre tous les remèdes aux maux de la France alors même qu'ils sont parfaitement incapables de faire une addition et de tenir des budgets. Quand je vois que 21% des francais ont un crédit à la consommation pour des montants souvent inférieurs à 125 euros je me dis qu'il y'a du boulot
a écrit le 28/01/2019 à 16:43 :
"la JUSTICE fiscale ne résoudra pas les difficultés des français " !?!....
quel "raisonnement " de demeuré ! : dans ce cas là : loi de la jungle : pas bession de constitution et de lois ....vive l'anarchie !
a écrit le 28/01/2019 à 15:42 :
Le Maire est un politicien qui sait qu'il faut jamais dire non et qu'il faut être ouvert à tout.
La tva à 0% pourquoi pas, la tva à 33% pourquoi pas: on va en débattre. Après le grand débat on mettra en place une commission qui décidera des produits qui seront éventuellement concernés et qui feront l'objet d'un RIC dès que celui ci aura vu le jour.
En attendant nous sommes ouvert à toute discussion positive sur un futur négocié en commun pour un avenir globalement positif pour tous les acteurs sociaux qui veulent de bonne foi faire avancer les choses dans le sens du progrès.
a écrit le 28/01/2019 à 15:18 :
La révolte en cours est un cri d’adieu face à un système a bout de souffle.
L'humain est fort quand même, il a créé l'argent et l'économie, pour qu'au final sa création devienne ce qui le détruit le plus, l'argent a prit le dessus sur toute morale/savoir vivre.
Il faut changer de système et de mécanisme financier et il n'existe pas qu'un seul système comme Macron veut nous le faire croire.

On peut très bien exclure la Santé du domaine budgétaire

Et je rajoute aussi qu'une hausse de la TVA des produits de luxes compensera une baisse de TVA sur les produits de première nécessité
Et en ce qui concerne les services publics, il faut augmenter le budget et arrêter d'être soumis a Bruxelles.
De toute façon il y a de nombreuses solutions comme une taxe sur les robots qui remplace un être humains et revoir la fiscalité entièrement de A a Z en supprimant toutes les niches fiscales et en mettant au minimum 10 tranches d'impôts.
Que les députés et sénateurs baissent leurs salaires d'au moins 2200 euros par mois,ça fera encore quelques économies.

Et en ce qui concerne l'ISF, c'est une goutte d'eau quand on a au moins quatre millions d'euros de patrimoine. Il faudrait aussi inclure les objets d'Arts de plus de 150 000 euros.

On a un cerveau pour réfléchir et on est pas des pigeons soumis et dociles.
Stop a cette Europe corrompu et proposant l'affaiblissement des peuples.
Il y a des centaines de solutions et de nombreux mécanismes financiers possible a mettre en place.
a écrit le 28/01/2019 à 15:13 :
La suppression de la TVA sur les produits de première nécessité, n'est elle pas une fausse bonne idée? Cela ne fera pas baisser les prix de 5%, il suffit de voir ce qui s'est passé lorsque Chirac a baissé la TVA des cafetiers qui devait permettre des embauches et une réduction des prix, que nenni! Par contre la baisse de rentrée fiscale se fera immédiatement sentir. Il fallait au contraire augmenter la TVA sociale d'un point sur les produits High tech pour faire en sorte que les produits importés supportent des charges,améliorant ainsi la concurrence entre produits fabriqués en France et ceux importés. 1% ce serait quasi indolore puisque les revendeurs en majorité prendraient ce coût à leur chargé an titre de la productivité et permettrait des rentrées fiscales conséquentes permettant ainsi la suppression des 1,7 points de CSG des retraités.
Réponse de le 28/01/2019 à 16:44 :
.... tout a fait d'accord !
Réponse de le 30/01/2019 à 12:16 :
vous avez raison , une baisse de TVA de quelques % ne fera pas baisser les prix mais se traduira par une baisse immédiate de recette fiscale . au contraire il faut supprimer en totalité la CSG+RDS sur les revenus du travail et les pensions de retraite et compenser cette recette fiscale ( environ 100 milliards d'euros) par l'instauration d'une TVA additionnelle "sociale" spécifique (TVAS) applicable à toutes les ventes de produits et services et qui touchera toutes les importations au même titre que les produits et services locaux ( sauf produits soumis à la TICPE ). cette TVAS pourrait être voisine de 5% dans le cas général avec possibilité de quelques exemptions ou taux minoré pour certains produits de première nécessité et médicaments .
TVA + TVAS resteraient dans le cadre des seuils pratiqués et autorisés dans l'union européenne , donc tout à fait acceptable .
a écrit le 28/01/2019 à 15:07 :
La csg que vous avez volé aux vieux , à quand vous nous la rendez
Réponse de le 28/01/2019 à 16:00 :
Aucunes raisons que les "vieux" bénéficient d'une CSG réduite par rapport aux actifs. Les "vieux" de maintenant sont ceux qui nous ont mis dans la m....en cumulant les dettes pour financer leur train de vie
Réponse de le 28/01/2019 à 16:46 :
... apparemment pas au programme ! mais....... REMEMBER !!!
Le devoir de mémoire s'exercera devant les urnes !!!!!!
Réponse de le 28/01/2019 à 19:44 :
Les retraités d'aujourd'hui ont ruiné notre avenir et viennent encore nous faire les poches. Avant votre génération, chomage inexistant et dette inexistante. Aujourd’hui, ma génération enchaine les périodes de chomage entre deux boulots précaires, subit une taxation abusive et a un horizon noir. Tout ça pour payer vos retraites, votre incapacité à faire le moindre effort pendant deux décennies et votre héritage de déficits publics et de dettes abyssales. Marre de votre histoire de csg, grandissez au crépuscule de votre vie !
Réponse de le 29/01/2019 à 16:57 :
La CSG finance essentiellement les retraites et l'assurance maladie… Alors peut être qu'elle est augmentée pour les "vieux", mais elle leur bénéficie aussi !
a écrit le 28/01/2019 à 14:24 :
nos gouvernants ont leurs parts de responsailité dans la désertification de nos campagnes et régions et ne sont plus les garant du service public .par les fermetures programmées . pour de l argent . (maternité. poste ext .. la liste est bien longue )
Réponse de le 29/01/2019 à 16:58 :
Les jeunes qui quittent les campagnes ne sont pas déportés, ils vont là où il y a du boulot !
a écrit le 28/01/2019 à 13:06 :
Et, qu’en est-il de ceux qui, comme Jean-Luc Mélenchon, proposent une Assemblée Constituante sans sortir de l’Union Européenne ? Il y a actuellement 28 états dans l’Union Européenne avec 28 constitutions différentes mais ils sont tous logés à la même enseigne.
Toute leur politique est décidée à Bruxelles.
C’est Viviane Reding, vice-présidente de la Commission Européenne qui l’a dit en ces termes : « il n’y a plus de politiques intérieures nationales. Il n’y a plus que des politiques européennes qui sont partagées dans une souveraineté commune. »
La priorité absolue doit être la lutte pour le Frexit.
a écrit le 28/01/2019 à 12:34 :
Bien vu une TVA unique à 10% serait très bien : moins de carrousels de TVA, moins de travail au noir, plus de pouvoir d'achat, enfin une simplification efficace.
Par contre vu le niveau de dépense publique ça suppose de sortir la hache pour couper les branches mortes sévèrement... se qui risque de faire hurler ceux qui en vivent.
a écrit le 28/01/2019 à 12:28 :
Lemaire est à coté de la plaque,comme toujours;l'ISFa été modifié et transformé en IFI;il éxonère les revenus mobiliers ce qui représentent plus de 60% de la base imposable;taxer à la CSG les classes moyennes et simultanément éxonérer la classe aisée de l'ISFrelève de la provocation et d'une injustice flagrante,mème si l'ex ISF n'était pas un impot dit"rentable";c'est un symbole qui est remis en cause à l'origine de la colère des" derniers de cordée",d'autant que la théorie du "ruissellement"est une foutaise,une illusion de technocrates;ne parlons pas des dispositions fiscales de la loi de finances 2018 ultra favorables aux classes plus qu'aisées dont personne ne parle,et nous en arrivons au Président des riches,ce qui est tout à fait vrai!
Réponse de le 28/01/2019 à 15:51 :
La théorie du ruissellement je ne sais pas si elle est vraie ou fausse toutefois je peux vous parler de ce que j'ai vu au cours de ma carrière professionnelle.
Quand une entreprise française est rachetée par une étrangère de nombreux emplois et notamment les plus qualifiés sont délocalisés à l'étranger. Il ne reste en France que le minimum vital, et pas seulement pour une question de coût, car les grandes sociétés ont une obsession du contrôle qui passe avant les économies rationnelles. Et pour contrôler il vaut mieux que les personnes soient près..D'autre part la préférence nationale existe même chez plus plus rationnels. Alors faites fuir les riches la France deviendra un pays de sous traitants où les décisions se prennent à l'étranger. Voyez Général Electric avec Alshtom on fait quoi maintenant qu'elle est sous Giron Américain ?
a écrit le 28/01/2019 à 12:13 :
Soyez raisonnable, monsieur Le Maire! Vous qui êtes le Ministre brillant des Impôts! Si on commence à baisser les impôts, voire à les supprimer, on scie la branche sur laquelle vous êtes si confortablement assis; c'est proprement suicidaire!
a écrit le 28/01/2019 à 11:49 :
Lemaire n'a rien compris. Une baisse de la TVA n'entraînera jamais une baisse des prix.
Les marges augmenteront simplement.
Bien au contraire, il faut augmenter fortement et tous les taux de TVA et créer une TVA majorées (disons 33%) sur les produits inutiles ou dont l'emprunte carbone est colossale,.
En contrepartie on baisse la CSG, les taxes qui baissent le salaire net, les charges patronales qui taxent le travail. Une TVA sociale. Certes cela créera de l'inflation mais on ne peut tout avoir.
Réponse de le 28/01/2019 à 16:04 :
Et qui déterminera qu'un produit est inutile? N'importe quoi. C'est la porte ouverte au communisme de masse où la liberté individuelle d'utiliser le fruit de son travail était nationalisée. Quant à augmenter fortement la TVA c'est une ineptie. Les chomeurs ou ceux qui ne déclarent aucuns revenus se verraient fortement taxer sans bénéficier des contreparties que vous prônez (csg, taxes sur les salaires etc...). L'économie est un équilibre à trouver et pas juste des inepties de yaka fokon
a écrit le 28/01/2019 à 11:38 :
L'ISF (qui peut être adapté) est un marqueur et le supprimer revient à ignorer les mots égalité et fraternité de notre devise nationale. Notons que la taxe à 3% sur les dividendes fut blackboulée et la flat taxe instaurée, pour l'opinion ce sont des cadeaux pour le capital alors que dans le même temps on cogne sur les protections du travail - pour ce qu'il en reste. Le fondement de la crise selon Maurice Allais (prix Nobel d'économie) : l'organisation du commerce mondial.
Réponse de le 28/01/2019 à 16:29 :
Citer un prix nobel d'économie n'apporte strictement aucun argument et n'appuie aucunement une démonstration. Paul Krugman (prix nobel également) a démonté de toute pièce le travail de Maurice Allais.Pour autant, il n'a pas la science infuse. C'est juste son analyse d'une situation donnée, à une époque donnée. Bref, concentrons nous sur nos propres problèmes internes (et ils sont nombreux) avant de parler d'organisation mondiale du commerce comme étant l'explication de nos maux
a écrit le 28/01/2019 à 11:26 :
C'est vrai qu'on peut mettre une TVA à 25% sur tous les produits électroniques et les portables,qui sont fabriqués à l'étranger.
a écrit le 28/01/2019 à 11:17 :
Tu parles d'une analyse "l'ISF existe depuis longtemps, il n'a pas permis d'endiguer la pauvreté"...

Ah bon, c'est bizarre, la suppression de la peine de mort non plus; l'ISF est une ressource pour l'Etat et contribue à faire de la France l'un des pays ou les écarts de revenus et de patrimoine se sont les les moins distendus. Il contribue aussi à faire de la France l'un des pays où il y a le moins de pauvres (regardez les statistiques EUROSTAT).

Quant à la baisse de la TVA, un petit coup de fil à ses propres services et on aurait évité une phrase creuse : la TVA sur les produits de première nécessité rapporte X, voilà les ressources qu'il va falloir compenser : 2,6 milliards selon le Conseil économique et social cité par Le Figaro
Deux fois moins que le rendement brut de l'ISF...
Réponse de le 28/01/2019 à 11:43 :
L'ISF est un impôt punitif et de plus taxe la fourmi au profit de la cigale.
Si on veut taxer les hauts revenus pourquoi pas mais taxons une flux de ressources et non pas un patrimoine, un stock d'épargne de capital.
Prenons un exemple : Deux personnes ayant de très hauts revenus, disons 100 K€ par mois. Le premier dépense tout, le second épargne. Le second sera vite taxé à l'ISF le premier jamais. Quant à ceux qui ont hérité n'oublions jamais qu'une taxe non négligeable est appliquée sur la succession !
Réponse de le 28/01/2019 à 11:43 :
L'ISF est un impôt punitif et de plus taxe la fourmi au profit de la cigale.
Si on veut taxer les hauts revenus pourquoi pas mais taxons une flux de ressources et non pas un patrimoine, un stock d'épargne de capital.
Prenons un exemple : Deux personnes ayant de très hauts revenus, disons 100 K€ par mois. Le premier dépense tout, le second épargne. Le second sera vite taxé à l'ISF le premier jamais. Quant à ceux qui ont hérité n'oublions jamais qu'une taxe non négligeable est appliquée sur la succession !
Réponse de le 28/01/2019 à 11:49 :
l ISF avait le mérite de servir au financement de PME
de permettre a des assoc reconnues d utilité publique de récupérer des dons etc etc etc....
sa disparition n a pas irrigué l investissement..... mais par contre ceinture pour les associations et le financement des pme...
Réponse de le 28/01/2019 à 13:20 :
l'ISF est une machine à créer du pauvre en coulant nos ETI et PME:
Supposons que vous êtes proprio d'une ETI à 100 millions. Vous devez payer l'ISF. Quid le jour ou votre boite ne peut délivrer plus de 3% de rendement nécessaire au payement de votre ISF, voir est temporairement en perte?
Une seule solution : vous vendez, ou fermez. Bilan plus de pauvres et de délocalisations.
a écrit le 28/01/2019 à 10:55 :
Baisse de tva sur les produits de première nécessité compensée par une hausse sur les autres produits, pourquoi pas ? La tva étant la moins douloureuse de toutes les taxes et sur laquelle nous avons un certain pouvoir, étant libres d’acheter ce que nous voulons.
a écrit le 28/01/2019 à 10:47 :
On sait que cet homme peut changer d’avis assez rapidement et dire qu’on l’a mal compris !!! On ne le croira que quand ça sera la !!!
a écrit le 28/01/2019 à 10:39 :
Si on baisse la TVA sur les produits de premières nécessités , il faudra l'augmenter sur
d'autres produits notamment, sur ceux que nous importons . Une question d'équilibre car il faut que les impôts qui pénalisent le travail baissent, A savoir, la CSG et l'IR .
Il ne faudrait pas que le gouvernement fasse l'économie d'une réforme en profondeur de notre système fiscal. 550 niches , l'IR payé seulement que par 42% des français.
Lutter aussi contre la fraude fiscale(ou sa version light optimisation fiscale )estimée à 80 milliards par an , autant que ce que rapporte l'IR .
a écrit le 28/01/2019 à 10:36 :
LA TVA est un bon moyen pour taxer les produits etrangers pas la CSG ,,,,,,?

Une tva à 30 % sur les repas à 200 € comme dit MR DARMANIN ne me choque pas le repas routier restant à 5 ??????
LA TVA à 30 pour les bateaux de croisieres ok mais pas pour le gars qui va au boulot ,,

une amende a 135 € le smicard fait un effort de 11% de son revenu le depute qui a vote la loi ne donne que 2,5 % DE SON REVENU Madame JOUANNEAU NE DONNE QUE 0,9 ,,,,,
a écrit le 28/01/2019 à 10:27 :
Le Maire ne peut pas cautionner le retour de l' ISF, les grandes fortunes qui tiennent les médias d' opinion ne pardonneraient pas à lrem ..
Alors que Macron a supprimé l’ISF, a donné des milliards aux entreprises via le CICE, a donné des milliards à l’UE, a autorisé les plus grandes fortunes à procéder à au moins 80 milliards d’euros d’évasion fiscale…

Et alors qu’il pique 3,6 milliards d’euros sur les maigres économies des détenteurs de livrets A, et qu’il s’attaque aux retraités et aux chômeurs…

https://www.upr.fr/actualite/france/a-la-veille-des-nouvelles-manifestations-des-gilets-jaunes-dans-toute-la-france-macron-se-livre-a-une-nouvelle-provocation/

Sa seule réponse à la révolution qui commence est une nouvelle provocation pleine de haine et de mépris à l’égard des Français.

Il vient de déclarer que « Trop de Français n’ont pas le sens de l’effort »
a écrit le 28/01/2019 à 9:50 :
Le maire n as pas de pouvoir c est macron le chef ce pas la TVA c est tout ( csg taxes indexés la revalirisation des retraites hadicape indexé sur l'inflation fin de geles des retraites carsat arrco de puis 2013 pour arrco La carsat de puis Sarkozy 6 mois plus 6 moi plus 6 mois ? 6 mois à macron pour sortirez la france du merdier
a écrit le 28/01/2019 à 9:20 :
l'avantage de la TVA est de taxer les produits importes pas la csg
et puis une tva à 25 pour (comme dit MR DARMANIN) sur les repas à 200€ ne me choque pas. Repas à 5 pour le repas routier uniquement; tva à30 pour les bateaux de croisiere mais tva à 5 pour le gars qui va au boulot etc
a écrit le 28/01/2019 à 8:03 :
c'est juste l'inverse qu'il faut faire. La TVA c'est le seul impôt qui permet de taxer légalement les importations. Pour les produits de soit disant première nécessité il n'y a pas lieu de réduire un taux déjà réduit. Vu l'importance des déficits et des dettes et l'incapacité à réduire le gouffre des dépenses publiques il faudrait comme certains candidats le proposait augmenter le taux normal. Pas facile de ne pas être démago.
a écrit le 28/01/2019 à 8:02 :
On nous bassine avec la competitivité alors ils feraient mieux de baisser les impots a la production (tout ce qu'il y a a payer avant même d'avoir rentré le premier sou de chiffre d'affaire) au lieu de baisser les taxes a la consommation.
Il y a des pans entiers de l'economie a rerentabiliser ou plutot a arreter de derentabiliser la baisse de la tva ne ferait qu'augmenter les marges des distributeurs.
Et globalement, si on fait gaffe, si on "sait faire ses courses" ,ce ne sont pas les produits de premiere necessité (alimentaire, produits de toilette, habits "de base") qui coutent chers en france
a écrit le 28/01/2019 à 2:14 :
Dans l'émission de Hanouna ,un des chroniqueurs a proposé de compenser la suppression de la tva sur les aliments de première nécessité,par une augmentation de la TVA de 20 à 21%,sur les produits de luxe. En Europe,la TVA peut aller jusqu'à 25%,on peut aller jusqu'à ce chiffre,mais il faudrait arrêter la détaxe pour les touristes ,notamment chinois et japonais ,qui achètent énormément de produits de luxe détaxés à Paris.Il faudrait que Kerring et autres Vuitton,fassent un effort pour ne pas trop augmenter leurs prix ,pour ne pas faire fuir les touristes.
L'autre possibilité,c'est la TVA progressive,elle existe au Canada. Ça paraît d'application compliquée,mais elle est très facile à faire.D'ailleurs,même des gens très libéraux,proposent que les amendes de la circulation,soient progressives. On paierait moins si on a le SMIC et ceux qui ont des bons revenus paieraient le prix normal.
a écrit le 28/01/2019 à 1:14 :
la baisse de la tva sur les produit de premiere necesites redonneras du pouvoir d achat aux pauvres /et meme aux industries de la bouche comme la restauration les usines a conserves / meme aux enfant mangent dans les cantines ect ect ;en economies tous et possible il suffit d une volonte politique qui pense aussi aux PAUVRES???
Réponse de le 28/01/2019 à 7:39 :
Pas évident ; il y a déjà eu des baisses significatives de TVA sur le restauration (de 19,6% à 5,5% puis 7% et 10%) et la TVA sur les produits alimentaires n'est qu'à 5,5%.
a écrit le 27/01/2019 à 20:50 :
Avec la croissance démographique explosive inutile de se faire des illusions , les conflits pour survivre sont inévitables . Les petits gentils qui nous gouvernent ne font pas le poids .
a écrit le 27/01/2019 à 19:39 :
Quelle naiveté et démagogie :
supprimer la TVA de 5.5% sur les produis de première nécessité,

- c'est exactement autant de marge en plus pour les Distributeurs,

-et autant en pire pour l'Etat en Faillite.
L'état c'est qui ? les contribuables.
Qui auront un Etat, ENCORE plus dégradé : IMPOTS futurs,

Ce, LE COMBLE, après avoir engraissé la Distribution de, encore ! 5.5% de plus

DOUBLE PEINE POUR NOUS
Les Grands distributeurs, vont etre les super gros gagnants :

et des gilets jaunes,
et de la loi alimentation, destinée à sauver les agriculteurs, et qui va les enfoncer encore plus !!!!!!! marges considérablement accrues pour Hyper et Super.
a écrit le 27/01/2019 à 19:03 :
L’idéal serait le rétablissement de l’ISF uniquement pour les résidences secondaires y compris ceux dans des sci

Ensuite une baisse des loyers de biens en location partout en France.

relancer secteur de la restauration et du bâtiment :
une baisse de la tva pour augmenter la croissance en France

Et baisse de la tva pour les produits de bases pour lutter contre la précarité
Réponse de le 28/01/2019 à 7:45 :
L'ISF n'a pas été supprimé pour les résidences secondaires qui restent soumises à l'IFI. Elles paient aussi la TF et ne seront probablement pas concernées par la suppression de la TH (alors même que leurs propriétaires ne bénéficient en général qu'une faible partie de l'année des services offerts par les collectivités territoriales) Et en plus elles ne peuvent bénéficier du plafonnement de la TH en fonction du revenu qui n'est applicable qu'à la résidence principale. Bref, elles sont déjà bien assez matraquées comme ça.
Réponse de le 28/01/2019 à 16:35 :
Yaka Fokon. Baisse des loyers arbitraires? Cela s'apparente au communisme dont on continue de voir les dégats au Venezuela avec Maduro. Relancer les secteurs de la restauration et du batiment? Comment? en créant encore de la dette alors qu'on croule dessous. Baisse de la TVA? Donc moins de recettes fiscales? Car la baisse de la TVA n'a jamais relancé la consommation. Vous n'achetez pas 2 baguettes parce que la TVA a baissé.....Bref, du grand n'importe quoi. Un budget s'équilibre et actuellement nous dépensons plus que ce que nous gagnons. Il serait bon de s'attaquer aux dépenses de l'état, à la gabégie et aux niches fiscales qui ne servent à rien.
a écrit le 27/01/2019 à 19:02 :
La " loi alimentation " censée rémunérer les agriculteurs de leur pénible sort,
les enfoncent plus encore : la Grande Distrib l'a détournée A SON PROFIT.


Reste une solution :
-leur accroitre fortement la taxe FISAC, pour revitaliser les centre-bourg
- leur créer une forte taxe prélevée par la Mutualité Sociale Agricole pour financer la retraite des agriculteurs : puisque la Grande Distrib les ruine.


Mais le lobby des Grands Distributeurs,
est bien plus puissant que les Gouvernements et Présidents
a écrit le 27/01/2019 à 18:34 :
Le discours est toujours le même , bien rodé: "taxer les riches ne va pas enrichir la France, cela fera fuir les forces vives du Pays"
Mais l'ISF rapporte 5 milliards par an et plus le temps passe, plus il rapporte.
Conclusion: quelques centaines de riches fuient le pays, ça reste marginal.
En clair, l'ISF ne ruine pas les riches et apporte beaucoup d'argent qui sera autant de pression fiscale en moins sur les classes moyennes (enfin en théorie).
Réponse de le 27/01/2019 à 21:10 :
Je vous rapelle que le budget est déjà en déficit chronique de 70 Milliards, ce qui représente en passant 13% de toutes les dépenses sociales confondues. L'ISF ne peut donc pas combler un tel trou. Avec ou sans il faudrait quand même des économies sur d'autres postes ou accepter de cotiser plus.
a écrit le 27/01/2019 à 17:47 :
Pourquoi ne pas dire la vérité aux français? Ce n'est pas possible, le populisme n'est pas une recette miracle. Manu qui réduit le prix du permis chasse via une taxe sur l'eau etc.... J'arrive à comprendre la méfiance, des gens envers les médias, complices ou pas, je ne sais pas. L'accident d'un coureur automobile, dont une célèbre caméra lui est rentrée dans le crane ... pas un mot par intérêt commercial .... le reste va avec, hélas. (je ne suis pas gilet jaune ... ni demain ).
a écrit le 27/01/2019 à 17:34 :
Cet individu n'a aucune compétence économique et aucune conviction. Il fera ce que Bercy lui dit de faire.
Il passe son temps à se répandre dans les média en agitant des hochet et des grelots dont chacun a saisi la vanité depuis son ralliement post électoral au macronisme.

Il fait partie de l'équipe que les français veulent voir dégager au plus vite.
a écrit le 27/01/2019 à 17:27 :
"L'ISF existe depuis des années, il n'a pas permis d'endiguer la pauvreté dans notre pays, il n'a pas permis de réduire le chômage"

Il y a des tas de trucs qui existent depuis des années et n'ont pas permis de réduire le chômage. Il y a la baisse phénoménale de l’impôt sur le revenu des plus riches dont la tranche marginale d'imposition est passée de 70% à 45%. Il y a la réduction de la part de l'IR dans le PIB. Cette part a presque été été divise par deux depuis 1976, (ce sont les taxes à taux fixe qui l'ont remplacée).
Et il y aussi la dévalorisation du travail au détriment du capital, l'abandon de la souveraineté économique par le politique au profit des élites économiques...
Réponse de le 28/01/2019 à 11:12 :
Votre raisonnement n'est pas mieux...
Ce n'est pas en rétablissant l'ISF que les Français iront mieux. L'ISF n'existe qu'en France et on voit le dynamisme économique du pays par rapport à d'autres... ça n'existe pas tout mais ça n'améliore pas les choses.
Je vois plutôt dans l'ISF un moyen d'assouvir la jalousie des Français qui n'aiment pas que certains gagne plus qu'eux. La jalousie n'est pas une politique économique.
Si cela permet de refaire partir l'investissement et de donner du boulot aux gens, personnellement je m'en fiche que certains gagnent du pognon.
Je rappelle aussi que l'ISF n'a pas vraiment disparu car il a été remplacé par l'IFI. Bref arrêtez de faire de l'économie de bas étage et laissez les professionnels gérer.
a écrit le 27/01/2019 à 17:25 :
Mème habillé en rouge avec une barbe blanche.... je reste certain que le père Noël n'existe pas . Ce n'est pas réaliste, ni possible.
a écrit le 27/01/2019 à 17:22 :
HOLLALLLALLLLA,

"l'ISF n'a pas d'impact, elle est inutile, insignifiante, ne réduit pas ci, ne réduit pas ça"

mais purée quand on est endettée jusqu'au cou, on prend l'argent oû il y a du superflu et pas chez les pauvres. C'est ça tenir un budget !!!!!!
a écrit le 27/01/2019 à 17:22 :
baisser la tva? ok il finance comment un impot stable et rentable, peu sensible a la conjoncture, et pas trop dolore?
le genre meme de gesticulation dont il pourrait se passer
on apprend ca sur les bancs de la fac en deuxieme annee
bienentendu, je nuance mon jugement s'il taille dans les depenses copieux, du meme montant pour commencer, car il a compris que les gens en ont marre de la pression fiscale........
le francais est ulcere du bbonneteau, et est moins con qu'il n'y parait
a écrit le 27/01/2019 à 17:16 :
Il faut raisonner avec la notion de "double dividende", ce qui nécessite un raisonnement inaccessible à beaucoup de Français: on augmente le prix de l'énergie, mais on diminue le cout du travail, à niveau constant.
Réponse de le 27/01/2019 à 19:29 :
Et pour ceux qui ne travaillent pas encore ou ne travaillent plus?
Punition énergétique?
a écrit le 27/01/2019 à 17:16 :
Mais est ce que les prix baisseront ? J'ai le vague souvenir de la baisse de la TVA sur la restauration si chère à Mr Daguin, en face création de 100 000 emplois, augmentation des salariés(es) et baisse des prix, résultat, pas de baisse des prix, pas d'augmentation salariale, quant au création d'emplois 30 000. Et pourtant ce secteur a aussi bénéficié de la baisse des charges patronales sur les salaires (loi Fillon). Et maintenant les employeurs de la restauration pleurent parce qu'ils ne trouvent pas d'employés, mais si les la baisse de la TVA avait profité aussi aux clients et personnels, ils n'en seraient pas là, je rappelle simplement que ces emplois ne sont pas délocalisables. De plus maintenant dans la restauration se sont bien souvent des produits industriels surgelés, réchauffés aux micro ondes, qui sont loin de valoir les prix à la carte
Réponse de le 28/01/2019 à 11:16 :
Il faudrait être cohérent dans vos remarques. Vous dites qu'il n'y a au que 30 000 création d'emplois (comparé aux 100 000 initialement annonce) et vous dites les employeurs pleurent qu'ils ne trouvent pas d'employés.
L'un ne serait-il pas la cause de l'autre? Crier au loup ne doit pas empêcher de réfléchir.
a écrit le 27/01/2019 à 17:07 :
Ce "monsieur" est ouvert au clientélisme sans plus! Au lieu de transférer des cotisations sociales sur la TVA pour augmenter le pouvoir d'achat, il préfère rendre les produits importés moins cher! Il sabote la compétitivité et la diminution du déficit commercial!!
Réponse de le 27/01/2019 à 17:21 :
Bien d'accord ! Mais, pour que la majorité de nos compatriotes comprennent les subtilités de ces mécanismes, il faudrait enseigner l'économie dès le primaire !
Moins il y aura d'impôts, moins il y aura de redistribution, donc plus de pauvres ; et, en plus pour la TVA, les produits importés étant moins chers, on fermera des usines en France, donc plus de chômage, donc plus de galères, etc ...
Réponse de le 28/01/2019 à 11:17 :
Oui mais les gilets jaunes veulent la baisse de la TVA, donc vu que ce sont des experts en économie, ce sont eux qui doivent avoir raison...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :