L'Etat débloque 600 millions d'euros pour les éleveurs, la FNSEA est insatisfaite

 |   |  917  mots
A l'issue du Conseil des ministres, le gouvernement a annoncé mercredi 22 juillet un plan d'aide d'urgence pour les éleveurs d'un montant qui s'élève à plus de 600 millions d'euros. Il comporte principalement une restructuration de l'ensemble des dettes et un allègement des différentes charges sociales et fiscales.
A l'issue du Conseil des ministres, le gouvernement a annoncé mercredi 22 juillet un plan d'aide d'urgence pour les éleveurs d'un montant qui s'élève à plus de 600 millions d'euros. Il comporte principalement une restructuration de l'ensemble des dettes et un allègement des différentes charges sociales et fiscales. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
En réponse à la mobilisation des éleveurs qui contestent les prix de la viande, le gouvernement a annoncé mercredi 22 juillet un plan d'aide d’urgence de 24 mesures. Le syndicat professionnel agricole estime que ces mesures sont insuffisantes sur le long terme.

Publié le 22/07/2015 à 12:17. Mis à jour le 22/07/2015 à 15:59

L'Etat va débloquer plus de 600 millions d'euros pour son plan d'urgence en faveur des éleveurs français en difficulté, afin de les aider à alléger leur trésorerie. Voici les principales annonces qu'il faut retenir.

  •  Allègement de charges

Le plan d'urgence propose en premier lieu des mesures visant à l'allègement des différentes charges sociales et fiscales et concerne notamment la sécurité sociale agricole (MSA), le report d'échéance de paiement de l'impôt sur le revenu, le remboursement anticipé de TVA, l'exonération de taxes foncières. Au total, 500 millions d'euros de reports sont prévus, et 100 millions d'annulations de charges.

  • "Restructuration de l'ensemble des dettes"

Alors qu'il s'élevait à 8 millions d'euros jusqu'à présent, le fonds d'allègement des charges (FAC) devrait être porté à 50 millions d'euros. Cette réserve porte sur les charges financières, à l'instar des intérêts d'emprunt, et permet une prise en charge partielle.

 « L'Etat demandera une restructuration de l'ensemble des dettes de long et moyen termes pour les éleveurs qui le souhaitent avec un accent pour les jeunes agriculteurs et les investissements récents », a annoncé Stéphane Le Foll, à l'issue du conseil des ministres. Ce matin, Xavier Beulin, le patron de la FNSEA, plaidait justement, une fois encore, pour une restructuration de la "dette des éleveurs".

  • Garantie bancaire de la BPI

La Banque Publique d'investissement (BPI) pourra de son côté garantir à l'avenir jusqu'à 500 millions d'euros de crédits bancaires aux entreprises du secteur de l'élevage : "un dispositif de garantie bancaire pour le renforcement de la trésorerie sera mobilisé pour les éleveurs, pour garantir jusqu'à 500 millions d'euros de crédits bancaires"', a précisé le ministre de l'Agriculture. Cette mesure portera autant sur la dette bancaire que sur les dettes fournisseurs.

  • Développer l'utilisation de contrats entre éleveurs et industriels

Le gouvernement veut développer l'utilisation de contrats avec les industriels pour permettre aux éleveurs d'avoir plus de visibilité sur leur rémunération et leur marge.

  • Diversifier les revenus des éleveurs

Ils s'agit d'inciter les éleveurs à se doter de méthaniseurs, pour transformer les effluents d'élevage en électricité et la revendre. L'État propose une exonération de fiscalité locale pour l'ensemble des installations et une hausse des tarifs de rachat de l'électricité.

  • Promotion de la viande « made in France »

Enfin, le gouvernement a annoncé que dix millions d'euros doivent être mobilisés pour promouvoir les productions françaises à l'export. Le service des fraudes devrait également intensifier les contrôles, en particulier sur l'origine des produits. Par ailleurs, une plateforme regroupant tous les exportateurs français, "Viande France export" sera également créée.

  • Simplification et contrôles

Le gouvernement promet de simplifier les procédures administratives pour les éleveurs, et d'améliorer la manière dont se déroulent les contrôles sur le terrain, qui donne souvent lieu à de très fortes tensions entre agriculteurs et agents.

Hollande rencontrera les responsables d'organisations agricoles

Le président François Hollande rencontrera des responsables d'organisations agricoles jeudi à Dijon, au lendemain de l'annonce du plan d'urgence pour l'élevage, a indiqué l'Elysée.

Cette rencontre, qui aura lieu vers 9 heures  à la préfecture, a été ajoutée à un déplacement qui sera pour le reste consacré à la viticulture.

"Insuffisant au regard des enjeux", selon la FNSEA

"Les annonces gouvernementales sont insuffisantes au regard des enjeux", a estimé Xavier Beulin, président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) lors d'une conférence de presse.

Ces mesures "peuvent répondre sur le court terme a quelques urgences", a-t-il précisé toutefois. Mais "ce n'est pas ce qui nous redonne fondamentalement des perspectives durables. [...] Nous voyons bien que nous ,sommes quand même depuis un certain nombre d'années sur des dispositifs que l'on recycle".

Appel à lever les barrages à Caen

Interrogé sur une éventuelle levée des barrages dans le nord-ouest de la France, le leader syndicaliste a expliqué que la FNSEA devait dans un premier temps consulter sa base, tout en préconisant un meilleur "ciblage" des actions vers les opérateurs qui "ne jouent pas le jeu en matière de revalorisation des prix".

"S'il n'y avait pas eu ces barrages, je ne suis pas sûr qu'il y aurait eu une communication en conseil des ministres", a déclaré M. Beulin. "Maintenant nous ne sommes pas là non plus pour gêner nos concitoyens."

Au même moment à Caen, le président de la FDSEA du Calvados, Jean-Yves Heurtin, a appelé à lever le mouvement des éleveurs à Caen, après trois jours de blocage du périphérique de la capitale bas-normande. Aussitôt, les éleveurs présents depuis lundi matin avec leurs tracteurs ont commencé à lever le barrage, a constaté un photographe de l'AFP.

Les éleveurs prêts à bloquer les accès à Lyon et Clermont-Ferrand

Les éleveurs d'Auvergne et Rhône-Alpes, déçus du plan d'aide annoncé par le gouvernement, ont l'intention de bloquer les accès à Lyon à partir de mercredi soir et ceux de Clermont-Ferrand jeudi matin, selon des sources syndicales.

Les éleveurs des départements de Rhône-Alpes se sont mis d'accord pour bloquer dès la fin de journée tous les points autoroutiers stratégiques d'accès à Lyon, a-t-on appris auprès des antennes locales de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs. A Clermont-Ferrand, le blocage de cinq points d'entrée de la ville se fera jeudi matin, selon la FDSEA et les JA du Puy-de-Dôme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/07/2015 à 9:28 :
Bravo le sauvetage : 600 millions d'euros pour continuer à payer les banques qui leur ont permis de construire des élevages concentrationnaires, ou des vaches alignées dans des cages en métal produisent un lait industriel que les français n'achètent plus.... pas parce qu'il est plus cher, mais parce qu'il est pas bon. Du lait de vaches qui ne voit jamais l'herbe pour la brouter , et nourries au mais monsanto, qu'il faut traiter au roundup, arroser en vidant les nappes, en tuant les abeilles. Pendant ce temps là, les paysans qui respectent la terre et la font produire sans l'épuiser se débrouillent sans polluer, sans subventions, sans investissements hasardeux pour se mettre à la merci des financiers qui les mettront en faillite et transformeront leur terre et ferme usine et sans faire du chantage à l'état sur les routes. Aider les vrais paysans OUI, les industriels de la FNSEA NON.
a écrit le 26/07/2015 à 22:57 :
Quand le fabricant de pneus pour tracteur GOODYEAR parce que les agriculteurs français ne lui achetaient plus de pneus, personne n'a exigé que les agriculteurs français achètent des pneus GOODYEAR. Pourquoi exiger que les français achètent de la viande et du lait français, si celui-ci est plus cher. Il y a 2 poids et 2 meures, pour certains.
Bravo à tous ceux qui pensent que le libéralisme, c'est pour les autres.
a écrit le 24/07/2015 à 7:38 :
Désolé mais quand je vois des remarques sur le matériel professionnel , ça m'agace un peu , c'est un outil de production, pas un caprice,mais comme je vous l'explique on ne peut pas travailler avec du matériel branlant après chacun va acheter en fonction de sa structure, et pour les bâtiments il y a des normes européennes , si vous ne faites pas d'aménagement , vous ne pourrez pas continuer votre activité.Et le problème est l'écart de prix entre producteur et consommateur, et cela dans plusieurs filières agricoles.c'est un travail harassant et tout travail mérite salaire , il me semble😉
Réponse de le 24/07/2015 à 16:07 :
On est d'accord. Je pense que finalement on a le même avis, mais avec un angle de vue différent. Toute peine mérite salaire c'est normal. Mais le beau tracteur que j'ai vu devait valoir à mon avis pas loin de 150 000 euros. Un superbe truc. Si on compare au prix d'achat du litre de lait au producteur (même pas 40 centimes le litre sauf erreur) il faut en vendre des tonnes pour amortir de prix d'un engin pareil. D'où ma remarque. Je te/vous souhaite néanmoins un avenir professionnel plus facile dans un contexte économique et politique moins désagréable et stressant qu'aujourd'hui. Mais j'ai bien peur que les décisions prises ces derniers jours ne soient que des reports/facilités de trésorerie ou charges, alors que ce que vous attendiez soit une réelle augmentation des prix de vente départ exploitation. Bon courage.
a écrit le 23/07/2015 à 17:43 :
Ai-je bien compris? Allègements de charges : 100 M€ concernant principalement la MSA (comment récupéra-t-elle pour continuer à payer s les prestations?) et 500 M€ de reports d'échéances (qui fait l'avance, les banques ou le trésor public ?) Si les agriculteurs ne peuvent vendre à un prix décent leur production ce n'est que reculer pour mieux sauter.
a écrit le 23/07/2015 à 16:22 :
"A la prise en main, j'ai eu pas mal de soucis : voiture qui cale, impression de rouler en sous-régime, quelques tremblements (pas eu cette sensation lors de l'essai avant achat). On me disait donc que je n'étais pas encore habituée, ou encore parce que je suis : 1) une femme ; 2) blonde (ah ah).
C'est à l'arrivée de l'hiver que tous les VRAIS problèmes ont commencé au démarrage à froid (dégradation de l'état de la voiture en 1 semaine), mais aucun soucis à chaud :
- au démarrage à froid, impossibilité de passer au-delà de 1000-1500 trs/min, pied au plancher
- toujours à froid, voiture qui cale de manière intempestive, impossibilité de faire des démarrage en côte (même sur du faux-plat)
- perte de puissance et bruit à l'accélération.
- et cerise sur le gâteau : voiture au max à 500 trs/min au démarrage et bruit très fort (cloc cloc cloc)."

Tout pareil pour Hollande, ça a calé au démarrage..!
a écrit le 23/07/2015 à 14:26 :
Hollande n'avait pas suivi les conseils de l'Oncle Sam... On aurait toujours nos débouchés pour nos exportations agricoles vers la Russie. D'autant que les responsabilités du conflit oriental semblent peu claires... Mais non. Hollande veut faire plaisir : Obama veut qu'on sanctionne les Russes ? on sanctionne (mais les Us n'ont jamais sanctionné eux les Russes...). Résultat : plus d'export de nos productions agricoles vers le marché russe a la demande de Poutine en mesure de rétorsion, et ce sont d'autres pays dont les US ou les BRICS qui nous ont remplacés. On exportait pourtant beaucoup de nos viandes et céréales la bas... Hollande se voudrait audacieux... Je pense surtout qu'il manque gravement de clairvoyance et qu'il est finalement plus prétentieux qu'audacieux. Quelle misère !
a écrit le 23/07/2015 à 12:49 :
Les agriculteurs de Poitiers qui manifestaient sont peut être endettés, mais la plupart des tracteurs que j'ai vu étaient récents et je suppose achetés à crédit. Je me suis donc, pendant un temps certain dans le "bouchon", demandée si leurs soucis n'étaient pas aussi liés à un endettement qu'ils auraient pu limiter. C'est vrai qu'il s'agit de matériel professionnel, mais moi pour aller bosser j'ai une vieille Megane en adéquation avec mon train de vie. Par ailleurs je comprend aussi leurs soucis : bosser pour n'avoir que des clopinettes une fois remboursés crédits et charges...
Réponse de le 23/07/2015 à 17:48 :
Pourquoi pas revenir au chevaux!!faites une 15 heures le derrière sur un tracteur, ça vous changera de votre megane comme vous dites .Vraiment qu'est ce qu'il ne faut pas lire comme idiotie !!!le parc doit être renouveller régulièrement , déjà ne serait ce que pour les pannes, c'est soumis à un peu plus de contributions que votre voiture!!!
Réponse de le 23/07/2015 à 19:37 :
Les agriculteurs ne passent pas tous les jours 15 heures le derrière sur leur(s) tracteur(s). Et certains des tracteurs que j'ai vus (certes leur outil de travail) étaient vraiment de belles et imposantes machines... Qui devaient probablement coûter très cher d'où des traites je suppose en conséquence. C'est bien de se faire plaisir, c'est leur choix, mais ensuite il faut assumer sans pleurer. Je suis tout à fait d'accord pour dire que tout travail mérite un honnête salaire. Mais peut être que le souci de certains est d'avoir laisser filer un endettement (prêts, agilor, charges...) disproportionné par rapport aux revenus disponibles.
Réponse de le 23/07/2015 à 20:22 :
@constat , si vous pensez que l'agriculteur va acheter son tracteur pour se faire plaisir, il vaut mieux arrêter de faire des commentaires sur l'agriculture,comme vous le dites c'est un outil travail, sachez cher monsieur que le coup d'un tracteur dépasse parfois le chiffre d'affaires d'une exploitation et que l'on ne raisonne pas l'achat d'un tracteur comme celui d'une voiture!!!concernant les heures passées sur un tracteur , ce n'est sans doute pas 365 jours par an mais sans doute n'avez vous jamais mis les pieds dans une exploitation agricole?en période de pointe , cela peut durer des mois!!alors si vous n'avez pas du bon matériel ,je ne vous explique pas!!!on est plus au 19 eme siècle , l'investissement pour renouveler du matériel est nécessaire surtout en agricole , il n'y a pas seulement le confort mais le débit de travail. Comme je vous l'ai déjà le matériel agricole est très sollicité , plus que la megane en tout cas.le matériel est un poste obligatoire et le commentaire du genre ils ont des gros tracteurs donc qu'ils arrêtent de se plaindre est plutôt réducteur pour ne pas dire autre chose.Signé un paysan fier de son métier .
Réponse de le 23/07/2015 à 20:29 :
@constat vous parlez d'endettement , bien sûr. Mais quand vous avez un prix de revient qui est inférieur au coût de production,Imaginez vous partez chaque matin au travail et à la fin du mois, vous ne seriez pas rémunérer , vous pensez que vous tiendrez longtemps ?
Réponse de le 23/07/2015 à 20:47 :
@constat si vous pensez que l'agriculteur va acheter un tracteur et engagé parfois le chiffre d'affaire de l'exploitation pour se faire plaisir , la je ne peux rien pour vous, l'endettement c'est une chose mais avoir des coûts de production supérieur au prix de revient ,c'est autre chose.
Réponse de le 24/07/2015 à 0:42 :
Mon but n'est pas de me fâcher avec vous. Je trouve que le métier d'agriculteur est un beau métier et un métier de courageux. Simplement, le coût de production intégre il me semble l'amortissement des matériels (et bâtiments) entre autres charges. Plus ce poste est élevé, plus le coût de prod grimpe. Et a du mal à s'ajuster avec des prix de marché à la baisse. D'où ma remarque sur les jolis tracteurs que j'ai pu admirer un certain temps (ou un temps certain). Kool Jeff. Et puis, moi, c'est Madame ;) Bonne soirée quand même !
a écrit le 23/07/2015 à 12:41 :
Je ne veux pas nier les problèmes des éleveurs. Il faut que leur production soit payée au juste prix pour leur permettre de gagner leur vie. Mais je ne suis pas sur que ceux qui se plaignent soient les plus malheureux. Comme dans toutes les professions il doit bien y avoir des différences de revenu. Certains vivent bien alors que d’autres sont au bord de la faillite.
Ce qui me dérange dans cette histoire c’est la méthode employée. Pas forcément mauvaise pour se faire entendre mais lorsque c’est une autre profession qui agit de la meme manière on crie au scandale.
Que faisons nous quand des salariés se mettent en grève pour défendre leur emploi ? Rien. Il est vrai qu’ils ne gènent personne. C’est juste l’occasion pour critiquer les syndicats.
Par ailleurs, j’imagine cette profession plutôt ancrée à droite et partisan du libéralisme. Dans ce cas il faut accepter la libre concurrence et la mondialisation. On engrange des bénéfices quand tout va bien et quand c’est plus difficile on fait appel à l’état. Ils n’ont qu’à s’en prendre à leurs clients : grossistes, grande distribution
Et ce sont les memes qui refusent de payer des impots et des taxes. D’où provient l’argent pour financer les aides qu’ils réclament ? Du contribuable, pardi
Ce sont les memes qui sous la couverture des bonnets rouges se sont opposées à l’écotaxe. Pourtant, elle permettait de rendre moins rentable le transport des animaux qu’on va abattre en Allemagne. Cela aurait permis de rendre plus compétitive la filière viande locale.
Quand on réfléchit à tout cela, il est difficile de comprendre leur mouvement. Au fil des mois, leurs actions manquent de cohérence. C’est du corporatiste et on se fout des problèmes des autres. Le jour ou ils seront plus cohérents et plus collectifs, on pourra admettre leur problèmes. Aujourd’hui c’est difficile meme si leurs problèmes sont réels
Réponse de le 23/07/2015 à 14:56 :
vous oubliez le plus important qui est le prix du lait à 29 cts les éleveurs
perdent de l'argent et ne sont plus capables d'investir. Rappelez vous la réunification de l' Allemagne ou Mitterrand tenait la main tendrement la main de Khôl ,vous aurez ainsi une partie de la réponse à la crise actuelle.
Réponse de le 23/07/2015 à 18:08 :
votre dédain du monde du travail est inqualifiable, allez faire un stage chez ces bosseurs à 70h/s, samedi et dimanche compris !!! et qui travaillent pour des clopinettes.
mais votre priorité à respecter est surement d'augmenter les fonctionnaires, ces "travailleurs" qui doivent 35h de présence, ont des primes, des avancements d'échelons automatiques... et ne produisent que des règles pour compliquer la vie des entreprises...
donc hollande préfère augmenter grassement le clan de la gauche profite du travail des autres plutôt que les vrais travailleurs qui n'en sortent plus !!
Réponse de le 24/07/2015 à 12:23 :
@augmenter les fonctionnaires

Si je lis bien vos propos les seuls travailleurs de ce pays sont les agriculteurs. Tous les autres seraient des fonctionnaires. Vous vous trompez lourdement.
Je n’ai aucun dédain pour le monde du travail car j’en fait parti. Je ne suis ni agriculteur ni fonctionnaire. Le monde du travail que je connais n’est pas aussi rose que cela. Un monde ou les 35h ne sont pas réellement une réalité, ou les salaires évoluent très lentement, ou à la retraite il faut se contenter d’une petite pension. Un salarié qui prend sa retraite ne touche pas un capital, juste une petite prime de départ. Ce qui n’est pas le cas d’un agriculteur qui revend son affaire. Certains se contentent de la louer pour arrondir leur pension, jugée trop faible mais en relation avec les cotisations versées. J’ai eu l’occasion de travailler dans une entreprise qui cotisait à la MSA. Et en retournant dans une entreprise affiliée à la sécurité sociale et caisses de retraite standard, j’ai pu constater que les taux de cotisations étaient très différents. Peut etre que cela a changé? Mais pour moi cela a été une surprise., mauvaise bien entendu
Suite à un problème de boulot, je suis venu habiter une région d’élevage et j’ai été très surpris par l’environnement que j’ai découvert. A la sortie de l’école mon épouse a cru voir des bonnes bougeoises. Par la suite, avec une plus grande connaissance des gens, elle a découvert que c’était des femmes d’éleveurs.
Tous les agriculteurs ne sont pas dans ce cas. J’admets que certains ont de vrais difficultés. Mais ils oublient que d’autres corporations ont aussi leurs problèmes. Il faut s’en prendre aux vrais responsables et ne pas prendre en otage la population. ET accepter les réactions des autres professions lorsqu’elle défendent leur emploi
70h par semaine, c’est peut etre le cas pour certains. Mais on ne mesure pas le temps de travail de la meme façon quand on travaille pour son propre compte ou quand on va pointer dans une usine. Je connais aussi des agriculteurs qui prennent des vacances et vont chaque année au ski. Ce n’est pas mon cas. Je n’ai pas les moyens pour cela. J’ai meme pu constater qu’un agriculteur avait le temps d’accompagner son fils au tennis et que pour éviter un aller et retour il attendait la fin de la séance. Est-ce qu’il calculait ce temps dans son temps de travail?
Réponse de le 31/07/2015 à 9:37 :
Enfin, un argumentaire qui tient la route ici !
a écrit le 23/07/2015 à 12:26 :
On mange encore trop viande dans notre pays à mon avis il faudrait produire beaucoup moins , où alors trouver des débouchées à l'export .
a écrit le 23/07/2015 à 12:10 :
J'espère que ces 600 millions d'euro vontservir à ouvrir des cmmerces de proximité où les agriculteurs pourront faire de la vente en directe sans abuser de leur tarifs, sinon ces fonds seront inutiles...
Réponse de le 23/07/2015 à 12:23 :
C-à-d, pour les faire concurrencer les grandes surfaces de distribution ? joli…. mdr
a écrit le 23/07/2015 à 11:49 :
Donc, si nous résumons: l'application du capitalisme dérégulé conduit à la création d'oligopole pratiquant l'entente sur les prix d'achat (la grande distribution), qui asphyxie les producteurs par un rapport de force complétement inégal et s'enrichissent d'autant.

L'Etat, au lieu de remettre en cause le modèle délétére de base, injecte de l'argent publique pour compenser les marges exhorbitantes de la grande distribution.

Comme avec la Finance, l'Etat, l'argent public donc, compense les bénéfices d'acteurs privés prédateurs.

Il serait temps de sortir de l'idéologie et de regarder les choses en face...
a écrit le 23/07/2015 à 11:47 :
La France est archaïque et l'état l'enferme dans des archaïsmes en interdisant les évolutions. Le sous-développement est au bout de la route....
a écrit le 23/07/2015 à 10:46 :
Et ils devront payer en plus la super taxe carbone qui vient d’être votée en catimini.
Il faut montrer l’exemple au Monde, comme dit Moi Président.
a écrit le 23/07/2015 à 9:02 :
Il faut faire payer Bruxelles et les américains à la tête de cette Europe ..américaine, un seul duo, coupable..
a écrit le 23/07/2015 à 8:45 :
La France face à la mondialisation ...... s aperçoit que le monde réel ne tourne pas à son avantage ........ et tous les petits frondeurs s exclament ! ...... Si j avais su j aurais pas voulu ...... Pitoyable !!!!
a écrit le 23/07/2015 à 8:43 :
Les agriculteurs étaient contre les quotas mais ils veulent vendre plus aux meilleurs prix rires !!!

C'est quoi notre stratégie ??

On ne veux pas de grosse ferme
On veux des réglementations des normes etc et on ouvre les frontières à toute les concurrences
Les autres pays produisent 15 % moins cher

Que d incompétences aucune vision et de l'arrosage a cout de milliards comme d habitude
a écrit le 23/07/2015 à 8:33 :
Ces agriculteurs savent-ils que leur destin est dans les mains d'incompetents de la pire espece?
a écrit le 23/07/2015 à 8:29 :
Il sort d'où cet argent ? En plus pour financer l'incapacité d'adaptation au marché d'une catégorie déjà gonflée par la PAC et des subventions. Comme dans l'immobilier, on finance la hausse des prix.....
a écrit le 23/07/2015 à 1:45 :
Un plan d'urgence pour les agriculteurs nécessaire, cela signifie déjà que le ministre Le Foll est un touriste ministériel et rejoint l'illustre Rebsamen, ministre du chômage, dans cette liste ! Que fait Le Foll dans ce gouverment depuis trois ans ? Le gouvernement est encore (et toujours) dans la réaction face à une situation qui n'a pas, ou pas voulu anticiper, et se retrouve à lancer un plan d'urgence, presque une cause nationale...de mesurettes bancales.

Aux agriculteurs : pourquoi ne bloquez-vous pas les centrales d'achat et le marché de Rungis ? Pourquoi s'acharner sur des centres-villes et risquer de se mettre au dos des habitants-consommateurs majoritairement acquis à votre cause ?
Réponse de le 23/07/2015 à 11:48 :
Je vous rejoins aussi et c'est une catastrophe pour l’agriculture française.
Nos gouvernants actuels n'ont aucune vision ni anticipation à long terme .
Au ministère de l'agriculture ,ils sont nombreux à travailler mais on ne sait pas exactement ce qu'ils font....Il y a beaucoup d'élite de fonctionnaires...
Ou sont donc les gens de la société civile !
a écrit le 23/07/2015 à 1:28 :
Bon en fait, tu bosses, tu payes des impots et ça va aux éleveurs ? C'est ça la France ? Ben bientot yaura quoi ? 100% de taxes et d'impots ?
Réponse de le 23/07/2015 à 7:30 :
@lol faudrait plutôt que vous pensiez aller au boulot avant de parler d'impôt en plus ce n'est pas directement de l'argent que l'on verse aux éleveurs ,faut pas raconter n'importe quoi.
Réponse de le 23/07/2015 à 8:00 :
On peut facilement dépassser 100% d'impots :suffit d'annuler les promesses de retraites ,de nationaliser quelques entreprises et de prélever un pourcentage sur les dépots bancaires
a écrit le 22/07/2015 à 23:07 :
Des gars hyper-individualistes qui demandent de l'aide de l'état, on dirait des banques...
Réponse de le 23/07/2015 à 7:24 :
@yvan vu votre commentaire,vous n'avez sans doute rien compris,quand on ne connaît rien dans ce domaine , il vaut mieux ne rien dire.
a écrit le 22/07/2015 à 20:41 :
1) Pas de quotas de viande allemande
2) dumping des fermes allemandes (roumains mal payés dans des fermes énormes... Directive détachement )
3) embargo des exportations à la Russie...

Il faut plus "d'Europe" nous disent les fous ! François H. Le premier d'ailleurs. Et vivement le traité TAFTA !

D'ici peu il n'y aura que des start'up, des Leclers et des kebabs en France !
Réponse de le 22/07/2015 à 23:10 :
Des kebabs, oui, mais ... cacher...
Réponse de le 23/07/2015 à 10:36 :
La réponse unique, universelle aux maux que vous décrivez, l' UPR, pardi bien sûr...
a écrit le 22/07/2015 à 19:30 :
QUI EST RESPONSABEL DE CETTE CATASTROPHE DEVINEZ CA COMMENCE PAR UN H... ET FINI PAS UN E ! Avec son stupide embargo des produits agricoles français notre Président Normal a volontairement jeté l'agriculture français dans les profondeurs de l'imbécilité ! la RUSSIE était un de nos principaux acheteur de nos produits issue de notre agriculture cet embargo n'a servi a rien seul résultat la faillite pour des centaines et des centaines de petits producteurs M. HOLLANDE peut en être fière ! qu'il dise aux sans dents combien va couter au finances françaises cet embargo que m. HOLLANDE nous dise combien cela va couter aux finances françaises le rembourser le camarade POUTINE pour la non livraison des MISTRAL (gagnant mais pour nous c'est perdant) De plus M. HOLLANDE a bafoué la parole de la FRANCE CE QUI EST IMPARDONABLE !
Réponse de le 22/07/2015 à 21:10 :
100/ d accord avec vous mais comme les journalistes ne font pas leur travail sur dans ce pays, aucun commentaires sur ce que devient le mistral, ni sur les conséquences de l embargo...
Vive la France pays des droits de l homme et de la libre information ...
Réponse de le 22/07/2015 à 21:52 :
Ca coûte rien, c'est l'Etat qui paie !
Réponse de le 23/07/2015 à 8:03 :
Assez et même pas mal d'accord avec vous, mais ça n'a fait qu'aggraver une situation pas brillante à cause entre autres de l'excès de normes changeantes (une spécialité française).
Je ne comprends pas non plus pourquoi les agriculteurs ne mettent pas le feu au Crédit Agricole et aux supermarchés plutôt que s'attaquer à la vie du français moyen.
a écrit le 22/07/2015 à 19:17 :
Il faut faire payer Bruxelles et les américains à la tête de cette Europe ..américaine, un seul duo, coupable.. La Jacquerie va s'étendre et dans ma bouche, ce n'est pas péjoratif, tenez bon mes amis..
a écrit le 22/07/2015 à 19:01 :
bonne nouvelle,cet argent servira a doper la croissance.d'autres secteurs doivent etre soutenus en priorité:startups,artistes,collectivités locales et entreprises du cac40 tous générateurs de croissance.les autres ont eu le CICE,c'est déja beaucoup!
Réponse de le 22/07/2015 à 20:34 :
Tout à fait d'accord, cher ami.
Réponse de le 22/07/2015 à 20:43 :
Stagiaire à Solferino ? Agent Germanico-americain ? Amoureux de François Hollande ? ... Mais tout cela fait de vous François Hollande !
Réponse de le 22/07/2015 à 23:59 :
Ce n'est pas la premiere fois que vous avez recours a l'humour cest aussi une autre stratégie!
a écrit le 22/07/2015 à 18:53 :
faisons le total de la dette: 2100mds plus 17mds pour la Grèce plus 1 md pour les agriculteurs, à qui le tour?? hollande se vend pour des voix, quel métier fait-on pour en arriver à se vendre??
a écrit le 22/07/2015 à 18:39 :
Et les syndicats se laissent berner par cet énième plan d'urgence alors qu'il ne résout en rien les problèmes de fonds. Le con-tribuable que je suis, est dégouté de ce gaspillage de frics. On en reparle dans 6 mois.
a écrit le 22/07/2015 à 18:28 :
On laisse échapper 600M €, les syndicats sont contents, les agriculteurs se font berner !! C'est sincèrement une honte d'entendre ça, et de se laisser faire !
a écrit le 22/07/2015 à 18:14 :
Il faut faire payer Bruxelles et les américains à la tête de cette Europe ..américaine, un seul duo, coupable..
Réponse de le 22/07/2015 à 18:46 :
« Le grand problème, maintenant que l'affaire d'Algérie est réglée, c'est l'impérialisme américain. Le problème est en nous, parmi nos couches dirigeantes, parmi celles des pays voisins. Il est dans les têtes. »
Charles de Gaulle..
a écrit le 22/07/2015 à 17:48 :
Et hop, encore de l'argent pour soutenir les plus gros assistés de France, mais qui ont beaucoup de poids aux sénatoriales.
Ce ne sont pas les salariés de Peugeot ou de Renault, ou d'autres salariés, qui peuvent piocher sans arrêt dans les poches des français. Et en plus, on va demander à ces mêmes français de bien vouloir surpayer leur viande...
Réponse de le 22/07/2015 à 18:27 :
Ca ne coûte rien aux français puisque c'est l'État qui paie...
Réponse de le 22/07/2015 à 18:49 :
Déjà ce n'est pas de la monnaie trébuchante que l'on verse mais plutôt des exonérations de charges, quand à traiter les agriculteurs d'assistés , je vous invite à mettre les pieds dans une exploitation pour voir comment cela se passe, quand on voit le nombre d'heures réalisées pour un revenu non assuré, on est loin du petit employé qui touche assurément son salaire chaque mois , posez vous la question de comment réagiriez vous si vous aviez à travailler une année sans salaire!!
Réponse de le 23/07/2015 à 22:17 :
@Jeff et Hyerion
C’est l’état qui paie mai c’est l’argent de tous les contribuables
Quand aux exonérations de charges ce sont des recettes en moins dans le budget de l’état. A l’arrivée, il faudra compenser par des impots et taxes supplémentaires ou supprimer des investissements qu’attendent d’autres citoyens.
Je me demande pourquoi les enfants d’agriculteurs prennent la succession de leurs parents. La soupe ne doit pas etre si mauvaise que cela.
Quand au petit employé, il lui arrive souvent de perdre son travail et de se retrouver au chomage. Et là on le traite de fainéant et de profiter de l’assurance chomage. Si les agriculteurs étaient plus solidaires des problèmes des autres, il serait plus facile de défendre leur cause. Une cause que je trouve assez juste, je ne leur reproche que leurs méthodes d’actions et leur indifférence aux problèmes des autres.
Réponse de le 26/07/2015 à 22:49 :
Les exonérations de charge et d'impôts font que ce sont les autres français et et les autres entreprises françaises qui payent.
Si les subventions données aux agriculteurs (plus de 7 milliards d'euros par an), à fonds perdus avaient été données à l'industrie française, celle-ci ne se porterait peut-être pas aussi mal. Mais les salariés de l'industrie, eux, n'ont pas le droit aux mêmes attentions de la presse et des hommes politiques.

D'autre part, je conseille à certains d'aller faire des stages en 3 X 8 dans l'industrie, afin de voir ce que c'est que le vrai boulot : il ne se passe pas au café ou dans des discussions..
a écrit le 22/07/2015 à 17:42 :
Encore un cautère sur une jambe de bois ! et personne n'ose parler du véritable problème : l'Europe ! comment résister à la concurrence de pays qui connaissent des salaires et des charges sociales mini ? Il ne peut y avoir libre circulation absolue que si les conditions de production sont les même partout. C'est vrai pour l'agriculture comme pour l'industrie. Alors de deux choses l'une : soit on quitte ce machin qu'est l'UE qui fabrique du nivellement par la base... soit on accepte comme des moutons d'être pelés
a écrit le 22/07/2015 à 17:36 :
Ces pseudo entrepreneurs qui réclament des aides publiques pour ne pas affronter le marchés de l'offre et de la demande, ca suffit, qu'ils fassent faillite et que les meilleurs récupèrent le marché. Si ils veulent du social qu'ils demandent le statut d'association non lucrative.
Réponse de le 22/07/2015 à 18:52 :
Vous n'avez rien compris, il réclame seulement à être rémunérer pour dégager un revenu et ne pas produire à perte , quel commentaire stupide
a écrit le 22/07/2015 à 17:03 :
" une plateforme regroupant tous les exportateurs français, "Viande France export" sera également créée." encore des fonctionnaires !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 22/07/2015 à 15:27 :
Il faudrait aussi qu'on passe de normes dogmatiques (comme il en existe aussi dans des tas de secteurs dont le bâtiment) style gauche bien pensante ou EELV à des normes pragmatiques et simplifiées comme nos voisins notamment allemands savent faire.
Je bave sur la gauche mais la droite n'a pas fait mieux. L'obèse administration française sécrète en fait ses poisons sans s'occuper des dirigeants qu'ils soient de droite ou de gauche.
Ca rendrait l'agriculture française immédiatement plus compétitive.
Réponse de le 31/07/2015 à 9:45 :
Je vous ai compris : Laissez nous polluer, épuiser les nappes phréatiques, nous faire berner par les Monsanto et les Xavier Beulin, tuer les abeilles... , tant qu'on veut , et tout ira mieux.
a écrit le 22/07/2015 à 14:54 :
Des reports de paiement ......en salaire ça se traduit par combien ?----------------Entre cela ----Traité de libre échange Usa/UE Pour la Fnb, la viande bovine doit être exclue du mandat de négociation
17/04/2015 | par FH | Terre-net Média
Et + l’embargo à la Russie ……………..BINGO ………….. c’est le jackpot …. ?????
Réponse de le 22/07/2015 à 17:14 :
vous avez raison .... mais je veux du broutard, pas de la vache réforme et autres pampines dans mon assiette .... je doute qu'a l’Élysée on bouffe de la viande de Hard Discount !
Réponse de le 22/07/2015 à 18:17 :
@Réponse de pmxr --------je suis de votre avis . Mais à la table de nos dirigeants comme à d'autres qui connaissent les anabolisants et autres médicaments , il est certain que cette viande ne sera jamais dans leurs assiettes , demandez aux docteurs , pharmaciens leur avis sur ces viandes à bas coup , comme la super poule pondeuse d'un an vendue pour le bouillon et qui a été boostée pour pondre le maximum . Bon appétit ..............
a écrit le 22/07/2015 à 14:41 :
L'état socialiste débloque 600 Millions d'euros ...? mais ca devient infernale cette gestion politique de nos impôts et de nos intérêts commerciaux ...! la Grèce nous doit 50 Milliards d'euros ,et voilà un ok du président pour une nouvelle rallonge....! alors qu'une certaine presse gaucho/frivole dit... que le Président normal fut un fabuleux négociateur..!?, le même à mis un embargo ridicule sur les bateaux russes ...1,2/1,3 Milliards a rembourser ...et perte du marché agroalimentaire en Russie ,dont l'on mesure mieux les conséquences aujourd'hui ...et Ségolène Royale ...qui unilatéralement annule le contrat d'état Ecomouv' a rembourser 830 Millions ...
Réponse de le 23/07/2015 à 12:20 :
Mais Sarkozy a dit que ce n'était pas suffisant. Il est vrai que durant son quinquennat il a largement contribué au gonflement de la dette française.
a écrit le 22/07/2015 à 14:36 :
Honteux avec les socialismes nous somme devenu des otages... Merci au laxisme de Mr le president.... Maintenant nous allons encore donner une aide financier....tous vas bien, vive la France, merci madame la marquise, tous vas bien, les francais règle la facture...( les agriculteur 3 % des français , les éleveurs encore moins)
Réponse de le 22/07/2015 à 16:00 :
Très judicieux commentaire ! il vaut mieux protéger 11% de fonctionnaires que 3 % de paysans.
a écrit le 22/07/2015 à 14:33 :
l'État débloque tout simplement, pas la peine de rajouter 600 millions pour s'en rendre compte.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :