L'effondrement vertigineux de l'emploi menace la reprise

 |  | 1079 mots
L'emploi industriel, également hors intérim, baisse de nouveau, de 0,8% (-24.300 emplois) par rapport au trimestre précédent, de -1,1% sur un an.
L'emploi industriel, également hors intérim, baisse de nouveau, de 0,8% (-24.300 emplois) par rapport au trimestre précédent, de -1,1% sur un an. (Crédits : DR)
Plus de 600.000 postes ont été détruits au cours du premier semestre selon les derniers chiffres de l'Insee. C'est un record sur une telle période depuis 1970. La hausse durable du chômage dans les prochains mois risque de plomber la reprise.

Les effets de la pandémie ne cessent de s'amplifier. Selon la dernière livraison de l'Insee rendue publique ce vendredi 7 août, l'emploi salarié a reculé de 0,6% au cours du second trimestre sur la période où les mesures de confinement ont été les plus drastiques. Ce qui correspond à environ 119.400 destructions de postes. À cela s'ajoutent les 497.500 postes du trimestre précédent. Au total, près de 620.000 postes ont été détruits dans le secteur privé au cours du premier semestre.

Depuis le printemps, de grands groupes (Airbus, Renault, Michelin) ont annoncé des suppressions de postes et parfois des fermetures de sites. Ces décisions vont avoir des répercussions désastreuses sur l'emploi local avec des sous-traitants et des fournisseurs directement frappés par cette récession historique.

Lire aussi : Le Covid-19 va-t-il faire payer à Toulouse sa dépendance à la filière aéronautique ? Enquête.

Si les mesures de chômage partiel ont permis de préserver le revenu d'une bonne partie de la population active durant les huit semaines de confinement, la levée progressive des mesures d'endiguement et la moindre prise en charge de l'activité partielle par la collectivité (État et Unédic) depuis le début de l'été devraient mettre en lumière les conséquences abyssales de la récession sur le marché du travail. Or...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/08/2020 à 7:23 :
bonjour de toute maniere les pme ont ete secher par l etat pour faire rentrer de l argent pour distribuer pour acheter la paix sociale le travail plus personne en veux il y a qu voir pour suer ils vont en salle de sport pas au travail on a fait de ce pays un vaste hopital avec le goute a goute distribue nos elues sont tous dans cette direction pour conforter leur place salutations
a écrit le 09/08/2020 à 23:22 :
le chomage va passe de 7.5 a 12% en france
on a l'air de decouvrir les chiffres d'il y a 3 mois
et apres on appelle ca un choc, avec consequences
bon, hollande, les chocs, il est ciontre vu que c'est raciste, il prefere les pactes, il l'a fait savoir haut et fort dans sa campagne de 2012
donc il y aura un pacte qui fera qu'il y a 12% de chomeurs, sans racisme de droite car c'est pas un choc, ce qui est contraire aux valeurs de gauche donc de solidarite
mais ca change rien sur le fond
a écrit le 08/08/2020 à 16:34 :
C'est cela la priorité et l'urgence du moment : pendant que les "mouches du coche" s'occupent du port du masque obligatoire comme autrefois on dissertait sur le sexe des anges pendant que les murailles de Byzance étaient assiégées, on se détourne du vrai problème économique ET social que vont représenter toutes ces destructions d'emplois, ainsi que les dépôts de bilan annoncés
a écrit le 07/08/2020 à 18:02 :
Alors qu'en matière d'économie circulaire, agro-écologie il y en aurait des emplois à créer mais ils sont pas là pour ça ils sont là pour dépecer le pays pour le donner aux riches, sans se demander s'il reste encore quelque chose pour le peuple français car bien trop déconnectés de leurs réalités, pire, paramétrés à oublier les citoyens qui pourtant les élisent.

Massacrer la classe dirigeante ou se faire massacrer par elle, en fin de déclin le choix est restreint.
a écrit le 07/08/2020 à 17:28 :
Ah désolé, macron s'occupe du Liban... Il n'a pas le temps de faire quelque chose pour les francais... Il doit faire sa com...
a écrit le 07/08/2020 à 16:15 :
Décidément, on se dit qu'on peut faire dire n'importe quoi aux chiffres : franchement, les 3 premiers mois de l'année, avec janvier+février à peu près normaux et le pic de la Bourse atteint à la mi fev , auraient généré plus de 4 fois plus de suppressions d'emplois que les 2 mois de confinement drastique ???
Je m' doute...
a écrit le 07/08/2020 à 16:00 :
li caut de suite ajuster les retraites drastique ment à la baisse pour arrêter le saignement.
Et faire absorber une partie de la charge par les très riches retraites français.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :