Sommet de Versailles : pour Macron, la finance n'est plus "l'ennemie"

Emmanuel Macron a-t-il fait du anti-Hollande en sortant "le grand jeu" face à 140 patrons de multinationales lundi à Versailles ? La presse de mardi est partagée.
(Crédits : HANNAH MCKAY)

Dans Libération, Laurent Joffrin rappelle que "contrairement à un préjugé solidement ancré, la France a toujours attiré les capitaux étrangers" et "Emmanuel Macron peut se prévaloir de résultats qui sont principalement imputables à son prédécesseur" François Hollande.

Cependant, "il faut mesurer le chemin parcouru", insiste Guillaume Maujean dans Les Echos. "Il y a six ans, le futur président (François Hollande, ndlr) déclarait la guerre à la finance, son +ennemi+ héréditaire."

"Ses premières réformes sociales, les premières mesures fiscales, ont accrédité l'idée" qu'Emmanuel Macron "n'était pas l'ennemi de la finance, pour autant qu'elle +ruisselle+ sur le terrain de l'investissement, donc de l'emploi", relève Jean-Michel Helvig dans La République des Pyrénées.

Versailles : opérations séduction

Cette stratégie du "ruissellement" a le don d'horripiler L'Humanité, pour qui "Macron célèbre à Versailles la grande crue des dividendes". Dans son éditorial, Patrick Apel-Muller persifle "le gratin de la fortune mondiale (...) réuni autour d'un président qui se rêve monarque".

Plus sobrement, le Courrier Picard estime, sous la plume de Daniel Muraz, que "le président a donc joué une fois de plus les VRP. Un rôle qu'il affectionne et pour lequel l'ancien banquier n'est pas le moins doué".

"A l'heure où les Anglais sont englués dans leur Brexit et où les Allemands patinent à trouver une coalition, Paris veut démontrer avec brio et faste que la France est de retour", écrit Alain Dusart dans L'Est républicain.

"L'Angleterre déprime, les États-Unis perdent la tête, l'Allemagne chancelle, l'Italie a la tête aux élections, alors la France sort le grand jeu, les petits fours et les compliments", résume à son tour Florence Chédotal dans La Montagne.

Pour Laurent Bodin de L'Alsace, Emmanuel Macron, qui doit aussi se rendre cette semaine au Forum économique de Davos, "endosse les habits de représentant commercial du produit France".

"Reste à savoir le prix à payer de ces opérations séduction auprès d'acteurs dont la philanthropie n'est pas le premier des moteurs", insiste Eric Marty du Midi libre.

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 23/01/2018 à 18:28
Signaler
Ha, ha, ha MDR, tout va bien !

à écrit le 23/01/2018 à 17:15
Signaler
Curieusement... On ne nous parle pas des conditions offertes.... Sans parler de l opportunité du CIR.... LesUS perdent peut etre la tete, mais pas les gafa.... Dont nous allons etre encore plus dependants.... Siphonnage de toutes les donnees.... Et m...

à écrit le 23/01/2018 à 16:31
Signaler
Réorienter l'épargne des français sur les PME françaises et étrangères sur le sol Européen, c'est continuer a délocaliser la richesse de la France et sa crédibilité financière! Car n'imaginez pas un instant que l'argent restera sur le sol français et...

à écrit le 23/01/2018 à 16:17
Signaler
pas tant dd fanfaronnade emplois prevu 2200 licenciements carrefour 2400 donc une goutte d'eau et j'espere que ces investisseurs ne sont pas comme Disney ou ceux des emires EXONERES D-IMPOTS ,,

à écrit le 23/01/2018 à 16:09
Signaler
Quand on parle de la réorientation de l’épargne des français c'est pour mieux l'aspirer dans les hautes sphères de la finance car, ne pensez pas qu'elle restera sur le sol français mais alimentera les sous-traitants mondiaux de ces conglomérats finan...

à écrit le 23/01/2018 à 14:35
Signaler
Par contre il est l'ennemi des retraités avec sa hausse de la CSG.

le 23/01/2018 à 16:07
Signaler
Tu peux rajouter les salariés avec la loi travail.

le 23/01/2018 à 16:55
Signaler
si laTH baisse en octobre, ça sera positif ou pas du tout ? (vu que les vases communiquent, il faudra bien trouver cet argent quelque part, la hausse des taxes des carburants en 2018, c'est destiné à compenser la baisse des charges sur le travail (la...

à écrit le 23/01/2018 à 14:26
Signaler
Pour sûr, la finance il aime ! Les gardiens de prison moins. Courageux mais pas téméraire !

à écrit le 23/01/2018 à 14:24
Signaler
Macron a surtout repris l’idee de Sarkozy qu’Hollande avait utilisée mais sans lendemain. Cette fois, c’est dans les dorures de Versailles, à la Macron, pour faire de belles images......

à écrit le 23/01/2018 à 14:06
Signaler
Macron à Versailles : blablabla..... "welcom in France"....blablabla....."no tax"....blablabla....."very large extraordinary profit"....blablabla...."I am the king of the world".... (mais à la fin Leonardo Dicaprio finit mal...)😁

à écrit le 23/01/2018 à 11:15
Signaler
Pour macron l a finance n est plus l ennemis seulement LeS retraitees sonts leS ennemi de macron ?

à écrit le 23/01/2018 à 11:12
Signaler
""Il y a six ans, le futur président (François Hollande, ndlr) déclarait la guerre à la finance, son +ennemi+ héréditaire."" Il y a les mots et il y a les faits, or dans les marchés financiers ont gagné autant sous hollande que sous sarkozy. ...

à écrit le 23/01/2018 à 11:07
Signaler
"contrairement à un préjugé solidement ancré, la France a toujours attiré les capitaux étrangers" On voit ce que cela donne depuis 1988 et l'ouverture des prises de participation de sociétés étrangères dans les entreprises françaises. Plus de 6 mi...

à écrit le 23/01/2018 à 10:35
Signaler
Petit rappel, la "théorie" du ruissellement est une idée qui a été étudiée sérieusement par de nombreux organismes, économistes et chercheurs. La conclusion est qu'elle ne fonctionne pas !!!! Aucune étude n'a réussi a démontrer qu'elle marche. Mais b...

à écrit le 23/01/2018 à 8:49
Signaler
Où est la morale quand un valet de la finance va dérouler le tapis rouge aux multinationales qui ne paieront qu'un impôt minime en France grâce à l'optimisation fiscale?

le 23/01/2018 à 9:43
Signaler
Ben, ça donne du travail aux gens, si toutefois la valeur travail représente encore quelque chose dans notre pays.

le 23/01/2018 à 11:41
Signaler
"Ben, ça donne du travail aux gens" Oui mais le travail sans salaire et sans condition de travail épanouissant ne peut plus assumer son rôle épanouissant. Puis alors vous venez nous faire la morale sur le travail alors que vous défendez des r...

le 23/01/2018 à 17:18
Signaler
Je ne sais pas où est la morale dans ce que j’ai écrit... Un travail est rarement épanouissant, le but de travailer est principalement de pouvoir se payer un toit et à manger. « Sans salaire », c’est un peu facile, si vous voyagiez un peu, vous re...

le 25/01/2018 à 9:38
Signaler
"si toutefois la valeur travail représente encore quelque chose dans notre pays" = Morale. "Un travail est rarement épanouissant" Ben dites donc vous vous faites vraiment une très mauvaise idée du travail, on voit que vous pratiquez pas b...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.