Baisse de cotisations : "Les salariés risquent d'être perdants au bout du compte" (CGT)

D'après les calculs de Bercy, la baisse des cotisations salariales compensée par la hausse de la CSG doit créer un "gain net" de 260 euros pour un salarié au Smic. Mais le syndicat CGT y voit un artifice qui "remet en cause notre modèle social", entraînant une élévation des coûts de la Sécurité sociale.

2 mn

La CGT craint que la baisse des cotisations en échange de la hausse de la CSG entraîne un affaiblissement de la Sécurité sociale, avec un risque de dégradation de la qualité des services et une élévation de leurs coûts.
La CGT craint que la baisse des cotisations en échange de la hausse de la CSG entraîne "un affaiblissement de la Sécurité sociale, avec un risque de dégradation de la qualité des services et une élévation de leurs coûts". (Crédits : © Stringer France / Reuters)

La baisse des cotisations salariales en 2018, promise par Emmanuel Macron, représente un gain de pouvoir d'achat "en trompe-l'œil" pour le salarié, a estimé vendredi la CGT dans un communiqué.

Bercy a annoncé cette semaine une baisse en deux temps - une première baisse au 1er janvier puis autour de septembre-octobre - des cotisations salariales, qui doivent être compensées par une hausse de la contribution sociale généralisée (CSG). Ce transfert doit permettra un "gain net" de 260 euros par an pour un salarié au Smic, a calculé le ministère de l'Economie.

"Contrairement à ces affirmations, avec cette mesure d'inspiration libérale, les salariés risquent d'être perdants au bout du compte", a commenté l'organisation syndicale, soulignant que cette mesure "remet en cause notre modèle social".

La CGT craint que la baisse des cotisations en échange de la hausse de la CSG entraîne "un affaiblissement de la Sécurité sociale, avec un risque de dégradation de la qualité des services et une élévation de leurs coûts".

Réduction du pouvoir d'achat des retraités

En outre, la CGT estime que cette mesure "oppose les 'actifs' aux retraités" puisqu'elle "réduira le pouvoir d'achat de ces derniers". "En effet, avec cette hausse de CSG, les retraités ayant des revenus supérieurs à 1.200 euros par mois pour un célibataire et 1.840 euros pour un couple verront leurs pensions amputées de plusieurs dizaines d'euros par mois", calcule la CGT.

Elle propose, à la place de ces mesures, d'augmenter les salaires : "C'est possible car, chaque année, on crée plus de richesses en France. Ces surplus vont vers les profits et les hauts revenus". "La France demeure championne de la distribution des dividendes en Europe, devant l'Allemagne et la Grande-Bretagne", conclut le syndicat.

>> Lire aussi Les indécents dividendes des frères Wertheimer, propriétaires du groupe Chanel

(avec AFP)

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 27/08/2017 à 7:03
Signaler
Les dividendes profitent largement à l'Etat actionnaire et en recettes fiscales.

à écrit le 27/08/2017 à 0:33
Signaler
Mdr, sans blague, et c'est qui signe les accords avec l'état pour aggraver le cas de tous les salariés ?

à écrit le 26/08/2017 à 18:08
Signaler
"En effet, avec cette hausse de CSG, les retraités ayant des revenus supérieurs à 1.200 euros par mois pour un célibataire et 1.840 euros pour un couple verront leurs pensions amputées de plusieurs dizaines d'euros par mois", calcule la CGT". D'au...

à écrit le 26/08/2017 à 10:49
Signaler
L'analyse de la CGT est tout à fait pertinente et le système de santé déjà à plusieurs vitesses ne peut que croître au détriment des moins aisés....

à écrit le 26/08/2017 à 10:49
Signaler
L'analyse de la CGT est tout à fait pertinente et le système de santé déjà à plusieurs vitesses ne peut que croître au détriment des moins aisés....

à écrit le 25/08/2017 à 18:39
Signaler
La C.G.T Extreme Gauche Rouge ROUGE, n'est pas un syndicat

le 26/08/2017 à 8:56
Signaler
ça c'est de la réflexion...

le 26/08/2017 à 10:50
Signaler
Votre remarque tout en profondeur est très intéressante. Mais je n'ai jamais entendu la CGT se plaindre des importations de lait allemand et demander des prix garantis, comme la FNSEA, ou vouloir interdire les artisans polonais, comme la CAPERB.

le 26/08/2017 à 10:50
Signaler
Votre remarque tout en profondeur est très intéressante. Mais je n'ai jamais entendu la CGT se plaindre des importations de lait allemand et demander des prix garantis, comme la FNSEA, ou vouloir interdire les artisans polonais, comme la CAPERB.

le 26/08/2017 à 18:10
Signaler
Ça sent le gars qui a voté Fillon ...minimum.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.