Le moral des chefs d'entreprise plombé par la quatrième vague

Face à la recrudescence de l'épidémie, le moral des chefs d'entreprise a chuté de 12 points au mois de juillet par rapport à juin, selon la dernière Grande consultation des entrepreneurs réalisée par OpinionWay pour CCI France, La Tribune et LCI.
La quatrième vague de l’épidémie met un coup d’arrêt à l’amélioration du moral des
dirigeants d’entreprise.
La quatrième vague de l’épidémie met un coup d’arrêt à l’amélioration du moral des dirigeants d’entreprise. (Crédits : Reuters)

La quatrième vague de l'épidémie, liée à la folle vitesse de propagation du variant Delta, met un coup de plomb dans l'aile du moral des chefs d'entreprise. Selon la dernière Grande consultation des entrepreneurs (GCE) réalisée par OpinionWay pour CCI France, La Tribune et LCI, l'indice qui mesure l'optimisme chez les dirigeants a atteint 96 points en juillet contre 108 en juin, soit une chute de 12 points en un mois.

Après avoir atteint le mois dernier un niveau inédit depuis octobre 2019, la confiance dans les perspectives économiques sur les 12 mois à venir s'amoindrit. Néanmoins, malgré cette baisse de moral, une large majorité des dirigeants reste tout de même confiante pour son entreprise (73% dont 18% très confiants). Près d'un tiers craint d'avoir du mal à maintenir une trésorerie saine à la rentrée de septembre.

La crise des approvisionnements dure

D'autre part, les tensions sur les approvisionnements de composants et de matières premières semblent s'inscrire dans le temps. Alors que le secteur du transport de marchandise international est fortement perturbé depuis le début de la crise, près d'un tiers des dirigeants s'attend à connaître encore des difficultés d'approvisionnement, dont 17% des difficultés importantes. Les dirigeants des entreprises du secteur de la construction sont particulièrement inquiets pour l'approvisionnement en matières premières. Cette crise est due à un déséquilibre entre une reprise très forte post-confinement depuis avril, doublé d'un effet de restockage, tandis que les capacités de production ne sont pas dimensionnées pour une telle demande. Toutefois, seul un dirigeant sur cinq redoute de faire face à des difficultés dans la gestion des stocks.

La pénurie de main-d'œuvre

Outre les difficultés d'approvisionnement, pour une partie des dirigeants des entreprises comptant au moins un salarié, la gestion des ressources humaines est aussi un point de vigilance. La réouverture s'accompagne en effet d'une pénurie de main-d'œuvre de travailleurs qualifiés, et plus d'un tiers des chefs d'entreprises anticipe des difficultés à la rentrée de septembre. Près de la moitié des entreprises du bâtiment, 41% des entreprises du secteur des services et un quart des firmes industrielles peinent à recruter des travailleurs, a montré la dernière enquête de la Banque de France. En particulier, les entreprises comptant au moins 10 salariés se montrent plus inquiètes pour la gestion des ressources humaines (52% contre 36% pour les entreprises plus petites).

La crise qui n'en finit plus impacte les salariés

Enfin, de manière plus générale, après un an et demi de crise du Covid-19, la moitié des dirigeants estime que ses collaborateurs sont plus fatigués, et 40% estiment que leurs collaborateurs sont plus stressés qu'avant la crise. Et pourtant, les chefs d'entreprises témoignent d'une implication plus forte de leurs équipes, avec plus d'investissement de leur part, plus d'initiatives et une meilleure performance.

Les chefs d'entreprises, qui préparent également la rentrée, réfléchissent à l'organisation et au maintien ou non du télétravail, si la situation sanitaire s'améliore. Plus d'une entreprise sur cinq continuera à pratiquer le télétravail, et 15% d'entre eux, qui ne pratiquaient pas du tout le télétravail avant la crise envisagent désormais de le maintenir. Près d'une entreprise sur cinq continuera aussi de privilégier les visio ou audio-conférences pour les rendez-vous externes. Sans grande surprise, les entreprises de services sont les plus nombreuses à vouloir pérenniser une part de télétravail : 29% soit au moins 10 points de plus que dans les autres secteurs. D'autre part, plus les entreprises sont grandes, plus elles envisagent de continuer à proposer cette pratique à leurs équipes à la fin de la crise sanitaire. Ainsi 43% des entreprises d'au moins 10 salariés le prévoient contre 17% de pour celles comptant 1 à 9 salariés.

Les dirigeants favorables à la vaccination

Mais le retour à la normale dépendra de l'impact de la quatrième vague sur les entreprises. Pour faire face à la flambée épidémique, 60% des dirigeants d'entreprise sont favorables à une forme de vaccination obligatoire en entreprise.

Lire aussi 3 mnVaccination obligatoire : des maires ruraux sont pour, les syndicats se divisent

Enfin, les chefs d'entreprises se sont également exprimés sur la mise en place de la nouvelle réforme du congé paternité depuis le 1er juillet. Sa durée a plus que doublé (de 11 à 25 jours) pour le père, ou le second parent, d'un enfant à naître ou adopté, pour tous les salariés, quel que soit leur contrat de travail. Les dirigeants ont bien accueilli cette évolution, puisque 8 sur 10 considèrent que "c'est une bonne chose" et 6 sur 10 estiment que cela favorisera la parité hommes-femmes dans les entreprises. Néanmoins, 76% d'entre eux estiment que la durée suffit et qu'elle ne devrait pas être étendue au-delà de 25 jours.

_____________________

Méthode : Étude réalisée auprès d'un échantillon de 613 dirigeants d'entreprise. La représentativité de l'échantillon a été assurée par un redressement selon le secteur d'activité et la taille, après stratification par région d'implantation. L'échantillon a été interrogé par téléphone du 8 au 19 juillet 2021.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 24/07/2021 à 10:21
Signaler
Je suis vacciné mais contre le pass sanitaire de la clique d'incompétents macronistes, qui est une veritable boite a pandore. Donc je stoppe ma consommation (restos, theatres, cinemas, centre commerciaux) en passant par des sites internets etranger...

à écrit le 24/07/2021 à 9:53
Signaler
Les chefs d entreprises manquent de clairvoyance un comble pour des managers d hommes et de décision… bien que vacciné complètement je n’ ai jamais enlevé le masque ou les gestes barrières… autour de moi j ai. 4 personnes qui ont le variant dont 1 ho...

à écrit le 24/07/2021 à 6:36
Signaler
Pareil que Panoramix : Il n'y a aucune quatrième vague, tout cela est du pipeau

le 24/07/2021 à 9:50
Signaler
C est vous le pipeau russe ou chinois allez polluer les sites internet.. à oui vous ne pouvez pas ou aller finir au goulag ou dans les comptes de «  rééducation » chinois

le 24/07/2021 à 9:51
Signaler
C est vous le pipeau russe ou chinois allez polluer les sites internet.russe ou chinois . à oui vous ne pouvez pas ou aller finir au goulag ou dans les camps de «  rééducation » chinois

à écrit le 23/07/2021 à 8:59
Signaler
Je ne sais pas d ou vous sortez ce chiffre ??? A mi juillet moins de la moitié des français sont complètement vaccinés … et ce gouvernement en n’ est pas forcément responsable … c est l immaturité et l égocentrisme individualisme de certains qui en s...

à écrit le 23/07/2021 à 8:59
Signaler
Je ne sais pas d ou vous sortez ce chiffre ??? A mi juillet moins de la moitié des français sont complètement vaccinés … et ce gouvernement en n’ est pas forcément responsable … c est l immaturité et l égocentrisme individualisme de certains qui en s...

à écrit le 23/07/2021 à 7:35
Signaler
Quelle 4e vague ? Y a pas de 4e vague, 60% des français sont vaccinés. C'est le plus grand spécialiste qui l'a dit. Veran qu'il s'appelle.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.