Nouvelle baisse du coût du travail à l'étude dès janvier, selon Le Maire

 |   |  265  mots
Le CNI va travailler dès janvier 2018 sur un allégement des charges sur les emplois qualifiés, avant de transmettre ses conclusions au ministre de l'Economie Bruno Le Maire.
Le CNI va travailler dès janvier 2018 sur un allégement des charges sur les emplois qualifiés, avant de transmettre ses conclusions au ministre de l'Economie Bruno Le Maire. (Crédits : Philippe Wojazer)
Après la réduction des cotisations sur les bas salaires, le gouvernement planche sur une réduction du coût du travail au-delà de 2,5 smic.

Le Conseil national de l'industrie (CNI) examinera dès janvier la possibilité de réduire les cotisations sociales au-delà de 2,5 smic, a fait savoir samedi le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire. Cette instance consultative transmettra ensuite ses propositions à Bercy puis le Premier ministre et le président trancheront en fonction de l'état des finances publiques, a précisé Bruno Le Maire.

"Nous ne sommes pas encore suffisamment compétitifs, notamment par rapport à nos voisins allemands", a-t-il justifié sur France Inter. "Je considère qu'il faut ouvrir ce débat sur les allègements de charges au-dessus de 2,5 smic."

Lundi, le Premier ministre Edouard Philippe s'est dit prêt à baisser davantage le coût du travail en jouant sur les cotisations sociales, mais seulement lorsque les comptes publics auront été redressés.

Alléger le coût du travail pour les emplois qualifiés

La question se présente "tout de suite", selon le ministre de l'Economie. "Le Conseil national de l'industrie, dès janvier 2018, va travailler sur cet allègement des charges au-dessus de 2,5 smic, me fera des propositions et ensuite le Premier ministre et le président de la République arbitreront en fonction de la réalité budgétaire de notre pays."

Cette mesure permettrait d'alléger le coût du travail pour les emplois les plus qualifiés, notamment dans l'industrie. Les plus bas salaires bénéficient déjà de baisses de cotisations patronales.

Lire aussi : La baisse des cotisations se fera en deux temps en 2018, pas la hausse de la CSG

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2017 à 18:44 :
et la baisse de l'imposition , confiscatoire dans ce pays ou elle atteint 50% des revenus , record toute catégorie des pays "évolués " , c'est pour QUAND ???
a écrit le 26/11/2017 à 16:16 :
les travailleurs détachés anticipent déja.. trop tard
a écrit le 26/11/2017 à 13:15 :
Avec une hausse de la TVA où de la CSG, pour compenser le manque à gagner ,pas par des économies de l'état bien évidemment hors sujet...
a écrit le 26/11/2017 à 10:58 :
Ce n'est pas assez nous disent les messes des soldats néolibéraux, il faut arriver au stade où les gens payent pour pouvoir travailler.

Le coût du travail c'est le travail, nos politiciens et nos hommes d'affaires main dans la main sont en train ensemble de détruire cette notion synonyme d'efforts pour la remplacer par la rente, en gros les gens qui seraient méritant sont ceux qui gagnent des milliards et millions sans rien foutre tandis que les travailleurs eux ne seraient que des ploucs.

En plus de l'asservissement nous voilà confronté au mépris institutionnalisé alors que sans nous tout ces gens ne seraient rien, il serait temps de s'en rendre compte d'un côté mais surtout de l'autre.
a écrit le 26/11/2017 à 10:06 :
La baisse des charges ne changera rien ,n'en déplaise à Gattaz et au Medef la compétitivité est affaire d'innovation, d'organisation du travail ......et de train de vie des entreprises ....sinon comment Toyota arriverait il à exporter ses voitures construites en France ?
a écrit le 26/11/2017 à 10:05 :
La baisse des charges ne changera rien ,n'en déplaise à Gattaz et au Medef la compétitivité est affaire d'innovation, d'organisation du travail ......et de train de vie des entreprises !!!
a écrit le 26/11/2017 à 8:55 :
la baisse des charges aux dessus de un smic et sufissant, n
il ne faut jamais oublier que ce qu on apelle charges sont de l argent pour les caisses de solidarite des personnes qui travaillent dur et qui ont le droit de se soignier de partir en vacance et plus tard en retraite, chaque fois l on entend parler de baisse de charge cela provient soit de patrons soit de leurs valet les hommes et femmes politique de droite qui gagnent bien souvent plus de 50 0 0 a 10 0 0 0 euros pars mois et qui non pas besoin de solidarte puisqu ils gagne tres tres bien leurs vies???
a écrit le 26/11/2017 à 7:55 :
Suite. Je précise que cette mesure permettrait également de protéger le climat. Elle permettrait aussi d'être en harmonie avec l'Allemagne et les pays du nord de l'Europe. Mais qui est capable de le comprendre?
a écrit le 26/11/2017 à 7:49 :
Il suffit d'appliquer la note n°6 du CAE, avec une allocation universelle récupérée sur les tranches d'imposition de l'impot sur le revenu pour compenser l'équité.
a écrit le 25/11/2017 à 14:20 :
Les retraités et les fonctionnaires vont-ils encore subir une augmentation de la CSG ?
a écrit le 25/11/2017 à 13:45 :
Plutôt que de mettre des rustines sur un système archaïque il faudrait tout remettre à plat :
Taxation pour tous les revenus (capital, travail, héritage, loto, ...)
- 0 charge patronale
- 20% de charge salariale pour tous (10% pour la retraite, 10% pour la maladie)
- Impot progressif : 10% sous 100,000€ (presque tout le monde en fait), 30% entre 100,000 et 1,000,000€, 50% au dessus du million

Peu de niche fiscale
- abattement de 5,000€ d’impôt par enfant (<20ans) et par handicapé

Cela rapporte moins qu’aujourd’hui (sauf pour la partie héritage) il faut donc compenser une partie du manque à gagner
- taxe foncière de 3% de la valeur réelle (calculée par prix du m2 par quartier) avec abattement du montant de charge et d’impôt déjà payés (seuls ceux qui possèdent des biens immobiliers sans déclares de revenus paieront) et pas de taxe les 10 premières années pour favoriser la construction
- taxe carbone à 30€ la tonne pour tous incluant les produits importés (pas de quotas alloués gratuitement pour récompenser les pollueurs historiques)


Il faut surtout baisser les dépenses :
- retraite : elles ne dépendent que des sommes cotisées actualisées avec taux du livret A majoré de qq points => gros gains à prévoir sur ceux qui ont peu cotisé mais qui touchent beaucoup (députe, président, fonctionnaires, intermittent..)
- chômage : plus d’assurance mais un compte provisionné (pas d’impôt sur les versements réalisés dans le compte, intérêts versés identiques à ceux du compte retraite - livret A plus qq points, crédit à taux 0 pendant 10 ans jusqu’à 50,000€ si le compte est déficitaire)
=> coût quasi nul (juste coûts des intérêts)
- maladie : franchise de 15% des dépenses limitée à 100€ par mois, projet de réduction des coûts dans les hôpitaux (productivité des irm par exemple qui ne tournent pas la nuit en france), plafonner le coût des lunettes à 80€, des appareils auditifs a 300€, des appareils dentaires a 400€ (aujourd’hui un orthodontiste gagne 20,000€ par mois en moyenne !! - source JDN)


==> baisse très forte du coût du travail grâce à la baisse des charges (-35%)
==> baisse du prix de l’immobilier grâce à la hausse des charges (donc gain de pouvoir d’achat des salariés)
Réponse de le 25/11/2017 à 15:25 :
Il existe encore des fous du capitalisme destructeur et inhumain.!!!!!
Réponse de le 25/11/2017 à 17:15 :
On peut revenir à l'esclavage : 0 charge, 0 impôt...:)
Pour les personnes âgées; comme dans le film "la ballade de Narayama" de Imamura, on leur brise les dents pour qu'ils ne puissent plus manger et ainsi mourir rapidement...:)
Suppression des soins...seuls les plus endurants doivent survivre..:).
Pour la compéttion internationale on sera ainsi au top :)
Réponse de le 26/11/2017 à 13:13 :
Pas mal mais moi je verrais plutôt un IRPP à taux plat individualisé autour de 15% et une taxe d'habitation plutôt qu'une taxe foncière (après tout c'est l'occupant et non le propriétaire qui bénéficie des prestations et services des collectivités locales (écoles, voirie,...).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :