L'économie française entre dans sa pire récession depuis la seconde guerre mondiale

L'économie française s'est sans doute contractée de 6% au premier trimestre, selon la prévision publiée mercredi par la Banque de France, alors que les mesures de confinement instaurées pour lutter contre l'épidémie du nouveau coronavirus ont entraîné la fermeture de nombreux secteurs économiques. Près de 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel selon de récents chiffres du ministère du Travail.
Grégoire Normand

6 mn

Chaque quinzaine de confinement entraine une perte de PIB annuel proche de -1,5%.
Chaque quinzaine de confinement entraine une perte de PIB annuel proche de -1,5%. (Crédits : © Neil Hall / Reuters)

L'onde de choc du coronavirus fait vaciller l'économie française. Selon le dernier bulletin de la Banque de France publié ce mercredi 8 avril, le produit intérieur brut (PIB) a reculé de 6% au premier trimestre 2020. Cette estimation correspond à la pire performance trimestrielle de l'économie française depuis 1945. Le PIB s'étant déjà replié de 0,1% au quatrième trimestre, selon les dernières données de l'institut national des statistiques Insee, la France est donc techniquement en récession. Il faut remonter à 1968 pour observer une chute comparable de l'activité durant un trimestre selon les économistes. À l'époque, le PIB avait chuté de 5,3% au second trimestre, après les événements de mai, avant de rebondir à 0,8% au troisième trimestre. Lors d'une récente audition au Sénat, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a tiré la sonnette d'alarme.

"J'ai donné il y a quelques semaines une évaluation provisoire des perspectives de croissance pour 2020 de -1%, indiquant que ce chiffre serait révisé. Je rappelle que le chiffre de croissance le plus mauvais qui a été fait par la France depuis 1945, c'est en 2009, après la grande crise financière de 2008, -2,9%. Nous serons vraisemblablement très au-delà des -2,9% de croissance de 2009, c'est dire l'ampleur du choc économique auquel nous sommes confrontés."

Ce repli de l'économie a entraîné une explosion des demandes de chômage partiel. Selon des chiffres du ministère du Travail, près de 6,3 millions de personnes étaient au chômage partiel, soit une hausse de 2,6 millions en une semaine. Près de 670.000 entreprises sont concernées par ces demandes.

Terrible chute dans la construction

La propagation du virus a touché l'ensemble des secteurs. Selon une estimation de la banque centrale française, une semaine de confinement entraîne une perte d'activité d'environ 32%. "Sur l'ensemble du mois de mars, la perte d'activité serait de -17%, compte tenu des deux semaines de confinement et de la baisse d'activité enregistrée dans certains secteurs dès le début du mois", expliquent les auteurs du point de conjoncture. Il reste que cette crise sanitaire peut avoir des répercussions très différentes. Dans le bâtiment par exemple, la chute est évaluée à 75%. La mise à l'arrêt d'une grande partie des chantiers et les difficultés pour les employeurs à appliquer les règles sanitaires ont plongé un grand nombre d'entreprises et d'artisans dans le rouge.

Les services marchands sont également frappés de plein fouet par la récession (-37%), même si une partie de la population peut effectuer du télétravail. Le commerce de gros et de détail, les transports, l'hébergement et la restauration sont particulièrement affectés (-65%). La fermeture administrative des restaurants, bars, bistrots et lieux de restauration depuis la mi-mars a provoqué une mise à l'arrêt totale et brutale de l'activité dans tous ces secteurs. Dans les services financiers et immobiliers, le repli est estimé à 12%. Cette chute est d'autant plus importante que le tertiaire marchand occupe une place majeure dans l'économie tricolore (57% de la valeur ajoutée). Du côté des services non-marchands, l'inflexion devrait se situer autour de 9% (le poids dans la valeur ajoutée est d'environ 22%).

L'industrie dans le rouge

L'appareil productif de l'économie française est en première ligne. Les statisticiens estiment que la chute de l'activité est de 48% pour l'industrie manufacturière, hors alimentaire et cokéfaction et raffinage. Beaucoup de grands constructeurs automobiles, ainsi que les équipementiers, ont suspendu leurs chaînes de production à partir de la seconde moitié du mois de mars. Dans l'énergie, l'eau, le traitement des déchets ou la cokéfaction et le raffinage, la baisse est moins violente (-15%; mais seulement 3% du PIB).

Enfin, pour l'agriculture et l'agroalimentaire, les indicateurs se sont moins dégradés. Les économistes indiquent que l'activité pourrait diminuer de 6% avec une semaine de confinement. La nécessité de maintenir les chaînes d'approvisionnement et assurer la sécurité alimentaire de la population française permet de maintenir un minimum d'activité même si beaucoup de producteurs et agriculteurs signalent une sérieuse perte de débouchés.

De nombreuses tensions sur la trésorerie

Les enquêtes menées par l'institution bancaire montrent que les entreprises ont connu de fortes tensions de trésorerie au mois de mars. Les sociétés dans le tertiaire sont particulièrement préoccupées par leur situation. Dans une moindre mesure, les industriels ont également fait part de leur angoisse. Afin de faire face à cette mise à l'arrêt brutale de pans entiers de l'économie, beaucoup d'entreprises ont signalé avoir fait des demandes de crédits. "17% des petites et moyennes entreprises (+10 points à fin mars) et 22% des entreprises de taille intermédiaire (+12 points à fin mars) déclarent avoir fait une demande récemment", précise la note.

Si le gouvernement a annoncé des mesures de soutien pour venir en aide aux entreprises, certains dispositifs comme les prêts garantis par l'État n'étaient pas encore effectifs au moment de l'enquête réalisée par la banque de France. "Les entreprises ont fait leur demande mais n'ont pas encore reçu les fonds qui peuvent couvrir 25% de leur chiffre d'affaires annuel".

Vers une reprise lente

Le redémarrage des moteurs de l'économie pourrait s'étaler sur une longue période. Le possible prolongement de la période de confinement au-delà du 15 avril pourrait peser sur les capacités de reprise. Le scénario d'une reprise en V avec un rebond vigoureux dans quelques semaines paraît de moins en moins crédible aux yeux d'un grand nombre d'économistes. Lors d'un réunion téléphonique mardi avec des journalistes, l'économiste de Natixis Patrick Artus estimait que la période de déconfinement ne serait pas effective avant un bon mois. "Nous sommes encore loin d'un déconfinement en Europe et encore plus aux États-Unis. Honnêtement, je ne vois pas comment les pays européens sérieux envisagent un déconfinement avant la mi-mai. Il ne faut pas envisager un retour à la normal avant le 15 mai. Il faut envisager des scénarios de retour des salariés entre la mi-mai et l'été".

S'il est encore tôt pour établir des prévisions sur l'ensemble de l'année, la diffusion du virus aux États-Unis et sur le continent africain pourrait entraîner des dégâts faramineux sur l'économie internationale. Dans son scénario central pour l'économie planétaire, l'économiste en chef de l'assureur crédit Coface Julien Marcilly anticipe "une récession au premier trimestre, un choc massif au second trimestre, un rebond au troisième trimestre en partant d'un niveau très bas. Le point d'incertitude sera sur la fin de l'année". La principale crainte chez les économistes est l'arrivée d'une nouvelle vague. Dans la cité-État de Singapour, montrée comme un exemple en matière de gestion de l'épidémie, les autorités ont dû adopter de nouvelles mesures contraignantes alors que le nombre d'infections est de nouveau en hausse.

> Lire aussiCoronavirus : un rebond poussif de l'économie française se profile

Grégoire Normand

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 44
à écrit le 09/04/2020 à 20:33
Signaler
On leur confis le pouvoir ils nous confinent !

à écrit le 09/04/2020 à 20:30
Signaler
Après le confinement la déconfiture ? Tout ça va terminer en fruit confis.

à écrit le 09/04/2020 à 7:56
Signaler
Un homme politique bien connu avait dit "Le Peuple d'en bas". Cette fois-ci le peuple d'en bas ri à chaudes larmes sur l'économie et il attend les multiples allocations qu'on lui doit.

à écrit le 08/04/2020 à 22:19
Signaler
Toutes les privatisations depuis 1986 jusqu'aux toutes récentes ( 3875 Milliards d'euros : EUROS CONSTANTS ) englouties-dilapidées aussitot ! en dépenses publiques Dégouté par TELLE IRRESPONSABILITE ET CYNISME

le 09/04/2020 à 10:36
Signaler
Pouvez vous expliquer ce que vous entendez par dépenses publiques???? car dépenses publiques en générique ne veut rien dire. Pour ce qui est des 3875 mds qui demandent d'ailleurs à être vérifiés, vous auriez du accoler cette somme à la croissance du...

à écrit le 08/04/2020 à 21:35
Signaler
En tout cas un chose est sûre, c'est pas ça qui va empêcher l'immobilier de grimper vers de nouveaux sommets ! c'est le moment d'acheter !

à écrit le 08/04/2020 à 20:48
Signaler
On ne confine pas parce qu'on veut sauver des vies, mais pour désengorger les hopitaux en panique. Le problème est qu'ils n'ont pas compris que sans traitement (sauf essai clinique) il est inutile d'hospitaliser. L'erreur de mettre des patients série...

à écrit le 08/04/2020 à 20:26
Signaler
Pourquoi la Presse française fait passer le confinement total et national comme une évidence, au delà même du 15 mai, alors que certains pays d'Europe ne sont pas confinés et que d'autres prévoient déjà d'en sortir ? "je ne vois pas comment les pa...

à écrit le 08/04/2020 à 18:59
Signaler
lemaire avait déjà entamé la destruction de la croissance au 4e trimestre 2019, -0.1% et ce sans crise, donc avec cette crise sanitaire lemaire/philippe/macron vont pouvoir mettre sur ce compte leur incapacité prouvée depuis maintenant 3 ans

à écrit le 08/04/2020 à 18:57
Signaler
en 1957 pas d'incidence sur l'économie de la grippe asiatique,en 1969 pas d'incidence sur l'économie de la grippe de Hong Kong. Gouverner c'est prévoir Si notre président et nos responsables avaient pris dès la mi-novembre les mesures qui s'imposaie...

à écrit le 08/04/2020 à 18:24
Signaler
Sauf l'immobilier qui va continuer à monter ; c'est la Fnaim, Century21 et quelques autres experts tout à fait indépendants du domaine qui le disent (et Ben92 aussi :)) On a toutes les raisons d'y croire ...

à écrit le 08/04/2020 à 17:57
Signaler
En parlant d'économie : Ne tardez pas ! Si vous avez des virements à effectuer, il vaut mieux s’y prendre d’ici ce mercredi soir, car sinon vous devrez peut-être attendre le mardi 14 avril. Comme l’a repéré le site Moneyvox, le logiciel Target 2...

à écrit le 08/04/2020 à 17:05
Signaler
J'ai vécu mai 68 et en plein dedans, c'était pire, et alors, tout a redémarré encore plus fort qu'avant, pourquoi ça serait différent en 2020.

le 08/04/2020 à 18:00
Signaler
Pourquoi, il y a eu un confinement en 68 avec la grippe de Hongkong qui a fait pourtant 31000 morts ?

le 08/04/2020 à 18:32
Signaler
@ lachose Mai 68 c'était le pays totalement à l'arrêt , même plus un litre d'essence dans les stations, la plupart des magasins fermés, Je n'ai pas le moindre souvenir de la grippe de Hongkong, mes parents et grands-parents étaient tous passés par...

à écrit le 08/04/2020 à 16:56
Signaler
On a la pire équipe gouvernementale depuis la création de la Veme république.

à écrit le 08/04/2020 à 14:55
Signaler
L'économie française entre dans sa pire récession depuis la seconde guerre mondiale L'impact économique du Covid-19 est une conséquence de la destruction des industries de la chaine de santé publique depuis plus de 15/20 ans ; Cela dit, d'ou vi...

le 08/04/2020 à 15:10
Signaler
Et 80% d'entre eux sont des technocrates (incompétents), possédant le statut de fonctionnaire. Arriverons-nous à mettre le grand coup de balais énergique tellement nécessaire?

le 08/04/2020 à 15:44
Signaler
Ils sont juste bons à s'occuper des migrants, CMU, procréation assistée, remboursement des préservatifs, distribution de l'argent des diplômés (ingénieurs, chercheurs, médecins, ect..) d'où l'inutilité pour les jeunes de faire des études trop longues...

le 08/04/2020 à 17:11
Signaler
C'est pas fini puisque l'on reçoit en ce moment un courrier nous annonçant que les tarifs réglementé du gaz c’est fini ( Bruxelles) et qu'il faudra choisir avant le 30 juin 2023 ,un nouvel opérateur dans une liste jointe d'une vingtaine d'entreprise....

à écrit le 08/04/2020 à 14:49
Signaler
Cette crise confirme la déconnexion partielle entre l'économie réelle et la finance. Les récentes variations de la bourse durant la crise du coronavirus ont permis à certains spéculateurs de faire de belles plus-values. Cela me rappelle le rom...

à écrit le 08/04/2020 à 14:38
Signaler
Mais on va faire bien pire encore : le prolongement déraisonnable du confinement nous conduira, après la crise sanitaire puis économique, à une crise bancaire qui doit nous faire exploser notre score ! Pathétique...

à écrit le 08/04/2020 à 14:32
Signaler
C'est invraisemblable cette intox que l'on lit dans la presse et que les médias diffusent à qui mieux mieux, à savoir que c'est pire économiquement qu'à la libération ! On prend vraiment les gens pour des jobastres. Cette manip bien orchestrée qui r...

à écrit le 08/04/2020 à 13:58
Signaler
Et ce n'est que le début....soit l'Europe rebondit ensemble ou alors chaque Etat va quitter la désunion européenne et nous sombrerons comme avant l EU, rêve de lepen, cauchemar pour les gens qui vivent dans le réel.

le 08/04/2020 à 15:15
Signaler
Si nous en sommes là, ce n'est pas de la faute à" Le Pen", même si elle est nulle et changeante, il faut rendre les responsables et décideur véritablement responsables et sanctionnable, fin du statut privilégié, des salaires en rapport avec l'état de...

à écrit le 08/04/2020 à 13:58
Signaler
L'économie est en suspens, mais l'économie n'est pas détruite. L'outil de production existe toujours. nous ne sommes pas en 45 où bien des usines, des infrastructures avaient réduites à néant. La demande va repartir lentement bien sûr, mais la produc...

le 08/04/2020 à 18:39
Signaler
Ca fantasme dur, ils n'ont pas connu la vie après 1945, c'était un oeuf pour deux, ma maman piquait les moineaux au chat pour qu'on ait un peu de viande à manger, j'était tellement maigre que mes grands-parents ont pris peur et pris avec eux, z'étaie...

à écrit le 08/04/2020 à 12:39
Signaler
apres 2022, le grand massacre fiscal et prelevement de notre argent par l'etat pour eponger.......

à écrit le 08/04/2020 à 12:34
Signaler
trop de pollution, trop de trafic d'animaux protégés...et voilà Covid qui va remettre les compteurs à 0 La justice sociale, la croissance avec les dents, la justice climatique, la justice universelle interplanétaire et interstellaire....tout ce mi...

à écrit le 08/04/2020 à 12:26
Signaler
"On " n'a qu'à continuer dans le confinement imbécile, dans la surenchère des mesures inutiles et surtout liberticides. Chaque jour qui passe emporte quelques morts, mais aussi la vie normale de millions de personnes. Tout cela parce qu'il manque d...

le 08/04/2020 à 13:01
Signaler
Plusieurs milliards de terriens sont en confinement. La faute à notre gouvernement ?

le 08/04/2020 à 13:28
Signaler
Réponse à Marc 469 Il ne faut pas suivre la majorité comme des moutons mais s'inspirer des meilleures économies qui n'ont pas confinées :le virus fera des dizaines de milliers de morts à plus de 90 % dans les plus de 70 ans mais la crise économi...

le 08/04/2020 à 13:30
Signaler
Réponse à Marc 469 Il ne faut pas suivre la majorité comme des moutons mais s'inspirer des meilleures économies qui n'ont pas confinées :le virus fera des dizaines de milliers de morts à plus de 90 % dans les plus de 70 ans mais la crise économi...

le 08/04/2020 à 14:31
Signaler
@Mikado "le virus fera des dizaines de milliers de morts à plus de 90 % dans les plus de 70 ans" Marc469 est peut-être dans le paquet,c'est pour ça.

à écrit le 08/04/2020 à 12:17
Signaler
Toutes les économies du monde, pas uniquement le France. Tout le monde à la même enseigne.

à écrit le 08/04/2020 à 11:23
Signaler
Encore un article pour rien. Si tout le monde est confiné, il ne faut pas avoir fait Science Po pour conclure que l'économie va quasiment s'arrêter. Tout ça pour sauver 2 à 3000 personnes, majoritairement déjà en fin de vie alors que notre société...

le 08/04/2020 à 12:43
Signaler
non vous n'ete pas cynique mais realiste ces vieux au bord de la mort rapportent une fortune aux epad , paye sur les heritages de ces personnes; de plus le reste a charge est ponctionne sur les revenus des familles.. ces familles au fond sont soul...

le 08/04/2020 à 14:39
Signaler
@marina "ces vieux au bord de la mort rapportent une fortune aux epad" Et aux fonds de pension, comme Korian qui en a une dizaine principalement américain.En gros, le vieux d'ici nourrit le vieux de la -bas. D'ailleurs,Korian avait plongé en B...

à écrit le 08/04/2020 à 11:18
Signaler
La grande incertitude finalement, c'est le taux de chômage qui sera le nôtre à la sortie de la crise: 20% ? 30% plus ? Sachant qu'il nous a fallu 11 années pour 'éponger' a peu près la crise de 2009 (au cours de laquelle le chômage avait culminé à "...

à écrit le 08/04/2020 à 11:13
Signaler
Monsieur Le Maire devrait relire La Fontaine. La Cigale et la Fourmi , une fable qui résume bien notre situation et nos imprévoyances.

à écrit le 08/04/2020 à 11:03
Signaler
Et c'est encore une fois les fonctionnaires et les retraités qui font tourner la machine tandis que nos LREM s'acharnaient sur ces deux entités. Sans parler de la santé hautement méprisée et saccagée par les politiques néolibérales européennes appliq...

le 08/04/2020 à 13:03
Signaler
Vous croyez qu'avec MLP ou JLM ce serait mieux ?

à écrit le 08/04/2020 à 10:57
Signaler
bien, si nous commencions à parler écologie réelle, décroissance, remise en cause de notre relation à l'objet travail, de vraies choses et non plus le jeu, la jouissance, l'accumulation sans fin, l'obsession du pouvoir (quelque soit sa forme), en bre...

le 08/04/2020 à 11:24
Signaler
Certes, vous avez raison , il va falloir discuter de tous ces thèmes effectivement très importants, mais en les remettant dans leur contexte, c'est à dire en exposant également leurs inévitables contreparties: augmentation du chômage et de la pauvret...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.