L'exécutif peut-il relancer l'immobilier... et la croissance ?

 |   |  802  mots
Manuel Valls annoncera-t-il des mesures pour retourner les anticipations des ménages en matière de prix de l’immobilier ?
Manuel Valls annoncera-t-il des mesures pour retourner les anticipations des ménages en matière de prix de l’immobilier ? (Crédits : BENOIT TESSIER)
Pour relancer la croissance à court terme, une solution est de relancer le marché de l'immobilier résidentiel. Mais pour ce faire, il faut un message politique fort de l’exécutif visant les acquéreurs de logements, disent certains. Même si une telle politique entraîne des effets pervers...

Jamais lors des cinq dernières années, les ménages français n'ont aussi peu anticipé de hausses des prix de l'immobilier résidentiel. Selon une étude de logic-immo.com, ils étaient seulement 9 % en avril 2015 à prévoir une hausse des prix dans les six prochains mois, contre... 52 % en janvier 2011, moment où les prix de l'immobilier ont atteint un point haut. Depuis, la part des ménages anticipant une hausse s'est donc effondrée, tout comme les transactions dans l'ancien et la construction de logements neufs. Preuve que les anticipations des ménages revêtent une importance fondamentale sur ce marché où la culture de la propriété domine en France.

« Le marché immobilier repose sur les anticipations des ménages. S'ils anticipent une baisse des prix, ils ne vont pas se précipiter pour acheter de peur de faire une moins-value à terme », explique Thomas Grjebine, économiste au Cepii. Le marché immobilier français a donc entamé fin 2011 une phase de régression lente des prix (2,2 % en 2014 après 1,7 % en 2013 et 2012) qui connait toutefois quelques coups d'arrêts dus au niveau historiquement bas des taux d'intérêt nominaux de crédits immobiliers. La correction devrait selon plusieurs experts durer au moins jusqu'en 2017.

Pour une reprise plus rapide des prix ?

Certains prônent toutefois une reprise plus rapide des prix pour relancer le marché, nonobstant le poids élevé du coût du logement dans le budget des ménages. Mais pour ce faire, il faudra « que tous les ménages soient persuadés que les prix vont augmenter », explique Thomas Grjebine. Il n'y aura donc pas de reprise sans « un message politique fort jouant sur les anticipations des potentiels acquéreurs de logements ». Comme par exemple un élargissement à l'ancien du prêt à taux zéro.

Contraint budgétairement, le gouvernement n'a pour l'instant pas donné de signaux allant dans ce sens. Il n'a pas lancé de grand plan de soutien à l'accession, comme l'avait fait en 2009 l'exécutif précédent. En fait, la seule qui a dernièrement réussi a envoyé un message politique fort aux acteurs de l'immobilier, qu'ils soient ménages ou professionnels, est l'ancienne ministre du Logement Cécile Duflot. Mais « elle prônait une baisse des prix, ce qui a eu un effet négatif sur les comportements à l'achat », regrette Thomas Grjebine. Et selon l'économiste, « il est impossible d'expliquer aux ménages que les prix doivent diminuer et en même temps espérer par exemple une relance de la construction du fait des anticipations de prix à la baisse que cela engendre ».

Plus facile de relancer le logement à court terme...

L'ancienne ministre du Logement se trompait-elle en allant à l'encontre du vieil adage « Quand le bâtiment va, tout va ! » qui fait foi au sein des professionnels de l'immobilier ? Ce qui est certain, c'est qu'elle n'a pas choisi la solution de facilité pour regagner des points de croissance et faire baisser le taux de chômage à court terme. Car le secteur du bâtiment, à l'activité très cyclique, peut à lui seul, du haut de ses 1,5 million d'emplois, redonner de l'air à un gouvernement en quête de chiffres positifs sur l'emploi et la croissance.

« Pour les décideurs publics, il est toujours plus facile d'agir à court terme sur la relance du logement, plutôt que de mettre un œuvre un plan de relance massif de l'Economie », explique Thomas Grjebine. Dans la quasi-totalité des pays de l'OCDE, la relance de l'immobilier est souvent synonyme de relance de l'économie.

... mais à quel prix ?

Prendre des mesures en faveur de l'immobilier serait donc le seul moyen de remettre l'économie française dans le droit chemin avant les prochaines élections présidentielles. Dont acte. Mais à quel prix ? Ceux, élevés à terme, de la montée de l'instabilité financière d'une part. Car s'ils tirent la croissance vers le haut, les booms immobiliers sont souvent à l'origine des crises.

Et d'autre part, d'une perte de compétitivité du pays. La forte croissance des prix de l'immobilier a en effet été désignée par des experts économistes et hauts fonctionnaires comme l'une des causes des maux de l'économie française. Que ce soit à cause de la pression sur les salaires nominaux qui en découle, de l'augmentation des prix des loyers pour les entreprises, de l'éloignement des salariés de leur lieu de travail, ou même de l'impossibilité pour les ménages de dégager des marges de manœuvre financières pour consommer ou épargner autre chose que de l'immobilier.

Sans oublier enfin, le risque latent du creusement des inégalités entre les propriétaires qui profitent des effets richesses liés à la hausse des prix de l'immobilier, et des locataires aux revenus modestes dont le coût pour se loger restera proéminent par rapport à leurs revenus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2015 à 10:15 :
C est quoi l histoire de la Catalogne c'est Valls un déraciner ils n es pas française( no hères Frances )primero ministro es trangero de Francia ? HOle Hole hombre
a écrit le 20/08/2015 à 8:15 :
Le titre de l'article est une question mal posée.

L’exécutif veut bien sur relancer la croissance... mais pour ce faire, il doit d'abord crever la bulle immobilière.
a écrit le 05/08/2015 à 17:44 :
Faut pas être un génie pour voir le nombre de panneaux à vendre qui se multiplient partout. Personne ne veut acheter et de plus en plus de monde tente de vendre avant l'effondrement des prix.

Les campagnes sont les premières touchées, mais les villes vont se faire embringuer dans l'histoire aussi. Si on regarde les évolutions des crises passées, les grandes villes sont toujours touchées avec un décalage par rapport à la campagne.
a écrit le 29/07/2015 à 9:02 :
Il y a 3 cas.

CAS1: Lorsqu'il y a 5 vendeurs et 100 acheteurs, le prix du marché, c'est celui des 5 acheteurs les plus riches.

CAS2: Lorsqu'il y a 100 vendeurs face à 100 acheteurs, les acheteurs les plus riches prennent les plus "belles" maisons, et les plus pauvres prennent les plus "moches".

CAS3: Lorsqu'il y a 100 vendeurs face à 5 acheteurs, alors il n'y a plus de concept de prix du marché. Seuls les vendeurs les plus désespérés vendent.

Actuellement l'indice iti donne le nombre d'acheteurs par vendeur (Cherchez "indice de tension immobilier - indice iti") en France est de 0,4. Il y a plus de vendeurs que d'acheteurs. On est dans le CAS#3.

De plus, le papyboom, le chomage, les emplois précaires, la fuite des investisseurs, la baisse des loyers, la montée des taxes proprio, la fuite des retraités à l'étranger (Portugal, Thailande, Belgique...), la baisse de la vente de crédits (cherchez "accord de Bâle III") la remontée de la courbe de dépendance des français, poussent à anticiper une situation dégradée pour les vendeurs.

Et je ne parle même pas des taux qui pourraient augmenter. Century21 annonce qu'une hausse des taux de 1% fera mécaniquement baisser les prix de 15%. Cela fera un grand manque à gagner pour les vendeurs. (Cela ne changera rien pour les acheteurs qui devront donner plus à a la banque et moins au vendeur).

Bref, plus le temps passe, et plus la situation s'empire pour les vendeurs... Ceux qui n'auront pas vendu à la fin de l'été seront les grands perdants. Lorsqu'ils réaliseront que la pente est descendante pour les 30 prochaines années à cause du papy-boom, il n'est pas exclus d'assister à une vente panique.

Il ne fait pas bon être propriétaire durant l'éclatement de la bulle immobilière.
Réponse de le 02/08/2015 à 12:35 :
Arrêtez svp de prendre des indices qui ne veulent absolument rien dire. Prendre en compte une moyenne nationale dans laquelle on retrouve des dizaines de villes moyennes désindustrialisées où des centaines de milliers de logements ne trouvent plus preneurs faute d'emploi est stupide. Il ne manque absolument pas de logements en France, vous pouvez même acquérir de magnifiques maisons dans le centre Finistère où dans les Ardennes pour 100 000 euros, mais où sont les emplois? Il n'y a pas UN marché de l'immo nationale mais des dizaines... Les grandes zones tendues où se concentre le marché de l'emploi ne voient pas les prix baissés (720 000 transactions dans l'ancien pour 2014), et essayez donc d'obtenir un logement dans ces grandes métropoles avec vos 100 000 euros en balançant à la figure du vendeur votre fameux indice iti, rigolade assurée...
Réponse de le 04/08/2015 à 3:06 :
Les crises immobilières (dégonflement de bulles, et éclatement de bulles) touchent toujours les campagnes et les zones rurales en premier.
Ca c'est déjà fait.

Il a toujours eu un délai avant la contagion des villes et des grandes villes.
Ca, c'est en cours, et c'est déjà très visible.

Cela doit être fatiguant de nager contre le bon sens.
a écrit le 28/07/2015 à 23:26 :
Il faut arrêter de stigmatiser les agents immobiliers.
Sont ils responsables d'inciter les gens à acheter des biens surévalués en leur cachant le vrai prix du marché? La réponse est oui, certes, mais sont ils coupables? Non. En effet, ils le font pour gagner plus d'argent. Et cela, n'importe le ferait. Ca n'est pas facile de profiter de la jeune génération en leur faisant croire que les prix des biens peuvent se maintenir (voir augmenter) malgré la conjoncture et le papy boom. Certains posent des questions. En 2000, à une époque où les acheteurs étaient 4 à 5 fois plus nombreux que les vendeurs, il était normal que les prix augmentaient.
Mais maintenant qu'il y a 3 fois plus de vendeurs que d'acheteurs... il est normal de faire des pieds et des mains pour refourguer des biens à ces jeunes.

Donc, pour résumer: "responsables? oui mais pas coupables!".
a écrit le 27/07/2015 à 11:48 :
En réponse à la question de l'article:

Non, l'exécutif ne peut pas relancer l'immobilier s'il souhaite relancer l'économie. Les deux objectifs sont antagonistes dans l'immédiat.

Pour relancer la croissance, l'immobilier doit retrouver ses valeurs d'avant le gonflement de la bulle (il y a 15ans, en 1998-2000). Les salaires et dépenses des ménages ne seront alors plus étouffés par les loyers et remboursements d'emprunts immobiliers. L'économie, la compétitivité de la France et la croissance repartiront alors naturellement.

L'exécutif veut en effet relancer la croissance et du coup, il va éclater la bulle.

L'hiver sera rude pour les propriétaires. Et les prochaines 20 années à venir aussi.
a écrit le 27/07/2015 à 11:41 :
moi aussi si j'étais papy-boomeur, j'essayerai d'enfler la génération débile des jeunes qui achète tout et n'importe quoi sans se poser de questions.
Je leur vendrai tout mes biens et je leur vendrai tout de suite. Parceque la bulle va sans doute éclater cet hiver, avec la série de lois et de mesures qui tape les proprios en ce moment, c'est moins value et rendement locatif négatif pour les propriétaires: il est temps de se débarrasser de ses biens immobliers. Le truc c'est qu'il va y en avoir de plus en plus, donc faut vendre avant les autres.
a écrit le 27/07/2015 à 11:28 :
Il faut arrêter de stigmatiser les agents immobiliers. Oui, ils sont responsables d'avoir invité des jeunes à acheter au pire moment - l'équivalent d'un suicide financier - mais d'un autre côté, c'est parceque ca leur permettait de gagner plus d'argent. Ils sont peut être responsables mais ils ne sont pas coupables. Si les gens sont assez bêtes pour acheter au pire moment, il est parfaitement légal d'en profiter pour leur vendre des moins values.
a écrit le 27/07/2015 à 8:49 :
les prix immo ont été multiplié par 2,5 depuis 2000. Qu'en est-il de votre salaire? cqfd La baisse est inévitable.
Réponse de le 27/07/2015 à 11:39 :
En plus c'est vrai, je viens de m'en rendre compte et ça me rend de bonne humeur .Pour ce qui est de la baisse inévitable ,vendons et laissons la aux autres.
Réponse de le 19/08/2015 à 17:53 :
Ils ont augmenté de plus de 140% .
a écrit le 27/07/2015 à 8:37 :
C'est pas compliqué. La crise touche d'abord les campagnes, puis les villes. Même avec des taux en baisse à 2%, les prix descendaient quand meme... Qu'est ce que ca sera lorsque les taux vont augmenter? Les vendeurs vont avoir un énorme manque à gagner. Vaut mieux qu'ils vendent avant la fin de l'été.

En plus, si vous regardez l'indice de tension immobilière (indice iti), sur google, vous verrez qu'il y a 2,5 vendeurs par acheteur en France et qu'il y en aura bientot 5 vendeurs par acheteur à cause du papy-boom (qui va durer 30ans).
Il est bien fini le temps où il y avait des acheteurs qui se battaient pour des biens immobiliers.
a écrit le 26/07/2015 à 23:11 :
Peut être qu'en allégeant quand c'est possible le nombre de normes, de démarches, de textes, d'intervenants pour les entreprises y compris dans le bâtiment, cela serait bénéfique : ça ne coûterait rien et serait rapide à appliquer. Mais avec ces zozos, autant ne pas y penser. Au contraire, avec leurs copains de la Commission Européenne, ils phosphorent pour empiler les codes, règlements, normes et taxes diverses. Ils trouvent même des termes compliqués pour désigner des choses simples : des trucs du genre "référentiel bondissant" pour désigner un ballon (derniers textes pour les profs) et j'en passe.... C'est loin d'une simplification...
a écrit le 26/07/2015 à 18:05 :
En réduisant de 158500 eur à 100000eur ( non réévalués chaque année, par le barème parlementaire ), le seuil d'imposition des impots sur successions. Le P.S a figé et immobilisé , et gelé les capitaux de tout investissement. Il faut rétablir la possibilité de donner indifféremment en ligne directe ou indirecte 175000 eur tous les 6 ans ( réévalués chaque année de l'indice ). Ainsi les 20- à 50 ans, pourront où acheter leur maison ou appartement, ou le construire, où créer ou racheter une Entreprise. Le Capital doit etre mobile et mobilisé au maximum de ses potentialités naturelles. Les Banques ne doivent plus etre en légalité en facturant des agios de découvert entre 12 et 17% exactement comme il y a 30ans, quand l'inflation était à 10%. Elles se financent actuellement gratuitement : sans précédent dans l'histoire. Les Français modestes et moyens, ne doivent plus subir celà. Mais les Banques ont plus de pouvoir que l'Etat : ne revons donc pas.
a écrit le 26/07/2015 à 12:18 :
bonjour,
Non ! ils ne peuvent pas dans 2 ans ils seront partis et ne reviendront plus.
Les prix sont au plafond des capacités d'endettement : ils n'augmenteront plus.

Prochaines etapes des prochains :
Des economies , des economies, des economies....
a écrit le 26/07/2015 à 10:58 :
On a un problème de prix dans l'immobilier? C'est vrai.
Il faut juste arrêter le robinet en faveur des rentiers des lois Madelin, Robien, Carrez, Duflot, etc. et mettre le paquet sur les primo-accédants ou l'acquisition d'une résidence principale.
Par ailleurs la mise en place d'une couverture publique sur les risques liés aux malfaçons de construction (type l'état ou la région prend en charge la résolution des problèmes puis se retourne contre les promoteurs/constructeurs pour récupérer ses billes, + le coût de la procédure + une amende histoire de calmer les véreux du métier) permettrait de redonner confiance au ménages.

La fiscalité est les autres âneries n'intéressent que les rentiers, donc ceux par qui vient le problème de prix. Aucun état d'âme pour ces sangsues.
Réponse de le 26/07/2015 à 13:59 :
"mettre le paquet sur les primo-accédants ou l'acquisition d'une résidence principale" : non plus... Ils payent déjà ce qu'ils peuvent payer, subventionner revient juste à les aider à payer plus cher, donc à doper les prix.
Réponse de le 27/07/2015 à 9:46 :
EXAT???
Réponse de le 27/07/2015 à 16:06 :
@jean nemarre : le duflot ou pinel ne représente même pas 10% des logements neufs vendus donc arrêtez de faire croire que tout est de la faute des aides à l investissement . Le vrai problème de l immobilier est le prix du neuf qui n a strictement pas bougé depuis 2011 . Je persiste à dire que les normes et la fiscalité délirante sur l immobilier ne feront jamais baisser les prix ; stupidité de dire que la fiscalité ne concerne que les rentiers : quand aurez payez 20% de TVA + taxes diverses + impôts locaux qui explosent et qui représentent déjà près de 3 mois de loyer .On en reparlera dans quelques temps : il est aussi stupide d acheter pour louer que d acheter en résidence principale ( je parle du neuf) .
a écrit le 26/07/2015 à 9:52 :
le gouvernement veut faire baisser rapidement l'immobilier, car le plus vite l'on sera retourné aux prix normaux d'avant la bulle (1998 à 2000), le plus vite la croissance pourra revenir et l'emploi repartir.

C'est pour cette raison que le gouvernement à intérêt à précipiter les prix immo vers le bas. C'est comme arracher un sparadrap. Il vaut mieux le faire d'un coup sec, et passer à autre chose.

On est dans une bulle, il faut l'éclater vite fait - plus cela dure, plus c'est pénible.
Réponse de le 27/07/2015 à 11:23 :
Pas du tout,un immobilier qui s'effondre c'est excellent pour le rentier:
car la valeur du patrimoine baisse donc moins d'ISF pour l'état par contre le loyer reste identique voire augmente donc augmentation de la rentabilité brute. Si l'immo baisse l'isf s'effondre.
a écrit le 26/07/2015 à 9:46 :
La réponse est bien simple: Non.
a écrit le 26/07/2015 à 8:33 :
Si la loi ALUR de C.Duflot n'a fait que bloquer un peux plus le système il faut la détricoter et si ce n'est pas suffisant faire le contraire de ce que l'on fait depuis 15 ans
Simplement un peux plus de liberté
a écrit le 26/07/2015 à 4:00 :
Pas de croissance possible avec un matraquage fiscal pareil. L"économie est atone. Seule croissance possible : celle du chômage.
a écrit le 26/07/2015 à 3:50 :
L'immobilier plombe la croissance française depuis 15 ans. Quand tout le salaire passe dans le logement, les gens n'ont plus d'argent pour acheter des voitures ou autres biens industriels...
a écrit le 26/07/2015 à 2:00 :
C'est bien beau la théorie mais il faudrait sortir un peu et aller faire un tour sur un chantier. Comme la majorité des ouvrier sont étrangers , la seule croissance que la relance de l'immobilier créera sera en Pologne ou au Portugal.
Et il faudra bien finir par comprendre que si l'immobilier est en crise c'est parce que les français n'ont pas tous les moyens de payer 3000 euro le m² pour se loger. Et encore les crédit sont a 2% , pas besoin d'être bien malin pour comprendre ce qui se passera si les taux remontent.
a écrit le 25/07/2015 à 23:13 :
Il peut le faire ! il suffit qu'il rappelle Duflot...
a écrit le 25/07/2015 à 21:28 :
@Hubert

10 dans cet appart ? On peut mieux faire ? 150 m2 ? Dépendant du continent
de départ des "loques à terre" ? Ça peut facilement monter à 20 (Afrique)
voire à 30 (chinois) et je n'entre pas dans le détail ? (sic)
Aussi, je félicite élu PS ? Auquel j'accorde une MAJUSCULE ? Pour souligner son hétérodoxie et sa remarquable linguistique socialiste. Depuis Brejnev, on "navet"que très rarement vu ce type de prouesse ? BRA.VO !
a écrit le 25/07/2015 à 20:28 :
Le CEPII pour le quel travaille le sieur Thomas Grjebine, c'est le Centre d'études prospectives et d'informations internationales et c'est rattaché aux services du Premier ministre (sources Wikipedia).
Et ben, avec des conseillers en économie comme ça, la France est pas dans la m€&#€ !!
a écrit le 25/07/2015 à 20:13 :
L'état n'a pas la main sur le marché de l'immobilier. Ce sont les français et leur colossale épargne de plusieurs milliers de milliards d'euros (1700 milliards rien que pour l'assurance vie) qui font le marché en fonction de facteurs majoritairement extérieurs. Pour ceux qui ont connu le crach du début des années 90 (j'y étais), la chute brutale des prix n'était pas du à une mesure gouvernementale ni à un brusque désamour des français pour la pierre mais tout simplement par ce que les sicav et la bourse étaient à ce moment 5 fois plus rentables, détournant ainsi la montagne d'épargne hexagonale et fracassant le marché Immo. Ceci explique que l'immo reste à des niveaux élevés malgré la crise que nous subissons depuis 2008 et qui surprend nombre de français. Le problème des prix élevés: le faramineux bas de laine des contribuables.
Réponse de le 27/07/2015 à 10:49 :
L'encours moyen de l'assurance-vie est de 10700 euros chez les 25-34 ans , 31500 euros chez les 45-54 ans. La moitié de l'encours global est détenu par 10%. Bref il faut relativiser l'importance de cette réserve. Pour le commun des mortels, c'est un fusil à un coup qui peine à couvrir les frais d'un achat.
a écrit le 25/07/2015 à 20:03 :
je sais au moins une chose ce type â relancé le voyage par cher. Principe, il monte un rendez vous bidon avec Platini. Il utilise un avion de l'état français bien sûr aux frais du contribuable, il prend ses deux enfants et il va voir un match de son équipe nationale. Elle est pas belle la vie.
a écrit le 25/07/2015 à 19:40 :
M'enfin ? Mais poser la question c'est déjà y répondre ?

L'éxécutif PEUT TOUT ? ABSOLUMENT TOUT !

L'immobilier ! La croissance ! Le chôamge ?

TOUT ! IL PEUT TOUT, surtout lorsqu'il est mené par un chef comme le Premier ministre !

Bon, si avec ça je ne suis pas publié ? J'démissionne ? ARGHHHHHHHHHHHH !!!
a écrit le 25/07/2015 à 18:17 :
"Il faudra que tous les ménages soient persuadés que les prix vont augmenter."
Mieux vaut être aveugle que de lire ça...
Réponse de le 25/07/2015 à 19:52 :
"Mieux vaut être aveugle que de lire ça... " : Pourquoi pensez vous que des jeunes se suicident financièrement sur 25 ans? Ils s'imaginent que les prix peuvent baisser?
Réponse de le 25/07/2015 à 20:18 :
D'autant plus que la plupart des ménages aimerait pouvoir acheter... Mais vu les tarifs... Je ne pense pas que les ménages désirent que les prix augmentent, ni que ceux qui on acheté d'ailleurs. Ceux qui sont propriétaires veulent soit pouvoir racheté ailleurs avec les fonds de leur précédente habitation, soit la garder. Dans les deux cas que les prix augmentent ou diminuent ils le pourront.
A mon sens les principaux freins à la constructions sont plutôt les normes 2012, et "l'écologie" qu'on imposent et fond un énorme surcoût lors d'une construction. Que le gouvernement rende ces normes comme "conseillées" et plus imposées, en veillant à ce que les constructeurs n'en profitent pas; et la construction repartira de plus belle.
Réponse de le 26/07/2015 à 11:00 :
@hum:
"Mieux vaut être aveugle que de lire ça... " : Pourquoi pensez vous que des jeunes se suicident financièrement sur 25 ans?
peut etre parce qu'ils en ont marre de se faire tondre par des propriétaires qui font de l'"investissement locatif" plutôt que de laisser les jeunes acheter à un prix raisonnable.
Pour résoudre le problème du logement, il faut supprimer le droit à un particulier d'acheter des biens pour les mettre en location.
Réponse de le 26/07/2015 à 22:32 :
"peut etre parce qu'ils en ont marre de se faire tondre par des propriétaires qui font de l'"investissement locatif"" : Valider des PV immobilières de 100 000 à 150 000 euros sur un seul chèque, ça profite à quel public?
Réponse de le 27/07/2015 à 11:31 :
C'est une excellente idée d'interdire l'achat pour louer à des particuliers,comme cà tout le monde vivra en HLM ou sera propriétaire de son logement
.Perte globale pour l'état de plusieurs milliards car les HLM ne payent pas d'IR et les propriétaires pas de revenus sur leurs propre avantage en nature .
a écrit le 25/07/2015 à 17:27 :
après 3 ans de ,de "gravitude " dans les marchés de l'immobilier et du BTP ...faut pas rêver....seule Cécile Duflot peut encore faire chuter ces marchés....
a écrit le 25/07/2015 à 16:58 :
Loi QUILLOT 22 juin 1982, Loi DUFFLOT 2014, Loi PiNEL 2015 etc..... c'est à dire des Lois socialiste ont tuées l'investissement immobilier. En plus des impôts, taxes, csg, rds etc... etc.... maintenant les impôts locaux et régionaux qui vont explosés. Sauvez-vous vite. Fuyez l'immobilier comme la peste..
Réponse de le 27/07/2015 à 11:06 :
Sans oublier les Censi (UMP)-Bouvard (PS), Robien (alors UMP-UDF), Borloo (alors UMP), Scellier (UMP)... Que d'argent public dépensé depuis 2003 pour les résultats que l'on connaît.
a écrit le 25/07/2015 à 16:38 :
Pour relancer l immobilier et faire venir les investisseurs français et étrangers il faut supprimer l Isf le plus stupide et improductif de tout les impôts ! Mais ces pieds nickelés dogmatique ne connaissant rien a l entreprise et la finance n en seront jamais capable ou assez courageux !😓😜
Réponse de le 25/07/2015 à 18:46 :
L'ISF concerne très peut de monde, et a donc un impact très faible sur l'économie du pays. Pour échapper à l'ISF, il suffit d'investir dans l'économie de sont pays, et pas spéculer bêtement. Les riches ne contribuent à l'économie que par leurs investissements, pas par leur consommation qui est ridicule par rapport au reste de la population.
Réponse de le 26/07/2015 à 11:58 :
Pour échapper à l'impôt sur la Fortune il faut pas investir de son pays,il faut s'appauvrir en claquant son argent de préférence à l'étranger comme ça on n'engraisse pas le mammouth.Et quand on est en dessous du seuil ,on ne travaille plus ,et on profite de la vie et de tous les avantages sociaux que procure le fait de ne pas avoir de revenus.
a écrit le 25/07/2015 à 16:10 :
Il suffit de nommer stephan plaza comme ministre du logement, il démontre dans ses émissions qu'il sait de quoi il parle et il va relancer le bâtiment à lui tout seul
a écrit le 25/07/2015 à 15:36 :
1) la relance est déjà en cours, entre autres grâce au Pinel amélioré : le gouvernement pouvait le faire, et l'a fait.
2) on n'est plus dans les 30 glorieuses : on n'a plus besoin de construire 500 000 logements par an. "Quand le bâtiment va, tout va!" c'est fini. Sauf à l'Ena, où on a une guerre de retard (si ce n'est deux).
Bref : ce débat est totalement dépassé.
a écrit le 25/07/2015 à 15:35 :
Vous cherchez à encourager encore une génération à bosser pour les banquiers ! La seule solution pour relancer le marché est de créer le conditions d'une baisse très rapide des prix pour resolvabiliser les prétendants.
Réponse de le 25/07/2015 à 16:16 :
la baisse des prix c'est bien pour le bâtiment mais c'est pas bien pour les éleveurs de viande et les producteurs de lait,ni pour les chauffeurs de taxi,.Les prétendants insolvables restent en location.C'est pas pour la Banque qu'on bosse mais pour les enfants.
a écrit le 25/07/2015 à 14:40 :
Avant la rentabilité immo était de 6% alors donnez 1% en isf c'était vivable mais avec une rentabilité de 3% donnez 1% en ISF et 1;5% en IR sans compter la CSG ça n'a plus aucun intérêt d'investir dans la pierre.
Réponse de le 25/07/2015 à 18:40 :
on ne vous a pas demander d'investir mr momo mais uniquement d'acheter pour VOUS loger, pas pour spolier l'argent des locataires. laissez les locataires devenir proprietaire et trouvez vous une autre source de revenu que vos "investissements locatifs" merci.
Réponse de le 26/07/2015 à 11:41 :
Vous avez raison,j'ai donné congé à mon locataire qui n'avait pas les moyens d'acheter et vendu mon bien à des primo accédant qui sont devenus propriétaires,et j'ai placé mon argent en Angleterre en toute légalité histoire de ne pas me faire avoir avec l'Euro.
a écrit le 25/07/2015 à 14:36 :
On parle relance de la croissance, ne devrait-on pas voir que l’Europe fait moins qu’ailleurs, par exemple les américains font le double pour un chômage inférieur de 50%. Si on regarde ce qui est publié en ligne sur le produit dans les pays européens entre 2007 et 2014 : dans le monde les revenus augmentent. En PPA et en $ constants 2000 selon la Banque Mondiale, on trouve que dans nombre de pays européens, le revenu par habitant est en baisse… En Amérique du Nord, au Japon, en Australie, en Corée, Au Mexique, aux USA, au Canada, en Allemagne, en Suisse ce n’est pas le cas. En France, le pib par habitant en 2007 est déclaré à 37641 et 37218 en 2014. N’avons-nous pas un problème systémique avec le développement ? En Grèce, on passe de 32408 à 24502. Avons-nous un Parlement européiste béat ou bien lampiste ou pied nikelé ? Le but d’une société est-il de faire baisser le niveau de vie et d’exclure à tour de bras nombre de diplômés ? Depuis 2011, le revenu français baisse et il augmente chez nos voisins, que fait l’Etat ? Ne devrait-on protester contre un système de démolition du pouvoir d’achat par l’inflation des prix ?
a écrit le 25/07/2015 à 14:32 :
L'immobilier c'est pas rentable les banques et les institutionnels l'ont compris avant tout le monde et ont vendu leurs patrimoine .Mais on peut toujours me parler de l'investisseur en meublé qui avec son studio fait de la rentabilité de 5% .Ok alors toute la population va vivre en studio meublé car loué vide un 5 pièce n'a plus aucun intérêt et avec le temps l'état comprendras qu'il faut supprimer L'isf .Moi je vend tranquillement et je dépense bêtement mais c'est plus jouissif que de le donner à l'état.
a écrit le 25/07/2015 à 14:24 :
Un logement de 150. m/2 en parfait état en centre ville,immeuble bourgeois loué 1450€ par mois soit 17400 € par an : Impôt sur le revenu 45% soit 7830€ Csg 15% soit 2610,
impôts foncier 1400€ syndic 150€ assurance 350€ ISF 5500€ soit un déficit net de 440€ donc je vends car rentabilité négative.
Réponse de le 25/07/2015 à 16:07 :
Mieux offrir ce logement à des nouveaux arrivants et faire preuve d'humanité. Un logement de 150 M2 en parfait état pourrait accueillir une famille de 10 personnes. Que du bonheur !
Réponse de le 25/07/2015 à 16:12 :
@Elu PS
Tu m'a tuer mdrrr !!!
Réponse de le 27/07/2015 à 11:50 :
Votre "témoignage" n'a aucune crédibilité. Avec des revenus locatifs supérieurs à 15000 € par an, vous dépendez du régime réel. Si vous êtiez réellement propriétaire-bailleur, vous sauriez que la taxe foncière, les frais de syndic et la prime d'assurance (ainsi que les provisions de charge de copro, les dépenses d'entretien et d'amélioration et les intérêts d'emprunt soit dit en passant) sont déductibles des revenus fonciers. Récapitulons : 17400-1400-150-350 = 15500 € de revenus fonciers à déclarer. TMI à 45% (beau revenu !) : 6975 €. Contributions sociales à 15,5% : 2403 €, dont 5,1% déductible des revenus soumis à l'IR l'année prochaine. Pour atteindre un ISF de 5500 €, il faut que votre bien soit valorisé 1,7 M d'€ environ, soit plus de 11000 €/m², ce qui ne cadre pas du tout avec le montant de loyer pratiqué (c'est plutôt de l'ordre de 4500 € pour une telle surface). Bilan : revenu après imposition sur le revenu de 8000 € pour cet appartement.
a écrit le 25/07/2015 à 14:18 :
De quoi hésiter entre marrant et lamentable... Si personne ne s'est rendu compte de la crise économique mondiale en cours, faut ouvrir les yeux, les gars... Et cela n'aurait pu être autrement avec une concentration de capitaux encore plus forte qu'en 1929. Sauf que des Roosevelt, non seulement ça court pas les rues, mais, en plus, ils auraient un léger mal à se faire élire : tout est verrouillé. Sinon, à ceux qui ont moins de 100 millions de capital, et qui défendent le système : vous êtes de très bons pigeons.. Roucoulez, les gars. Ce sera déjà ça. Et évitez de vous tourner pour voir celui qui vous tient.
a écrit le 25/07/2015 à 14:08 :
Une mesure simple pou remettre des biens sur la marché. Revenir a l exonération des plus values a 15 ans.
a écrit le 25/07/2015 à 13:54 :
L'exécutif Vallsien est aussi impuissant incompétent que l'a été l'exécutif ChiracoSarkozien ;

cela dit, le manque de logements s'aggrave en France, une vieille rengaine qui a une solution particulièrement efficace ;

Il faut en terminer avec cette rengaine des problèmes de l'immobilier en France
les solutions existent, de surcroît leur mise en oeuvre peut être immédiate,

il suffit de quelques ordonnances Présidentielles,

pas besoin d'attendre que le gouvernement Valls tergiverse, discutaille, bavarde inutilement sans fin ;

Taxer le plus lourdement possible, sans exception, toutes les surfaces locaux vacants sera salvateur car les rentiers seront placés devant 2 choix :

- 1er choix : remettre sur le marché de la vente ou de la location, le cas échéant en faisant des travaux de mise à niveau ce qui donnera beaucoup de travail aux entreprises du batiment ... au passage l'Etat bénéficiera des vertus de ces mises sur le marché :
a) ces travaux créeront des emplois en nombres massifs
b) les artisans auront beaucoup de travail
c) l'Etat encaissera des recettes de TVA
d) l'Etat aura moins besoin de construire
e) les prix de l'immobilier à la vente et à la location vont baisser grâce à ces remises sur le marché d'un énorme nombre de M² de surfaces habitables, la bulle immobilière sera terminée

2ème choix : les rentiers héritiers spéculateurs propriétaires récalcitrants devront payer les lourdes taxes sur la vacant ce qui produira de belles recettes fiscales pour l'Etat et les collectivités
Réponse de le 25/07/2015 à 15:06 :
Raisonnement bien trop simpliste pour nos énarques...
Réponse de le 26/07/2015 à 20:03 :
+1 les solutions les plus simples sont les plus efficaces, mais il faut du courage politique, ce que Valls n'a pas
a écrit le 25/07/2015 à 13:53 :
On s'en fout du court terme! C'est bon pour les médias et les politiciens!
"Même si une telle politique entraîne des effets pervers..."
C'est bien ça le problème!
---
Depuis trop longtemps, on a fait du court terme dans tous les secteurs.
Court terme + court terme + court terme = contourner les problèmes = dans le mur!
a écrit le 25/07/2015 à 13:34 :
Hausse vertigineuse des taxes + relèvement des taux à venir + loi SRU qui n'en finit d'augmenter (bientôt 30% de logements sociaux avec un impact à la hausse sur prix de l'immobilier du neuf et par voie de feedback l'ancien ) + fin des trentes glorieuses (croissance molle pour le siècle à venir sauf guerre ...) = baisse durable de l'immobilier .
a écrit le 25/07/2015 à 13:13 :
pourtant Nexity dit que tout va bien pour eux et anticipe un CA en forte hausse et un bon dividende pour les actionnaires....qui est le gros menteur ???? et comme les agriculteurs il réclame des aides....pour alléger .....nos impôts ....sûrement....!!!
a écrit le 25/07/2015 à 13:00 :
Des mesures en faveur de l'immobilier, cela pourrait être autre chose que de l'argent !
Par exemple une baisse des taxes fonciers et habitation en échange d'une taxation des logements vides, une facilité d'éviction des locataires mauvais payeurs et la création d'un répertoire des non-payeurs de loyers...
Il faut arrêter de tout vouloir régler à coup de milliards dans ce pays, parfois, le bon sens suffit...
a écrit le 25/07/2015 à 12:27 :
c'est un parfait l'exemple de l'absence de l'action et de la misère de parole de ce gouvernement!
Réponse de le 25/07/2015 à 15:57 :
Bravo baron je pensais j allais le dire et k ajoute il est sous influence juive et va se voit
a écrit le 25/07/2015 à 12:23 :
Cette équipe-la est complètement grillée et n'a plus aucune crédibilité. Il faudra maintenant un gros choc pour redonner confiance à tous ceux qui entreprennent et investissent : par exemple des baisses d'impôts perennes. Mais avec un deficit de 4% il ne faut pas rêver.
a écrit le 25/07/2015 à 12:08 :
Sur ce point ce pense que le nababesque séjour du roi saoudien dans notre pays (toute la France en est ravie, d'ailleurs) y sera pour beaucoup de chose. Les Saoudiens (et qui seront suivis par d'autres dynasties du Golfe) pourront s'offrir un sans nombre de maisons en France et faire beaucoup de profit (comme si ils en avaient encore besoin !) sur le dos des Français. C'est magnifique, nous sommes tous des heureux !
a écrit le 25/07/2015 à 12:04 :
Il suffit de visualiser le stock du nombre d'annonces immobilière sur le bon coin pour n'avoir plus aucune illusion ....le marché immobilier est bloqué dans la majorité des régions il ne se vend que des biens inférieurs à 150000e frais de notaires inclus...taxes foncières à la hausse, plus valus immobilières exonérés à partir de 30 ans, incertitude sur l'emplois bof il vaut mieux rester locataire et partir en vacances!
a écrit le 25/07/2015 à 11:32 :
gauche et droite seront confrontés au meme probleme. La croissance ne pourra revenir que lorsque les prix seront revenu à la normale. Autant laisser les prix s'effondrer rapidement, pour passer rapidement à la croissance qui nous fait tant défaut depuis si longtemps.
Réponse de le 27/07/2015 à 9:26 :
Ils ne laisseront jamais les prix baisser (ou disons seulement les logements de mr "tous le monde". Leur acquisition immobilière sont des investissement à long terme pour nos politiciens... Ils ont trop à y perdre contrairement à nous simple possesseur de notre seul logement et encore...
a écrit le 25/07/2015 à 11:30 :
C'est vite vu, le gouvernement va même vouloir faire baisser rapidement l'immobilier.

Le plus vite l'on sera retourné aux prix normaux d'avant la bulle (1998 à 2000), le plus vite la croissance pourra revenir.

C'est pour cette raison que le gouvernement à intérêt à précipiter les prix immo vers le bas. C'est comme arracher un sparadrap. Il vaut mieux le faire d'un coup sec, et passer à autre chose.
a écrit le 25/07/2015 à 11:27 :
Pauvre gouvernement !
Toujours à suivre des lobbies,
Toujours à suivre le court terme...

On n'est pas rendu !
Combien de dizaines de milliard d'euros d’impôts vont ils bruler pour maintenir les prix élevés de l'immobilier ? (et continuer à tartiner la France de maisons individuelles de piètre qualité, dans des endroits où il n'y a pas d'emploi sans consacrer des heures de voiture sur des routes qui deviendront vite sous-capacitaires et dont les collectivités seront incapables d'en assurer l'entretien...)
a écrit le 25/07/2015 à 11:05 :
Ce gouvernement est incapable. Ils ont détruit la confiance durablement par arrogance idéologique et incompétence. Les discours sont inutiles. Il faut démissionner.
Réponse de le 25/07/2015 à 11:45 :
@Fb
C'est exactement ce qu'a fait la droite de $arkozy de Nagy Bocsa et ce que fera l'extrême droite de MLP.
Réponse de le 25/07/2015 à 18:26 :
parce que vous croyez que l'autre hollande a fait qq chose? il n'a RIEN FAIT SAUF qu'IL A CREE 650 000 chômeurs, mis à terre des centaines milliers de TPE ,PME ETI, il a annulé TOUTE croissance, contrairement à l'ensemble des pays européens. NON monsieur Sarkozy a sauvé le pays lors de la crise monétaire de 2008/2009, et oui ça les beaufs socialos ne l'ont pas compris, n'est ce pas? au fait moi ce sont des faits, vous (la censure ne le permettrait pas), mais vs êtes un socialo, tout est dit c'est clair.
Réponse de le 26/07/2015 à 19:42 :
FH n'a pas pu réduire le chomâge davantage, la baguette magique n'a pas encore été reçue, et la droite n'aurait pas fait mieux , il ne faut pas me prendre pour plus con que je suis.Quant aux déficits publics NS les a fait exploser, je rappelle d'autre part qu'il a été capable de nous privatiser les autoroutes avec un contrat béton, qu'il a voulu supprimer juge d'instruction en douce et j'en passe.Plus jamais ce personnage au pouvoir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :