Le recul des exportations creuse le déficit commercial en septembre

 |   |  249  mots
Par zones géographiques, le déficit avec les pays hors Europe a augmenté à 3,0 milliards d'euros (2,3 milliards en août) de même que celui avec les autres pays de l'Union européenne (2,1 contre 1,6 milliard).
Par zones géographiques, le déficit avec les pays hors Europe a augmenté à 3,0 milliards d'euros (2,3 milliards en août) de même que celui avec les autres pays de l'Union européenne (2,1 contre 1,6 milliard). (Crédits : Reuters)
Le déficit commercial a augmenté de 3,38 milliards d'euros. Les exportations ont continué de reculer (-0,6% après -2,7%% en août) alors que les importations se sont inscrites en hausse.

Le déficit commercial de la France s'est à nouveau creusé en septembre. Sous l'effet d'une nouvelle baisse des exportations -à un plus bas depuis janvier-, il augmente de 3,38 milliards d'euros, selon les statistiques CVS/CJO publiées vendredi 6 novembre par les Douanes.

Il se compare à un déficit d'août confirmé à 2,98 milliards d'euros.

Les exportations ont continué de reculer (-0,6% après -2,7%% en août) tandis que les importations se sont un peu reprises (+0,5% après -3,3% en août) du fait d'un rebond des volumes d'achat de pétrole dans un contexte de prix bas, ont précisé les Douanes. Les livraisons d'Airbus ont représenté 2,2 milliard d'euros (26 appareils) contre 1,8 milliard (17 appareils) un mois plus tôt.

     | Lire Armement : des exportations en route vers des records en 2015

Un troisième trimestre favorable

Le déficit cumulé sur les neuf premiers mois de l'année atteint lui 31,5 milliards d'euros contre 45,8 milliards un an plus tôt.

Sur l'ensemble du troisième trimestre, le déficit de la balance commerciale française s'élève à 9,67 milliards d'euros, soit son niveau le plus faible depuis deux ans.

Par zones géographiques, le déficit avec les pays hors Europe a augmenté à 3 milliards d'euros (2,3 milliards en août) de même que celui avec les 27 autres pays de l'Union européenne (2,1 contre 1,6 milliard).

Avec la seule zone euro (19 pays de l'Union européenne qui utilisent l'euro), il a diminué à 2,9 milliards contre 3,2 milliards un mois plus tôt.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/11/2015 à 17:42 :
Monsieur Sapin nous a menti en nous disant que l'Euro fort pénalisait les exportations française.
http://www.rfi.fr/emission/20140414-euro-trop-fort-gene-reprise-economique-europe

L'Euro a baissé mais les exportations aussi. C'est bête!

Hollande nous a-t-il menti aussi sur le CICE qui doit faire augmenter la compétitivité française donc les exportations par conséquence. Là aussi les exportations baissent. C'est con!

Avons nous affaire à des menteurs professionnels ou à des incompétents? Ou les outils de la boite à outils de notre "cher" Président ne sont pas les bons?
a écrit le 07/11/2015 à 16:00 :
@ BONJOUR : l'économie française "se casse la figure" merci qui??? Merci M. HOLLANDE avec ce ridicule embargo contre la RUSSIE voilà ou nous en sommes. Nos produit provenant de l'agriculture ..... ben reste en FRANCE d'où perte de revenus très important pour nos cultivateurs ! plus les impôts que les con tribuables vont devoir supporter et pour faire quoi faire ?? : pour défendre les intérêts militaires américains au détriment des intérêts économiques français encore une fois merci QUI??? MERCI HOLLANDE ! ON REPROCHAIT 0 Sarkozy DE S'AGENOUILLER DEVANT LES AMERICAINS MAIS LUI? HOLLANDE RAMPE DEVANT COMME UNE LIMACE !
a écrit le 07/11/2015 à 14:49 :
Quand on achète Dacia, etc....chaque euro déboursé vient gonfler le déficit, tout comme les voitures fabriquées par les marques françaises hors de France. Tout véhicule acheté ailleurs, tout produit, etc.... gonfle ainsi le déficit. Si nous voulions vraiment " penser" européen, comme le font nos amis américains quand ils pensent USA, les échanges intra-zone euro ne devraient plus être considérés comme des échanges extérieurs mais des échanges entre états d'un même ensemble. Seuls les vrais échanges avec un pays tiers devraient alors être calculés.... nous partageons une même monnaie mais tout le monde continuent à avoir une approche purement "nationale"....l'EU ne se fera jamais car nous sommes incapables de nous projeter en tant qu'européens...le rétablissement des contrôles à nos frontières est un autre signe de ce refus d'intégration, Erigeons nous des frontières entre la Bretagne et les Pays de la loire quand ll y a un risque de manifestations? non....Certes cette obsession de LA frontière est liée à l'incapacité des européens de se doter de vraies polices aux frontières ou tout simplement de se voir comme une Union d'Etats....nous resterons un nain politique et militaire tant que nous continuerons à penser " France, Allemagne, Italie.." Le jour ou nous aurons compris que nos états sont des états unis dans une Europe quoi veut l'être aussi, alors peut-être que.... tant que nos passeport auront Union Européenne écrit en petit comme chez nous ou que nous disposerons d'ambassades chez nos voisins et aucune ambassade de l'EU dans les pays étrangers...ce désir d'Europe restera une chimère.
a écrit le 07/11/2015 à 14:02 :
Le déficit commercial avec nos partenaire de la zone européïste auront tendance à diminuer tandis que ceux avec les autres pays a augmenter faiblement. L'avantage technique revient et reviendra à notre pays. Comment expliquer ce phénomène ? Dans une première phase on vend nos entreprises sans perspectives importantes aux allemands (par exemple) qui jouent alors le rôle de voiture -balai pour ces secteurs. Dans une seconde phase, comme prévu, le secteur périclite doucement, les allemands vendent alors les industries correspondantes ou les transfèrent dans d'autres pays européens, les prix baissent tandis que la masse des ventes augmente comme notre pouvoir d'achat relatif pour ces domaines. La phase suivante voit cette construction s'effondrer et des pays plus compétitifs éloignés, souvent d'anciens sous-traitants prendre la main; les prix baissent encore. La dernière phase voit ces pays éloignés nous vendre désormais les produits de l'origine mais améliorés ou composés avec d'autres pour plus de compétitivité; les prix baissent encore. Toutefois, dans cette configuration la pratique commerciale internationale veut qu'ils acquièrent l'équivalent en produits français exportés, ce qui n'était pas le cas avec la zone européïste. Les allemands ont donc rendu le service de faire la transition "sans casse" trop importante; leur économie a profité de cette position qui progressivement s'éteint. Elle s'éteindra aussi pour les pays éloignés puisque les segments évoqués sont périmés dans la nouvelle économie. Ainsi la France économise ces coûts de transition en les transférant à d'autres au prix, un temps, d'une image moins favorable que les non avertis imaginent comme du déclin alors qu'il n'est question que de stratégie. Reste à faire monter les éléments de la nouvelle croissance. Ils apparaissent difficilement pour le moment puisque l'économie régressive générale fait baisser tous les niveaux. Cependant ce phénomène accélère leur vitesse d'immersion. On peut traduire ce constat en chiffres obscurs, comme il est fait dans l'article, mais il est essentiel d'en comprendre le déroulé réel au moyen de quelques rapides explications.
Réponse de le 07/11/2015 à 15:10 :
Intéressante votre analyse sur quelles bases s'appuie t'elle?
a écrit le 06/11/2015 à 19:32 :
Les exportations reculent comment l'euro fort pourtant est mort....Ils sont où les experts sur le sujet avec un euro à presque parité avec le dollar il faudra trouver d'autres boucs émissaires, la rigidité du code du travail,la hausse des taux d'intérêts aux USA annoncée!Mais jamais au grand jamais les taxes, impôts et politiciens gourmands incapables de réformer la gabegie de l'état .
a écrit le 06/11/2015 à 14:35 :
outre l'incapacité de ce journaliste à parler français (dans la première partie on a le sentiment que le commerce a reculé et dans la deuxième partie on a le sentiment du contraire), il faut bien reconnaitre que toutes les mesures prises vont dans le bon sens : par ex les lois contre les travailleurs détachés qui interdit d'envoyer des commerciaux à l'export car on ne peut maitrîser ses horaires !!!!!!!! alors que les allemands en envoient plein !!!!
a écrit le 06/11/2015 à 14:14 :
excellent!
les experts vont decouvrir que quand on met l'industrie ( qui est ' intensive en capital') dehors, on recolte ce qu'on a seme!
Réponse de le 06/11/2015 à 14:42 :
@Churchill
Le capitalisme perverti par les influences ultra-libérales est au chant du cygne. Le système économique actuel est mort, nous allons passer par des périodes de turbulences et ça risque de "turbuler" fort.
Réponse de le 06/11/2015 à 22:14 :
@Valbel89 : il n'y a qu'en France, où il y a un refus libéralisme, en fait l'économie de marché et le capitalisme, que ça se passe ainsi. A une certaie époque on disant de la France que c'était le seul pays communiste à avoir réussi, la première partie de la phrase reste vraie, la France est encore, économiquement parlant, un pays crypto-communiste (pour s'en convaincre il suffit de regarder la magouille étatique dans le capital de Renault depuis le printemps dernier), mais son échec est de plus en plus patent.
a écrit le 06/11/2015 à 14:13 :
Inquiétant. Avant on avait l'excuse de l'euro fort, qui plombait notre compétitivité.
a écrit le 06/11/2015 à 12:48 :
L’Etat français a-t-il une politique de persécution, des diplômés se voient proposer des emplois non qualifiés alors que la croissance est faible en bénéficiant de facteurs externes, on demande à des chômeurs de rembourser des allocations et on réalise des privations d’allocations. On trouve aussi des gens qui passent de 400 à 70000 euros de fonciers, ne devrait-on changer d’attitude alors qu’on annonce 500 000 emplois d’industrie en moins de puis 2008 et +129 000 en Allemagne avec un commerce extérieur négatif. Que fait-on ? En 2014, on publie que 63% de la population aurait un pouvoir d’achat en baisse, n’avons-nous pas des remises en causes à faire ? Les sondages annoncent 71% pour des réformes structurelles, l’activité des artisans baisserait depuis 4 ans, est-ce l’Etat d’incurie, ne devrait-on faire une pétition pour la question des périmètres statistiques qui seraient à géométrie variables.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :