La croissance de l'activité du secteur privé ralentit en France

 |   |  317  mots
Le secteur des services a bénéficié le mois dernier d'une nouvelle hausse de ses commandes.
Le secteur des services a bénéficié le mois dernier d'une nouvelle hausse de ses commandes. (Crédits : © Reuters Photographer / Reuters)
L'indice PMI a continué sa hausse en mars à un rythme moins soutenu qu'en février, le meilleur mois depuis août 2011. Selon un analyste du cabinet Markit, cela ne permet pas d'espérer une reprise tangible de l'économie française à court terme.

L'activité du secteur privé a continué de croître en France en mars, mais à un rythme moindre. L'indice PMI composite, qui combine des éléments de l'indice de l'industrie manufacturière publié le 1er avril et de celui des services, est ressorti à 51,5 contre 52,2 en février, a annoncé mardi 7 avril Markit.

Il avait repassé en février la barre de 50 séparant contraction et croissance de l'activité pour la première fois depuis avril 2014 et avait atteint son plus haut niveau depuis août 2011. L'indice du secteur des services est quant à lui ressorti à 52,4 contre 53,4 un mois plus tôt.

Les deux marques sont légèrement en-deçà du niveau des estimations "flash" publiées fin mars (52,8 pour l'indice des services et 51,7 pour le composite).

Nouvelle hausse des commandes pour le secteur des services

Jack Kennedy, économiste de Markit, souligne que le secteur des services a bénéficié le mois dernier d'une nouvelle hausse de ses commandes, bien que de moindre ampleur en février. Et pour la première fois depuis octobre 2013, l'évolution de l'emploi y a été légèrement positive.

Mais le recul des perspectives d'activité, une des composantes de l'indice, montre selon l'économiste que "l'enquête ne permet toutefois guère d'espérer une reprise tangible, à court terme, de l'économie française".

Le secteur privé, au plus haut depuis un an en zone euro

En zone euro, l'activité a vu son rythme s'accélérer en mars, à un plus haut depuis près d'un an, les clients ayant tiré parti d'un environnement favorable sur les prix pour passer des commandes aux entreprises à une fréquence sans équivalent depuis la mi-2011.

L'indice des directeurs d'achats (PMI) composite de Markit, qui agglomère les tendances dans les secteurs secondaire et tertiaire, est ressorti à 54 contre 54,1 en estimation "flash" et 53,3 en février.

>> Aller plus loin Comment expliquer le semblant de reprise ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2015 à 13:09 :
J'en suis ravi. La France sera punie pour avoir perdu toute valeur morale. Voler l'argent du voisin comme politique n'est pas constructif. Ce pays n'a pas fini sa longue dégringolade.
a écrit le 07/04/2015 à 21:17 :
Le marasme continue: l'industrie manufacturière se contracte et se contracte depuis 2008; l'euro faible ne relance rien (absence de marchés/entreprises, activité tout simple hors ZE, tandis que le moteur économique allemand en profite pleinement et ronronne et se charge. La reprise marche à l'envers, panne complète de l'investissement, qui devrait précéder la reprise, la hausse des salaires (1,4 %!) se base sur une économie privé récessive, le taux d'emploi faible, la majorité des contrats d'emploi sont signés en CDD (aux 35h!) mais ils sont incorrigibles, la consommation repart! Avec le soutien éternel d'un état qui dépense et qui dépense en s'endettant. Les services dont nous avons besoin ne nous ne sauverons pas du marasme complet. Aucune réforme n'est envisagée; ceci ne sera pas une traversé du désert comme nombreux français le croient; le mur ne sera pas franchissable!
a écrit le 07/04/2015 à 19:59 :
Le moral est un point essentiel pour un malade il en est de même pour une économie. Le moral du citoyen a besoin de facteur de stabilité mais également de vision de cohérence d’une harmonie dans les actes. Hors le gouvernement ne donne aucune stabilité le discours est contraire à la réalité les promesses maintes fois répétées concernant le chômage l’endettement sont contraire à la vérité des chiffres. La médiocrité de bien des ministres avec des discours hallucinants dans la bêtise dans le délire dont nous avons deux spécimens Mme Royale et M. Sapin pour ne citer que les deux plus accros aux médias pour exister. La croissance ne peut pas revenir sans le moral et la confiance ce qui n’est pas à l’ordre du jour de l’exécutif et du législatif. Le malade se dirige doucement vers 2017 car le médicament PS actuel n’est pas compatible avec la maladie économique de la France. L’espoir de 2017 permet au malade de continuer avec son poids mais peut-on croire à une nouveau médicament lorsque l’on voit arriver un médicament UMP périmé ?????
Réponse de le 07/04/2015 à 20:29 :
"maladie économique de la France"... Eeet ... la mondialisation, ça vous dit quelque chose. Pas UN pays sur terre a une économie qui tourne à peu près rond. Dites tout de suite que vous voulez marine, ce sera plus clair pour les autres. Pas pour vous, bien sûr. Parfois, faut pas avoir honte.
a écrit le 07/04/2015 à 19:57 :
quelle surprise! bon, vu que tt le monde desinvestit, la messe est dite.... l'etat touchera 75% de 0, ce qui ne fait pas grand chsoe!
a écrit le 07/04/2015 à 19:29 :
Encore un effet néfaste de la reprise. Lorsque vous regardez bien, tout se passait bien quand nous étions en crise. Vivement qu'elle revienne.
a écrit le 07/04/2015 à 18:39 :
Le gouvernement aime les fonctionnaires et déteste les entrepreneurs et les investisseurs.
Le gouvernement a peur de l'entreprise, car PERSONNE au gouvernement ne connait l'entreprise.
Tous sont des "planqués", fonctionnaires au statut délirant qui les protège (sur le dos des travailleurs) jusqu'à leur dernier souffle.
Pendant que les salariés, les artisans, les entrepreneurs triment, cotisent, s'épuisent à servir leurs clients, les fonctionnaires continuent leur vie tranquille, protégée, hyper payée, et attente leur retaire dorée (2 fois celle du privé en ayant cotisé et travaillé moins, bonjour la justice !).
Comment voulez-vous que l'investissement reparte ? Ce qui part, ce sont les entrepreneurs qui vont dans des pays + respectueux de leur travail...
Réponse de le 07/04/2015 à 19:30 :
Been... je voudrais rien trop dire, mais... Les banques US ont viré 4% de leur personnel encore cette année. Doivent pas trop aimer les fonctionnaires non plus...
Réponse de le 08/04/2015 à 9:26 :
@pat34 : tu as 100% raison et je le dis souvent la France est comme une personne maso, elle aime qu'on lui fasse du mal et déteste qu'on lui fasse du bien! Tous ces travailleurs laborieux et courageux, ces indépendants, ces entrepreneurs que nous sommes, cette classe moyenne privée et courageuse sera broyée à terme si rien ne change, hélas !
a écrit le 07/04/2015 à 16:00 :
Normal que l'investissement ralentisse en France; les politiques tout bord confondu n'aiment pas les actionnaires Français, ils préférent les actionnaires étrangers, c'est un plus s'ils sont chinois ou du Quatar.
a écrit le 07/04/2015 à 15:52 :
France, indices PMI:
Jan. > Fév. > Mar.
Secteur privé total composite:
49,3 > 52,2 > 51,5
Malgré la contraction dans le secteur manufacturier, l’emploi du secteur privé continue de progresser. La barre des 50 n’avait pas été franchie depuis oct. 2013, soit depuis 14 mois.
Secteur services :
49,4 > 53,4 > 52,4
L’activité des prestataires de services augmente pour le 2ème mois consécutif en mars. Le taux de croissance fléchit toutefois par rapport à février et ne signale qu’une légère hausse de l’activité au cours du mois, cette tendance reflétant un ralentissement de l’expansion des nouvelles affaires.
Enfin, bien que les coûts continuent d’augmenter dans le secteur, les prestataires de services réduisent de nouveau leurs tarifs en mars.
Dans l’ensemble du secteur privé, le volume global des nouvelles affaires continue d’augmenter, le taux de croissance se redressant en outre à son plus haut niveau depuis août 2011.
Le volume des affaires en cours augmente pour le 4ème mois consécutif, en mars, dans le secteur des services français.
L’activité des prestataires de services augmente pour le 2ème mois consécutif en mars.
Le taux d’expansion se replie toutefois par rapport au plus haut de 42 mois enregistré en février, ne signalant qu’une modeste accumulation du travail en attente au cours du mois.
Les données composites de l’enquête signalent également un ralentissement de la hausse du travail en attente dans les entreprises privées françaises.
Intérim, la hausse de la charge de travail incitant les prestataires de services à recruter du personnel supplémentaire, l’emploi progresse pour la 1ère fois depuis 17 mois en mars.
Les prix facturés dans l’ensemble du secteur privé continuent de reculer en mars, le taux de déflation se repliant toutefois à un plus bas de 4 mois.
En revanche, les coûts des prestataires de services continuent d’augmenter, poussés à la hausse par le renchérissement des matières premières et des transports. Le taux d’inflation se replie toutefois par rapport à février, les répondants ne signalant qu’une légère hausse des prix payés au cours du mois.
Les données composites de l’enquête mettent en évidence une 2ème hausse mensuelle consécutive des prix des achats dans l’ensemble du secteur privé. Le taux d’inflation global n’est toutefois que marginal.
Les perspectives d’activité restent bien orientées, en mars, dans le secteur des services français. Les entreprises interrogées anticipent en effet une hausse de leur activité au cours des 12 prochains mois, fondant leur optimisme sur l’offre de nouveaux services, la mise en œuvre de stratégies commerciales et la pénétration de nouveaux marchés.
Intérim:
Jan. > Fév
+ 1,2% > +3,7% (dont +7,6% pour l’industrie)
Les transports et les services profitent aussi de cette embellie. En revanche, le secteur du bâtiment reste encore sinistré.
La tendance reste globalement positive, les chiffres du mois d'avril seront décisifs pour le premier semestre.
a écrit le 07/04/2015 à 15:44 :
Les indices baissent = croissance ?????? Relisez Markit.
Réponse de le 07/04/2015 à 16:19 :
Oui, croissance moins forte mais au dessus de 50 en indice on croit encore. On revise donc ses maths...
a écrit le 07/04/2015 à 14:36 :
A voir. Ce genre d'étude est souvent à côté de la plaque. Je me souviens que Markit annonçait une reprise forte en 2011 alors que l'Europe retombait dans la récession.
a écrit le 07/04/2015 à 13:42 :
Blablabla
a écrit le 07/04/2015 à 13:17 :
La croissance en France c'est la dépense publique financée par l'emprunt. Cette activité est artificielle, elle détruit de la richesse mais elle entretient l'illusion. Les socialistes font croire qu'ils s'intéressent au privé mais en vrai, ils sont au services des fonctionnaires. Leur grande crainte vient du fait que la pompe à fric fiscale ne ramène plus assez de carburant pour l'état. Ils scient la branche sur laquelle ils sont assis. L'état colonise la France. C'est révoltant mais c'est ainsi. Ce pays ne pourra se relever. Il s'autodétruit et ça se voit maintenant...,
Réponse de le 07/04/2015 à 13:46 :
Là pour le coup vous confondez largement avec le quinquennat 2007-12...
a écrit le 07/04/2015 à 12:33 :
Avec un État glouton qui pique 57 % de la richesse nationale, l'économie ne pourra jamais redémarrer. On ne sait pas combien d'années il faudra attendre avant que les politiques décident de libérer les français de ce carcan administratif et fiscal et cessent de passer dans les médias pour parler de tout et de rien. notre pays mérite mieux, allez au travail pour une fois.
Réponse de le 07/04/2015 à 13:05 :
les 2/3 des 57% retournent immédiatement dans la poche des français, c'est votre sécu entre autre (vous verrez le prix de la sécu privée le jour ou ca sera en place)
Réponse de le 07/04/2015 à 14:47 :
2/3 sont mal dépensés(gabegie),1/3 disparaissent dans certaines poches.Non, désolé clem,l'argent est mieux utilisé lorsque le particulier prend ses propres décisions
Réponse de le 07/04/2015 à 15:08 :
Je ne suis clairement pas de votre avis (cf système de santé US), il y a sûrement moyen de rationnaliser, mais je vote pour notre système social, et visiblement c'est le choix des français depuis maintenant presque un siècle.
Réponse de le 07/04/2015 à 15:19 :
la sécu publique est une catastrophe car elle vit très largement au-dessus de ses moyens et sur notre dos !!! la sécu privé dans tous les pays où elle existe est bien plus performante et coûte nettement moins cher !! évidemment cela fait des 10aines de fonctionnaires en moins !!!!!
Réponse de le 07/04/2015 à 16:22 :
Pourtant les chiffres disent le contraire, la réalité est implacable, le poids de la santé est de 18% aux USA et 11% en France avec une qualité de soin meilleure, cela devrait vous rejouir. Il faut savoir de quoi on parle avant de se lancer dans des comparaisons...
D'autant plus que le système privé est exclusif et creuse les inégalité, quand vous voyez le tarifs des assureurs privés.
Réponse de le 07/04/2015 à 16:50 :
Si c'est si compétitif que cela, pourquoi l'Etat français refuse d'appliquer les traités européens qui ouvrent à la concurrence les systèmes de couverture médicale obligatoire ? Quand on est compétitif, on a rien à craindre de la concurrence. Chacun devrai être libre de choisir son système de couverture médicale, regardez de plus prêt votre bulletin de salaire et les évolutions ces 20 dernières années. Si c'était si efficace que cela on aurait pas besoin de recourir à une 2° complémentaire santé pour obtenir une couverture complète.
Réponse de le 07/04/2015 à 17:38 :
Aux USA se soigner est hors de prix. Récemment j'ai acheté une boite de médicaments en France pour mon frère qui vit à LA. 17 euros en France prix réglementé...contre 120 dollars là bas. Et c'est la même chose pour les hôpitaux, les consultations de médecin..... Le système américain est génial quand on est jeune et en bonne santé parce qu'il ne coute rien. Par contre si vous avez des enfants ou si vous êtes plus vieux vous avez intérêt à avoir de l'argent.
Réponse de le 07/04/2015 à 18:28 :
Il y a deux sécurités sociales en france:celle qui prend en charge les maladies graves et qui est une réussite.Et puis il y a l'autre sécu,celle des cures thermales vacances ,des taxis et des consultations pour une gastro.Je propose qu'on sépare les deux:qu'on rende obligatoire celle pour les maladies graves et facultative celle pour les hémorroides et les certificats de complaisance
Réponse de le 07/04/2015 à 19:34 :
BA, au plus je lis tes écrits, au plus je constate une dérive grave. Pour ton info, les milliardaires ne sont imposés au maxi que de 10%. Les 57% sont juste pour les classes moyennes basses qui sont en train de se faire tuer. Système US. Mais bon : il fallait que nous vivions tous comme eux...
Réponse de le 07/04/2015 à 19:43 :
Et Bertrand, toujours aussi mal renseigné... : la sécu d'Alsace-Loraine est BENEFICIAIRE. Ben ouais. Et faut pas me sortir que ces semi-teutons sont plus résistants à cause du froid...
a écrit le 07/04/2015 à 12:05 :
à peine le gouvernement annonce-t-il l'accélération de la croissance celle-ci se dérobe sous ses pas ...un échec de plus pour l'exécutif
a écrit le 07/04/2015 à 11:37 :
La méthode Coué ça ne marche plus ... il suffit de se promener dans les grandes villes pour voir que de nombreux commerces ferment, dans toutes les catégories d'activités, de voir que la liste de défaillances d'entreprises s'allonge de semaines en semaines. Alors cette reprise dont parlent nos gouvernants n'est pas là, bien sur, c'est la même que celle dont Mr Raffarin nous parlait il y a 10ans quand il était premier ministre "sentez vous la douce brise de la reprise" ... qui n'était pas là non plus! Tant qu'on opprimera les petites entreprises, qu'on massacrera ceux qui font des efforts prennent des risques pour ne rien gagner en définitive, et tant qu'on ne fera pas des vraies et "justes" réformes l'économie réelles continuera de décliner en France.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :