L'enseigne de mode Tati en cessation de paiement

 |   |  251  mots
La célèbre enseigne du quartier Barbès est en grande difficulté.
La célèbre enseigne du quartier Barbès est en grande difficulté. (Crédits : DR)
L'enseigne de mode à bas prix Tati a été déclarée vendredi en cessation de paiement, ouvrant la voie à une procédure de redressement judiciaire.

L'enseigne de mode à bas prix Tati a été déclarée vendredi en cessation de paiement, ouvrant la voie à une procédure de redressement judiciaire, a-t-on appris samedi auprès de la direction.

"J'ai déclaré hier la cessation de paiement des sociétés du pôle Agora qui comprend la marque Tati", a déclaré à l'AFP Michel Resseguier, le dirigeant d'Agora Distribution, qui regroupe Tati et les autres enseignes à bas prix du groupe Eram. Une procédure de redressement judiciaire pourra donc être ouverte dans la foulée.

Fondée en 1948 par Jules Ouaki, Tati avait été reprise par Eram en 2007. L'entreprise, en difficulté depuis plusieurs années, a été mis en vente par ce même groupe en février. L'enseigne emploie plus de 1.700 personnes et exploite 130 magasins.

Ginestet se positionne pour racheter Tati

La direction du groupe a reçu une demi-douzaine de marques d'intérêt pour la reprise de Tati, parmi lesquelles une offre ferme du dirigeant-fondateur de Gifi, spécialisé dans la décoration à petit prix, Philippe Ginestet.

Malgré une stratégie de diversification de son offre et une internationalisation, Tati a enregistré l'an dernier des ventes en recul et un résultat déficitaire, selon Agora Distribution.

Cette décision est un nouveau signal inquiétant pour le secteur du textile Français, trois jours après la liquidation judiciaire de l'enseigne Mim prononcée par le tribunal de Bobigny.

Lire aussi : Habillement : cinq choses à savoir sur la liquidation de Mim

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2017 à 21:39 :
Des chiffons informes et du bric à brac made in china....si cela a pu marcher un temps les propriétaires n'ont pas su faire évoluer le concept de départ....pourtant j'imagine que ceux qui en étaient à la tête avaient fait une quelconque école de commerce.....
a écrit le 30/04/2017 à 10:58 :
voici un poste pour polititien
du LR voir du PS
POUR NOUS PROUVER qu'il sont capables de gerer une entreprise
wrilpool est reserve soit a m hollande soir a m fillon
courages avec vos idees de tous taxer le miracle n'est pas loing
a écrit le 30/04/2017 à 9:42 :
La cerise sur le gâteau. Ave le "Moi Président" sous son gouvernement même une enseigne historique ferme : TATI.
a écrit le 30/04/2017 à 8:40 :
Sûr que nos têtes pensantes du gouvernement vont en déduire qu'il n'y a plus de pauvres en France!
a écrit le 29/04/2017 à 21:15 :
les fermetures de magasins et faillites de chaînes vont atteindre, cette année, aux US, les niveaux de la récession de 2008/2009, d'après la presse anglo-saxonne.
pas mieux au UK, apparemment.
a écrit le 29/04/2017 à 20:46 :
Il n y a rien de surprenant. Ces enseignes qui ont achete chinois pour offir des prix tres bas lorsque le consommateur naif ne s en doutait pas encore, se trouvent rattrappees par toute la profession qui par obligation fait pareil avec plus d exigeance qualite et dr talent. Leurs dirigeants qui ont un esprit de speculateurs plus que de commetcants sont alles juqu au bout de ce qu il etait possible pour se remplir les poches et maintenant vendent meubles et fond sans vergogne dans un plan social de faillite. Detestable et certainement ni a plaindre ni a suivre et surtout pas representatifs du tout du marche francais contrairement a ce qui semble se dire ici. Meilleurs bon sens et notion de realite semblent indispensables au journaliste.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :