Lagarde avoue avoir été "consternée" par l'arbitrage en faveur de Tapie

 |   |  528  mots
Poursuivie pour négligence d'une personne dépositaire de l'autorité publique ayant mené au détournement par un tiers de fonds publics, Christine Lagarde encourt jusqu'à un an de prison et 15.000 euros d'amende.
Poursuivie pour négligence d'une personne dépositaire de l'autorité publique ayant mené au détournement par un tiers de fonds publics, Christine Lagarde encourt jusqu'à un an de prison et 15.000 euros d'amende. (Crédits : © STRINGER Peru / Reuters)
Les parlementaires de la commission d'instruction de la CJR lui reprochent "une décision d'entrer en arbitrage mal préparée, mal encadrée, malvenue" et "allant à l'encontre de l'avis répété" de l'Agence des participations de l'Etat (APE). Elle lui fait également grief d'avoir renoncé de manière "précipitée" à exercer un recours contre l'arbitrage.

Devant la Cour de justice de la République (CJR), Christine Lagarde a assuré ce mardi avoir été "consternée" en juillet 2008 quand la sentence arbitrale favorable à Bernard Tapie a été rendue,selon l'agence Reuters. Cet arbitrage incluait notamment un "préjudice moral" qu'elle n'avait pas validé, à hauteur de 45 millions d'euros.

"Mais puisque vous n'avez jamais entendu parler de préjudice moral, pourquoi ne pas consulter vos services à ce sujet-là?", l'interroge alors la présidente de la Cour, Martine Ract Madoux.

Ce mardi 13 décembre, les arguments ne convainquent pas la présidente de la CJR, cette cour réservée aux anciens ministres, composée en majorité de parlementaires. Comparant avec les 30.000 euros accordés comme préjudice moral pour la perte d'un enfant, Martine Ract Madoux estime qu'une telle somme aurait dû faire l'effet à la ministre d'un "coup de poing dans l'estomac" au lieu de seulement la "consterner".

Le 7 juillet 2008, alors que Christine Lagarde est ministre de l'Economie et des Finances, un arbitrage controversé accorde 403 millions d'euros, avec les intérêts, à l'homme d'affaires Bernard Tapie pour solder son litige avec l'ancienne banque publique Crédit lyonnais sur la revente d'Adidas. Quarante-cinq millions lui sont alloués au titre de préjudice moral. Pourtant, le compromis d'arbitrage qui avait été validé par la ministre des Finances, début octobre 2007, ne prévoyait pas une telle indemnisation.

En finir avec un contentieux vieux de 15 ans

Toutefois, Christine Lagarde réfute toute négligence dans la gestion de ce dossier, et dit avoir agi avec pour seul objectif l'intérêt général.

La commission d'instruction de la CJR lui reproche "une décision d'entrer en arbitrage mal préparée, mal encadrée, malvenue" et "allant à l'encontre de l'avis répété" de l'Agence des participations de l'Etat (APE). Elle lui fait également grief d'avoir renoncé de manière "précipitée" à exercer un recours contre l'arbitrage.

Et quand elle a choisi, le 28 juillet 2008, de ne pas engager de recours contre une sentence "excessive à bien des égards", c'était pour faire "cesser l'hémorragie des honoraires" et "mettre un terme" à un contentieux vieux de 15 ans, a assuré mardi Christine Lagarde devant la Cour.

Une défense à double détente

Au premier jour de son procès, lundi, la banquière du FMI n'a pas exclu d'avoir été "abusée" dans cette affaire.

Le PDG d'Orange Stéphane Richard, qui était alors son directeur de cabinet, est soupçonné, dans le cadre de l'enquête principale sur l'arbitrage désormais entaché de soupçons de fraude, de lui avoir "dissimulé" des éléments "essentiels" du dossier, ce qu'il conteste. Il sera entendu mercredi matin.

Christine Lagarde a cependant déclaré :

"Je n'ai aucune raison à l'époque de remettre en cause la confiance que j'ai dans l'équipe avec (laquelle) je travaille." (...) "Je ne sais pas travailler dans un rapport de défiance, j'espère que ça n'est pas de la négligence."

Poursuivie pour négligence d'une personne dépositaire de l'autorité publique ayant mené au détournement par un tiers de fonds publics, Christine Lagarde encourt jusqu'à un an de prison et 15.000 euros d'amende.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2016 à 21:43 :
Il n'existe aucun secteur d'activité au monde où le patron puisse se défausser sur son adjoint. Hormis le principe de la collégialité. En conséquence un tel jugement ne saurait exister. En conséquence aucune facétie évoquant la consternation ne peut être prise au sérieux. Alors une question singulière se pose. Pourquoi la justice fait-elle une distinction entre une infraction faite dans l'exercice d'une fonction par rapport à une infraction à caractère purement personnelle. Seuls les services rendus à la nation doivent faire l'objet d'une attention particulière. Or ce n'est pas le cas dans ce procès (arbitrage privé). Ne reste alors que l'image actuelle de la dignité d'un poste international. A moins que les faits condamnables et condamnés aujourd'hui n'aient servi à démontrer aux milieux spécialisés toute la dextérité requise à ce poste international ?
Devons-nous pour autant accréditer ce comportement ?
a écrit le 15/12/2016 à 16:42 :
C'est une honte d'accuser ainsi une femme si elegante. encore un complot des Juges Rouges qui veulent salir la mémoire de Mr Bismuth !
a écrit le 15/12/2016 à 9:26 :
On attend bien sur de la prison FERME et une amende moins dérisoire que 15 000 euros mais ça ...... on peut toujours réver !!!
a écrit le 14/12/2016 à 16:28 :
Le mot connivence ne vous dit rien ?
a écrit le 14/12/2016 à 14:47 :
Il faut espérer pour le moins que la CJR qui n'a jamais brillé par sa sévérité ,preuve de son inutilité , n'adoube pas de telles pratiques qui sont le signe d'un Etat mafieux à l'insu de son plein gré.
a écrit le 14/12/2016 à 9:53 :
Les chiens sont lachés , la meute aboie et mord; Mort au vaincu.
Réponse de le 14/12/2016 à 11:33 :
Remarque typique de LR. On se plaint des impôts après avoir fait des trous partout dans le budget et après en avoir mis plein les poches aux copains.

CAHUZAC a bien pris 2 ans de prison pour des sommes bien moindres. Elle s'en tire bien. Aux USA, on lui demanderait de rembourser.
Réponse de le 15/12/2016 à 9:24 :
.... un chien peut mordre ... pas une meute !
a écrit le 14/12/2016 à 8:39 :
Mme Lagarde est finalement quelqu'un de faible (elle le reconnait elle même ...), de manipulable : c'est probablement pour cette raison qu'elle est Présidente du FMI et que son mandat a été renouvelé... La question se pose : qui pilote le FMI, Mme Lagarde n'ayant pas encore écrit de lettre de soumission (connue) analogue à celle qu'elle avait écrite à N. Sarkozy. Réponse simple : la finance...
a écrit le 14/12/2016 à 1:12 :
Oh lala qu'est ce qu'elle est vieille, c'est une catastrophe !
a écrit le 14/12/2016 à 0:27 :
Elle était tellement consternée qu'elle a tout avalé sans rien dire ! C'est aussi un peu ça le problème de la France: des dirigeants qui n'acceptent pas leurs responsabilités :-)
a écrit le 13/12/2016 à 23:39 :
Rappeler que les choix de Mme Lagarde ont couté 6.5 € par français (y compris les nouveaux nés) en ce qui concerne l'affaire Tapie et 30 autres € pour ce qui concerne le cadeau fiscal à la SG ca défrise LT?
Que les cadeaux fiscaux de M Woerth à M Tapie après le jugement ont couté 80 millions suppélémentaires au budget?

Alors je rajoute que Mme Lagarde n'a pas toujours été aussi négligente avec l'argent public.
En 2011, la justice française, dont la lenteur est proverbiale, a donné droit a des anciens mineurs licenciés de façon discriminatoire suite à une gréve en 1948 (si si). La plupart était mort depuis le temps et les indemnisations dont était redevable l'état, étaient symboliques. Que croyez vous que fît Mme Lagarde?
Elle fit appel, au nom de la préservation des intérêts de l'état !
Forcément, indemniser quelques mineurs qui ont vu leur vie saccagée par une répression étatique, c'est de l'agent perdu, alors que laisser 430 millions à M Tapie, c'est de la justice !

Pour ceux que ca intéresse, la poignée de mineurs survivants a eu gain de cause en 2015 en cassation et Mme Taubira n'a pas jugé utile de rendre l'état encore plus minable en contestant ce jugement.
Réponse de le 14/12/2016 à 9:13 :
"Pour ceux que ca intéresse, la poignée de mineurs survivants a eu gain de cause en 2015 en cassation et Mme Taubira n'a pas jugé utile de rendre l'état encore plus minable en contestant ce jugement".

Oui, c'est le principe d'un arrêt (et non un jugement) en cassation : on ne peut pas le contester.

Ceci étant dit, Taubira, Lagarde... Les hommes et femmes politiques sont tous les mêmes : des carriéristes. Je me sentirai plus libre quand ils seront tous en prison.
Réponse de le 14/12/2016 à 11:33 :
Combien coûte par français ce type de procès de Moscou et les investigations amont (qui n'ont rien trouvé de bien probant comme le prouve le chef de mise en examen oiseux de "négligence"... à un point tel que le procureur général près la cour de cassation avait requis un non lieu concernant Lagarde ?). combien coûte par français la justice-spectacle instrumentalisée par le cabinet noir de l'Elysée dans le seul but de jeter le discrédit sur l'équipe précédente...et qui n'a même pas permis à Hollande d'être en condition de se représenter ? Combien ont coûté les huit mois d'écoutes de Sarkozy dans l'espoir de prouver quelque chose concernant le financement libyen de 2007 et qui n'a permis que d'établir une intention de trafic d'influence qui n'a pas eu la moindre réalisation concrète ? combien a coûté l'instruction spectacle de l'affaire Bettencourt et dont les vraies responsabilités commencent seulement à apparaître, la subornation de divers témoins par la fille Bettencourt pour capter l'argent de la vieille ? Enfin combien ont coûté par français les cadeaux pré-électoraux de Hollande au cours de ces derniers mois pour arriver au résultat que l'on sait ? Combien Ecomouv a-t-il coûté par français pour aboutir au brillant résultat qu'alors que l'on est de plus en plus sensible aux pollutions, la France soit désormais le seul pays d'Europe à être dépourvu d'écotaxe poids lourds (qui rappelons le avait été votée à la quasi-unanimité à l'assemblée) ?
a écrit le 13/12/2016 à 22:30 :
B.Tapie méritait des milliards d'euros, notre icone des années 80, les années fric. Venir à l’Elysée avec son propre avion de ligne privé prendre la présidence. Tapie président comme Trump, au moins la France aurait un peu plus d'allure ...
En attendant on a quelques footballeur pour nous faire rêver, c'est toujours ça.
Réponse de le 14/12/2016 à 0:13 :
Un milliardaire comme président ? Ah oui, vraiment très proche des préoccupations et des attentes du "Français moyen"... Et pourquoi pas un banquier ou bien un trader comme président ?
Réponse de le 15/12/2016 à 16:51 :
vous avez absolument raison, pour l'image de la France une actrice porno à la place de Marianne, ça serait encore mieux qu'un footballeur voyou ou un affairiste truqueur (k'affaire VA-OM, ça doit vous evoquer qq chose, non ?). Du moment que c'est du people-viande-à-caméra, c'est tout ce qui faut, non ?
Réponse de le 15/12/2016 à 16:53 :
vous avez absolument raison, pour l'image de la France une actrice porno à la place de Marianne, ça serait encore mieux qu'un footballeur voyou ou un affairiste truqueur (k'affaire VA-OM, ça doit vous evoquer qq chose, non ?). Du moment que c'est du people-viande-à-caméra, c'est tout ce qui faut, non ?
Réponse de le 16/12/2016 à 7:34 :
fma44 , vous avez changé de pseudo en bimbo ? Vous avez quoi contre les footballer ou les actrices pornos ? Ces gens sont souvent issus du bas-peuple, des pauvres, des "sans dents" comme on dit.... Et vous pensez qu'un bourgeois doit gouverner les "sans dents" ? Comme si être un bourgeois rendait les gens plus "respectables" et plus "honnêtes"...à d'autres !
a écrit le 13/12/2016 à 22:19 :
Qu'ils aillent à Alep rendre leur justice
a écrit le 13/12/2016 à 21:58 :
Les piètres arguties de surcroît fallacieuses de Madame Lagarde ne sauraient masquer ou travestir ses agissements qui relèvent de la pure délinquance politico-financière ;

Aucune clémence ne saurait lui être accordée,

il serait justifié qu'elle fut condamnée à de la prison et à un remboursements solidaire des sommes faramineuses dues par Tapie à l'Etat
a écrit le 13/12/2016 à 20:38 :
Une femme , surtout comme elle , c'est élégant .
Alors tout balancer sur son dircab en disant : je ne savais pas ; ça fait plus que tache .
a écrit le 13/12/2016 à 20:11 :
Devoir chacun sortir 6.5 € pour M Tapie, on a du mal à le digérer... surtout que j'ai du aussi priver mes gosses de sucette ainsi que papy et mamie.

C'est plus que consternant, ca fout la rage. Surtout que ca a continué avec l'administration de M Woerth qui dans la foulée a fait un autre cadeau fiscal de 54 à 83 millions d'€.. (la justice a ouvert une enquête pour comprendre pourquoi).

Et vlan encore 1.2 €, et puis les 30€ de cadeau fiscal pour la SG...

Là c'est carrément l'anniversaire du petit dernier qui y est passé.
a écrit le 13/12/2016 à 20:08 :
Etre consterné à postérirori, je sais faire aussi, qui a payé ces 400 millions chère, trop chère incapable hein qui ..?

Au bagne ..
a écrit le 13/12/2016 à 19:37 :
Un peu d'histoire....

Novembre 2013 : le gouvernement français annonce vouloir emprunter 4,5 milliards d'euros afin de solder les dettes du Crédit lyonnais. Le sauvetage de la banque aura coûté 14,7 milliards d'euros au total, soit selon le Parisien, « 812 € par contribuable imposé ».
Qui contrôlait le CL à l'époque...Jean Peyrelevade homme de gauche sous le Mitterrandisme . Comme par hasard toutes les archives ont brulées !
C'est bien de donner des leçons !

. .
Réponse de le 15/12/2016 à 3:03 :
Merci de le rappeler, c'est en effet bien la l'epicentre du tremblement de terre si couteux.
a écrit le 13/12/2016 à 19:08 :
A l'heure où l'on exige de la transparence totale à propos de tout, force est de constater que le Crédit Lyonnais n'a pas été transparent avec Bernard Tapie, en lui achetant pour couvrir une dette un bien dont il savait qu'il avait déjà un acheteur pour 7 fois plus cher..On comprend dès lors que la sentence arbitrale n'est pas scandaleuse. Il y a toujours un aléa dans ces affaires. Mais le vrai scandale est le choix d'une procédure d'arbitrage privé pour ne pas user de nos tribunaux Républicains.. La Justice française n'est-elle pas assez bonne, assez efficace pour l'Etat et ses Ministres?
Réponse de le 13/12/2016 à 23:12 :
Personne n'a obligé Tapie à vendre Adidas. A ma connaissance il a signé sans qu'on lui ait mis un pistolet sur la temps.

Et puis considérons qu'il était lui même terriblement endetté et qu'il voulait se refaire dans la politique. Et ça, ce n'est pas de la faute du Crédit lyonnais.
Réponse de le 14/12/2016 à 10:26 :
Les 403 millions devraient être remboursés par l'acheteur d'adidas connu qui a réalisé sa P.V. dans un paradis fiscal. Des bénèficiaires ayant crée cette société off shore personne en parle ! A travers adidas B. T. a été spolié , il a été obligé de vendre après un dénoncement de concours du crédit lyonnais qui aux dires de spécialistes, était irrégulier. Source: emission de france 2 ancienne diffusée en fin de soirée, il y a déjà quelques années
a écrit le 13/12/2016 à 18:44 :
Lagarde avoue avoir été "consternée" par l'arbitrage en faveur de Tapie

Sa consternation est elle à la hauteur de sa fonction à l'époque des faits : NON

Que mérite une telle désinvolture ? LA CONDAMNATION avec la plus extrême sévérité ;

Il est grand temps de nettoyer le purin politique.

Le FMI aurait déjà du la révoquer sans ménagement.
a écrit le 13/12/2016 à 17:47 :
Tapis a été roulé par le Crédit Lyonnais (a l'époque banque privée), une fois la banque
devenue publique , nos technocrates ont fait n'importe quoi. En 2005, Tapis gagne
son procès et doit toucher 135 millions d'euros. Nos technocrates font appel, on connaît
la suite. De 135 millions on passe à 435 toujours au frais des contribuables. Vexé nos politiciens continuent et s'obstinent. Résultat, c'est Lagarde qui n'y peut rien qui est montré du doigt. Un peu de mémoire, notre élite depuis 20 ans en faisant du mécano industriel dont le Lyonnais ont ruiné successivement des groupes français prestigieux. CGE, la Générale des Eaux , Usinor, Thomson etc...Cette caste est dangereuse pour notre pays, le budget du pays était à l'équilibre en 1974 contre une dette de 2100 milliards d'euros aujourd'hui. Et dire que nos politiciens mégotent sur 435 millions d'euros, on rêve.
Réponse de le 14/12/2016 à 6:13 :
de toutes façons, l'état en a ras le bol, et on va tout nationaliser !!! ras le bol de voir quelques sociétés privées faire la loi en France. L'état doit revenir en force, et il reviendra, vous inquiétez pas, c'est une question de jours. Le laisser aller libéral est fini. Le libéralisme est mort, place à l'état, c'est à dire l'union de tous les citoyens .
Réponse de le 14/12/2016 à 9:09 :
réponse à @BA: pour le retour en force de l'Etat, il va falloir attendre, car avec ses 70 milliards en actions de sociétés cotées, et ses >2000 milliards de dettes, l'Etat ne va pas aller bien loin..Evidemment, un peu de rigueur dans la gestion des finances publiques pourraient d'ici 20 ans, apporter un peu d'oxygène...
a écrit le 13/12/2016 à 17:36 :
Tapie un vrai socialiste ...
Réponse de le 14/12/2016 à 10:46 :
Non, Tapie c'est partout.
a écrit le 13/12/2016 à 17:35 :
Si un enfant est écrasé par un chauffard, les parents percevront 45 000 euros de préjudice moral. Si un homme d'affaires perd de l'argent dans une transaction, il perçoit 45 millions d'euros ! CQFD ! Une justice "libérale", à la Sarko...
a écrit le 13/12/2016 à 17:13 :
Oui voilà tout le monde va se protéger, se déresponsabilisant sur la faute à pas de chance, diluant la culpabilité de chacun, on reste entre soi, tout va bien, faudrait surtout pas trop les secouer ces gens là hein.

Et ils voudraient que nous fassions confiance à nos institutions. Qui déraisonne, le peuple ou le système ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :