Le Maire confirme des "privatisations importantes"

 |   |  423  mots
Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des finances.
Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des finances. (Crédits : Gonzalo Fuentes)
L'aéroport de Paris et la Française des jeux ne devraient pas être les seuls concernés. Bruno Le Maire a confirmé ce dimanche des "privatisations importantes" afin de pouvoir investir dans des technologies comme l'intelligence artificielle ou encore le stockage de données.

Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a confirmé dimanche des "privatisations importantes" à venir en France, dont le produit servira à investir dans des "technologies de rupture" comme "l'intelligence artificielle".

"Je vous confirme simplement que nous ferons des privatisations importantes, car nous voulons que l'Etat dégage des moyens financiers pour investir sur les technologies de rupture sur lesquelles nous sommes en train de prendre du retard", a déclaré le ministre au micro de l'émission Questions Politiques, interrogé par des journalistes de France Télévision, Le Monde et France Inter.

Plutôt que de "toucher des dividendes régulièrement" d'entreprises nationalisées, l'Etat préfère consacrer "10 milliards d'euros" issus de futures privatisations, afin de "financer des recherches sur l'intelligence artificielle ou le stockage de données ou sur le stockage d'énergies renouvelables" a détaillé le ministre.

Il n'a pas précisé quelles entreprises seraient concernées par des privatisations : "Si vous le dites, vous faites perdre de la valeur aux entreprises et je pense que là encore ce serait être un mauvais gestionnaire que de donner la liste avant", s'est-il justifié.

FDJ et ADP déjà concernés

Le gouvernement a déjà indiqué vouloir céder une partie du capital de la Française des jeux (FDJ), tout en gardant le monopole, tandis que la décision de privatiser Aéroports de Paris (ADP) "est prise depuis longtemps", avait expliqué à l'AFP une source proche du dossier début mars.

"Le rôle de l'Etat c'est quoi ? C'est les services publics, la SNCF, la Poste, voilà pourquoi nous les réformons. C'est en deuxième lieu, certains actifs stratégiques, les actifs militaires, l'énergie nucléaire, des choses qui sont très sensibles, et puis c'est la capacité à intervenir pour réguler quand c'est nécessaire (...) pour tenir l'ordre public économique" a lancé Bruno Le Maire.

Sur le plan international, le ministre a rappelé qu'il porterait "dès lundi et mardi" l'opposition de la France aux mesures protectionnistes décidées par Donald Trump sur l'acier, lors du G20 Finances qui se tient à Buenos Aires.

"J'ai rencontré des salariés (...) leurs inquiétudes sont légitimes, tout l'acier qui ne rentrera pas aux Etats-Unis (en raison du relèvement des droits de douane, NDLR) pourrait se déverser en Europe et faire baisser les prix de 5%" a-t-il estimé. "La guerre commerciale ne fera que des victimes, entreprises, croissance, emplois, et notre capacité à nous de nous redresser" a prévenu le ministre.

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2018 à 0:53 :
Le Maire sera-t-il celui qui fera tomber le record de Jospin ? Lequel avait réussi la gageure de battre Balladur et Juppé reunis !
a écrit le 23/03/2018 à 2:40 :
Privatiser pour récupérer 10 malheureux milliards qui vont générer à peine 300 millions pour investir dans les technologies du futur. Laissez moi rire, il s'agit juste comme le demande le plan national de réforme de réduire le périmètre de l'état. Quelle haine viscérale de l'état dans les milieux europeistes. Moi, j'ai une proposition pour macron, il faut qu'il supprime les niches fiscales et sociales inefficaces et peu efficaces, cela rapporterait 53 milliards de recettes supplémentaires, il pourrait ainsi baisser l'impôt sur les sociétés d'une vingtaine de milliards et investir 33 milliards par an dans l'innovation. Mais, cela il ne le fera, car c'est l'homme du statut quo, définitivement un clone de François Hollande.
a écrit le 20/03/2018 à 19:12 :
Bientot le dette de l'etat depasse le 100% du PIB donc le faillite technique de la France, avec un degradation des notes des marche finacieres. Un degradation de notes qui provque un augmentation des interets a payer.
D'ou Macron veut "reformer" l'UE plutot que reformer les finances de l'etat parce que il sait qu'il jamais va reussir le dernier. Mais comment a reformer l'UE si la France deja triche les traites existants?
Un credit vous engage et doit etre rembourse.
Bons greves.
Réponse de le 20/03/2018 à 19:53 :
Je fais la même lecture que vous, mais nous ne sommes pas nombreux.
a écrit le 20/03/2018 à 17:51 :
en language clair:

il va vendre en 2018 pour 10 milliards des actifs qui rapportent milliards par an de dividendes.

une fois vendu (et bien sur dilapidé dans la minute qui suit dans des nouveaux Areva...)
ou trouvera t´il les prochaines années les 4 milliards ?

bien sur dans les poches des 47 % de contribuables qui payent encore des impots en France....

car il ne faut pas s´attendre à ce que ces politiques fassent quoi que ce soit pour équilibrer un budget dans les 500 ans qui viennent...
Réponse de le 20/03/2018 à 19:55 :
Vous avez raison... l'exercice courageux est d'abord d'équilibrer le budget. Mais là, je ne vois pas comment cela va se faire, encore moins quand, et là, évidemment, la France va devenir rapidement un pays à risque où investir.
Réponse de le 20/03/2018 à 22:00 :
@roccovichi La France pays à risques, ça s' appelle allumer un contre-feux et l' Italie et l' Espagne ? L' ensemble représente un quart de la population européenne et les anglais qui brexitent ...?

Avec 1 millions de jeunes espagnols ont fuit le pays, la plupart pour le Brésil et font baisser les statistiques du chômage des jeunes...
L' Ue est cuite...
Réponse de le 21/03/2018 à 13:07 :
@ Bethelon

La France est encore la 2è économie en Europe mais elle se déclasse de plus en plus rapidement, et par elle-même, de la locomotive allemande depuis 15 ans. En effet, l'économie Française se rapproche maintenant davantage des économies italienne et espagnole.

Pour tout vous dire, l'Italie et l'Espagne ont fait des efforts considérables de réforme tant au niveau des déficits publics que de l'organisation du travail et des services l'État... mais au moins il se sont grouiller ! Comme vous l'avez constaté, les effets du Brexit sont loin d'être aussi calamiteux que beaucoup espérait, et la France essai encore d'en tirer profit mais c'est loin d'être très probant et extraordinaire à l'heure actuelle.

Dans les colonnes de la Tribune, on discute abondamment et avec ferveur de la désindustrialisation de la France, de son gigantesque déficit de commerce extérieur, de son endettement endémique, de son lourd déficit budgétaire, de son incapacité à dégraisser l'État et mettre en place des réformes sérieuses pour sortir la France de sa désuétude technocratique... ses éléments ont un impact direct sur l'attractivité de la France qui n'existe que dans l'imagination débordante et fantasmatique de ces énarques qui gouvernent ce pays depuis trop longtemps... la France qui est en train de devenir l'un des pays les plus inégalitaires d'Europe.
a écrit le 20/03/2018 à 10:48 :
"afin de"financer des recherches sur l'intelligence artificielle ou le stockage de données"

En parlant de données :

Les nuages s’amoncellent au-dessus de Cambridge Analytica (CA), le cabinet de conseil en communication politique, filiale de la société britannique de marketing Strategic Communication Laboratories (SCL), qui jongle allègrement avec la démocratie, la collecte de données et les coups tordus.

La chaîne britannique Channel 4 News a diffusé, lundi 19 avril, des images en caméra cachée, où l’on voit les dirigeants de Cambridge Analytica – dont Alexander Nix, son dirigeant – expliquer comment ils utilisent des pots-de-vin, d’anciens espions du MI5 et du MI6 ou des prostituées ukrainiennes, pour piéger des responsables politiques.Facebook a pour sa part admis, lundi, que Cambridge Analytica, travaillant pour la campagne électorale de Donald Trump en 2016, avait pu collecter les données privées de 50 millions d’utilisateurs du réseau social.

Le groupe a annoncé lundi avoir chargé une société spécialisée dans les enquêtes juridico-informatiques, Stroz Friedberg, de mener un audit global de Cambridge Analytica. Le cabinet d’analyses a accepté de donner à l’entreprise de cybersécurité l’accès complet à ses serveurs et systèmes.Selon l’hebdomadaire britannique The Observer, Cambridge Analytica a utilisé ces données, volées au début de 2014, pour concevoir un logiciel capable de prévoir et d’influencer les choix des électeurs et améliorer la visibilité et l’efficacité de la campagne électorale de Trump. Le journal cite le témoignage d’un des fondateurs de la société qui affirme que ce logiciel était capable de dresser un portrait des utilisateurs et de leur adresser des publicités ciblées.
a écrit le 20/03/2018 à 10:11 :
le flop de la privatisation de nos autoroutes ne les inspire guère ! ! seul compte leur apanage perso * mais celui qui précipite ses pas tombe !
a écrit le 20/03/2018 à 9:10 :
dernier refuge des incompétents.

Ce que Lemaire nous dit c'est qu'il est incapable de continuer à faire fonctionner des entreprises et d'en tirer un profit raisonnable.

Au passage on se doute bien qu'un agrégé d'Allemand qui n'a jamais tenu ne serait ce qu'un stand de confiserie à la fête patronale du village, est incompétent en matière économique. A sa place je remettrai ma démission.
a écrit le 20/03/2018 à 6:52 :
l'Etat il n'y a plus d'argent, les caisses sont vides.
Les gouvernements n'ont pas profites de recapitaliser er reformer leur dettes, au contraire, ils ont gaspille encore plus grace les interets bas artificielle.
Bientot Draghi ne peut plus favoriser exclusivement les pays du sud d'UE et doit augmenter les interets.
Voila le route au naufrage. Meme les pays du nord de l'UE saines ne peuvent plus vous sauver.
Votre monnaie future, le franc nouvelle, n'aura pas le valeur que du papier meme.
Bons greves.
Réponse de le 20/03/2018 à 9:36 :
ridicule
Réponse de le 20/03/2018 à 11:42 :
"l'Etat il n'y a plus d'argent, les caisses sont vides"Franchement ça m'étonnerait,l'état n'a jamais été aussi riche puisque les prélèvements sont a un niveau record..Sauf que l'argent s'évapore de plus en plus vite,onne sait pas toujours ou.
Réponse de le 20/03/2018 à 13:12 :
Revo, il faut être économe de son mépris vu le nombre de nécessiteux. Mais je ne sais si vous comprenez ce que j'écris....
a écrit le 19/03/2018 à 20:27 :
Cela me fait penser à ces aristos qui au début du XX siècle se sont mis à vendre les métairies de leurs domaines, puis leurs châteaux, leurs bijoux et fourrures ....et au final ils ne restent plus que leurs particules !!!!!
a écrit le 19/03/2018 à 20:16 :
et les barrages hydroélectriques, Monsieur Le Maire, que vous omettez soigneusement avec M. Hulot et pourquoi ?
a écrit le 19/03/2018 à 19:20 :
Macron n' est qu' à moitié responsable, il l' est parce qu' il s' est présenté comme candidat affirmé européiste aux élections présidentielles sans jamais évoquer les conséquences impactant la politique française et parce qu' il ne nomme pas la dépendance de tous les chefs d' état aux GOPE, en l' occurrence ici à l' obligation de souscrire à l' article 106 du TUE qui contraint d' ouvrir au privé ...
Appelons ça un péché par omission mais qui se révèle ici lourd, très lourd de conséquences pour les français quant à l' emploi et la qualité des prestations offertes dans les secteurs concernés, ici en l' espèce le cas de la SNCF.
https://www.upr.fr/actualite/ne-trompons-de-combat-mise-concurrence-destruction-de-sncf-consequence-directe-de-appartenance-a-lunion-europeenne
a écrit le 19/03/2018 à 17:57 :
Le gouvernement a décider de poursuivre une politique économique totalement irresponsable et de suivre les personnes du CAC 40 et de Bruxelles qui ne permet pas au peuple d'améliorer sa situation et de détruire le peuple a petit feu et de plus en plus

Alors personne ne se laissera faire
Personne ne se laissera écraser

C'est donc au peuple à s'organiser et à agir
a écrit le 19/03/2018 à 17:47 :
je doute que le gouvernement investisse utilement ailleurs.

en revanche, ces privatisations sont ni plus ni moins qu'une vente du patrimoine des français, un mouvement continuel qui me navre.
a écrit le 19/03/2018 à 17:13 :
Et qui rendra côté aux français des brasseries de l état???
Quand on voit ce qui c est passé pour certaines entreprises ou autoroutes j appelle cela de détournement pur et simple.
Quand nos commis ou élus rendront ils compte de leurs cupidités ou incompétences aux français.

Faut il aller dans la rue???? Idem pour les retraites ou les traitements inhumain des personnes dépendantes en sachant que nos sénateurs s augmentent de 50%
Nos hauts fonctionnaires s octroient des salaires de plus de 300 000 euros tout en habitant dans des palais dont tous les frais sont pris en charge par ces mêmes francais......sans qu on demande leurs avis.

Chez nous c est devenu une dictature
Macaron oubli qu il a été élu que par un tiers des français en Allemagne il n aurait pas pu gouverné

C est juste lamentable
Réponse de le 20/03/2018 à 7:03 :
Non, vous n'etes pas vraiment en dictature. Plutot dans une espece d'ancien regime matine de democrature qui ne dit pas son nom.
En bref, le peuple de France est dans de sales draps.
Une revolution ? Je n'y crois guere.
Tant que l'homme a de quoi manger. Il ne bouge pas.
Bon courage a tous.
a écrit le 19/03/2018 à 17:01 :
Lemaire veut relever le défi de faire"mieux" que Villepin qui avait bradé les autoroutes.
Si au moins c'était pour un mieux! mais avec ses capacité de gestionnaire il va se faire embobiner par les bonimenteurs des rétendues start-up. mieux vaudrait emprunter et rembourser avec les dividende d'ADP et FDJ mais cela ne plairait pas à Bruxelles qui fait tout pour spolier le patrimoine national au profit des financiers
a écrit le 19/03/2018 à 16:18 :
A tout ceux si attachés à ADP ou la Francaise des Jeux, ben prenez des actions quand ce sera privatisé (ou partiellement privatisé)
Réponse de le 19/03/2018 à 18:27 :
Nan!Si l'état français privatise,c'est qu'il sent que les marchés financiers sont a un plus haut et que les hausses des taux vont tout faire baisser.Ils vont vous cèder ces actions a prix d'or.Demandez aux gens qui ont acheté a la grande époque des privatisations(les socialistes) combien ils ont perdu(air france EDF france télécom bnp etc....)
a écrit le 19/03/2018 à 15:09 :
L'Etat a toujours été un mauvais patron ,ils ne savent pas gérer ,ce qu'ils savent faire c'est dilapider nos impôts
Réponse de le 19/03/2018 à 20:14 :
Un bon nombre de grandes entreprises privées vivent sur sur le dos de l'état avec les commandes publiques , les Bouygue, Dassault et les dirigeants d'eiffage,vinci, spi, thales etc... se sont fait des fortunes personnelles sur le dos des contribuables !!!
Réponse de le 19/03/2018 à 22:22 :
C'est trop vrai pour être dit publiquement... et encore pire, être écrit !
a écrit le 19/03/2018 à 14:17 :
Il faudra énormément investir dans l’intelligenre artificielle car la classe politique se repose de plus en plus sur ses acquis.
Quant au stockage de données et autres, c’est très discutable car ça fait longtemps que les politiques ont toute confiance dans nos amis suisses.
a écrit le 19/03/2018 à 14:04 :
La SNCF, pas plus que la Poste ou EDF n’ont vocation à rester des entreprises publiques qui correspondent à un monde et une vision idéologique d’une autre époque, celle de l’immédiat après-guerre. Plutôt que d’etre sur tous les fronts, on demande à l’Etat de se concentrer sur ses seules missions régaliennes et a les accomplir de façon efficaces au bénéfice des citoyens.
Réponse de le 19/03/2018 à 15:31 :
La question serait plutôt : en quoi des entreprises assurant les services vitaux d’un pays devraient-elles être privées ?

Dit autrement, en quoi est-ce légitime de confier à des intérêts privés (et donc différents de ceux du pays, permettant d’enrichir une minorité de privilégiés au détriment de tous les habitants du pays) de confier des infrastructures ou services vitaux d’un pays ?

Ça n’a aucun sens.

Le reste de votre message n’est que le poncif habituel de l’idéologie libérale dont on sait déjà où elle mène.
Réponse de le 19/03/2018 à 18:53 :
Pensez vous justifié le racket des péages d'autoroutes privatisées ? vous pouvez aussi évoquer les ppp -participations public privé - où l'état , c'est à dire le contribuable est spolié par des entreprises privées !!!
L'état devrait pouvoir garder un droit de regard , un contrôle sur les secteurs statégiques : défense, télécom, énergie , les grandes infrastructures ( autoroutes, aéroports, , ports.... et française des jeux ) car toutes ces sociétés et ces activités tombent dans l'escarcelle des copains !!!
a écrit le 19/03/2018 à 13:44 :
c'est plus de 4 MILLIARDS d'euros perçus de dividendes par l'Etat et ce chaque année. lemaire un incompétent s'apprête à vendre pour 10 mds (one shoot). pour ceux qui prendront la place de macron, (le plus tôt possible sera le mieux) ce sera plus possible de vendre ils auront déjà tout liquider en disant vous voyez le déficit avec nous??
a écrit le 19/03/2018 à 11:35 :
Pour ou contre, votre avis ne compte pas sur l'ouverture à la concurrence du rail comme sur les autres cadres de la privatisations puisque c' est l' UE qui décide via l' Art. 106 du TFUE et les GOPE ou directives européennes à la place des Français !
Ce qu' il nous faut c' est un retour à la nation et aux grands services publics.
a écrit le 19/03/2018 à 11:32 :
le gouvernement a décidé de se débarrasser de ses casseroles publiques que sont la sncf ratp la poste EDF... bonne nouvelle pour les finances de l'état et pour la société civile...
a écrit le 19/03/2018 à 11:18 :
toujours les memes vieilles recettes désastreuses.heureusement le ps semble de retour(70%aux dernières élections),il va pouvoir s'exprimer et infléchir la politique néo libérale du gouvernement
Réponse de le 19/03/2018 à 14:09 :
« Politique neo libérale «  qui n’est en fait qu’une politique sociale démocrate teintée libérale comme l’ont pratiquée Blair ou Schroeder il y a déjà quelques décennies !!!
Réponse de le 19/03/2018 à 15:06 :
vous confirmez ma première impression, vous ne comprenez pas ce que vous dites, un peu léger intellectuellement "le ps semble de retour" mais lrem c'est le ps déguisé mais poins sot et il se prend raclée après raclée aux partielles, ici le ps a gagné contre un ps.
a écrit le 19/03/2018 à 11:14 :
Pas besoin de s'appeler Le Maire et d'être sinistre des finances, je ferais la même chose payé moins cher, il suffit d'être à la botte de cette commission de m...e de Bruxelles qui détériore tout ce qu'elle touche avec l'accord de nos soit-disant dirigeants qui ne sont que ses godillots. Pourquoi ne pas vendre tout de suite la France à la Chine. Supprimer la présidence, les députés et autres parasites qui ne servent plus à rien si ce n'est que de faire couler le bateau.
Réponse de le 19/03/2018 à 12:53 :
oui tout va mal ce jour -
a écrit le 19/03/2018 à 10:37 :
La baisse des prix de 5% c'est la guerre économique. Il est patent que le ministre n'ayant jamais travaillé dans une entreprise, il ne peux comprendre la concurrence.
a écrit le 19/03/2018 à 10:10 :
Je ne vois pas l’intérêt de vendre au privé des entreprises qui sont bénéficiaires, c’est le cas d’ADP et de la française des jeux. C’est à croire que l’exemple de la cession des autoroutes n’a servi à rien.
Réponse de le 19/03/2018 à 15:33 :
Bien au contraire, cher monsieur.

Nos gouvernants ont bien compris que privatiser ce qui rapporte, ça permet de s’assurer que l’état va manquer d’encore plus de ressources, et de s’assurer que tout ce qui rapporte de l’argent n’en rapporte qu’à quelques riches privilégiés qui pourront se payer nos bien publics bradés.

L’état ayant moins de ressources, ils pourront continuer, à petits pas, à privatiser ce qui rapporte, et à détruire ce qui ne rapporte pas.

Leur seul but, au final, est de permettre à leur caste de s’enrichir au détriment du bien commun.
Réponse de le 19/03/2018 à 17:13 :
" C’est à croire que l’exemple de la cession des autoroutes n’a servi à rien"

Si , aux copains et juste avant une présidentielle ( 14/12/2011) :
L'économiste français Alain Minc, un des proches conseillers du président Nicolas Sarkozy, a été nommé président des autoroutes Sanef, a annoncé, mercredi, le groupe espagnol d'infrastructures et de services Abertis, maison mère de Sanef.
"Le conseil d'administration de Sanef, filiale française d'Abertis, a donné aujourd'hui (mercredi) son feu vert à la nomination d'Alain Minc comme nouveau président de la société, en remplacement de Pierre Chassigneux, qui prendra sa retraite après avoir occupé ce poste depuis 2003", a précisé le groupe dans un communiqué.
Alain Minc est déjà présent au conseil d'administration de deux entreprises espagnoles, la banque catalane CaixaBank et le groupe de médias Prisa, qui édite notamment le quotidien El País. Sanef (Société des autoroutes du nord et de l'est de la France) appartient à Abertis depuis sa privatisation en 2006.
a écrit le 19/03/2018 à 9:18 :
Il faut choisir.
- soit on augmente les prélèvements, voir CSG et autres… Cela ne plait à personne et on est arrivés au seuil de tolérance.

- soit on réduit les dépenses pour éponger la dette, ce qui semble quasi impossible à faire en France. Les gouvernements précédents n’ont rien fait, non pas en raison exclusive des syndicats (devenus aussi des boucs émissaires), mais cela semble être du à un reflexe conservateur général (maintenant transversal). Pour preuve, même la droite critique les réformes et semble miser sur le retour au terroir (le camembert et le pinard pour se mesurer aux GAFA et pour entamer un bras de fer avec les USA et la Chine, ils en tremblent déjà).

- soit on vend les meubles qui restent pour disposer de marges de manœuvre financières.
Dans ce cas, le gouvernement préfère investir l’argent dans d'autres relais de croissance. Ce qui est un pari mais il faut bien se positionner sur les secteurs en croissance et il est indéniable que la France a encore une carte technologique à jouer. Même si rien ne garantit que l'on aura des ratios aussi élèves (plus de 40 % de marge brute pour ADP, une progression constante du CA et avec le Brexit ADP pourrait passer à la première place en termes de nombre de voyageurs. Si c’est un groupe national qui accompagne la croissance…
Réponse de le 19/03/2018 à 9:47 :
Soit on sort de l' UE pendant qu' il est temps et on laisse l' Allemagne seule, grosse de 950 milliards de TARGETS se les prendre ..seule dans la tête ...https://www.upr.fr/actualite/le-graphique-qui-affole-les-europeistes-target-2-le-retour
Réponse de le 19/03/2018 à 21:09 :
La France a des choix très limités... si elle veut vraiment se relancer elle doit absolument faire des sacrifices qui n'ont jamais été faits auparavant. Je sais que plusieurs sur ce forum ont le cœur meurtrit de voir où la France est rendue en 2018... mais il fallait arrêter les somnifères il y a 45 ans.

Le Gouvernement actuel doit faire ce que jamais d'autres gouvernements ont voulu même tentés de faire depuis des décennies... tenter de vraiment remettre la France sur les rails... la France manque d'argents et a trop tendance à dépenser et à gaspiller pour garder le même train de vie qu'elle n'a plus la capacité de tenir depuis très très longtemps.

Alors, on augmente les impôts, on vend les bijoux de famille, on cède des participations d'entreprises, on continue à emprunter sur les marchés, on vend le Louvre et les Châteaux de la Loire, alors... on fait quoi... on revient 50 ans en arrière et vive le franc, ou encore, on demande un autre Plan Marshall auprès des Américains et des Chinois... parce que la France c'est quand même la France... une merveille, un joyau, une perle de l'humanité ?
a écrit le 19/03/2018 à 9:06 :
Pourquoi l’IA est appelé «  technologie de rupture »?
C’est une «  rupture » de communication ?
Une rupture de quoi ?

Il y a une «  volonté «  X d’endetter la France... et si c’était pas «  le bon choix cette technologie de rupture »

Quels sont les arguments qui confortent que l’IA est «  bénéfique «  pour tous et toutes , avant les intérêts de l’état car l’humain est plus important que l’économie ( c’est du bon sens)
a écrit le 19/03/2018 à 9:01 :
Et laisser les mafias d'oligarques réguler l'économie serait-il donc plus efficace la régulation démocratique ? Les faits nous montre pourtant à quelle point l'économie pâti du comportement des cartels... L'économie de marché n'est qu'une utopie quand les marchés sont manipulés.
a écrit le 19/03/2018 à 8:45 :
Une chance pour l'abandon de notre dame des landes, aéroport financé par le contribuables des milliards qui aurait été cédé gratuitement au privé ....
a écrit le 19/03/2018 à 8:41 :
Nos margoulins vendent les bijoux de familles à leurs copains, c'est honteux, nos politiciens nous pillent pour engraisser les riches, la française des jeux fait de juteux bénéfices il va falloir s'en passer pour le vendre à des milliardaires qui vont placer cet argent dans des paradis fiscaux.

Une belle bande de voyous qu'on a la encore, quand je pense à tout ces serviteurs qui nous affirmaient que le mac était signe de renouveau politique alors qu'il ne fait qu’appliquer des vieilles recettes biens pourries bien puantes on sait ce que l'on doit à ces médias qui décidément ne nous aiment pas.

Honnêtement, je ne sais pas si nous n'y aurions pas gagné, moins perdu en tout cas c'est sûr, avec Fillon à la place du mac, même le pire des droitards vaut mieux que le pire des sociaux démocrates..
Réponse de le 19/03/2018 à 9:43 :
Il ne s'agit pas d'engraisser les riches qui sont déjà bien dégraissés par des impôts spéciaux comme les droits de succession à 45% et l'IFI qui taxe leur épargne retraite, mais de créer de jeunes nouveaux riches français dont la fortune reste inconnue du public. Le premier d'entre eux est bien sûr ....
Le gouvernement va donc vendre des entreprises très rentables comme ADP et FDJ, sur les quelles de plus-values seront immédiates une fois qu'elles seront dégraissées de leur bureaucratie.
Réponse de le 19/03/2018 à 9:51 :
"Il ne s'agit pas d'engraisser les riches qui sont déjà bien dégraissés par des impôts spéciaux comme les droits de succession à 45%"

Vous mentez, les riches ont leur argent placé dans les paradis fiscaux dénué de tout prélèvement obligatoire qui fait que leurs enfant hériteront sans rien payer.

JE vous signale bien entendu sans rire le reste de votre messe autant servile qu'insipide.
Réponse de le 19/03/2018 à 9:52 :
La bureaucratie des boîtes privées est souvent pire que celle du publique, car en plus elle fait tout pour dissuader le client de ramener ses produits / faire une réclamation, etc. Comparez la Sécu avec les mutuelles ou assurances privées, il n'y a pas photo !
Réponse de le 19/03/2018 à 12:56 :
oui Fillon aurait été meilleur pour la France -
Réponse de le 19/03/2018 à 13:01 :
oui Fillon aurait été meilleur pour la France -
Réponse de le 19/03/2018 à 13:53 :
"oui Fillon aurait été meilleur pour la France"

Mais c'était pas le chouchou des riches, je suppose que le côté facilement manipulable du mac à du peser fortement dans la balance.

Fillon n'aurait jamais été aussi malléable par les marchés financiers.
a écrit le 19/03/2018 à 8:21 :
Et la braderie de la France continue...... pauvre France dirigée par des traitres qui n'ont qu'une idée en tète : la détruire !!!!!
a écrit le 19/03/2018 à 8:00 :
Que l'Etat se concentre sur ce qui relève vraiment de lui et laisse au privé, ce qui relève de la gestion des entreprises. La Française des Jeux ou ADP ne sont en rien des entreprises stratégiques pour la sécurité nationale. Tout le monde pleure sur le poids du secteur public ou para-public et sur l'inefficacité de l'Etat-actionnaire mais au moment de faire les réformes, on voit ressortir la mentalité communiste et étatiste des français.
Réponse de le 19/03/2018 à 9:47 :
si ADP et la FDJ étaient des entreprises dont la gestion était couteuse en termes de finances publiques ou de ressources humaines et de plus déficitaires, on pourrait comprendre que la question se pose.

Mais ce n'est pas le cas puisque ce sont des entreprises qui roulent toutes seules et sont bénéficiaires. Au passage, c'est probablement parce que Mr Lemaire ne s'en occupe pas qu'elles sont bénéficiaires.

La raison, étant donné l'état des finances publiques, voudrait que l'état garde les bénéfices à long terme des entreprises qu'elle possède encore.

Lemaire a une posture totalement idéologique et son discours est totalement idiot.
Réponse de le 19/03/2018 à 9:58 :
Quel blabla.
C'est vrai que la gestion de nos grands groupes privatisés est tellement bonne que l'on aurait tort de s'en priver (Alcatel bradé à Microsoft, Alstom devenu américain pour une part et allemande de l'autre, etc.).
a écrit le 19/03/2018 à 7:48 :
Il ne faut pas en rester là, l'état doit se défaire de TOUTES ses participations, y compris EDF, la Poste, la SNCF, la RATP. Et en consacrer les recettes au seul désendettement du pays. L'IA est une tarte à la crème dont on ne sait même pas exactement ce qu'elle recouvre exactement. Et si retard français il y a, ce n'est pas des injections d'argent public qui y changeront quoi que ce soit (qu'on se souvienne du flop des projets de cloud souverain financé par de l'argent public dans le cadre des PIA).
Réponse de le 19/03/2018 à 9:42 :
Il faut privatiser pour dépouiller les français et enrichir les copains du privé mais avec l' aval de qui, aux ordres de qui sinon ceux des GOPE bruxelloises ....?
Réponse de le 19/03/2018 à 10:00 :
Le genre de libéraux qui monte aux nues l'initiative privée et ses échecs, mais ne supporte pas l'échec de certaines initiatives publiques, pourtant bien plus rare !
Voilà le genre de merveille dans lesquelles les génies de la Silicon Valley dilapide l'argent de tous :
https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/actu/030526129816-la-start-up-juicero-jette-l-eponge-apres-avoir-fait-jaser-la-silicon-valley-312718.php
a écrit le 19/03/2018 à 7:44 :
Les privatisations sont un faux nez déjà largement mis en œuvre par le passé avec le résultat que l’on sait. Le seul vrai sujet à traiter pendant qu’il en est encore temps est celui des dépenses toujours structurellement supérieures aux recettes. Et pour le moment, rien de bien concret en vue. Dommage car « on ne prête qu’aux riches ». Il faudra s’en souvenir plus tard.
a écrit le 19/03/2018 à 6:47 :
J'espère qu'ils auront tout de même la courtoisie de nous laisser un slip jusqu'a la fin du mandat. A ce rythme là c'est pas gagné...
a écrit le 18/03/2018 à 22:05 :
Inutile de faire haro sur Macron et ses compagnons du gouvernement, ce sont les traités européens qui commandent les privatisations et l' ouverture au privé.
Une grande manifestation est prévue le 22, cette thématique sera à l' ordre du jour pour éclairer les participants.
a écrit le 18/03/2018 à 21:51 :
On a affaire à un escroquerie politique, jamais dans son programme Macron n' avait esquissé la privatisation de nos services publics au moment de l' élection présidentielle. Jamais ces sujets n' ont été évoqué dans son programme ni soumis à référendum.
Par conséquent où se trouve la légitimité de telles actions subreptices qui mettent les é-lecteurs devant le fait accompli et à postériori ?
Réponse de le 19/03/2018 à 16:14 :
Le loto c'est un service public? Grande nouvelle.
a écrit le 18/03/2018 à 21:28 :
A t-il le choix ? Les GOPE commandent sans possible échappatoire quand on a voté l' union européenne ..
https://www.upr.fr/actualite/europe/les-gope-grandes-orientations-politique-economique-feuille-route-economique-matignon
a écrit le 18/03/2018 à 21:14 :
Afin de pouvoir investir dans des technologies, il suffirait de plafonner les allocations familiales à 3 enfants maximum.
Réponse de le 19/03/2018 à 14:34 :
Mais jamais abordé
a écrit le 18/03/2018 à 20:57 :
C'est le privat des gaules.
a écrit le 18/03/2018 à 20:46 :
Vendre des monopoles ça conduit à faire tondre les français pour quelques choses qu’ils ont déjà payé
ADP gagne des fortune mais Le services est minable
Regardons plutôt ou sont passé les grands programmes d investissement de Sarko 35 milliards gérer par les mêmes énarques
a écrit le 18/03/2018 à 20:09 :
Trump protège, Poutine protège, Merkel protège, et nous on brade !
a écrit le 18/03/2018 à 19:55 :
Antenne 2 devrait être privatisée, cela permettrait de ne plus payer la redevance. Après tout, cette chaîne est comme les autres , elle utilise la publicité pour ses recettes.
a écrit le 18/03/2018 à 19:54 :
L'État Français pour financer certains projets inscrits dans son programme et qui sont souvent débattus sur ce forum, doit trouver l'argent quelque part... mais où ?
1) Augmenter les taxes et les impôts des particuliers et/ou des entreprises;
2) Opérer un refinancement de sa dette colossale avec des taux plus bas;
3) Faire de nouveaux emprunts et augmenter à long terme le fardeau de la dette;
4) Vendre des participations d'entreprises et en tirer un certain bénéfice, on l'espère;
5) Privatiser certains secteurs de l'économie Française.

Les marges de manœuvres de la France ne sont pas ceux de l'Allemagne... loin de là.
Réponse de le 18/03/2018 à 22:14 :
"les marges de manoeuvre de l' Allemagne"

L' Allemagne, là où la pauvreté explose, non mais quoi ?! C' est comme si vous infirmiez que l' UE n' a pas pris plus de deux millions de chômeurs en dix ans.
https://ruptures-presse.fr/actu/pauvrete-ue-allemagne-chomage/
Réponse de le 19/03/2018 à 20:19 :
@ Ciboulette

Les Allemands, que vous en déplaises, ont des atouts considérables:

1) des surplus gigantesques dans leur balance commerciale;
2) un taux de chômage de moins de 4% pour 9% en France;
3) un déficit public de 65% du PIB contre 97% pour la France.

Qu'est-ce que vous ne comprenez et qu'il faudrait vous expliquer ?

L'Allemagne peut, par exemple, baisser les impôts des particuliers comme des entreprises, hausser significativement le salaire minimum, investir des dizaines de milliards dans ses infrastructures, et même, faire un ''mix'' de tout ça...

Les Allemands vivent nettement en deçà de leurs moyens... et les Français exactement le contraire.
Réponse de le 19/03/2018 à 22:28 :
@ Choumi

Le vrai sujet c'est que la France vit nettement au-dessus de ses moyens depuis fort longtemps... que vous parliez de justice et d'égalité ça ne me fait même pas rire... les Français empruntent depuis longtemps pour payer l'épicerie... le déficit augmente (encore et encore) année après année (et continuera d'augmenter) ça ne vous dit rien du tout, un leurre peut-être..?

Vous avez la tendance, comme beaucoup d'autres, de jeter la faute de cette gabegie innommable sur tous ceux qui passent sous vos yeux pour en rejeter la faute... c'est bien commode et irresponsable... vous aimeriez que l'Allemagne, l'UE, la Zone Euro vous viennent en aide pour éponger encore et encore l'ineptie de la gestion des fonds publics Français...

Faudrait-il engager un cortège de pleureuses qui feront de leur mieux pour pleurer la mort lente de la France, là où Maastricht, Bruxelles et Francfort sont les vilains de l'histoire... et où la France baisse encore la culotte.
a écrit le 18/03/2018 à 19:26 :
Ok, c'est comme d'abitude. La droite brade a prix cassé le patrimoine qui appartient a l'état (a tout les français).

Ce qui est nouveau, c'est que l'argent récolté sera aussi donné a ceux qui ont profité.

Tu m'étonne que les "investisseurs" reviennent en France... Surtout que que le score de bernard doit bien être aléchant.
a écrit le 18/03/2018 à 19:07 :
Entre ministre de l'agriculture et ministre de l'économie il y a un gap que certains ne parviennent pas à franchir. Le Maire en fait partie. Il a atteint son seuil de Peter.
a écrit le 18/03/2018 à 18:51 :
Le problème de cette stratégie c'est que cela privera l'Etat des dividendes de ces entreprises. Alors autant se servir de cet argent pour désendetter l'Etat non?
Réponse de le 18/03/2018 à 20:17 :
Désendetter la France serait tout à fait la chose à faire... mais sommes-nous vraiment dans un pays discipliné, rationnel et mature ?
Réponse de le 18/03/2018 à 21:08 :
@wempochi Vous parlez de payer toujours plus à ceux qui ont endetté la France, c' est bien ça ..?
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/213182-dette-publique-et-loi-rothschild-le-silence-des-medias.html
Réponse de le 18/03/2018 à 22:11 :
@ Chandiou

Je comprends mal votre désarroi... qui (?!) à payé plus à ceux qui ont endetté la France... vous voulez rire (j'espère) ! La France s'est endetté elle-même, sans l'aide d'influences étrangères, sans la spéculation des fonds d'investissements étrangers, seulement à cause de sa paresse endémique, de son incapacité à se prendre en main, seulement parce que le pouvoir politique est incompétent, paresseux, lâche et peu enclin à la dignité.

La France est un pays très mal géré et très endetté... et qui est soumis à des pressions importantes et difficiles sur le taux de change de l'euro, sur son endettement colossal et irrépressible, sur la toujours incapacité des ''gouvernements'' mous et laxistes, depuis au moins 40 ans, à avoir des budgets plus ou moins équilibrés (ce qui veux dire plus ou moins et encore moins déficitaires)... alors, qu'est-ce que vous proposez (?!) un plus bel endettement de la France qui croule déjà sous des dettes qui datent de plusieurs générations... alors, qu'est-ce que vous voulez exactement... payez plus d'impôts... vous morfondre dans un idéal désuet et sans avenir... La France doit se prendre vraiment en mains... et prendre des décisions difficiles, cruelles (pour certains) mais courageuses pour ceux qui ont un peu de pugnacité et de ténacité pour voir prendre le contrôle de leur avenir... si cela est encore dieu possible.
Réponse de le 19/03/2018 à 9:38 :
@wempochi 22.11 je crois que vous ne savez pas ouvrir une PJ, commencez par là et revenez dans le débat. Le sujet est, on a demandé à Bercy de remettre l' emprunt aux banquiers privés et légitimé de fait les budgets en déficit, là comme ailleurs...
C' était une volonté délibérée des états de préparer l' emprunt ou création de la dette à une entreprise exogène, ici la BCE et le post Maastricht plaçant le déficit sous contrôle de l' UE lequel a alimenté ce déficit en rackettant les pays composant cette engeance ...

Dès lors la boucle était bouclée, les pays paupérisés se sont retrouvés ruinés, les emplois délocalisés à l' est pour des salaires à trois sous au seul bénéfice de l' Allemagne et de ses petites mains de l' arrière -pays, les déficits ayant très vite explosés pour rembourser des intérêts indus et par effet boule de neige, alimenter la dette.
Au casino, on appelle ça une martingale de celles que Chirac lucide avait alors anticipé.

https://www.youtube.com/watch?v=0bkFV-j3Nz0
Réponse de le 19/03/2018 à 9:51 :
La dette des uns est la richesse des autres si j'en crois le creusement abyssal existant entre les économies des zones euros Nord et Sud (pour la France, l'Euro est surévalué, c'est un fait). Avec ces mesures je ne vois pas le début d'un commencement d'une politique de désendettement, se sont plutôt des mesures ultralibérales. Pour mémoire la France n'avait plus de dettes en 1965, elle fut réactivée par la privatisation de la création monétaire de 74, je crois, (loi Pompidou Rothschild comme par hasard et ce mot n'existe pas en politique). Je souhaite me tromper mais je crains que nous allons vers une méga crise financière du type 1929 par l'imprévoyance de nos politiques. Revenons à la France telle qu'elle est dans un monde tel qu'il est.
Réponse de le 19/03/2018 à 12:31 :
@ wemopachi
Une dette qui représentait 16 % du PIB en 1974, représente 96,5 % en 2016
Entre 2008 et 2015, la dette publique française est passée de 68 % à plus de 97 % du produit intérieur brut (PIB).
Les dépenses de l’état sont stables depuis 30 ans par rapport au PIB.
Les dépenses de l’État français ont en fait régressé en proportion du PIB depuis les années 1980.
En effet, les dépenses de l’État sont certes passées de 101 milliards € en 1980 à 463 milliards € en 2014 (Source : Insee.).
Mais, en part du PIB, elles sont en fait restées stables, avec même une tendance à la baisse ces dernières années.
Ainsi, en 1985, les dépenses de l’État représentaient 24,8 % du PIB. En 1990, la proportion était de 22,2 %, et de 22,5 % en 2000. Et en 2012, elles redescendent à 21,6 % du PIB. Elles sont restées au même niveau en 2014.
Malgré, la maîtrise des dépenses, la dette a augmenté, et si la dette a augmenté, c’est à cause de trois raisons principales :
L’État a multiplié les exonérations pour les ménages aisés et les grandes entreprises.
Les exonérations aux plus riches ont fait baisser les recettes de l’État qui ont chuté de 5 points dans le PIB en 30 ans.
En 1980, les recettes en impôts et cotisations sociales qui arrivaient dans les caisses de l’État représentaient plus de 20 % du PIB français. Le chiffre est retombé à 18 % dans les années 1990, et à environ 16 % depuis 2010.Le budget pour 2016 poursuit cette tendance.
Ainsi, de 1980 à aujourd'hui les recettes ont chuté de plus 4%.
Si la dette a augmenté c’est à cause de trois raisons principales :
Les exonérations aux plus riches ont fait baisser les recettes de l’État qui ont chuté de 5 points dans le PIB en 30 ans.
En 1980, les recettes en impôts et cotisations sociales qui arrivaient dans les caisses de l’État représentaient plus de 20 % du PIB français. Le chiffre est retombé à 18 % dans les années 1990, et à environ 16 % depuis 2010.Le budget pour 2016 poursuit cette tendance.
Ainsi, de 1980 à aujourd'hui les recettes ont chuté de plus 4%.
En parallèle du plan de réduction globale des dépenses publiques, le budget prévoit plusieurs allégements fiscaux supplémentaires pour les entreprises, notamment le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE]) et les mesures du pacte de responsabilité, et l’emploi (CICE]) et les mesures du pacte de responsabilité, le tout pour 33 milliards
Ainsi, si l’État avait préservé ses recettes au lieu d’organiser ses déficits, la dette publique serait aujourd’hui inférieure de 24 points de PIB. Soit 488 milliards € de moins.
D’autre part la dette actuelle est composée essentiellement du cumul d’intérêts qui augmentent mécaniquement. Mais le principal des encours est toujours remboursé en temps et en heure. Pourquoi croyez-vous que les investisseurs soient toujours intéressés par nos dettes ? .
A revoir une excellente émission, autour de 6 économistes d’obédiences différentes, une émission de FR3 de 2012 plus que jamais d’actualité. Origine de la dette, mécanisme de la dette, histoire de l’évolution de la dette depuis 1970, solutions et projection, https://www.youtube.com/watch?v=-SIcOG1LY8k
Réponse de le 19/03/2018 à 20:55 :
@ Charly10

Votre commentaire est intéressant.

Mais la réalité est que l'État Français est dans une spirale déficitaire et que l'argent ne se trouve pas dans les arbres. Baisser les impôts des individus et des entreprises est une stratégie largement utilisée en Amérique du Nord car elle consiste à croire, à tort ou à raison, que ceux qui ont le plus de liquidités discrétionnaires à investir vont le faire... là-dessus, je ne connais aucun économiste sérieux qui est prêt à mettre sa crédibilité en doute pour soutenir cette théorie, mais bon elle a de nombreux adeptes.

Mais vous savez, la vraie solution est de dégraisser vraiment l'État... et tout le monde sait très bien sur ce forum (sinon intuitivement, et je l'espère) que l'État Français (avec ses multiples paliers de fonctionnaires inutiles et sa bureaucratie toute soviétique) est souvent contre-productif et, disons-le, extrêmement coûteux.

Je sais que beaucoup ne veulent ni le voir et ni l'entendre... mais encore un gouvernement Français essai de s'attaquer au mastodonte superfétatoire qu'est l'État Français.

Et, pour terminer, je dirais que l'État devrait absolument s'abstenir de se laisser aller à ''investir'' dans quoi que ce soit de compétitif, d'efficace ou d'innovant sur la scène européenne ou internationale... elle n'a réussi qu'à créer de faux géants aussi patauds que ridicules. La France doit s'aligner sur l'Europe si elle veut rester et survivre comme Nation.
a écrit le 18/03/2018 à 18:42 :
Sinon ya le protectionnisme. Mais ça voudrait dire privilégier les intérêts de la France. Concept qui est étranger à 99,9% de la classe politique.

Merci bruno t'es un champion.

Et PS : Pour l'article où il nous parle de la SNCF, garder ce grand et beau service public pour les Français. Ca va le mensonge ? xD Elle va être privatisée alors le service public t'es mignon mais ya une limite à l'indécence. Et vous l'avez franchie depuis longtemps.
a écrit le 18/03/2018 à 18:24 :
Que le gouvernement vende ses participations dans les entreprises est une bonne chose. Qu'il denationalise le serait également. Mais qu'il se mêle d'investir, alors la non! Nos ministres sont incapables, depuis quarante ans, de proposer un budget excedentaire, et, comme les collectivités locales confondent dépenses et investissement.
Réponse de le 18/03/2018 à 20:13 :
Je suis tout à fait d'accord avec vous. La France est en constant DÉFICIT... faut-il le dire, le redire et le chanter en cantique et en psaume gaélique pour que les citoyens Français en comprennent un traître mot ?!

Que l'État se commette dans des ''investissements'' ça c'est encore bien plus inquiétant que les comètes qui tombent sur la terre, Donald Trump, les trous noirs ou l'invasion des extra-terrestres... mais il y a pire !!!

Il y a les traducteurs Français qui nous infligent leur incompétence et leur ignorance... encore une plaie pour l'humanité.
a écrit le 18/03/2018 à 17:59 :
Des privatisations a la grecques pour combler le déficit causer par notre appartenance a l'UE de Bruxelles et a l'euro qui est une monnaie que l'on loue et qui ne nous appartient pas!
a écrit le 18/03/2018 à 17:59 :
Et bien voilà ! On la dépense finalement la cagnotte fictive, ou d'un autre point de vue non officiel: on garde la cagnotte fictive en restant à 2.7 de déficit mais à côté on dépense dix milliards d'actifs de l'état pour des "start up" qui seront comme d'habitude très vite "down". En clair on augmente la dette de dix milliards, soit deux fois la cagnotte fictive ! Ils sont forts !
a écrit le 18/03/2018 à 17:52 :
Au lieu de d'investir l'argent des privatisations dans des projets incertains et fumeux (mais aussi pour boucler les frais de fonctionnement du budget mais cela, il se garde bien de le dire), il serait très souhaitable d'utiliser cet argent pour rembourser la dette.
Cordialement
Réponse de le 18/03/2018 à 19:44 :
Je suis parfaitement d'accord... sauf, si je ne m'abuse, le gouvernement doit trouver de l'argent neuf pour financer certaines promesses électorales. :-)
Réponse de le 18/03/2018 à 20:49 :
Vous mettez le doigt sur une plaie béante et que la plupart des Français ne veulent pas voir... l'État pourvoyeur soigne ses ouailles, les protègent de l'adversité et de la brutale réalité... L'État soigne ses enfants pleurnichards.

Vous croyez vraiment que les Français veulent participer à l'avenir... Ce qu'ils veulent c'est leur propre bien-être individuel, ils sont athée de tout, ils veulent que ce qui les arrangent individuellement, le reste ils s'en fous... les 67 millions de France veulent leur France à eux-même... individuellement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :