« Le grand problème est le manque de coordination entre la BCE et les politiques budgétaires des gouvernements », Eric Monnet, économiste

GRAND ENTRETIEN. Lauréat du prix du meilleur jeune économiste en 2022, Eric Monnet, spécialiste des politiques monétaires, pointe les risques d'un manque de dialogue entre la Banque centrale européenne (BCE) et les gouvernements du Vieux continent face à la multiplication des crises (guerre en Ukraine, inflation, transition écologique, pandémie). Il fait plusieurs propositions pour recréer des liens entre les citoyens et les banques centrales. Dans son dernier ouvrage «La Banque Providence» , cet historien et économiste à l'EHESS adopte une approche originale en soulignant le rôle prépondérant des banques centrales dans la reconstruction après la Seconde guerre mondiale.
Grégoire Normand
Eric Monnet est professeur à l'Ecole d'économie de Paris. Son travail porte sur l’histoire des politiques monétaires et des systèmes financiers au xxe siècle. Le prix du meilleur jeune économiste est décerné par le cercle des Economistes et le journal Le Monde.
Eric Monnet est professeur à l'Ecole d'économie de Paris. Son travail porte sur l’histoire des politiques monétaires et des systèmes financiers au xxe siècle. Le prix du meilleur jeune économiste est décerné par le cercle des Economistes et le journal Le Monde. (Crédits : Reuters)

LA TRIBUNE - Face à la hausse des prix, la plupart des banques centrales ont annoncé un durcissement de leur politique monétaire dernièrement. Certains ont estimé que la banque centrale européenne (BCE) avait réagi trop tardivement. Quel regard portez-vous sur toutes ces annonces ?

ERIC MONNET - Je pense surtout que le grand problème est le manque de coordination entre la Banque centrale et les politiques budgétaires des gouvernements. Chaque gouvernement est en train de prendre des mesures budgétaires ou des dispositifs de contrôle des prix pour arrêter l'inflation.

Les États-Unis sont confrontés à une inflation plus forte. Elle est en partie due à un marché du travail différent. On sous-estime à quel point les salaires étaient bas par rapport à la productivité. Il y a un rattrapage. Cette inflation est moins provoquée par l'énergie qu'en Europe. De ce point de vue, la BCE avait de bonnes raisons de ne pas réagir aussi vite que la FED. Par rapport aux États-Unis, la BCE pouvait attendre mais là, l'Europe va devoir présenter un plan de coordination clair entre les politiques monétaire et budgétaire. Je pense que l'Europe est à la traîne sur ce point.

Lire aussi 6 mnLes banques centrales entrent enfin en guerre contre l'inflation

Comment améliorer la coordination entre politique monétaire et politique budgétaire ?

Dans mon ouvrage « La Banque-Providence » , j'évoque l'idée du conseil européen du crédit. D'un point de vue juridique, cette coordination ne va pas se jouer là car la politique budgétaire est déterminée par les ministres des Finances. Cette amélioration peut passer par l'Eurogroupe. Sa légitimité n'est pour l'instant pas assez importante par rapport au parlement. Il faudrait un mécanisme pour que le parlement puisse participer à ces négociations.

Après la dernière réunion d'urgence convoquée il y a quelques semaines, la Banque centrale européenne a-t-elle bien réagi ?

La question était: « est ce que les annonces de la Banque centrale vont faire augmenter les spread ? » Sur ce point, la BCE a assez bien joué sur l'utilisation des fonds. Sans annonce de politiques budgétaires et de politiques énergétiques coordonnées, cela ne va pas suffire. Si l'Europe n'a aucun plan pour stabiliser les prix de l'énergie, la Banque centrale ne va pas pouvoir agir seule.

Dans votre dernier ouvrage (*) « La Banque-Providence » , vous avez eu une approche originale du rôle des banques centrales en rappelant qu'elles constituent un pilier de l'Etat-providence. Pourquoi avez-vous choisi cette approche ?

La thèse de l'ouvrage n'est pas de dire que la banque centrale joue un rôle de subvention ou de prestation sociale. Il s'agit d'adopter un point de vue historique en rappelant qu'il y a eu une mutation très importante à la sortie de la Seconde guerre mondiale. Il fallait que les banques centrales deviennent publiques et soient intégrées à l'appareil de l'État. Avant 1945, les banques centrales étaient des organisations privées.

Ce mouvement intervient au moment où l'Etat est reconnu comme un filet de sécurité indispensable pour la population. L'histoire des banques centrales est liée à l'histoire de l'État providence. Mon objectif était de refaire la genèse du rôle des banques centrales depuis 1945. Cela permet de mieux appréhender comment leur rôle depuis une dizaine d'années s'explique par le lien particulier qu'elles ont tissé depuis longtemps avec l'Etat et les marchés financiers.

Elles ont pourtant été très critiquées ces dernières années pour leur opacité et leur fonctionnement technocratique. Comment faire pour améliorer les débats sur le rôle des banques centrales et des politiques monétaires ?

La politique monétaire est un domaine très technique mais cela ne doit pas justifier le manque de débat dans la sphère publique, au parlement ou dans les médias. Il faut renforcer le rôle du parlement à l'échelle nationale et au niveau européen pour permettre des discussions sur le rôle des banques centrales.

Il faut également recréer un lien direct entre la banque centrale et les citoyens. La majorité des citoyens ne savent pas ce qu'est vraiment une banque centrale. Dans l'histoire, il y avait cette idée que les gens allaient à la banque centrale pour convertir de l'argent. Ils pouvaient se rendre compte que la banque centrale était un garant de la stabilité. Ce lien s'est évanoui. L'un des moyens de recréer du lien est de mettre en place des monnaies digitales de banque centrale.

Depuis la crise de 2008 et aussi la pandémie, les banques centrales ont acquis un rôle prépondérant dans l'économie mondiale. Comment expliquez-vous ce phénomène ?

Ce rôle peut s'expliquer par les différentes missions des banques centrales, dont l'une est de soutenir l'État de diverses manières. Cela peut passer par l'achat de titres de dette publique, comme souvent dans l'histoire.

Les banques centrales ont joué un rôle prépondérant depuis 2008 car les gouvernements étaient relativement faibles pour des raisons politiques ou conjoncturelles. En Europe, il n'y pas d'union politique aussi forte que l'union monétaire. Aux États-Unis, Barack Obama n'avait pas une majorité assez claire au Sénat pour faire voter ses budgets. Sous le mandat de Trump, l'administration centrale était dysfonctionnelle. Au Royaume-Uni, il y a eu le Brexit. En raison de toutes ces instabilités politiques, les banques centrales sont presque devenues une branche de l'État garantes de la stabilité.

Après la libéralisation financière des années 90, les États ont perdu beaucoup de pouvoirs face aux marchés financiers. Les gouvernements étaient très peu armés pour réguler les marchés financiers. Le seul bras armé des États pour calmer les marchés financiers était la banque centrale. Les banques centrales sont devenues les seules institutions publiques suffisamment puissantes pour rentrer dans le jeu de la régulation.

Face à l'urgence écologique, quels rôles les banques centrales peuvent-elles jouer ?

Elles peuvent d'abord jouer un rôle de régulation et de supervision. Les critères environnementaux utilisés par les institutions financières ne sont pas vraiment solides. Les banques centrales peuvent passer par des interventions sous la forme de prêts ou d'achats de titres. Je suis partisan des prêts ciblés verts, les Green TLTRO. Cela peut être plus utile qu'un assouplissement quantitatif vert (Quantitative easing). Aujourd'hui, on ne voit pas de problème de financement sur des green bond. Pour les petites banques qui ont un rôle de financement des petites entreprises, on voit qu'elles ont plus de mal à prêter sur des critères écologiques.

Dans un contexte inflationniste, les prêts ciblés de long terme sont une bonne manière de remonter les taux d'intérêt sur l'ensemble des prêts mais en maintenant des conditions plus favorables sur des prêts écologiques. Certaines banques centrales comme au Japon le font déjà. Il faut toutefois un contrôle démocratique fort dans le cadre d'un dialogue avec le Parlement et la Commission européenne, pour que les critères utilisés par la BCE soient cohérents avec la politique générale de l'Union en la matière.

Les banques centrales peuvent-elle contribuer à la planification écologique ?

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les banques centrales ont participé à la reconstruction en faisant des prêts ciblés et en refinançant les grandes banques publiques. La Banque centrale européenne peut contribuer à cette planification par le biais d'une politique de crédit européenne. En clair, toutes les institutions européennes qui ont un lien avec la finance comme les banques centrales, la banque publique d'investissement doivent faire en sorte que le financement de la transition écologique se fasse.

Cette planification peut permettre de construire une véritable cohérence entre les différentes parties prenantes comme les fonds structurels, la banque centrale ou la banque européenne d'investissement pour faciliter le financement de la transition. Je propose de mettre en place un conseil européen du crédit pour permettre cette planification. Son but serait de construire cette coordination pour avoir une politique du crédit unique et cohérente à l'échelle européenne.

Lire aussi 8 mnPlanification écologique : la nécessaire concertation démocratique

Aux Etats-Unis, les débats sur la théorie monétaire moderne sont vifs. Quel regard portez-vous sur la monnaie hélicoptère très critiquée par certains courants d'économistes ?

Je pense que la monnaie hélicoptère peut permettre à la politique monétaire d'opérer sans trop augmenter les prix des actifs et donc éviter des effets inégalitaires. C'est un outil de politique monétaire sous-estimé à des moments où il y avait des besoins de relance monétaire. Il y a eu beaucoup d'achats d'actifs qui ont entraîné des inégalités. Je pense que les banques centrales ont été trop loin dans certaines politiques accommodantes qui passaient surtout par les marchés financiers. Actuellement, il est clair qu'il ne faut pas faire de monnaie hélicoptère aux ménages en période d'inflation.

En Europe, la monnaie hélicoptère existe déjà à travers un taux différencié, entre le taux d'emprunt des banques et le taux de dépôt. A partir du moment où le taux LTRO est fixé sous le taux de dépôt, cela devient une pure subvention aux banques. Est-ce qu'il faut continuer dans ce type de monnaie hélicoptère pour faire du green LTRO ? C'est un vrai débat. Je pense que cette politique doit être plus ciblée sur des prêts environnementaux. Le tabou en Europe est de ne pas passer par les banques.

Lire aussi 4 mnZone euro : la "monnaie hélicoptère" existe déjà !

Les cryptomonnaies dégringolent depuis plusieurs mois et montrent leur très grande fragilité. Quels sont les risques associés à ce type de monnaie ?

Il existe plusieurs types de risques. Le premier concerne d'abord les investisseurs. Il faut faire de la prévention pour que les investisseurs ne se fassent pas avoir. Les banques centrales doivent réagir en créant leur propre monnaie numérique. Le risque surtout est que les gens n'utilisent plus que de la monnaie électronique bancaire. On perd de l'anonymat et de l'universalité. Tout le monde n'a pas forcément accès à un compte bancaire. Les gens pourraient passer uniquement par des systèmes de paiement privés adossés à des "stablecoin" (un type de cryptomonnaie dont le cours est adossé à une devise, le plus souvent le dollar).

Ce type de pratique pose des questions importantes pour les banques centrales  en termes de stabilité financière. Dans certains pays en développement, plus de la moitié de la population utilise parfois ce type de ''stablecoin'' sans régulation derrière. Les cryptomonnaies posent également des questions fondamentales sur la pratique des politiques monétaires. C'est essentiel de garder une vraie souveraineté monétaire. Un monde où les Etats n'auraient plus le contrôle sur la monnaie pourrait être très dangereux.

Lire aussi 3 mnKrach des cryptomonnaies : la spéculation pour les pauvres

Comment en êtes-vous venu à vous intéresser à l'histoire des politiques monétaires et à l'histoire financière ?

J'ai fait une partie de mes études pendant la grande crise financière de 2008. Dans les modèles, les politiques monétaires fonctionnaient par les taux d'intérêt avec les anticipations des agents mais cela me paraissait trop simple.

Pour mon sujet de thèse, j'ai voulu comprendre comment les choses avaient pu être autrement et ainsi choisi de travailler sur le sujet « Politique monétaire et politique du crédit en France pendant les Trente Glorieuses ».

En tant que professeur à l'EHESS, qu'est-ce que l'histoire peut apporter aux économistes ?

L'histoire peut permettre de prendre du recul sur certains événements actuels. Dans les discours des économistes revient souvent l'idée qu'il y a une solution normative dans les modèles théoriques. Or, dans une perspective historique, on remarque souvent que les économistes n'ont pas forcément de meilleures solutions que les autres. L'histoire permet d'être moins naïf face à certains problèmes.

L'histoire peut également permettre d'avoir une boîte à outils face à des chocs. Sur la politique monétaire, les économistes n'ont rien vu venir depuis quinze ans. Ce sont les économistes qui s'adaptent aux pratiques des banques centrales, et pas le contraire. Dans les banques centrales, il y a une meilleure reconnaissance de l'histoire. Le gouverneur de la banque d'Angleterre, Andrew Bailey, a une formation d'historien. A la Banque centrale européenne, Isabel Schnabel a beaucoup écrit sur la crise des années 30.

Propos recueillis par Grégoire Normand

(*) La Banque Providence, démocratiser les banques centrales et la monnaie. Editions du Seuil, collection La République des idées. 128 pages. 11,80 euros. 2021.

-

banque providence couv

 -

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 05/07/2022 à 18:45
Signaler
Quel est le rôle d'une banque si ce n'est de faciliter les échanges et donc d'augmenter la vitesse de circulation de la monnaie produite! Mais rien n'est fait envers ceux qui thésaurisent ce moyen d'échange et qui en freine sa circulation! Voilà un r...

à écrit le 05/07/2022 à 13:54
Signaler
"De ce point de vue, la BCE avait de bonnes raisons de ne pas réagir aussi vite que la FED." : Haha, elle est bonne celle là. Oui, c'est sûr que la FED a réagi très vite, avec seulement un an de retard. Alors la BCE a raison de réagir avec deux ans d...

à écrit le 05/07/2022 à 13:13
Signaler
Un énième financier qui fait de la publicité pour son business et donc pour ceux qui possèdent et détruisent le monde en ronflant. Merci pour la messe mon père c'est déjà moins pire que les prêches et autres inquisitions même si aussi peu convaincant...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.