Zone euro : la croissance de l'activité privée au plus haut depuis mai 2011

 |   |  277  mots
L'activité du secteur privé a ainsi cru en Allemagne, pour atteindre son plus haut niveau depuis juillet (55,3), et en France, pour le deuxième mois consécutif, à 52,8 après 53,4 en janvier.
L'activité du secteur privé a ainsi cru en Allemagne, pour atteindre son plus haut niveau depuis juillet (55,3), et en France, pour le deuxième mois consécutif, à 52,8 après 53,4 en janvier. (Crédits : © Kai Pfaffenbach / Reuters)
Le PMI composite de la zone euro s'est établi à 54,1, contre 53,3 en février. Il dépasse ainsi la plus optimiste des estimations d'économistes recueillies par Reuters.

La croissance de l'activité privée s'est accélérée en mars dans la zone euro, avec un indice PMI au plus haut depuis près de quatre ans, selon une première estimation publiée mardi 24 mars par le cabinet Markit.

Le PMI composite de la zone euro s'est établi à 54,1, contre 53,3 en février. Il dépasse ainsi la plus optimiste des estimations d'économistes recueillies par Reuters, dont la médiane le donnait à 53,6. Lorsqu'il est supérieur à 50 points, cela signifie que l'activité progresse, tandis qu'elle se replie s'il est inférieur à ce seuil.

"Cette nouvelle résonne positivement dans une région où les effets du programme d'assouplissement quantitatif de la BCE sur l'économie réelle sont très attendus", estime Chris Williamson, économiste chez Markit. Ces chiffres devraient se traduire par une croissance de 0,3% au premier trimestre, selon l'économiste.

Croissance dans les services et l'industrie manufacturière

Dans le détail, "la croissance du secteur des services reste supérieure à celle de l'industrie manufacturière, les taux d'expansion se redressant toutefois dans les deux secteurs", poursuit-il. Le PMI services s'est établi en mars à 54,3 (après 53,7 le mois précédent) et le PMI manufacturier à 51,9 (après 51,0 en février).

"Si les consommateurs, attirés par les prix bas, ont contribué aux bonnes performances des prestataires de services et des fabricants, l'industrie manufacturière a également été stimulée par les exportateurs profitant de la baisse de l'euro", ajoute Chris Williamson.

L'activité du secteur privé a ainsi cru en Allemagne, pour atteindre son plus haut niveau depuis juillet (55,3), et en France, pour le deuxième mois consécutif, à 52,8 après 53,4 en janvier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/03/2015 à 20:27 :
En zone euro tout va à merveille : la croissance de l'activité progresse, le chômage progresse, la dette publique progresse, la pauvreté aussi, tout se porte à son mieux, c'est fabuleux !
a écrit le 24/03/2015 à 19:03 :
Si on calcule un peu, la zone euro avance à 54,1 (+ 0,8), l'Allemagne même à 55,3 (+ ?), mais la France retombe à 52,8 (- 0,6). Ce développement mérite une analyse des causes de ces différences de la part d'un journal économique comme La Tribune au lieu de s'abstenir de tout commentaire.
a écrit le 24/03/2015 à 18:04 :
On publie dans la presse qu’en France 60% de diplômés sont en exclusion de force alors qu’on subventionne des emplois aidés. Alors que les gens plus âgés semblent incapables de créer des emplois, si ce n’est 100 000 fonctionnaires… on augmente en réalité la pauvreté et le chômage. On relève des témoignages de diplômés dont on fait des tailleurs de haie en emploi horaire, on trouve aussi des avocats à 60h au smic… des situations d’esclavage au travail. On emploie les gens en dépit du bon sens et on aurait 600 000 emplois non pourvus, ce qui pose une question de conditions de travail. Alors que le régime laisse manifestement les gens en exclusion, qu’on demande de l’expérience quand on sort des études, à quand la suppression des stages non rémunérés, on ne donne aucune perspectives aux jeunes européens… avec 90% de cdd. On fait dans les rois de la procédure et de la croissance sous la moyenne, a quand un examen des conditions de travail et d’intégration ? Les salariés précaires sans rente fonctionnaire sont exploités. On élimine à tour de bras des jeunes de la vie active alors qu’il existe des millions de chômeurs, c’est un régime bourreau et idiot ! Il existe nombre d’ingénieurs sans emplois ou employés comme animateur en primaire alors qu’on devrait financer des rd…
a écrit le 24/03/2015 à 17:58 :
En fait vous vous plaigniez de quoi, si je sais les licenciements là ils ne peuvent pas mentir...
a écrit le 24/03/2015 à 17:49 :
Le titre flatteur ne saurait s'appliquer avec un indice en contraction dans la production et l'industrie manufacturiere pour le enieme mois consécutif et un indice compositie tres en-dessous de celui de la zone euro.
a écrit le 24/03/2015 à 13:54 :
Pour moi aucun problème je vote pour n'importe qui à la seule condition que l'on se débarrasse du PS c'est d'ailleurs ce que je vais faire dimanche.
a écrit le 24/03/2015 à 12:59 :
La tendance se confirme. La bourse bat des records. On nous agite le spectre de la déflation, mais je ne vois que des bénéfices à la baisse des prix du pétrole et ses conséquences sur les coûts de production, le pouvoir d'achat des français et des européens... Ceux qui "souffrent", ce sont les émirs qui ne peuvent plus s'acheter autant d'hotels à Paris et à Londres

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :