L'économie française submergée par une vague de plans sociaux

 |  | 958 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : Reuters)
Renault, Airbus, Nokia, Célio, Auchan... la liste des plans sociaux ne cesse de s'allonger depuis le début de la crise. Entre début mars et fin octobre, plus de 567 plans de sauvegarde de l'emploi ont été initiés contre 365 sur la même période en 2019. Plus de 62.000 ruptures de contrats de travail ont été envisagées contre 25.000 l'année dernière.

La déferlante des plans sociaux fait trembler l'économie française. Dans un récent bilan, le tableau dressé par la direction statistique (Dares) du ministère du Travail illustre l'ampleur des dégâts provoqués par la pandémie. Selon un décompte des statisticiens, les ruptures de contrats de travail envisagées dans le cadre de plans de sauvegarde de l'emploi (PSE) entre le 1er mars et la fin octobre ont plus que doublé (multipliés par 2,4 ou +140%) par rapport à la même période de 2019. Elles sont ainsi passées de 25.497 à 62.063. Dans le même temps, les plans de sauvegarde de l'emploi ont également bondi (x1,7 ou +74%) par rapport à l'année dernière.

Lire aussi : Aéronautique : la carte des plans sociaux autour de Toulouse

Ces procédures, qui étaient moins utilisées ces dernières années, ont pendant longtemps laissé la place aux ruptures conventionnelles individuelles ou collectives mises en place sous Nicolas Sarkozy. En outre, la montée en puissance depuis la fin des années 90 des contrats à durée déterminée, des intérimaires et autoentrepreneurs permettent aux entreprises d'ajuster plus rapidement leur coût.

Cette approche...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2020 à 15:19 :
Nous avons choisi la santé avant l'économie. Et nous n'aurons ni l'une ni l'autre.
Les pays qui n'ont pas confiné (Etats Unis, Brésil, Suède) redémarrent malgré le nombre de morts. La France a l'un des pire bilan sanitaire malgré le confinement. Ce qui prouve que cela ne sert rien. Et va sortir ruinée de cette crise.
a écrit le 08/11/2020 à 15:16 :
Ils ont choisi la santé avant l'économie. Ils n'auront ni l'un ni l'autre.
Les pays qui n'ont pas confiné (Etats Unis, Brésil, Suède) redémarrent malgré le nombre de morts. Cela dit la France a l'un des pire bilan sanitaire malgré le confinement. Et va sortir ruinée de cette crise.
a écrit le 06/11/2020 à 16:50 :
Jeudi , IBM France lors du CSE central a annoncé aux syndicats un PSE mais n'a pas indiqué encore le nombre de suppression de postes ( 40;000 dans le monde) ,un PSE qui concernera toutes les entités et la direction n’exclue pas de procéder à des départs contraints,ce qui serait une première.
a écrit le 06/11/2020 à 11:46 :
Renault ferme en France pour produire en Turquie .Bravo et les contribuables Français mettent la main à la poche
a écrit le 06/11/2020 à 8:56 :
Souhaitons qu'un jour la realite des faits soit a jour.
Ce scandale sanitaire se doit d'etre raconte et que la justice ou ce qu'il en reste condamne fermement ces errements venant de l'executif.
Dans une democratie, c'est a minima, est-ce encore une democratie, sertes, ca en a le nom, mais plus l'esprit. il est etonnant que les gens de France accepte sans moufter !
Ce pays n'est plus qu'une ombre de nation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :