Le FMI ajuste à la hausse sa prévision de croissance pour la France en 2015

 |   |  211  mots
Le FMI estime que les facteurs de croissance de la France tiennent plus à la baisse de l'euro et du pétrole, qu'à des raisons internes.
Le FMI estime que les facteurs de croissance de la France tiennent plus à la baisse de l'euro et du pétrole, qu'à des raisons internes. (Crédits : © Kim Kyung Hoon / Reuters)
Le Fonds monétaire international a révisé sa prévision de croissance du PIB français à 1,2% en 2015 contre 0,9% précédemment. Les baisses de l'euro et du pétrole conjuguées à la chute des taux d'intérêts favoriseraient cette bonne conjoncture.

Le FMI a revu en hausse mardi ses prévisions de croissance pour la France, à 1,2% cette année, contre 0,9% auparavant, et à 1,5% l'an prochain, contre 1,3% auparavant.

Plus optimiste que lors de ses dernières prévisions en janvier, le Fonds monétaire international va dans le sens du gouvernement français, qui a construit son budget sur une hypothèse de croissance de 1% cette année, mais qui espère un chiffre meilleur.

Proche de la croissance allemande

Sur la foi de ces prévisions, la France devrait se rapprocher en 2016 du taux de croissance de l'Allemagne, attendu à 1,7% l'an prochain.

Avant le FMI, d'autres organisations internationales et de nombreux économistes avaient relevé leurs prévisions pour la France. L'OCDE attend par exemple 1,1% de croissance pour le produit intérieur brut français cette année.

"L'alignement des astres"...

Ce regain d'optimisme tient moins à des facteurs internes qu'à "l'alignement des astres" souvent évoqué par le gouvernement, à savoir l'euro plus faible, le pétrole moins cher et les taux d'intérêt en chute libre.

Ces facteurs profitent à l'ensemble de la zone euro, pour laquelle le FMI a relevé ses prévisions de croissance exactement dans la même proportion que pour la France, à 1,5% cette année (+0,3 point) et 1,6% l'an prochain (+0,2 point).

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/04/2015 à 23:10 :
Je suis Français de papier ( car je n'aime plus ce pays ) et je l'ai quitté mais je ne souhaite pas le voir s'effondrer. Néanmoins je ne crois pas qu'il puisse se relever tant que l'état le bouffera et l'écrasera. Le FMI sous-estime le mal français.
Réponse de le 15/04/2015 à 2:49 :
J'ai fait une bonne partie de ma carrière a l'étranger et c'est bien le meilleur moyen de découvrir la chance de naître et de vivre en France et de constater que les forces de ce pays l'emportent largement sur ses faiblesses.
Comme vous, les anglo saxons n'ont jamais compris comment la France avait su se maintenir dans le peloton de tête des nations depuis la guerre.
Il y a bien une sorte de génie français mais il fait sortir de son jardin pour le voir..
Réponse de le 15/04/2015 à 4:24 :
@ Patriot9
Je travaille énormément à l'international et je partage pleinement votre avis. Je connais également de nombreux entrepreneurs français et investisseurs étrangers en France qui pensent le contraire de JP. Ce sont eux, et leurs salariés, qui font la grandeur de notre pays, que beaucoup nous envient, y compris dans les pays anglo-saxons. Nous avons toujours et encore de nombreux atouts, et suffisamment de créativité pour nous adapter à l'évolution vertigineuse du monde dans lequel nous vivons, malgré un mal très français : une furieuse tendance à l'auto-flagellation. Si l'on regardait un peu plus ce qui fonctionne plutôt que sans cesse chercher les petits défauts, on ne serait pas les champions des anti-dépresseurs. Les journalistes de noter pays ne font d'ailleurs rien pour arranger les choses. Il suffit de lire la presse étrangère pour constater que les pays dans des situations pires que la nôtre consacrent néanmoins plus de place aux bonnes nouvelles, et aux exemples à suivre. Si l'on doit s'inspirer des anglo-saxons, c'est peut-être dans ce domaine qu'il faut commencer !
a écrit le 14/04/2015 à 19:23 :
les modeles macroeconometriques, par construction, ne voient pas les ruptures...
alors quand on va constater qu'il n'y a pas 1.2%, on va se poser des questions sur les determinants structurels ( aprs passage de modeles genre ' structural change'), et on va decouvrir que les grosses boites ont mis les voiles et que les petites n'ont plus envie de faire d'effort!
on en reparle dans 1 an!! ;-)))))))))))
Réponse de le 14/04/2015 à 22:18 :
@Churchill
Il faut effectivement être anglais, ou très anti-français pour se réjouir à l'idée d'une aggravation de la situation économique de la France. Heureusement que pendant ce temps, il y a des petits entrepreneurs qui travaillent dur, avec leurs salariés pour s'adapter à la conjoncture international, au lieu de faire du dénigrement systématique et de penser sans cesse que l'herbe est plus verte de l'autre côté de la frontière. J'imagine que si la France fait cette croissance, d'ici à la fin de l'année, vous direz que c'est soit parce que les statistiques sont fausses, soit qu'elles cachent de graves dysfonctionnements, et que c'est en 2016 que l'on s'en apercevra ?
Les grosses boite sont mis les voiles ? Ha, bon ? Les petites ne font plus d'efforts ? De quoi parlez-vous ?
En tout cas, rien à voir avec le vrai Churchill, qui n'aurait certainement pas parler de la France ainsi, et qui avait un autre sens de l'humour que le vôtre.
Réponse de le 15/04/2015 à 2:59 :
Le FN tente de noircir le tableau uniquement pour des raisons électorales. Personne n'est dupe. Pendant qu'ils décrivent une France a l'agonie, les français se pressent sur les stations de ski, sont les premiers détenteurs de maisons secondaires ou de piscines, ont le plus gros bas de laine au monde, crée des milliers de startup, distribue 50 milliards de dividendes, etc..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :