L'économie française submergée par une vague de plans sociaux

Renault, Airbus, Nokia, Célio, Auchan... la liste des plans sociaux ne cesse de s'allonger depuis le début de la crise. Entre début mars et fin octobre, plus de 567 plans de sauvegarde de l'emploi ont été initiés contre 365 sur la même période en 2019. Plus de 62.000 ruptures de contrats de travail ont été envisagées contre 25.000 l'année dernière.
Grégoire Normand

5 mn

(Crédits : Reuters)

La déferlante des plans sociaux fait trembler l'économie française. Dans un récent bilan, le tableau dressé par la direction statistique (Dares) du ministère du Travail illustre l'ampleur des dégâts provoqués par la pandémie. Selon un décompte des statisticiens, les ruptures de contrats de travail envisagées dans le cadre de plans de sauvegarde de l'emploi (PSE) entre le 1er mars et la fin octobre ont plus que doublé (multipliés par 2,4 ou +140%) par rapport à la même période de 2019. Elles sont ainsi passées de 25.497 à 62.063. Dans le même temps, les plans de sauvegarde de l'emploi ont également bondi (x1,7 ou +74%) par rapport à l'année dernière.

Lire aussi : Aéronautique : la carte des plans sociaux autour de Toulouse

Ces procédures, qui étaient moins utilisées ces dernières années, ont pendant longtemps laissé la place aux ruptures conventionnelles individuelles ou collectives mises en place sous Nicolas Sarkozy. En outre, la montée en puissance depuis la fin des années 90 des contrats à durée déterminée, des intérimaires et autoentrepreneurs permettent aux entreprises d'ajuster plus rapidement leur coût.

Cette approche plus individuelle des transactions ne signifie pas que les licenciements ont disparu. Avec la récession en cours, ces dispositifs sont revenus sur le devant de la scène. Le reconfinement annoncé la semaine dernière pourrait encore assombrir le tableau des restructurations.

"Je comprends la détresse de ceux que l'on empêche de travailler et ceux qui subissent de plein fouet les conséquences de la pandémie [...]. Les aides ont déjà été renforcées au moment du couvre-feu. Ces aides vont être pérennisées et complétées", a expliqué Jean Castex.

"200.00 commerces vont être fermés. Le soutien de l'État va être encore plus fort qu'au premier confinement", a complété Bruno Le Maire.

Lire aussi : Le reconfinement va faire chuter l'activité économique de 15% d'après Bruno Le Maire

Les plans sociaux surtout initiés par les grandes entreprises

Airbus, Renault, Air France... depuis le début du printemps, la liste des plans de licenciement et des fermetures de sites ne cesse de s'allonger. Cette pratique des plans sociaux monte en puissance dans les grands groupes de plus de 1.000 salariés. D'après le service de statistiques, les ruptures de contrats associées à un PSE "sont plus nombreuses parmi les entreprises les plus grandes [...]. En effet, depuis le 1er mars 2020, un peu moins d'une rupture envisagée sur deux (44 %) concerne les grandes entreprises alors que celles-ci ne représentent qu'un peu plus d'un PSE sur dix initiés (12 %). À l'inverse, les petites et moyennes entreprises (de moins de 50 salariés) et celles de « taille intermédiaire » (de 50 à moins de 1.000 salariés) représentent 56 % des ruptures de contrat envisagées et 87 % des procédures initiées."

De nombreuses ruptures de contrats envisagées dans l'industrie

Même si l'industrie n'est pas forcément le secteur le plus touché par la pandémie, ce sont les industriels (41%) qui prévoient le plus de ruptures de contrats de travail sur la période. Viennent ensuite le commerce et la réparation de voitures (23%). À l'opposé, la construction (2%), l'information et la communication (3%) ou les activités financières et l'assurance (3%) sont en proportion les secteurs les moins concernés.

Si la mise en place du chômage partiel a permis de préserver une grande partie des revenus de la population active, beaucoup de personnes en contrat court, intérim et saisonniers se retrouvent pour la deuxième fois de l'année dans une situation très tendue. La période de fin d'année est généralement propice aux embauches de ce type de contrat pour assurer l'activité au moment des fêtes de Noël ou dans les stations de ski.

"Beaucoup de secteurs ont été touchés pendant le premier confinement et devraient encore l'être pendant le second confinement. L'hébergement, la restauration, la location de voitures, l'aéronautique sont principalement concernés [...]. Pendant le second confinement, le BTP devrait continuer à fonctionner contrairement au printemps. Les activités culturelles, de loisirs devraient être touchées très fortement. Dans le commerce de détail, on s'attend à une chute marquée assez généralisée hormis quelques exceptions", a expliqué le directeur des études à la Banque de France Olivier Garnier lors d'un séminaire sur les PME ce jeudi 5 novembre.

Un dernier trimestre dans le rouge

La mise en œuvre du couvre-feu dans 54 départements depuis plusieurs semaines et d'un reconfinement pour un mois assombrissent grandement les perspectives d'embauches pour la fin de l'année. "Au premier semestre, 715.000 emplois ont été détruits. Beaucoup de contrats courts et intérimaires se sont arrêtés brutalement. Le chômage indemnisé a beaucoup augmenté. Les gens n'ont pas pu retrouver un emploi pendant le confinement. L'activité a bien rebondi au troisième, plus fort qu'attendu. En revanche, le dernier trimestre devrait être plus mauvais qu'escompté", expliquait le directeur général de l'Unedic, Christophe Valentie lors d'un récent point presse.

Ce recul à prévoir de l'activité au quatrième trimestre risque également de peser sur le rebond de l'économie tricolore en 2021. Pour l'économiste de COE-Rexecode Emmanuel Jessua interrogé par La Tribune, "la chute d'activité au quatrième trimestre va davantage peser, par un effet de base, sur la croissance de 2021. Avec le risque que les confinements à répétition amenuisent progressivement les capacités de résilience et de rebond de l'économie française et entretiennent l'attentisme des ménages et des entreprises, qui se traduirait par un surcroît persistant d'épargne de précaution et une baisse durable de l'investissement."

Grégoire Normand

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 23/11/2020 à 21:13
Signaler
Catastrophe jamais vue dans le pays. Même après la guerre, il y avait du travail, reconstruire, refaire tourner les commerces et services etc. Là il n'y aura rien.

à écrit le 10/11/2020 à 7:45
Signaler
un exp le cas de la banque qui souhaite réduire ses effectifs il faut bien dire que le pdg est incapable de gérer ses troupes réduire sont effectif est la preuve de son incompétences a prévoir et lui quelle est sa sanction il se doit d'être le pre...

à écrit le 08/11/2020 à 15:19
Signaler
Nous avons choisi la santé avant l'économie. Et nous n'aurons ni l'une ni l'autre. Les pays qui n'ont pas confiné (Etats Unis, Brésil, Suède) redémarrent malgré le nombre de morts. La France a l'un des pire bilan sanitaire malgré le confinement. Ce...

à écrit le 08/11/2020 à 15:16
Signaler
Ils ont choisi la santé avant l'économie. Ils n'auront ni l'un ni l'autre. Les pays qui n'ont pas confiné (Etats Unis, Brésil, Suède) redémarrent malgré le nombre de morts. Cela dit la France a l'un des pire bilan sanitaire malgré le confinement. E...

à écrit le 07/11/2020 à 2:18
Signaler
le chomage baisse il y a 380.000 création d'emplois.18% de croisse chiffre insee vive macron qui à 8% de plus dans les sondages.lol

à écrit le 06/11/2020 à 20:53
Signaler
ca c'est l'apero, les plats consistants vont arriver dans pas longtemps

à écrit le 06/11/2020 à 16:50
Signaler
Jeudi , IBM France lors du CSE central a annoncé aux syndicats un PSE mais n'a pas indiqué encore le nombre de suppression de postes ( 40;000 dans le monde) ,un PSE qui concernera toutes les entités et la direction n’exclue pas de procéder à des dépa...

à écrit le 06/11/2020 à 15:08
Signaler
A force de protéger les grandes entreprises le GVT tue un nombre effarant de PME/PMI et même ETI, la protection inouïe des fonctionnaires renforce cette catastrophe !

à écrit le 06/11/2020 à 14:11
Signaler
La résilience des Pays de la Loire m'étonne, des panneaux sur le bord de route pour la bâtiment sont revenus, pour la Tôlerie, vu sur un journal local plus de proposition pour des techniciens de maintenance que quand je travaillais. On a manqué de m...

à écrit le 06/11/2020 à 13:57
Signaler
Incompétence et autoritarisme ça donne ça. Malgré toute la bonne volonté de Mr Bruno le Maire qui n'est pas un incompétent fort heureusement ! Mais il n'est pas magicien non plus...

à écrit le 06/11/2020 à 12:42
Signaler
Si on developpais l, afrique On aurais un bon partenaire commercial. Mais les so it disant grande ecole, on echouer. Baisser vos salaries, pour prouver votre Solidarity. Cordialement

à écrit le 06/11/2020 à 11:46
Signaler
Renault ferme en France pour produire en Turquie .Bravo et les contribuables Français mettent la main à la poche

à écrit le 06/11/2020 à 9:18
Signaler
Des plans plutôt anti-sociaux un peu comme les réseaux, mais comment avoir des jobs avec des boutiques fermées administrativement ?

à écrit le 06/11/2020 à 9:07
Signaler
Et personne ne parle encore d'un revenu universel qui semble de plus en plus indispensable au moins en attendant d'avoir des dirigeants éclairés et donc si mit en place condamné à y rester tant que l'ampoule grillée n'aura pas été changée.

à écrit le 06/11/2020 à 8:56
Signaler
Souhaitons qu'un jour la realite des faits soit a jour. Ce scandale sanitaire se doit d'etre raconte et que la justice ou ce qu'il en reste condamne fermement ces errements venant de l'executif. Dans une democratie, c'est a minima, est-ce encore u...

à écrit le 06/11/2020 à 8:45
Signaler
Plutot une bonne nouvelle. Ca prouve que notre strategie de privilegier la sante par rapport a l'economie fonctionne.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.