Intelligence artificielle : après Facebook, Google mise sur la France

 |   |  491  mots
Google va ouvrir un centre de recherche fondamentale dédiée à l'intelligence artificielle à Paris, a promis lundi le PDG Sundar Pichai.
Google va ouvrir un centre de recherche fondamentale dédiée à l'intelligence artificielle à Paris, a promis lundi le PDG Sundar Pichai. (Crédits : Mike Blake)
Google a annoncé lundi l'ouverture d'un centre dédié à l'intelligence artificielle à Paris. En parallèle, le géant américain souhaite doubler ses effectifs au siège parisien, pour atteindre les 1.000 employés d'ici fin 2018. Le moteur de recherche va aussi renforcer sa présence en régions, avec l'ouverture "d'Ateliers numériques".

Facebook et Google ne sont pas arrivés les mains vides au sommet sur la compétitivité de la France, organisé lundi à Versailles par Emmanuel Macron. Les deux géants américains ont annoncé des investissements pour l'intelligence artificielle dans l'Hexagone. Google va ainsi ouvrir un centre de recherche fondamentale dédiée à l'intelligence artificielle à Paris, a promis lundi le PDG Sundar Pichai lors d'une rencontre bilatérale avec le président de la République. En partenariat avec la communauté académique française, ce centre "travaillera sur des domaines tels que la santé, l'Art ou encore de l'environnement", précise le communiqué de presse. "Ces chercheurs viendront s'ajouter aux 120 ingénieurs qui travaillent déjà dans notre centre de Recherche et Développement parisien."

Ce centre de recherche, le troisième du groupe après Mountain View (Californie) et Zurich (Suisse), sera installé dans le siège parisien, qui s'étendra sur 6.000 m² supplémentaires pour devenir un "campus". Arrivé en France en 2004, Google disposera au total d'un campus de 21.000 m². Conséquence : le moteur de recherches promet des embauches. Déjà annoncé en octobre dernier, l'entreprise américaine dit vouloir doubler le nombre de postes pour atteindre les 1.000 employés à son siège parisien.

Renforcer sa présence en régions

Enfin, Google veut aussi renforcer sa présence dans les régions françaises avec des "Ateliers Numériques". Le géant de la Silicon Valley a annoncé la création de nouveaux locaux dans 4 régions françaises différentes "dédiés à la culture du numérique et à la formation des citoyens français afin d'améliorer leurs compétences numériques", indique le communiqué.

La Bretagne sera la région pilote avec un premier "Atelier Numérique" qui ouvrira ses portes à Rennes. "Les trois autres espaces seront inaugurés dans les prochains mois", poursuit le communiqué, sans plus de précision. Objectif : former gratuitement 100.000 personnes par an.

Un plan de 10 millions d'euros pour Facebook

Un autre géant de l'internet américain, Facebook, avait déjà annoncé plus tôt lundi son intention de doubler le nombre de chercheurs de son centre sur l'intelligence artificielle créé en 2015 à Paris, qui passera de 30 à 60. Ce centre, le "FAIR Paris" est l'un des quatre sites mondiaux de Facebook sur l'intelligence artificielle et mène des recherches fondamentales.

Le groupe va également investir 10 millions d'euros supplémentaires d'ici 2022 "pour accélérer l'intelligence artificielle en France", soit un triplement des sommes qu'il y consacre. L'entreprise de Mark Zuckerberg  avait annoncé de son côté deux programmes visant à former au numérique 65.000 personnes d'ici la fin de l'année prochaine.

Ces annonces des deux groupes américains sont du "registre de l'emblématique", souligne-t-on à l'Elysée, c'est "très important pour nous car un signal de la compétitivité de la France dans l'intelligence artificielle".

Lire aussi : Intelligence artificielle : Facebook investit 10 millions en France et s'apprête à recruter

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/01/2018 à 15:59 :
Enfin la France gagne en ampleur à l'international et finira par devenir un pays leader dans le monde entier !
a écrit le 24/01/2018 à 16:09 :
J'adore cette nouvelle : Ces entreprises Google et Facebook ne payent déjà pas (ou si peu) d'impôts en France qu'elles veulent maintenant profiter d'économies de charges fantastiques permises par le Crédit Impôt Recherche (abattements importants sur les charges sociales, sur les amortissements, les frais de fonctionnement..).
La France n'est attractive pour ces entreprises que pour n'y pas payer grand chose.
Heureusement qu'on a une classe moyenne silencieuse et des petites entreprises très généreuses en France pour compenser ce manque à gagner colossal !!
a écrit le 24/01/2018 à 12:30 :
Et si l'I.A. n'était qu'un "artifice" ?
a écrit le 23/01/2018 à 21:54 :
C'est bien, on ne peut pas sans plaindre. Malheureusement pour l'instant, ça serait infiniment plus rentable que les GAFA repartent avec leurs emplois et par contre paient 100% de leurs impôts.
a écrit le 23/01/2018 à 20:51 :
C'est le genre de ''nouvelle'' qui ne m'émeut pas outre mesure, et pour cause.

Que ça soit Google, Facebook ou Amazon, les investissements qu'ils font en France sont, dans les faits, très modestes... et sont étalés sur plusieurs années... et ce, si la conjoncture économique le permet... pas de quoi pavoiser !

À titre de comparaison, de nombreuses universités nord-américaines ont, chaque année, des dizaines de millions en R&D qui sont investis soit par les GAFAM ou soit par des multinationales de tout acabit. Et c'est dans ces universités, entre autres, où se trouvent les vrais centres de recherche.

Vous allez me dire, il vaut mieux ça que rien du tout, et je suis d'accord sur le fond. Mais quand on est obligé de faire ce genre d'annonce, et écrire ce genre d'article racoleur, c'est que la France est au point où elle est au désespoir de rattraper le temps perdu depuis des décennies. Ça ne se fait pas en criant Macron.
a écrit le 23/01/2018 à 17:05 :
Oui.... Sans parler du pillage des donnees et du formatage des esprits... Les USA nous envahissent....
a écrit le 23/01/2018 à 15:41 :
On en a bien besoin pour remplacer des cerveaux malades.
a écrit le 23/01/2018 à 15:06 :
10 millions d'euros d'ici 2022 pour Facebook. Quelle largesse.
a écrit le 23/01/2018 à 11:56 :
Y'a bon le CIR .....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :