Nice, Avignon, Djeddah... Vigipirate passe au niveau "urgence attentat" sur la France entière

Quelques heures après l'attaque qui a fait trois morts à Nice, le Premier ministre Jean Castex annonce que l'ensemble de l'Hexagone est passé au niveau "urgence attentat". Peu de temps avant l'attentat de Nice, à Avignon, un homme armé était abattu par la police après avoir menacé des passants. Par ailleurs, la représentation diplomatique de la France à Dejeddah, en Arabie Saoudite, a été attaquée, mais l'assaillant armé d'un couteau a été maîtrisé et arrêté. Malgré de vives tensions entre la France et la Turquie, celle-ci vient d'aussitôt condamner l'attentat de Nice, se disant solidaire du peuple français contre la violence et le terrorisme.
Ce jeudi 29 octobre, quelques heures après l'attaque au couteau à l'église Notre-Dame de Nice, le président français Emmanuel Macron était sur les lieux de l'attentat en compagnie du maire de Nice Christian Estrosi (ici, à sa gauche, bouleversé).
Ce jeudi 29 octobre, quelques heures après l'attaque au couteau à l'église Notre-Dame de Nice, le président français Emmanuel Macron était sur les lieux de l'attentat en compagnie du maire de Nice Christian Estrosi (ici, à sa gauche, bouleversé). (Crédits : Reuters)

Le plan Vigipirate en France est porté au niveau "urgence attentat" sur l'ensemble du territoire national, a annoncé jeudi le Premier ministre, Jean Castex, quelques heures après l'attaque qui a fait trois morts à Nice.

"La réponse du gouvernement sera ferme, implacable et immédiate", a dit le chef du gouvernement à la tribune de l'Assemblée nationale.

Il a jouté:

"J'ai d'ores et déjà décidé de porter le plan Vigipirate au niveau 'urgence attentat' sur l'ensemble du territoire national"(...) "Le président de la République a convoqué un conseil de défense et de sécurité nationale pour demain matin."

Trois personnes, deux femmes et un homme, ont été tuées dans une attaque présumée terroriste à l'arme blanche vers 09h00 (08h00 GMT) en plein coeur de Nice. Le parquet national antiterroriste s'est saisi de l'enquête.

Le président français Emmanuel Macron s'est aussitôt rendu à Nice sur les lieux de l'attentat avec le maire de Nice Christian Estrosi.

Nice, Avigon, Dejeddah...

Un assaillant armé d'un couteau s'écriant "Allah Akbar" a décapité une femme et tué deux autres personnes dans une attaque présumée terroriste survenue jeudi matin en plein coeur de Nice, où s'est rendu le président Emmanuel Macron.

Quelques heures avant, un homme muni d'une arme de poing a été abattu par la police à Avignon après avoir menacé des passants.

Un homme a par ailleurs été arrêté à Djeddah, en Arabie saoudite, après avoir attaqué, armé d'un couteau, un vigile du consulat de France, a annoncé l'ambassade de France à Ryad.

Deux semaines après l'assassinat de Samuel Paty

L'attaque à Nice intervient deux semaines seulement après l'assassinat de Samuel Paty, professeur de collège décapité par un réfugié d'origine tchétchène quelques jours après avoir montré en classe des caricatures de Mahomet.

À la suite à cet assassinat, plusieurs médias français ont publié des caricatures du prophète, suscitant des critiques voire de la colère dans une partie du monde musulman où des appels au boycott de produits français ont été lancés.

Lire aussi : Caricatures et boycott des produits français: Macron appelle à l'unité face aux tensions avec le Moyen-Orient

Ce jeudi, le Conseil français du culte musulman (CFCM), en signe de deuil et de solidarité avec les trois victimes de l'attentat de Nice, a appelé les musulmans de France à annuler les célébrations de la fête de la naissance du prophète (Mawlid), prévues ce jour.

L'attaque de Nice

L'attaque s'est produite vers 9h00 à la basilique Notre-Dame, située avenue Jean Médecin, la principale artère commerçante de Nice.

Deux femmes et un homme ont été tuées par un assaillant qui a été blessé et interpellé par les forces de l'ordre peu de temps après.

"Il ne fait aucun doute [sur le sens du geste] de l'auteur de ces actes, qui n'a cessé de répéter en boucle devant nous 'Allah Akbar' alors qu'il était médicalisé sur place", a déclaré le maire de Nice, Christian Estrosi.

Selon une source policière, l'attaquant, grièvement blessé, est un homme d'une vingtaine d'années qui a dit s'appeler Brahim mais n'avait pas de papiers d'identité sur lui. Ses empreintes ont été relevées pour identification, a ajouté cette source.

Le parquet national antiterroriste a ouvert une enquête de flagrance pour assassinat en relation avec une entreprise terroriste, tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle.

Selon une autre source policière, une femme de 70 ans a été décapitée lors de cette attaque et un homme a succombé après avoir été frappé à la gorge ou égorgé.

La troisième victime, une femme qui avait pu se réfugier dans un bar voisin de l'église, est décédée des suites de ses blessures.

Un des victimes était le sacristain de la basilique, un homme de 45-50 ans, père de deux enfants, a déclaré à Reuters le père Gil Florini, curé à Nice.

"Il faisait très bien son métier de sacristain, c'était quelqu'un de très gentil. Il avait juste ouvert l'église, il n'y avait pas d'office", a-t-il ajouté.

Une réunion de crise s'est tenue au ministère de l'Intérieur, place Beauvau à Paris et le président de la République Emmanuel Macron s'est rendu sur place à Nice.

La ville a déjà été frappée le 14 juillet 2016 par un attentat au camion sur l'emblématique promenade des Anglais qui avait fait 86 morts et 458 blessés.

"Trop c'est trop, il est temps maintenant que la France s'exonère des lois de la paix pour anéantir définitivement l'islamo-fascisme de notre territoire", a déclaré Christian Estrosi.

À Avignon, un homme armé abattu par la police après avoir menacé des passants

Peu de temps après l'attentat de Nice, ce même jeudi 29 octobre, à Avignon, un homme muni d'une arme de poing a été abattu par la police après avoir menacé des passants, a déclaré un porte-parole de la police.

L'incident s'est produit dans le quartier de Montfavet, dans la préfecture du Vaucluse.

La police a fait des sommations puis tiré avec un LBD (lanceur de balles de défense) et enfin à balles réelles quand le suspect s'est dirigé vers les policiers en les menaçant, a-t-on précisé de même source.

La Turquie condamne l'attentat de Nice, se dit solidaire de la France

Le ministère turc des Affaires étrangères a fermement condamné jeudi dans un communiqué l'attentat de Nice, ajoutant que la Turquie était solidaire du peuple français contre la violence et le terrorisme.

Les tensions sont vives entre la France et la Turquie depuis que le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a condamné les propos d'Emmanuel Macron défendant le droit à la caricature, y compris de Mahomet, en France après l'assassinat du professeur d'histoire-géographie Samuel Paty le 16 octobre dernier.

Trois personnes, deux femmes et un homme, ont été tuées dans une attaque présumée terroriste à l'arme blanche jeudi vers 09h00 (08h00 GMT) en plein coeur de Nice. Le parquet national antiterroriste s'est saisi de l'enquête.

(avec Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 30/10/2020 à 20:52
Signaler
L'intérieur a dit, je cite "La France... abrite la plus grande communauté musulmane d’Europe...". Ben voilà

à écrit le 30/10/2020 à 18:14
Signaler
Un puissant séisme frappe la côte turque en ce moment.La secousse s’est produite en mer Egée, au large de l’île grecque de Samos. La ville turque d’Izmir a notamment été touchée. Plusieurs victimes sont déjà à déplorer

à écrit le 30/10/2020 à 14:51
Signaler
on condamne ERICK ZEMOUR pour incitation à la haine et on glorifie charlie hebdo pour les caricatures !!!!!!!! quelle honte MR MACRON la liberte d'expression OK mais pas la provocation Dans une république notre liberté s'arrête ou celle des autre ...

le 31/10/2020 à 20:53
Signaler
Désoler de pas être en accord avec vous pour plusieurs raison même si je partage aucune des idées de ce président : - que Macron mette le feu dans les pays musulmans par ces dires ne justifie et accorde pas le droit de tuer un tier pour ça... ...

à écrit le 30/10/2020 à 13:58
Signaler
La police judiciaire d’Angers a-t-elle mis le doigt sur une énorme escroquerie de la part d’un imam salafiste ? Europe 1 révèle que l’ancien imam de la mosquée d’Allonnes, près du Mans dans la Sarthe, a été placé en garde à vue, alors que son ex-comp...

à écrit le 30/10/2020 à 11:06
Signaler
On nous monte tout "en neige" au point que le doute et la confusion s'installe sur la politique suivie par "nos politiques"! Si l'unité des français doit se faire ce ne sera pas dans l'union!

à écrit le 30/10/2020 à 10:08
Signaler
Un dingo a Monfavet ! Quoi de plus normal, Montfavet et son hp specialise dans la dinguerie.

à écrit le 30/10/2020 à 8:21
Signaler
combien de temps et de victime pour que des mesures sérieuse soit prise pour endiguer cette spirale il est grand temps de reagir pour confiné c'est facile mais pour faire respecter la france rien il est temps de faire taire ceux qui menace la fra...

à écrit le 29/10/2020 à 23:58
Signaler
Avignon est un contre exemple. L'homme menaçant abattu par la police était un militant d'extrême droite qui portait des insignes qui l'ont identifié comme un membre d'un groupuscule proche des identitaires. Je sais que l'heure est à la détestation...

à écrit le 29/10/2020 à 20:21
Signaler
Le journal il Corriere della Sera a expliqué que l homme est un tunisien migrant arrivé à lampedusa île en face de la Tunisie grâce au bateau de medecin sans frontière, signalé à bari et maintenant en France à Nice. que la presse française dise la...

le 30/10/2020 à 13:27
Signaler
Souvenir: Les 353 personnes sauvées en Méditerranée par le Sea Watch 4 devraient arriver ce mercredi 2 septembre au port de Palerme en Sicile. Elles seront alors transbordées sur un navire affrété par les autorités italiennes pour être mises en qu...

à écrit le 29/10/2020 à 19:36
Signaler
Bien protégé derrière ses cordons de CRS, Macron a provoqué les islamistes sans se donner les moyens diplomatiques, policiers, militaires et juridiques de protéger les Français ! Quant à la "solidarité européenne" et à la "solidarité de l'Otan" , ...

à écrit le 29/10/2020 à 19:17
Signaler
Désole pour vous mais Avignon est un contre exemple. L'agresseur avait menacé un commerçant de type maghrébin avant d'être abattu et les enquêteurs ont découvert que sa veste était siglée "defend europe", qui est une émanation du groupement d’extrêm...

à écrit le 29/10/2020 à 18:35
Signaler
Laissons là nos rancœurs et faisons bloc derrière notre Président.. Nos valeurs de civilisation ne sont pas négociables..

à écrit le 29/10/2020 à 18:28
Signaler
Un seul État propose son aide au locataire de l'Élysée : Vladimir Poutine, qui a éradiqué Daech et "l’État islamique" au Moyen-Orient. Or tous les spécialistes savent que Daech était armé avec des armes américaines ou occidentales et financé par le Q...

à écrit le 29/10/2020 à 17:33
Signaler
L'assassin se fait soigner Tout est dit Rien à attendre de nos dirigeants et de nos lois

à écrit le 29/10/2020 à 16:52
Signaler
On nous monte tout "en neige" au point que le doute et la confusion s'installe sur la politique suivie par "nos politiques"! Si l'unité des français doit se faire ce ne sera pas dans l'union!

à écrit le 29/10/2020 à 15:57
Signaler
Charlie s'est fait plaisir en republiant leur caricature, Macron s'est fait plaisir en ramenant le thème de l'Islam dans la campagne et Darmanin à Beauvau, en espérant doubler Lepen par sa droite. Macron s'est de nouveau fait plaisir en narguant le...

le 29/10/2020 à 17:18
Signaler
L'appel passé au « 17 Police secours » par la victime a résonné dans la cour d'assises de Seine-et-Marne, à Melun. Glaçant, angoissant. Cet appel, c'est celui d'une Chelloise qui, le 22 mars 2018, a vu débouler un inconnu chez elle. Ivre et hors de l...

à écrit le 29/10/2020 à 15:48
Signaler
Jusqu'à quand le citoyen français va-t-il rester non-violent ?

à écrit le 29/10/2020 à 15:48
Signaler
Là aussi avec un retard hélas mortel pour des innocents .

à écrit le 29/10/2020 à 15:12
Signaler
Oui il faut une legislation de guerre en France : la france doit se protéger du terrorisme et agir aussi bien contre l'enemi intérieur que contre l'enemi exterieur. Quand on observe les actes terroristes en France, on s'aperçoit que les terroristes a...

à écrit le 29/10/2020 à 15:06
Signaler
Oui il faut une legislation de guerre en France : la france doit se protéger du terrorisme et agir aussi bien contre l'enemi intérieur que contre l'enemi exterieur. Quand on observe les actes terroristes en France, on s'aperçoit que les terroristes a...

le 29/10/2020 à 15:49
Signaler
Qu'on fasse comme aux USA en autorisant le port d'arme par les citoyens .

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.