La tactique Macron ? Faire parler de lui, tous les jours

 |   |  664  mots
Comme Nicolas Sarkozy avant 2007, Emmanuel Macron mise sur l'omniprésence médiatique.
Comme Nicolas Sarkozy avant 2007, Emmanuel Macron mise sur l'omniprésence médiatique. (Crédits : STEPHANE MAHE)
Donné sur le départ, le ministre de l'Economie a fait une déclaration d'amour au chef de l'Etat. Par sincérité ? Peut-être. Comme chaque jour, ou presque, Emmanuel Macron saisit l'occasion d'animer l'actualité.

Il est où ? Il est partout ! A Londres avec des chefs d'entreprises, à Chartres avec François Hollande, à Las Vegas avec les start-up, dans les pages de papier glacé de Paris Match avec son épouse et son chien Figaro, Emmanuel Macron anime l'actualité. Qu'on le veuille ou non. Qu'il agace ou non. Sa technique est simple. Le "carpet bombing" médiatique, c'est à dire l'omniprésence dans les médias. Un temps, Nicolas Sarkozy en fut un adepte forcené.

Lors de ses déplacements, le ministre de l'Economie ne se contente pas de charmer les foules, de proposer ses plus jolis sourires à chacun et chacune. Il fait également l'inventaire des réformes qu'il conviendrait de mener pour redresser la France, omettant de préciser que c'est pourtant à lui de les imposer, de les mener.

Une passe d'armes avec Manuel Valls

On l'a vu donc poser la question de l'avenir du statut des fonctionnaires, des 35 heures. Cette semaine, c'est sur l'ISF que le ministre s'est exprimé, déclenchant l'ire de Manuel Valls, le Premier ministre déjà très remonté contre celui qui est devenu son rival.

Au cours de ce dernier épisode, Emmanuel Macron a fait coup double. D'une part, sa proposition a fait grand bruit, renforçant son image de réformateur. D'autre part, en se faisant reprendre de volée par le Premier ministre, il est devenu une victime, victime que le sentiment naturel invite à protéger. On l'aura compris, Manuel Valls est le perdant de l'histoire. L'histoire se répète. Lorsque le Premier ministre avait rabroué le ministre de l'Economie sur la question des 35 heures, c'est Emmanuel Macron qui était sorti vainqueur aux yeux de l'opinion.

La défense du chef de l'Etat

Ce vendredi, afin de couper court aux rumeurs qui le voient quitter le gouvernement, pour actes d'insubordination répétés, le ministre de l'Economie a fait une jolie déclaration d'amour au chef de l'Etat. Là encore, il se pose en victime

" Certains et certaines voudraient utiliser le moindre mot, la moindre initiative pour fragiliser le président de la République. Ça m'est insupportable et je considère que notre pays n'a pas besoin de cela. Que celles et ceux qui considèrent que prendre la moindre initiative, proposer pour le pays, porter ses idées, rassembler sur des idées d'intérêt général, essayer précisément de coaguler les bonnes volontés, serait une forfaiture, ceux-là ont une conception disciplinaire de la vie politique qui n'est pas la mienne ", a déclaré Emmanuel Macron aux journalistes à Varsovie où il est venu à l'occasion d'une réunion ministérielle européenne des "Amis de l'Industrie", portant notamment sur la protection de la sidérurgie européenne face à la concurrence chinoise.

"Je continuerai à agir en liberté sur tous les sujets d'intérêt général du pays puisque c'est l'intérêt commun. En responsabilité, en liberté. Qu'on commente, qu'on observe, mais de grâce, qu'on n'affaiblisse pas le président de la République, qu'on ne m'utilise pas pour l'attaquer, c'est indigne", a-t-il poursuivi.

Seul dans le désert

Est-il sincère ? Peut-être. Ces déclarations sont-elles stratégiques ? Assurément. Détesté par la plupart des poids lourds du gouvernement, et notamment à Bercy, qui s'agacent que ce ministre de 38 ans leur fasse de l'ombre, sans soutien au Parti socialiste, Emmanuel Macron doit gagner du temps.

Lancé il y a deux semaines, son mouvement "En marche!", qualifié "ni de droite ni de gauche" est trop jeune, trop faible pour être une base de repli solide au cas où le ministre serait poussé vers la sortie. Il suffit de voir dans quel désert politique erre Arnaud Montebourg, le troisième homme de la primaire socialiste en 2011. S'il devait sortir rapidement du gouvernement, que ferait Emmanuel Macron ? "Rester assis sans rien faire", comme il le propose sur le site d'En marche", à ceux qui ne veulent pas rejoindre son mouvement ? Les paris sont ouverts.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/04/2016 à 8:37 :
Macron parle de liberté chaque jour et remet à l'honneur la première vertu républicaine. Merci.
a écrit le 23/04/2016 à 12:57 :
ou comment des incapables aux pouvoir ont laissé entré
apres cahuzac un deuxieme loup dans la bergerie
gouverner c'est savoir etre entoure et travailler en equipe
ce qui n'est pas le cas
combien de ministre sont parti en desacord
une evidence de la pagaille pour ne pas dire la chianli
il est vrai que seule la fonction les interesses
a écrit le 23/04/2016 à 10:38 :
Je dirais posture par obligation parce qu'il a besoin du système encore ! Par contre Emmanuel, si tu as besoin d'une lime pour aiguiser les incisives, j'ai ce qu'il faut !!!
a écrit le 23/04/2016 à 9:41 :
Au début je pensais trouver autre chose que ce côté insipide du discours sans lendemain, un suivi dans les idées, jusqu’à claquer la porte, un vrai politicien droit dans ses idées et assumant ses dires et puis au fur et à mesure j’ai découvert un clone de nos politiciens depuis 40 ans Tout d’abord transpire sa formation énarque homme de discours à défaut d‘efficacité sur le fond. Le premier point ne pas oublier qu’il a été le conseiller économique du Président dès le départ et que le fiasco économique des deux premières années du quinquennat est donc pour partie de son fait. Phase 2 il a mis en place le CICE et le Pacte de Responsabilité bien sur une formation de l’ENA ne pouvait pas accoucher d’un système simple à mettre en place, plus profitable pour les PME et TPE qui sont le poumon économique de notre pays pour le marché intérieur. Deuxième point la loi Macron 1 il n’ y aura pas de 2 d’ailleurs, beaucoup de parlottes pour quelques chauffeurs de bus et mécaniciens à part cela rien de bien croustillant le reste beaucoup de vent concernant les professions libérales. Quelques voyages avec un sourire de pub pour les dentifrices mais la aussi pas grand chose à se mettre sous la dent sur le plan de la relance économique. Le lancement d’un mouvement dont la présentation à un journal de 20 heures est digne d’un bon politicien qui a parlé d’un truc ou un machin comme disait un ancien Président une vraie présentation sans substance un discours digne de l’ENA ou de S.po politique mais en dehors du verbe, du vent, avec cette mascarade du porte à porte et oui un jeune qui nous refait le VRP des savonnettes des années 50/60 qui peut croire que des idées soient retenues???? Enfin comme tout bon politicien un côté people en s’affichant avec son épouse sur le grand!!magazine des peoples politiques Paris Match type magazine LUI mais en plus habillé. Une bonne vente d’ailleurs a t il touché des royalties pour lui ou son mouvement???.
Décidemment notre ministre un homme comme les autres politiques tout dans le verbe avec cette position typiquement politicienne je suis dans un gouvernement qui ne me convient pas apparemment!!! mais je reste, la soupe est bonne et si je pars que vais-je devenir et oui encore un qui vante les entrepreneurs mais qui n’a pas le courage de se lancer. Oui il n’est ni de gauche ni de droite comme il aime le dire simplement un politicien français toujours dans le discours, dans le paraître, un fan des médias pour se faire connaître même dans les magazines peoples avec cette hypocrisie de mettre en cause sous forme voilée son épouse qui d’ailleurs travaille à ses côtés dans son ministère et oui un vrai politicien français la FAMILLE quel bonheur comme disent certains napolitains ou colombiens etc etc. Bon M. Macron un politicien TRES français donc pas grand-chose pour l’avenir de notre pays.
a écrit le 23/04/2016 à 8:11 :
MACRON est devenu populaire grâce à CANAL + et ses animateurs comme ELDIN. Il devient grâce à la presse le fou du roi capable de s'opposer sans véritablement le faire devant le Président.Serviteur aujourd'hui prendra-t-il la place suprême tant convoité ? Pour l'instant je ne constate que des résultats mitigés et catastrophique en matière de chômage Minisre de l'économie certes mais a-t-il simplifié la législation fiscale ? la réponse est évidente : NON...ALORS PLUTOT QUE DE PARADER DEVANT LES MEDIAS CES TYPES LA FERAIT MIEUX DE SE BOUGER? LES REUNIONITES, LES DECLARATIONS D'INTENTIONS, LA COMMUNICATION les français en ont marre, on veut de l'action et de vrai réforme pour l'emploi, contre le chômage, pour la simplification fiscale et sociale contre le mille feuilles administratifs, etc...
a écrit le 23/04/2016 à 2:14 :
"Macronzy" la replique ? Effectivement cela ne vous rappelle t-il pas l'hyper President? Agiter le bocal pour que l'eau reste trouble..
a écrit le 22/04/2016 à 23:11 :
Je n'aime pas la politique de Hollande mais je n'aime pas la façon de la prétention de macron ils ce vois président et Valérie qui ramènes ca fraises elle riche gace a Hollande et macron ministres grâce à Hollande et ils fait riant pour la France ils doit desmisionne du respect pour un partis et du respect pour Hollande et pour la feance marre de macron pire que Sarko ?
a écrit le 22/04/2016 à 19:53 :
Etonnant de voir la plupart des journalistes en pamason devant Macron. Aucun ne pense à lui demander son bilan en tant que ministre de l'économie...
a écrit le 22/04/2016 à 19:49 :
Arrétez de nous prendre pour des jambons..!!!!!!!
a écrit le 22/04/2016 à 19:46 :
Occuper le terrain, même s'ils n'ont rien à dire, c'est ce qu'ils font tous, non :-) Aller François, tes blagounettes nullesnous manquent :-)
a écrit le 22/04/2016 à 19:09 :
C'est les médias, les plus bêtes... de le relayer !
a écrit le 22/04/2016 à 19:06 :
Je suggère à Emmanuel Macron d'envisager une réforme fiscale permettant de basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique.
a écrit le 22/04/2016 à 19:06 :
Je suggère à Emmanuel Macron d'envisager une réforme fiscale permettant de basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique.
a écrit le 22/04/2016 à 18:47 :
Résultats du macron en matière économique depuis sa prise de fonction???euhhhh NULS mais quel baratin le micron sans compter qu'l y implique sa femme dans paris match, le people de service, l'amusuer socialiste à défaut de personne sérieuse. http://www.boursorama.com/actualites/dettes-et-deficits-dans-l-union-europeenne-47a68b5bf039f7e4258fe3c110d94c3b
a écrit le 22/04/2016 à 18:23 :
Si Manuel vals n a pas compris que L isf est L impôt le plus stupide il a aucune chance de redresser la france !
a écrit le 22/04/2016 à 17:38 :
Macron, pauvre petit enfant qui a toujours sa mère qui lui tient son engin !
a écrit le 22/04/2016 à 17:17 :
macron on en a bientot une overdose mais des idees nouvelles et concretes pour la france dont on pourrait débattre on attend toujours

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :