L'auto-entreprise, une entreprise comme une autre ?

Selon une étude de l'Insee, 54% des auto-entrepreneurs qui démarrent en font leur activité principale. On est loin du "travailler plus pour gagner plus".
Fabien Piliu

2 mn

Selon l'Insee, 17% des auto-entreneurs se lancent dans les activités techniques, 16% dans la construction.
Selon l'Insee, 17% des auto-entreneurs se lancent dans les activités techniques, 16% dans la construction. (Crédits : © Michaela Rehle / Reuters)

Lancé en 2009, le régime de l'auto-entrepreneur a connu un succès foudroyant. Plus d'un million de personnes ont décidé de se lancer dans l'aventure de l'entrepreneuriat. Avec plus ou moins de succès. En effet, une majorité d'auto-entreprises ne réalise pas de chiffre d'affaires.

Selon une étude de l'Insee qui porte sur l'année 2014, 54% des auto-entrepreneurs qui démarrent réellement en font leur activité principale. On est loin du "travailler plus pour gagner plus", le slogan phare de Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2007 dont la concrétisation fut ce régime. Certes, dans l'esprit d'Hervé Novelli, le secrétaire d'Etat chargé des PME de l'époque, à l'origine de ce dispositif, l'auto-entreprise devait en effet constituer une première étape du développement classique d'une entreprise : TPE, PME, ETI, grands groupes. Mais il devait surtout permettre de se procurer un complément de revenu officiel, fiscalisé, tout en faisant la chasse au travail clandestin.

Une forme classique d'entreprise

Au regard de l'étude de l'Insee, l'auto-entreprise est donc devenue une forme classique d'entreprise pour ceux qui ont opté pour ce régime. Quelles sont les secteurs d'activité privilégiés ? L'Institut cite le commerce (19 %), les activités spécialisées, scientifiques et techniques (17 %) ainsi que la construction (16 %).

" Quand un auto-entrepreneur devient actif dans le commerce ou la construction, c'est
près de deux fois sur trois à titre d'activité principale. La répartition par secteur des auto-entrepreneurs exerçant en activité de complément est très différente. Elle
est en effet dominée par les activités spécialisées, scientifiques et techniques (22 %), loin devant le commerce (13 %), la construction ou l'enseignement (9 %). Dans les arts, spectacles et activités récréatives, comme dans l'enseignement ou l'information-communication, plus de 55 % des auto-entrepreneurs actifs le sont à titre d'activité de complément ", explique l'Institut.

Les chômeurs sont représentés en majorité

Qui sont-ils ? Parmi ceux qui font de leur projet leur activité principale, on trouve 42% de
chômeurs et 24% de salariés. C'est assez logique. Pour une activité de complément, les proportions s'inversent , avec seulement 14 % de chômeurs contre 52 % de salariés du privé.

" Ainsi, deux catégories se distinguent : l'une cherche à assurer son propre emploi alors que l'autre cherche avant tout un complément de revenu. À cet égard, le profil des auto-entrepreneurs démarrant en activité principale ressemble davantage à celui des créateurs individuels classiques qu'à celui des auto-entrepreneurs en activité de complément ", avance l'Insee.

Fabien Piliu

2 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 10/09/2016 à 14:57
Signaler
N'oublions pas que sur le nombreux d’autoentreprises qui s'ouvrent une bonne part ferment et laissent ceux qui se sont donné pour les créer sur la paillent voir même certain aillant tout perdu (sauf le droit de rembourser le crédit) finissent pas se ...

à écrit le 09/09/2016 à 19:33
Signaler
Le statu d'auto-entrepreneur a essentiellement sorti des centaines de milliers de personnes des statistiques du chômage et permit à l’État de faire rentrer des recettes sur les gagne misère..??? Les chiffres, laissent perplexe..!! 550,000 entreprise...

le 10/09/2016 à 15:00
Signaler
Ils ont "oublié" de nous indiquer les chiffres des autoentreprises qui font faillites... Et elles sont nombreuses, si un sur dix reste viable c'est déjà bien...

à écrit le 09/09/2016 à 10:44
Signaler
Pour une activité de complément l'étude omet de citer une catégorie : les retraités . Par ailleurs il serait intéressant de connaitre le % de fonctionnaires qui ont demandé une dérogation à leurs administrations pour exercer une activité commercial...

à écrit le 09/09/2016 à 10:28
Signaler
Personnellement, je dis bravo à ces gens qui préfèrent se décarcasser pour s'en sortir plutôt que de vivre aux crochets des autres. Pour les épauler, il faudrait d'ailleurs que tout chiffre d'affaires/revenu global inférieur à disons 30 K euros/an so...

à écrit le 09/09/2016 à 10:20
Signaler
C'est la confirmation de la baisse généralisée des revenus, pour beaucoup mieux vaut gagner peu en étant à leurs comptes que de gagner peu en étant employés. Vu le nombre de chômeurs nombreux n'ont pas vraiment le choix non plus. Trop d'actif...

le 09/09/2016 à 13:26
Signaler
@citoyen blasé: sauf que n'est pas entrepreneur qui veut, parce cela demande beaucoup de travail, qu'il faut avoir un projet qui tient la route et un moral d'acier. Plus facile donc sur la papier que dans la réalité. Le fait est, cependant, qu'il vau...

le 09/09/2016 à 14:30
Signaler
Vous ne savez vraiment pas de quoi vous parlez, votre ignorance est vraiment lamentable. Nombre de maçons ou peintres ou électriciens sont autoentrepreneurs, il n'y a pas besoin d'avoir un projet quand il y a déjà un énorme marché. Instruisez...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.