La croissance du PIB soutenue par la consommation au troisième trimestre

 |   |  324  mots
L'Institut national des statistiques a calculé que l'économie française bénéficiait d'une accélération du pouvoir d'achat, en hausse de 0,6%, contre 0,5% au trimestre précédent.
L'Institut national des statistiques a calculé que l'économie française bénéficiait d'une accélération du pouvoir d'achat, en hausse de 0,6%, contre 0,5% au trimestre précédent. (Crédits : Reuters)
La croissance du produit intérieur brut (PIB) français a bien été de 0,3% au troisième trimestre, tirée par les dépenses de consommation des ménages qui progressent de 0,4%, a confirmé vendredi l'Insee en publiant sa deuxième estimation.

 La croissance de l'économie française est restée solide au troisième trimestre, tirée par la vigueur de la consommation découlant de la nette amélioration du pouvoir d'achat des ménages, selon les statistiques publiées vendredi par l'Insee. La deuxième économie de la zone euro a enregistré une croissance de 0,3% sur la période de juillet à septembre, un rythme constant sur trois trimestres consécutifs désormais, a annoncé l'Insee, confirmant ainsi son estimation provisoire.

Accélération du pouvoir d'achat

Dans un contexte de faible inflation, le pouvoir d'achat des ménages est reparti à la hausse (+0,6%) après le recul de 0,2% accusé au trimestre précédent, qui reflétait le contrecoup des primes exceptionnelles versées par certaines entreprises en début d'année. Les revenus des ménages progressant plus rapidement que leurs dépenses, leur taux d'épargne a atteint 14,8% contre 14,6% au deuxième trimestre.

La consommation des ménages a été soutenue en France par le plan de 10 milliards d'euros lancé par le gouvernement pour soutenir le pouvoir d'achat et répondre au mouvement de contestation des Gilets jaunes. Ces mesures sont arrivées à point nommé pour apporter un soutien à l'économie française, qui a ainsi mieux résisté au ralentissement mondial que d'autres économies de la zone euro plus dépendantes des exportations, comme l'Allemagne.

> Lire aussi : L'impact salvateur des mesures « gilets jaunes » sur la croissance

Les marges des entreprises en légère baisse

Les hausses des salaires ont rogné le taux de marge des entreprises, qui est tombé à 32,4% contre 32,7% au trimestre précédent. Les investissements des entreprises ont néanmoins continuer de progresser, à un rythme de 1,4%, le plus élevé depuis un an. L'Insee a annoncé également que le rythme annuel de l'inflation (harmonisée au niveau européen, IPCH) avait atteint 1,2% en novembre (+1,1% attendu par les économistes), son taux le plus important depuis août dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2019 à 12:25 :
0, 3% . ouaip, de quoi pavoiser. Et encore grace aux braves gens forces d'acheter de quoi se nourrir.
La methode Coue fait des adeptes chez les journalistes.....
a écrit le 01/12/2019 à 8:15 :
Les Français ont donc les poches pleines !
a écrit le 30/11/2019 à 22:57 :
Le PIB en hausse? Quelle horreur! Vivement la décroissance qui remettra le monde à l'endroit: nos arrières-... -petits enfants connaitront ce paradis du retour à la merveilleuse vie des cavernes que nous n'avons pas connue, nous qui sommes - hélas! - gavés de GAFA, de retraite à (presque) soixante ans et autres avantages qui plaisent à mon égoïsme. Après nous le déluge!
a écrit le 30/11/2019 à 9:49 :
Croissance par la consommation ce qui veut dire que ce sont les entreprises étrangères en grande partie qui vont en profiter. Résultat une augmentation du déficit de la balance commerciale, 80 milliards en octobre, et un endettement de l'état par une injection de pouvoir d'achat financé par l'emprunt. La croissance du PIB n'est pas tjrs un signe d'économie saine quand elle est artificielle et tiré par la dette au départ et à l'arrivée.
a écrit le 29/11/2019 à 21:12 :
Et le gavage continue!
a écrit le 29/11/2019 à 19:11 :
Si mon commentaire ne peut pas se passer du peine à penser pour le week-end vous le virez ou vous me donnez 100 balles, ma patience est de plus en plus faible hein...
a écrit le 29/11/2019 à 17:03 :
Faut pas exagérer....0.3% c'est riquiqui.
Quand la France fera entre 0.8 et 1%par trimestre on en reparlera. N'oublions pas que la France ne produit plus rien.
La quasi totalité des voitures est fabriqué hors de France où d'Europe, la moindre brosse à dents is made in China, et je ne parle pas du lynchage auto dont nous sommes victimes...malus etc.
a écrit le 29/11/2019 à 13:42 :
"Les hausses des salaires ont rogné le taux de marge des entreprises"

Pas de hausse de salaire à la campagne en tout, 39h pour tous payés au smic et gilets jaunes désespérés.

Aux Pays Bas c'est 29h avec référendum pour passer à 27 et gens heureux et épanouis n'ayant aucune envie de se révolter.
Réponse de le 29/11/2019 à 16:17 :
Citoyen blasé: tout à fait d'accord avec vous concernant les salaires. A part quelques nantis, surtout les salariés cadres sup. travaillant dans les multinationales bancaires et autres du CAC 40 gavées d'aides publiques indirectes et professionnels du lobbying, les salaires du plus grand nombre stagnent en euro constant depuis 30 ans, comme d'ailleurs dans tous les pays industrialisés, USA compris.
Pour votre comparaison avec les Pays Bas, ce qui est sûr c'est que le niveau de vie est plus élevé qu'en France.
Réponse de le 29/11/2019 à 19:12 :
Si mon commentaire ne peut pas se passer du peine à penser pour le week-end vous le virez ou vous me donnez 100 balles, ma patience est de plus en plus faible hein...
a écrit le 29/11/2019 à 12:52 :
0,3% de croissance, c'est bien le minimum syndical quand on pense qu'on a distribué 17 milliards d'euros aux gilets jaunes !
Réponse de le 29/11/2019 à 13:43 :
Pas aux gilets jaunes mais à l'ensemble des français.
Réponse de le 29/11/2019 à 13:56 :
Si la consommation n'explose pas malgré l'argent distribué, c'est bien la preuve que les GJ se plaignaient la bouche pleine ! Ces "délaissés de la mondialisation" ont visiblement tout loisir d'épargner.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :