Le Maire appelle les entreprises activant le chômage partiel à ne pas verser de dividendes

 |   |  467  mots
Plusieurs grandes entreprises françaises ont déjà renoncé à verser un dividende, notamment le spécialiste des affichages publicitaires JCDecaux, l'avionneur Airbus, ou le spécialiste des revêtements de sols Tarkett.
Plusieurs grandes entreprises françaises ont déjà renoncé à verser un dividende, notamment le spécialiste des affichages publicitaires JCDecaux, l'avionneur Airbus, ou le spécialiste des revêtements de sols Tarkett. (Crédits : Reuters)
"J'invite toutes les entreprises qui bénéficient du chômage partiel soit à faire preuve de modération, soit - mieux - à donner l'exemple, à ne pas verser de dividendes", a déclaré le ministre de l'Économie, après avoir interdit de le faire aux groupes bénéficiant d'un report de charges.

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a appelé ce lundi les entreprises ayant recours à des mesures de chômage partiel face à l'épidémie de Covid-19 à ne pas verser de dividende, après avoir interdit de le faire aux groupes bénéficiant d'un report de charges.

"J'invite [...] toutes les entreprises qui ont accès aujourd'hui au chômage partiel, c'est-à-dire qui ont leurs salariés payés par l'État, à faire preuve de la plus grande modération en matière de versement de dividendes", a-t-il souligné sur BFMTV.

Lire aussi : Coronavirus : chaque minute, plusieurs milliers de demandes de chômage partiel

Avant d'insister: "J'irai plus loin: soyez exemplaires. Si vous utilisez le chômage partiel, ne versez pas de dividendes. [...] J'invite toutes les entreprises qui bénéficient du chômage partiel soit à faire preuve de modération, soit - mieux - à donner l'exemple, à ne pas verser de dividendes."

"Nous ne tolérerons pas non plus que des entreprises fassent des rachats d'actions et versent des dividendes à leurs actionnaires [...] Les rachats d'actions ne seront pas compatibles avec le bénéfice du soutien de la trésorerie de l'État", a également indiqué le ministre.

Risque de sanctions

Bruno Le Maire avait annoncé vendredi l'interdiction de verser des dividendes pour les entreprises bénéficiant d'un report de charges sociales ou fiscales, ou d'un prêt garanti par l'État. Dans le cas contraire, elles "se verront obligées de rembourser cette avance de trésorerie [...] avec une pénalité d'intérêts", avait insisté le ministre.

Mais concernant les entreprises ayant recours au chômage partiel, M. Le Maire avait simplement indiqué vendredi les inviter "faire preuve de la plus grande modération dans le versement des dividendes", sans les appeler à y renoncer totalement.

L'Afep, organisation patronale qui rassemble les 110 plus grandes entreprises privées françaises, a demandé dimanche aux groupes ayant bénéficié d'aides de trésorerie de l'État de respecter l'interdiction gouvernementale de verser des dividendes en 2020, tout en invitant les entreprises ayant recours au chômage partiel à réduire les leurs de 20%.

Recours massif au chômage partiel

Le recours au dispositif du chômage partiel avait été demandé vendredi soir par 220.000 entreprises pour 2,2 millions de salariés au total, selon des chiffres dévoilés dimanche par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

Plusieurs grandes entreprises françaises ont déjà renoncé à verser un dividende, notamment le spécialiste des affichages publicitaires JCDecaux, l'avionneur Airbus, le spécialiste des revêtements de sols Tarkett, la société de restauration d'autoroute Autogrill et le géant de la distribution Auchan Holdings.

Le motoriste et équipementier aéronautique Safran a annulé vendredi le versement de son dividende 2019, qui devait atteindre au total un milliard d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2020 à 17:11 :
Réduire ou supprimer les dividendes c'est crier sur les toits qu'on n'est pas une entreprise solide et c'est faire monter d'autant le coût des financements ultérieurs sur le marché.
Mais ce batage sur les dividendes est probablement une façon de détourner l'attention : flouer les actionnaires de la rémunération du risque couru est une façon de rejeter implicitement toute demande de prime de risque des personnes qui travaillent encore sur le terrain. Autrement dit, Lemaire condamne la rémunération du risque. cela équivaut à une forme de communisme particulièrement perverse dans un gouvernement qui fait tout pour encourager les épargnants français à prendre des risques financiers (asssurances vie en unités de compte, etc) quitte à réduire scandaleusement la rémunération de l'épargne traditionnelle (Livrest A, LDD, etc).
Réponse de le 31/03/2020 à 17:25 :
Quels financements ultérieurs sur le marché? D'après certains économistes la sommes des augmentations de capital et de nouvelles introduction représenterait 10mds par ans. Les dividendes plus de 40Mds par ans.
A ce tarifs il vau mieux taxer les dividendes et que l'état finance les augmentations de capital. Ca reviendra moins cher.
a écrit le 30/03/2020 à 16:54 :
Après avoir répété il faut investir en bourse, les épargnants seront punis grâce à notre grand spécialiste. Pourquoi ne pas plutôt supprimer les impôts . Ce n'est pas les dividendes qui mettent à mal la trésorerie des entreprises, il y a plein d'autres dépenses mais c'est mal vu d'en parler.
a écrit le 30/03/2020 à 16:40 :
@ Churchill

Calmes toi.
a écrit le 30/03/2020 à 13:44 :
Le ministre sait d'autant moins compter qu'il n'a même pas conscience, par ses propos, d'encourager l'épargne improductive : celle de la rente, qui est investie en livrets "A" et autres, au lieu de financer l'activité des entreprises et du pays et ceux qui prennent des risques... Sans compter que l'encours des livrets A est essentiellement généré par ceux des français qui ont les plus hauts revenus : pas tout à fait une épargne "populaire" comme on essaie de le faire croire. Et après la crise sanitaire il nous reparlera de la nécessité d'épargner en vue de sa retraite et de financer nos entreprises ? C'est toute une éducation qui est à refaire...
a écrit le 30/03/2020 à 13:21 :
Encore un ministre qui ne sait pas compter : les dividendes sont soumis à l'impôt sur le revenu, à un taux forfaitaire de 30% pour les particuliers. Sur un milliard de dividendes versés par un grand groupe, l'Etat récupère ainsi 300 millions d'euros auprès des particuliers. Combien de Français donnent-ils 30% de leurs revenus en impôts ? Ceux qui touchent des dividendes sont finalement plus solidaires que les autres ! Et si le Ministre veut que l'Etat interdise le versement des dividendes, au motif "pseudo-moral" qu'il ne faut pas que les actionnaires en profitent (alors que les salariés, si, sauf quand ils ont des actions donc...), il ne se rend pas compte que de ce fait il paie deux fois le soutien qu'il apporte à l'entreprise. Pathétique !
Réponse de le 30/03/2020 à 16:32 :
" il paie deux fois le soutien qu'il apporte à l'entreprise" et sans doute une troisième fois avec les dividendes 2021 qui seront fortement réduits avec les résultats prévisibles de 2020.
Belle incitation à retourner aux bons vieux livrets , PEL et fonds en € de l'assurance vie.
Réponse de le 31/03/2020 à 17:33 :
Pas tout à fait
Les bénéfices sont soumis à impots sur les sociétéset de ce fait les dividendes ne sont taxes que sur 60% de la valeur vu que le bénéfice à l'origine du dividende a déjà été taxés á l'impots sur les sociétés IS.
a écrit le 30/03/2020 à 12:06 :
les deux decisions n'ont rien a voir
et en plus le chomage partiel concerne les salaries, le dividende concerne l'entreprise
bon, apres faut etre clair, prendre -40% en 1 mois et en plus ne rien toucher, ca ne va pas inciter les francais y aller
last but not least faut eviter de tout confondre comme c'est le cas actuellement, limite les entreprise ne recoureront pas au chomage partiel et feront des plans sociaux plus tard.......
j'ai une question qui me taraude.... les syndicats vont il refuser le 1%CE, vont ils accepter que les salairies n'aient pas d'abondement des plans epargne entreprise, et vont il exiger que les salaries actionnaires ( dans de nombreux groupes) qui ne toucheront pas de dividendes se voeint compenser ca a l'euro pres par un sur salaire?...... c'est juste pour savoir sil s'agit d'un effort collectif, ou s'il s'agit de raser gratuit chez les autres
Réponse de le 30/03/2020 à 13:37 :
Bonjour,
il faut réviser vos fondamentaux sur l'entreprise.
Le dividende ne concerne pas "l'entreprise" mais uniquement les actionnaires..ce qui n'est absolument pas la même chose! Les actionnaires sont un des partenaires de l'entreprise (au même titre que l'Etat, les salariés, les fournisseurs; les clients). Leur rôle est d'apporter des capitaux à risque à l'entreprise sur le long terme...donc de supporter les risques (normalement, en ces temps difficiles, c'est eux qui devraient absorber toutes les pertes, seuls, puisque c'est leur raison d'être).
Il serait tt de même choquant que l'Etat (la collectivité donc) prenne en charge 85% des salaires (se substituant ainsi à l'entreprise dans le paiement de ces charges), ce afin de conserver les RH et les savoir-faire, et que parallèlement l'entreprise continue de décaisser de l'argent vers les actionnaires.
Comprenez vous mieux la problématique?
Les salariés actionnaires sont actionnaires et salariés, il convient de traiter séparément chaque de ces versants.
Cordialement,
F. Perdreau.
a écrit le 30/03/2020 à 12:02 :
Ok ils vont annoncer qu'ils ne verseront rien, facile.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :